Linux (fr)

  • Revue de presse de l'April pour la semaine 38 de l'année 2017 (Dépêches LinuxFR)

    La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

    Sommaire

    [Le Monde.fr] Lawrence Lessig: «Internet est la meilleure et la pire des technologies»

    Par Claire Legros, le dimanche 24 septembre 2017. Extrait:

    Peut-on réguler Internet? La question, devenue centrale dans les sociétés démocratiques connectées, était au cœur de la rencontre avec Lawrence Lessig au Monde Festival, dimanche 24 septembre.

    Lien vers l'article original: http://www.lemonde.fr/festival/article/2017/09/24/lawrence-lessig-internet-est-la-meilleure-et-la-pire-des-technologies_5190457_4415198.html

    [Liberté Algérie] «Il y a un manque de culture numérique en Algérie»

    Par Mohamed-Chérif Lachichi, le vendredi 22 septembre 2017. Extrait:

    En prenant le parti de la vulgarisation et du partage informatique, la chaîne «Zenzla» s’intéresse aux logiciels libres et la protection de la vie privée. De même qu’elle aborde des sujets trés «Geek» comme les séries et autres jeux vidéo. Avec un soupçon d’accent annabi, la langue algérienne (Darija) sur la chaîne «Zenzla» est à l’honneur. Intrigués par cette démarche originale, mais aussi par le profil atypique du podcasteur, nous avons contacté l’animateur de «Zenzla» pour une interview qu’il a gentiment accepté.

    Lien vers l'article original: http://www.liberte-algerie.com/magazine/il-y-a-un-manque-de-culture-numerique-en-algerie-277475

    [Les Echos] Licences logicielles: la grogne monte

    Par Jean-Paul Argudo, le jeudi 21 septembre 2017. Extrait:

    Tandis que les usages évoluent, les pratiques relatives aux licences logicielles héritées du passé restent de mise. À l’heure du "tout numérique", les modèles de tarification reposant sur des métriques amenées à évoluer rapidement et drastiquement font peser sur les entreprises des risques aussi sévères qu’inutiles, puisqu’il existe des alternatives.

    Lien vers l'article original: https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-173916-licences-logicielles-la-grogne-monte-2115994.php

    [Numerama] L'EFF claque la porte du W3C pour protester contre l'arrivée des DRM dans les standards du web

    Par Julien Lausson, le mardi 19 septembre 2017. Extrait:

    L'association américaine EFF, qui défend les libertés dans l'espace numérique, a pris la décision de quitter l'organisation du W3C, qui s'occupe de la standardisation du web, afin de protester contre l'arrivée des DRM dans les standards du web. Elle s'en explique dans une lettre ouverte.

    Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/tech/290706-leff-claque-la-porte-du-w3c-pour-protester-contre-larrivee-des-drm-dans-les-standards-du-web.html

    Et aussi:

    [20minutes.fr] Comment Rennes va économiser 500.000 euros en se séparant de Microsoft

    Par la rédaction, le lundi 18 septembre 2017. Extrait:

    C’est une petite révolution que vont connaître les agents de la ville et de Rennes Métropole. D’ici un mois, ils verront tous leur service de boîte mail changer de serveur et de logiciel. «Nous allons économiser 500.000 euros en boulant Microsoft», glisse Matthieu Theurier, chef de file du groupe écologiste.

    Lien vers l'article original: http://www.20minutes.fr/rennes/2135135-20170918-comment-rennes-va-economiser-400000-euros-separant-microsoft

    Et aussi:

    Lire les commentaires

  • À propos de Boohu, un nouveau jeu roguelike, et puis de quelques autres (Dépêches LinuxFR)

    Aujourd'hui je viens te parler de Boohu, un jeu roguelike libre que je suis en train de coder. Je vais aussi te parler de mon expérience avec quelques autres jeux libres du même genre, histoire de t'encourager à les essayer : il y en a pour tous les goûts ou presque !

    Donc, d'abord, un roguelike, c'est quoi ? Traditionnellement, c'est un jeu d'exploration de donjon au tour par tour, comme le tout premier jeu du genre qui, surprise, s'appelle Rogue et date des années 80. Depuis, le genre a beaucoup évolué, mais l'idée de base est souvent la même : le joueur contrôle un personnage sur une carte générée procéduralement et choisit à chaque tour d'effectuer une action. La priorité est donnée en général au gameplay, même si de nos jours certains jeux du genre font plus attention aussi au reste. Il y a souvent tout plein de monstres et d'objets divers et variés, et il s'agit de se dépatouiller avec pour survivre, car, contrairement à d'autres jeux comme les jeux de rôle, on ne meurt normalement qu'une fois par partie. Il y a parfois un objectif final particulier mais, les premières fois, c'est rarement important : on meurt souvent et pas que d'une seule façon :)

    Sommaire

    Break Out Of Hareka's Underground

    Boohu est l'acronyme de Break Out Of Hareka's Underground (Échappe des Souterrains d'Haréka). C'est un roguelike classique en bonne partie inspiré de DCSS, avec quelques idées de Brogue, mais visant à offrir des parties beaucoup plus courtes, pas de construction élaborée de personnage et une gestion d'inventaire simplifiée. Un roguelike dit coffee-break (pause café).

    Écran de démarrage

    L'installation est facile et expliquée sur la page github du projet.

    Le joueur commence dans les Souterrains où il a atterri on ne sait trop comment et, pour en échapper, il doit trouver des escaliers magiques quelque part dans les profondeurs. Il s'agit alors de trouver des trésors et de s'équiper d'armes, armures, potions et bâtons magiques tout en survivant au milieu de monstres variés, allant du simple groupe de gobelins, aux hydres à quatre têtes, en passant par des grenouilles géantes qui te téléportent. Parfois le plus sage est de fuir, possibilité à prendre particulièrement en compte si le monstre est en train de dormir. D'autres fois, pas le choix, il faut se battre ou prendre des mesures d'urgence.

    Toute la difficulté du jeu réside dans ces décisions tactiques et dans le positionnement astucieux du joueur sur la carte, ainsi que sur l'utilisation appropriée des divers objets. En particulier, il ne faut pas hésiter à utiliser ses potions et bâtons magiques ! Bien sûr, il ne faut pas non plus gaspiller les ressources inutilement, mais chez le débutant l'erreur principale est en général d'oublier simplement d'utiliser ce qu'il possède aux moments les plus critiques :) C'est d'ailleurs un conseil qui vaut pour la quasi-totalité des roguelikes. Parmi les caractéristiques particulières de Boohu non forcément présentes dans tous les roguelikes, il y a en particulier :

    • Pas d'XP, ni de nourriture, ni d'escaliers pour revenir à la carte précédente ; gestion simplifiée d'inventaire : par exemple, on ne peut pas porter plus d'une arme à la fois (sans compter certains projectiles). Tout est fait pour simplifier tout ce qui n'est pas positionnement tactique et utilisation stratégique des ressources. Le joueur acquiert aléatoirement un petit nombre d'aptitudes, au fur et à mesure qu'il descend, sans contrôle de la part du joueur.
    • Des parties très courtes (pour un roguelike).
    • Exploration automatique avec possibilité de marquage manuel de zones non sûres (un peu comme DCSS, ça permet de contourner un ogre pas sympa, par exemple).
    • Un nombre modéré de monstres différents : l'idée est de faire dans le qualitatif, donc il n'y a pas dans le jeu deux monstres dont l'un est une simple amélioration des statistiques du précédent. Il faut qu'il y ait une différence qualitative, comme une attaque spéciale, une différence de vitesse, de comportement (en groupe ou solitaire), etc. Bref, quelque chose qui fasse que l'expérience est potentiellement vraiment différente.
    • Une fusion des systèmes magiques à base de points de magie (mana) et des systèmes à base de charges: les bâtons magiques. L'utilisation de mana limite le nombre d'utilisations successives de magie, tandis qu'un nombre de charges limité (rechargés au fur et à mesure que l'on descend plus profondément dans les Souterrains) impose de savoir ne pas les gaspiller inutilement.

    Le jeu est en développement, mais il a atteint la phase où c'est devenu un jeu relativement complet et plutôt stable, même s'il y aura sans doute de nouveaux trucs et des petits rééquilibrages régulièrement ; peut-être une version avec des tuiles, un jour. Je serais donc ravi d'avoir des testeurs ou autres contributions ! :)

    Au début, j'avais pensé un peu te raconter aussi les différents algorithmes de génération procédurale de cartes, mais ça allait faire un journal un peu long, donc ça sera peut-être pour une autre fois si je trouve le temps.

    Quelques captures d'écran pour la route. En train d'examiner un cyclope, avec deux ogres qui dorment à côté :

    cyclope et deux ogres

    Description du cyclope :

    description de cyclope

    Menu pour choisir une potion (similaire pour d'autres types d'objets) :

    menu de sélection de potion

    Mes expériences avec d'autres roguelikes

    Si je me suis mis à coder un roguelike, c'est parce que j'aime plutôt ce genre et ai joué à un certain nombre de ces jeux, donc je vais te faire part de mes expériences en espérant te tenter avec une de ces petites merveilles. Petite remarque en passant : c'est intéressant de voir qu'il s'agit d'un des rares genres où une bonne partie des jeux les plus connus sont libres, à quelques exceptions près et sans compter les roguelikes temps-réel, aussi appelés parfois roguelites ou roguelike-like, qui semblent assez différents et que je n'ai jamais eu l'occasion de tester encore.

    Dungeon Crawl Stone Soup

    DCSS est le roguelike auquel j'ai le plus joué et qui a influencé le plus Boohu : les mécanismes de combat et d'utilisation de ressources sont assez similaires. J'avais fait une dépêche il y a quelques années. Le jeu évolue vite et la communauté de joueurs est de nos jours devenue assez grande, avec plusieurs milliers de joueurs qui participent à des tournois bis-annuels.

    Contrairement à Boohu, il offre une version avec des tuiles plutôt réussies et est jouable entièrement à la souris, pour ceux qui sont plus à l'aise ainsi. Il offre aussi un vaste panorama d'espèces et d'origines variées parmi lesquelles choisir, donnant des possibilités de rejouabilité assez énormes. Un système d'habiletés permet de contrôler un peu l'évolution du personnage. Ainsi, on pourra commencer par un minotaure berserker, puis finir avec une momie chevalier du chaos, en passant par un octopode mage sans armure mais huit anneaux magiques. Les combinaisons possibles sont énormes, et toutes ne sont pas aussi viables les unes que les autres, donc ça permet de relever des défis plus difficiles quand on connaît bien le jeu.

    Le donjon est aussi très vaste, avec un certain nombre de branches thématiques optionnelles, au sens, l'objectif minimal du jeu est juste de trouver trois runes et de s'échapper avec l'orbe de Zot, mais on peut trouver jusqu'à 15 runes.

    Le jeu est relativement facile à prendre en main et a fait des efforts d'accessibilité pour les débutants, mais est quand même complexe et les parties sont relativement longues, plusieurs heures, en général autour de 6 en ce qui me concerne pour m'échapper avec les 3 runes, mais des joueurs chevronnés terminent ça régulièrement en trois heures voire moins pour certains. Ça dépend assez de l'approche du jeu de chacun aussi, certains aiment prendre leur temps, d'autres moins. Enfin, pour les débutants les parties risquent d'être assez courtes ! ;)

    Brogue

    Brogue est un roguelike récent plus proche des origines, c'est-à-dire du jeu Rogue originel, mais en plus moderne avec une interface plutôt réussie, jouable à la souris et qui utilise des caractères Unicode avec des couleurs de façon très artistique ! Les parties sont de longueur moyenne, et l'accent est mis sur la simplicité. Il n'y a donc pas d'XP (seulement des potions de vie et de force), et pas d'habiletés : on peut par contre améliorer les objets en utilisant des parchemins d'enchantement avec des effets très divers. Les interactions entre objets et avec le terrain sont assez élaborées (on peut mettre le feu à certaines zones, par exemple). On se retrouve parfois à poursuivre des singes qui ont volé notre nourriture, ou à se cacher dans des coins sombres pour passer inaperçu. Les monstres sont variés et chacun a ses points forts et ses points faibles. Bref, c'est prenant.

    À tester pour ceux qui veulent un roguelike classique plus simple que DCSS, mais plus amical que le Rogue originel et qui veulent découvrir de l'art Unicode bien fait. J'y ai personnellement pas joué autant que j'aurais voulu, parce que sous OpenBSD ça crashe malheureusement parfois, mais j'ai bien aimé.

    Tales of Maj'Eyal

    Aussi appelé ToME4, Tales of Maj'Eyal est un roguelike qui s'éloigne un peu des classiques. Il y a eu aussi une dépêche il y a quelques années. C'est un jeu bien fait, riche en contenu et utilisable complètement à la souris. Il y a plusieurs niveaux de difficulté parmi lesquels choisir et, en particulier, un mode exploration qui peut être pratique pour les débutants. De plus, par défaut, le jeu offre plusieurs vies plutôt qu'une seule, la logique étant, je suppose, que le jeu étant si long, une faute d'attention pourrait devenir un peu agaçante autrement.

    Plus important, contrairement aux roguelikes classiques, il n'y a pas de gestion stratégique de ressources périssables : le jeu utilise uniquement des pouvoirs qui se rechargent au bout de quelques tours après utilisation pour la plupart, ainsi que d'autres qui doivent être maintenus à l'aide d'un coût en énergie, fatigue, etc. L'évolution du personnage utilise un système de classes avec des arbres d'habiletés assez complexes : à chaque nouveau niveau d'expérience le joueur choisit de répartir un certain nombre de points parmi différents pouvoirs ou aptitudes diverses. On peut choisir entre un certain nombre d'espèces et, en fonction des aventures, on débloque des espèces et des classes en plus.

    L'absence de ressources périssables est quelque chose qui m'a un peu manqué dans ce jeu, et j'ai trouvé qu'il y a un léger excès d'abondance d'objets pas forcément toujours très différents les uns des autres. Le jeu est aussi un peu trop axé sur des considérations numériques à mon goût et pas forcément toujours très bien équilibré. Ceci dit, je me suis quand même bien amusé et ai insisté suffisamment pour arriver au bout du jeu, qui est quand même très long (je me souviens plus exactement, mais ça a dû me prendre largement plus de dix heures pour finir, peut-être vingt, sans compter les fois où je suis mort bêtement au début). La deuxième moitié du jeu m'a d'ailleurs semblé plutôt facile, à part une mauvaise surprise ou deux, mais sans doute parce que je me suis contenté de la difficulté normale.

    Bref, à tester pour ceux qui sont attirés par le système complexe d'habiletés, un monde riche et vaste, l'existence de plusieurs niveaux de difficultés et qui n'ont pas peur des nombres.

    Un petit détail : les tuiles utilisées par défaut sont jolies, mais malheureusement pas libres. A priori il est possible de les changer, ceci dit.

    Cataclysm: Dark Days Ahead

    En abrégé, CataclysmDDA. C'est un roguelike de survie dans un monde post-apocalyptique. Contrairement à la plupart des roguelikes, il n'y a pas d'objectif particulier, pour autant que je sache. La communauté semble assez active. Il y a plusieurs ensembles de tuiles différents.

    Le jeu fait extrêmement dans les détails. Il faudra par exemple bouillir l'eau sous risque d'attraper des maladies, manger varié et cuisiner (il y a tout un tas de recettes différentes) en faisant gaffe si on veut pas faire brûler toute la maison. Contrairement à la plupart des jeux qui utilisent des points de vie, le système est plus granulaire et s'intéresse aux différentes parties du corps. On peut s'amuser à conduire et réparer des automobiles et construire tout un tas de trucs. Bref, c'est très impressionnant.

    Honnêtement, je ne me suis pas encore vraiment plongé dedans, parce que ça semble demander un investissement conséquent et c'est un peu tout le contraire d'une partie courte. Mais c'est en tout cas quelque chose, donc j'avais envie de le mentionner ! :)

    Hyperrogue

    Hyperrogue est un roguelike un peu spécial, plus proche des jeux type casse-tête, qui se déroule sur le plan hyperbolique, donc c'est très spécial. C'est une bonne façon de découvrir de façon intuitive cet objet mathématique, d'ailleurs.

    Je le mentionne surtout parce que c'est original, je n'y ai pas joué tant que ça, car ça s'éloigne du genre originel et c'est légèrement répétitif à mon goût, mais d'autres semblent apprécier beaucoup. Le jeu est libre, bien qu'il semble y avoir quelques extensions qui ne le sont pas.

    Autres roguelikes : Angband, Nethack, etc.

    Il y en a beaucoup d'autres que j'ai pas ou peu testés. Je conseille la visite du site roguebasin qui liste beaucoup de jeux du genre (tous ne sont pas libres).

    Dans les classiques que j'ai pas mentionnés avant il y a Angband et ses multiples variantes, dont Sil qui est vraiment pas mal et qui partage avec Boohu l'absence de progression pour les points de vie. Ils s'inspirent principalement des œuvres de Tolkien (sauf quelques variantes). Le jeu vanilla m'avait semblé long et plus enclin à encourager des actions prudentes plus ennuyantes qui sont souvent plus difficiles dans d'autres jeux du genre (comme rester très longtemps quelque part pour tuer des monstres et gagner de l'XP), tandis que Sil par contre est un jeu plus court et plus équilibré, mais chacun ses goûts !

    Il y a aussi le fameux Nethack (et ses variantes), le jeu aux mille surprises, qui continue à faire son bout de chemin avec une communauté active (c'est probablement l'un des plus vieux jeux encore en développement). Faut vouloir être prêt à mourir des dizaines et dizaines de fois, ou à aller consulter des spoilers régulièrement. Mais ça veut pas dire que c'est pas amusant : le nombre de façons différentes de perdre une partie dans ce jeu de façon originale est absolument hilarant :) Ça va de l'intoxication alimentaire à la noyade, en passant par la transformation en pierre, quand c'est pas juste la colère des dieux !

    Lire les commentaires

  • Tech.io, plate-forme collaborative de veille technologique et d'apprentissage (Dépêches LinuxFR)

    Basée sur le principe de partage des savoirs, Tech.io permet à tous de créer des contenus interactifs d’apprentissage sous licence Open-Source (Creative Commons CC BY-SA 4.0 par défaut), afin d’aider le plus grand nombre à apprendre et maintenir ses compétences à jour.

    Tech.io utilise les images Docker , Github et rejont l’Open-Knowledge comme vous pouvez le voir dans la suite de l'article.

    Le système s’appuie sur des images Docker pour supporter n’importe quelle technologie et aujourd'hui 40 modèles (templates) sont d’ores et déjà disponibles pour démarrer la création de tutoriels (parmi lesquels Bash, Go, Python, Scala, Kotlin, etc.).

    L’intégration avec Github facilite l’édition collaborative des contenus, par exemple pour corriger des erreurs ou bien encore traduire le contenu dans une autre langue. Un module (widget) permet aussi d’intégrer du code exécutable sur toute page web.

    Tech.io rejoint le mouvement international de l’Open-Knowledge qui vise à défendre et promouvoir l’utilisation de ressources éducatives sous licences libres. Vous pouvez soutenir le mouvement ici.

    Tech.io widget

    Lire les commentaires

  • PrimTux une distribution éducative adaptée aux vieux PC (Dépêches LinuxFR)

    Reconditionner de vieux ordinateurs conduit inévitablement à se poser des questions sur l'usage que l'on en fera et sur le système d'exploitation à privilégier en conséquence. Dans le cadre de ce questionnement, une solution mérite intérêt: pourquoi ne pas destiner ce vieux PC à ses enfants ou petits enfants, afin d'en faire un outil éducatif, ou le reconditionner pour une école ? Pour satisfaire à cet usage, il existe des distributions GNU/Linux destinées au monde de l'éducation. Et parmi celles-ci, PrimTux se destine plus particulièrement aux enfants de l'école maternelle et primaire, voire jusqu'en début de collège.
    PrimTux-Logo-rectangle

    Sommaire

    PrimTux est un système libre

    PrimTux est une distribution GNU/Linux qui intéressera particulièrement les défenseurs du logiciel libre. Elle est bâtie sur GNU/Linux Debian, et fait partie des distributions dérivées reconnues par la communauté.
    Elle est conçue pour offrir aux écoles tout ce qui est nécessaire à leurs besoins pédagogiques en matière de numérique. PrimTux est le fruit du travail d'une équipe d'enseignants et non enseignants bénévoles, dans l'esprit d'ASRI éducation. Elle est une alternative aux solutions propriétaires et payantes.
    Son utilisation ne se limite pas aux écoles et peut tout autant servir comme base pour la mise à disposition d'un PC éducatif dans un cadre familial.

    PrimTux2-connexion

    PrimTux un système léger privilégiant la revalorisation de PC anciens

    PrimTux n’a pas vocation à remplacer ou à devenir le système d’exploitation principal d’un ordinateur récent, mais à revaloriser un matériel obsolescent en l’orientant vers le milieu scolaire ou éducatif.
    Elle est peu gourmande en ressources matérielles : 512 Mo de mémoire RAM suffisent, le système installé sur le disque dur n'occupant qu'environ 9 Go ! 
    Son déploiement dans des structures éducatives où existent des contraintes économiques en est d'autant plus justifié.
    PrimTux-Mobile-Maternelle

    Sa logithèque est riche

    Depuis une vingtaine d'années des enseignants consacrent de leur temps à la réalisation de logiciels pédagogiques qu'ils mettent à la libre disposition de tous. PrimTux rassemble ces centaines d'applications conçues par des professionnels de l'éducation, gage de qualité pédagogique.
    Le système est complet et dispose de toutes les applications permettant aux adultes d'effectuer des tâches courantes comme une recherche sur Internet, regarder des photos, modifier un fichier, etc. Toute la logithèque Debian est à disposition.

    La fenêtre d'accueil propose l'installation de logiciels complémentaires, pour lesquels les développeurs ont donné un droit d'utilisation pour un usage non commercial. Des dizaines de logiciels supplémentaires peuvent ainsi venir s'ajouter à la déjà très riche logithèque libre de base.
    completer-installation

    L'environnement de travail s'adapte au niveau des élèves

    Primtux propose quatre environnements de bureau, chacun d'eux étant adapté à l'âge des enfants :

    • mini (cycle 1 ou 3-5 ans) ;
    • super (cycle 2 ou 6-7 ans) ;
    • maxi (cycle 3 ou 8-10 ans) ;
    • prof pour l'enseignant ou les parents. quatre-sessions

    Les environnements sont personnalisables, mais uniquement à partir de la session administrateur, permettant ainsi d'éviter que l'environnement ne soit déstabilisé par des enfants un peu trop "curieux" !

    L'interface du traitement de texte, Libreoffice, est elle-même adaptée aux capacités des enfants : une barre d'outils avec des dessins explicites pour les plus petits, synthèse vocale, correction grammaticale, colorisation des syllabes pour ceux qui débutent en lecture et en écriture.

    Grâce à un sélecteur de bureau et de lanceurs au démarrage, il est très facile de choisir et paramétrer l'environnement qui se lancera au démarrage de la distribution. Chaque environnement, reconnaissable par un fond de bureau personnalisé et une barre de lancement d'applications de couleur différente, propose un HandyMenu dans lequel les activités sont présentées par catégories et filtrées selon le niveau scolaire.

    Un HandyMenu d'accueil propose des liens vers les ressources essentielles permettant de mieux maîtriser la distribution et ses applications. Ces ressources conviennent aussi bien aux débutants qu'aux plus aguerris.
    accueil-support

    L'accès Internet est sécurisé

    La sécurité de la navigation sur Internet fait également partie des préoccupations des développeurs. C'est pourquoi la distribution intègre des outils pour protéger les plus jeunes :

    • un filtrage paramétrable des sites Internet grâce à DansGuardian et Webstrict ;
    • un moteur de recherche sécurisé conçu pour les enfants, Qwant junior, filtrant les résultats ;
    • une application protégeant les règles de proxy dans le navigateur Firefox.

    Il reste toutefois nécessaire de rappeler que les protections ne sont pas absolues et que la vigilance des adultes est requise.

    Les enseignants disposent de nombreuses ressources

    Les enseignants trouveront dans le navigateur Internet une riche collection de marque-pages classés par domaines de connaissances qui leur permettront de trouver des ressources utiles pour préparer leur classe ou proposer des activités en ligne à leurs élèves.

    Des cartes heuristiques ainsi qu'un tableau dynamique aident au choix des activités qui satisferont aux buts pédagogiques qu'ils se sont fixés. Les parents pourront également y puiser des idées d'activités à proposer à leurs enfants.

    On peut l'utiliser aussi bien à la maison qu'à l'école

    Dans un cadre familial les parents pourront accompagner leurs enfants dans leur scolarité en proposant des activités de révision et de soutien ciblées. Cette distribution éducative sera peut-être le moyen d’une approche nouvelle et plus ludique, et un excellent moyen de dédramatiser le suivi scolaire lorsque celui-ci s’accompagne de tensions et de stress.
    La distribution peut encore être complétée par un BNE jeux incluant des dizaines de jeux éducatifs.

    Son déploiement est facilité

    L'installation s'opère au moyen de l'installeur classique de Debian, utilisable uniquement au démarrage. Toutefois, en installant Systemback, l'installation devient possible à partir d'une session Live. Les responsables informatiques intervenant sur des groupements scolaires ou des centres de loisirs pourront, avec Systemback, déployer très aisément la distribution sur de nombreux postes informatiques après l'avoir personnalisée.

    La documentation est complète et le forum actif

    L'équipe de PrimTux est constituée d'enseignants et de non-enseignants bénévoles soucieux du libre partage des connaissances et participant en outre chacun de leur côté à de multiples activités dans ce sens. Ils proposent un wiki très complet, un site de ressources, ainsi qu'un forum sur lequel ils sont à l'écoute des propositions d'amélioration et tentent de répondre aux problèmes rencontrés avec la distribution. Un manuel d'utilisation détaillé est également mis à disposition. 

    Solutions complémentaires

    Des version spécifiques de PrimTux ont été développées afin de répondre à des besoins particuliers.
    On trouve ainsi :

    Participer au projet

    Merci à tous ceux qui participent au projet.

    PrimTux-release

    Lire les commentaires

  • Des nouvelles de GNOME à l’occasion de la 3.26 (Dépêches LinuxFR)

    GNOME 3.26 est sorti le 14 septembre dernier. C’est la quatorzième version de GNOME 3 ! Son nom de code est Manchester, et fait référence au lieu de tenue de la dernière conférence annuelle (GUADEC), où les participants ont pu souffler les vingt bougies de l'environnement de bureau libre !

    Capture d'écran du bureau

    Parmi les nouveautés, citons des raffinements pour le Shell, une centre de contrôle revu en profondeur, de nouvelles fonctionnalités et – surtout ! – la gestion des emoji en couleur.

    Vous verrez également, en parcourant le détail des nouveautés, que le dernier Google Summer of Code (alias GSoC) a été particulièrement fructueux pour notre environnement de bureau favori.

    Sommaire

    Retour sur la dernière conférence GNOME

    Nous l’avions annoncé dans la dépêche précédente, l’édition 2017 du GUADEC célébrait les vingt ans de l’environnement de bureau libre. Avec plus de 200 personnes cette année, cette édition a été bien plus fréquentée que les précédentes : l'édition précédente comptait 160 participants. Les différentes présentations ont été enregistrées et mises en ligne sur YouTube (de Google).

    Parmi les présentations, plusieurs traitent des nouvelles possibilités qui s’ouvrent aux développeurs et développeuses pour améliorer l’expérience utilisateur/utilisatrice de leurs applications. Celles‐ci sont notamment permises par d’importantes contributions des salariés d’Endless qui poussent GTK vers sa version 4, avec un système de mise en page plus souple, des performances améliorées, etc. La bibliothèque libdazzle de Christian Hergert (créée à partir du code de Builder) peut également valoir le détour, car elle permet des transitions qui facilitent la compréhension des changements survenant à l’écran et donnent une impression de fluidité. Cela devrait permettre des animations du type de celles qu’on retrouve sur le site tympanus.net.

    Pour voir en quoi consistent ces nouveautés et leurs raisons d’être, nous vous proposons cette sélection de vidéos (en anglais) de 25 minutes chacune :

    Le Shell (graphique) à l’honneur

    Le Shell connaît une série de changements et un évènement qui mérite largement que l’on s’y attarde ! Rappelons que c’est le gestionnaire de bureau, qui permet de passer d’une application à l’autre, consulter les notifications, changer de réseau, etc.

    La vue globale accorde plus de place aux fenêtres. Cela a été rendu possible en réduisant les décorations (on fait disparaître le titre de la fenêtre) et en masquant la liste des bureaux virtuels. Le barre du haut se fait elle aussi discrète, en devenant translucide. Les fenêtres peuvent désormais apparaître dans la vue globale sans forcément être réduite au passage. Par exemple, une fenêtre de 400 pixels de large sur le bureau continuera de faire 400 pixels de large dans la vue globale, alors qu’avant elle était réduite à 70 %.

    Comme vous pourrez le voir sur cette vidéo, de nouvelles animations font leur apparition. Pour les opérations de redimensionnement donc, mais aussi de réduction ou maximisation des fenêtres.

    Rares Visalom (raresv), dans le cadre du GSoC, a amené différentes améliorations au Shell, comme lors d’une recherche avec le Shell dont l’interface permet dorénavant de lancer des actions, comme éteindre l’ordinateur, le mettre en veille ou verrouiller l’écran. Plus généralement le Shell affiche à présent plus de résultats lors d’une recherche : certains pourront trouver le résultat visuellement chargé.

    Voici pour les fonctionnalités et l'agrément visuel. Sous le capot, toutefois, le Shell peine parfois à masquer son ancienneté, grevant la performance de l'ensemble sous Wayland.

    Ubuntu 17.10 s'appuiera sur GNOME Shell 3.26

    Suite à la décision de Canonical de virer du monde d'abandonner l'environnement de bureau Unity, la prochaine version d'Ubuntu qui sortira en octobre s'appuiera sur GNOME Shell. Certains développeurs de la distribution avaient d'ailleurs participé au GUADEC afin de collaborer avec ceux de GNOME.

    Didier Roche a largement communiqué sur ce sujet à travers une longue série de billets de blogs, qu'on vous laisse parcourir depuis le 1er jour jusqu'au treizième qui vient de sortir. On y apprend notamment que l'utilisateur pourra choisir depuis l'écran de connexion (GDM) la session qu'il souhaite ouvrir. Il pourra basculer simplement d'un Shell qui reprendra un certain nombre de codes visuels et ergonomiques d'Unity (comme on peut le voir sur la capture d'écran plus haut) à un Shell sans les surcouches qui font l'identité d'Ubuntu. Autant dire que la nouvelle a été plutôt bien accueillie par la communauté GNOME !

    Retour sur le cycle de développement

    Si les notes de version présentent les changements les plus importants, elles ne rentrent pas dans le détail. Nous vous proposons ici une liste de billets issus des blogs des développeurs, qui nous font part de leurs travaux durant ces 6 derniers mois.

    Pour toutes les utilisatrices et utilisateurs

    Des améliorations aussi pour les développeuses et développeurs

    Indispensable : des emojis en couleur !

    Jusqu’à présent, une extension pour GNOME Shell facilitait l’ajout d’emojis, mais sans la couleur. Avec GNOME 3.26, la combinaison de touches Ctrl + Maj + e vous permet dorénavant d’accéder à tout moment à un sélecteur d’emoji en couleurs, pour peu que vous ayez une police de caractères ad hoc installée (par exemple EmojiOne ou Noto Color Emoji) ! Les applications peuvent également décider d’incorporer un sélecteur d’emoji, et c’est le cas de Polari 3.26 !

    Cette fonctionnalité a nécessité des modifications au cœur de GNOME, dans GTK+, Cairo (version 1.15.8), fontconfig et Pango. Plus d’informations sur ce billet de blogue.

    Vitalité du projet

    Intégration dans les distributions

    Michael Catanzaro avait fourni précédemment (à l’occasion de la version 3.22) quelques recommandations à l’attention des distributions sur les logiciels à privilégier ou éviter par défaut. Voici la liste mise à jour à l’occasion de la 3.26.

    Le même Michael Catanzaro avait précédemment tiré la sonnette d’alarme sur le fait que les distributions ne prenaient pas la sécurité suffisamment au sérieux, en incluant des versions obsolètes de WebKitGTK+ (qui motorise différentes applications comme Web, mais aussi Evolution, Empathy, Bijiben, etc.). Des progrès ont été remarqués depuis.

    Monétisation du développement

    Un bon moyen de s'assurer de la vitalité du projet est de permettre à ses participant d'y consacrer un maximum de temps en reconnaissant leur travail par de la monnaie. Un bouton de donation a été intégré dans le gestionnaire de logiciels, mais cela reste extrêmement rudimentaire : un simple lien vers une page de donation sur le site web du développeur. Ça pose d'énorme difficultés car chaque développeur propose un nombre restreint de systèmes de paiement (Flattr, Patreon, Bitcoin, Paypal…) et les utilisateurs n'ont pas toujours un compte sur ces systèmes. De plus, ils doivent faire la démarche d'aller de temps en temps payer pour tel ou tel logiciel, et même les âmes les plus militantes ne font pas cet effort. Une proposition a été faite par Joaquim Rocha pour mettre en place un système d'abonnement qui permettrait de redistribuer les sommes en fonction du taux d'utilisation des logiciels et des préférences des utilisateurs. Ça s'appelle TrinkGeld et ça a donné lieu à de beaux débats (voir les commentaires sur le blog de l'auteur).

    L'une des difficultés du bouton « donation » que TrinkGeld ne résout pas est que c'est destiné principalement aux applications graphiques. Ça ne couvre pas directement le travail sur les bibliothèques et les dépendance, dont les développeurs doivent alors chercher d'autre moyens de financement. C'est le cas par exemple de Sébastien Wilmet, qui vient de lancer une campagne de financement sur Liberapay pour poursuivre ses efforts sur GtkSourceView, ainsi qu'il en parle lui-même dans nos colonnes.

    Autour de GNOME

    Pitivi s’approche de la version 1.0

    Fabian Orccon (cfoch), Stefan‐Adrian Popa (stefanzzz) et Suhas Nayak (suhas2go) ont tous trois œuvré sur le logiciel de montage vidéo Pitivi dans le cadre du Google Summer of Code 2017. Leur cahier des charges est résumé sur le blogue de Pitivi et leurs progrès sont développés sur leurs blogues respectifs. À noter que certaines fonctionnalités ne seront intégrées qu’une fois la 1.0 sortie, la priorité actuelle étant de peaufiner l’existant (ce à quoi Stefan‐Adrian Popa a pu s’atteler, ayant complété son cahier des charges en avance !).

    Quoi qu'il en soit, il y a quelques jours à peine paraissait la 1.0 Release Candidate (billet de blogue). Que de chemin parcouru pour ce projet débuté en 2004 !

    Pour suivre au plus près les évolutions du projet, rappelons que le Planet Pitivi relaie les nouvelles et que des paquets Flatpak sont à disposition (de la version stable comme de la version de développement) !

    LibreOffice

    Caolán McNamara continue d'oeuvrer à améliorer le rendu avec GTK+3 de la célèbre suite bureautique libre et multi-plateforme, avec cette fois ci un rendu des transitions OpenGL sans coupure. À noter que la vidéo de démonstration est faite sous Pitivi ;)

    En très très bref

    NetworkManager 1.8, GStreamer 1.12 et Shotwell 0.27 sont sortis, ainsi que la version 2.9.6 de GIMP qui contient d'importants changements.

    Ha, et tant qu'on parle de GIMP, Jehan a récemment publié une dépêche narrant le travail en cours sur ZeMarmot, GIMP et GIMP Motion (greffon d’animation dans GIMP).

    La suite

    Cet article visait à informer sur l’actualité de GNOME, et éventuellement sur les changements logiciels majeurs. On fera de nouveau le point dans six mois (de bien belles évolutions en perspective : Pipewire, "quarter tiling" et autre prise en main à distance à travers Wayland). Si vous désirez participer, rejoignez-nous dans l'espace de rédaction collaborative du site !

    Pour participer à la rédaction ou la traduction des notes de versions de GNOME, il est également possible de contribuer, mais c'est dans GNOME qu'il faut s'impliquer.

    Lire les commentaires

  • Agenda du Libre pour la semaine 39 de l’année 2017 (Dépêches LinuxFR)

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 41 événements (0 en Belgique, 36 en France, 0 au Luxembourg, 4 au Québec, 1 en Suisse et 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire

    [FR Castelnau-le-Lez] Section GNU/Linux Ubuntu et Logiciels Libres - Le lundi 25 septembre 2017 de 10h00 à 12h00.

    L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence Logiciels Libres, discussions libres et accompagnements techniques aux systèmes d’exploitation libres, pour vous aider à vous familiariser avec votre système GNU/Linux au quotidien.

    Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes et permet ainsi l’acquisition de nouvelles compétences au rythme de chacun.

    Vous pourrez y aborder plusieurs thèmes :

    • Discussions conviviales entre utilisateurs autour de Linux en général
    • Préinscription aux prochains Cafés Numériques et Install-Party
    • Premières explorations du système
    • Installations et configurations complémentaires
    • Mise à jour et installation de nouveaux logiciels
    • Prise en main, découverte et approfondissement du système

    Les Section GNU/Linux ont lieu à la Mjc André Malraux de Castelnau-le-Lez, tous les lundis de 10h00 à 12h00, sauf périodes de vacances :

    • lundi 11 septembre 2017
    • lundi 18 septembre 2017
    • lundi 25 septembre 2017

    Lundis 11, 18 et 25 septembre 2017 de 10h00 à 12h00
    Mjc Centre André Malraux 10, avenue de la Moutte, 34170 Castelnau-le-Lez

    [FR Wintzenheim] Réunion du Club Linux - Le lundi 25 septembre 2017 de 13h00 à 19h00.

    Comme tous les 3 samedis, le Club Linux de la MJC du Cheval Blanc se réunit et accueille toutes les personnes qui souhaitent découvrir ou approfondir Linux et les Logiciels Libres. Aucune compétence n'est demandée.  

    Pendant ces rencontres, informelles,

    nous accueillons celles et ceux qui cherchent une réponse ou souhaitent découvrir Linux et les Logiciels Libres,

    nous installons Linux sur des ordinateurs, la plupart des fois en "dual boot"(*), ce qui permet de conserver l’ancien système (par exemple Windows) et d’utiliser quand même Linux, en choisissant au démarrage,

    nous partageons nos recherches et nos découvertes, les nouveautés.

    Le Club Linux est également impliqué dans une démarche de libération des GAFAM (Google Apple Facebook Amazon Microsoft) et de promotion de solutions libres comme, entre autres, Wikipedia, Openstreetmap, les Framatrucs (*), les Chatons (*) et beaucoup d’autres.

    (*) : mais on vous expliquera

    [FR Lyon] Bidouilles et découvertes - Le lundi 25 septembre 2017 de 19h30 à 21h30.

    Atelier de partage de connaissances et d'entre-aide entre utilisateurs de logiciels libres.

    L'ALDIL et des associations partenaires proposent des rendez-vous réguliers à la MJC de Monchat pour permettre à des utilisateurs de logiciels de se rencontrer.

    L'occasion de découvrir et s'entraider sur différents outils informatiques libres, entre utilisateurs débutants et plus avertis.

    Le moment idéal pour s'initier et libérer votre ordinateur en installant un système GNU/Linux. Des conseils, de l'assistance et un suivi pour le dépannage.
    Menu du jour selon arrivages et pas de thème précis. Au gré des envies et demandes des participants…

    Tout public - Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

    De 19h30 à 21h30 dans l'espace EPN de la MJC de Montchat.

    [FR Paris] Embedded Recipes - Le mardi 26 septembre 2017 de 09h30 à 17h30.

    Première édition de la conférence, Embedded Recipes se propose d'adopter le même format que Kernel Recipes : une seule salle, une audience d'une centaine de personnes, ce qui laisse la part belle aux interactions entre participants et avec les intervenants.

    Embedded Recipes propose une journée de conférences avec les développeurs qui propose aujourd'hui des solutions Open Source dans le domaine : infrastructure de build, couches basses ou applicatives, matériel, retours d'expérience, sécurité…

    Parmi les intervenants prévus : Steven Rostedt, Neil Armstrong, Mylène Josserand, Olivier Crête, Christian Charreyre, Marc Kleine-Budde.

    Inscriptions à partir du 31/08/2017 sur le site de la conférence.

    [FR Lyon] Créer une maquette de livre avec Scribus - Le mardi 26 septembre 2017 de 17h00 à 19h00.

    Scribus est un logiciel de PAO libre et gratuit qui permet de réaliser tous types de documents plaquettes, brochures, fanzines…

    Explorez ses fonctionnalités en réalisant la maquette d'un livre.

    [FR Brignoles] Réunion formations & débats - Le mardi 26 septembre 2017 de 18h30 à 23h00.

    GULLIVAR (Groupe d’Utilisateurs de Logiciels Libres de l’Intérieur du VAR) vous invite à une soirée atelier / présentation qui aura lieu le mardi 26 septembre 2017, dès 18h30, en la salle des Saint Anges, chemin de San Sumian à Brignoles.

    À partir de 19h30, ateliers proposés par Jérôme Décamps :

    • Information sur l’évolution du site.
    • Linux : Les commandes de base.

    À partir de 20h30, ateliers proposés par Eric Rojas :

    • Outils bureautique LibreOffice

    Cette soirée est ouverte à tous, adhérents et sympathisants.

    Un accès haut débit (Ethernet & Wifi) est disponible pour la mise à jour et l’installation de distributions GNU/Linux.

    [FR Toulouse] QJELT, repas du Libre Toulousain - Le mardi 26 septembre 2017 de 20h00 à 23h00.

    Le groupe d'utilisateurs de Logiciels Libres de Toulouse Toulibre en collaboration avec Tetaneutral.net fournisseur d'accès internet et hébergeur libre proposent aux sympathisants de se retrouver l'un des mardis ou jeudis de chaque mois pour échanger autour des logiciels Libres, des réseaux libres, discuter de nos projets respectifs et lancer des initiatives locales autour du Libre.

    Ce repas est ouvert à tous, amateurs de l'esprit du Libre, débutants ou techniciens chevronnés.

    Ce Qjelt aura lieu le mardi 26 septembre 2017 à 20 heures, au restaurant Bois et Charbon situé au 64 rue de la Colombette à Toulouse. C'est à proximité de la place Saint Aubin accessible par le métro à la station Jean Jaurès (ligne A et B). Entrée/plat/dessert + 1/4 de vin à 19€50.

    Pour des raisons de logistique, une inscription préalable avant la veille (dimanche minuit) est nécessaire sur cette page.

    Important : Il est demandé de respecter ses engagements : si vous vous inscrivez, venez !

    [FR Lille] Permanence associative Chtinux - Le mardi 26 septembre 2017 de 20h30 à 23h00.

    Comme tous les derniers mardis de chaque mois, Chtinux vous propose sa permanence associative

    Nous vous attendons donc ce mardi 26 septembre, à 20H30 au Café Citoyen (Lille).

    Cette manifestation conviviale est ouverte à tous. Vous pourrez y discuter joyeusement Logiciel Libre, de DIY, d'OpenData, chercher de l'aide technique ou proposer vos idées d'évènements… le tout autour de boissons bio-équitables, par exemple les bières « à façon », exclusivités du Café Citoyen

    Si vous venez avec votre ordinateur pour obtenir de l'aide, prévenez-nous en envoyant un courrier électronique à l'adresse bonjour CHEZ chtinux POINT org

    Accessible en métro (station République - Beaux Arts).
    Une connexion Internet est disponible sur place.

    Pour soutenir le Café Citoyen, nous vous demandons d'y acheter au minimum une consommation. Après avoir pris votre boisson au bar, vous pouvez nous rejoindre directement au 2ème étage.

    [QC Montréal] SQIL - Drupal Meetup de septembre 2017 - Le mardi 26 septembre 2017 de 18h00 à 20h00.

    Salut les amis !
    Pour le mois de septembre, nous vous proposons une rencontre réseautage au bar Le Saloon. Cette rencontre aura lieu le mardi 26 septembre à partir de 18h.
    Vous pourrez échanger sur les dernières nouvelles tech avec les autres membres de la communauté en dégustant bières, cocktails ou vin. Et si jamais vous avez une petite faim, le bar propose aussi de la nourriture ;-)

    [FR Paris] Kernel Recipes - Du mercredi 27 septembre 2017 à 09h30 au vendredi 29 septembre 2017 à 17h00.

    6" édition de la conférence, Kernel Recipes 2017 propose 3 jours de conférences sur le noyau Linux au coeur de Paris. Le format : une seule salle, une audience d'une centaine de personnes, ce qui laisse la part belle aux interactions entre participants et avec les intervenants.

    Cette année encore, nous vous avons concocté un programme de conférences qui balaie les actualités et les fondamentaux du projet kernel.org : organisation du projet, aller plus loin dans les sous-systèmes, virtualisation, développement, embarqué…

    Parmi les intervenants : Greg KH, Brendan Gregg, Benjamin Tissoires, Steven Rostedt, James Bottomley, Kees Cook, Andrea Arcangeli, Thomas Gleixner, Maxime Ripard, Johan Hovold, Sasha Levin, Werner Koch, Jens Axboe, Kevin Hilman, Hans Verkuil, Sjoerd Simons, Eric Leblond.

    Inscriptions à partir du 31/08/2017 sur le site.

    [FR Rennes] CONFÉRENCE "Odoo, la gestion d'activité Open-Source" - Le mercredi 27 septembre 2017 de 18h30 à 20h30.

    Odoo est devenu en 10 ans le leader des logiciels de gestion Open-Source.
    CAP LIBRE vous invite à découvrir ce que fait Odoo, mais aussi le projet, sa communauté, la success story…

    A présent proposé en 2 versions, l'une Open-Source (communautaire), l'autre payante (entreprise), Odoo se distingue par son nombre revendiqué d'utilisateurs (2 millions en 2017) et le dynamisme de sa communauté de contributeurs.

    AU PROGRAMME

    Dans cette présentation, nous verrons que la version communautaire bénéficie de nombreux modules complémentaires qui permettent d'adapter son usage d'Odoo en fonction de ses contraintes et de ses préférences.

    Cette intervention de Eric Flaux, de la société Osiell, intégrateur Odoo depuis plus de 10 ans, sera suivie d'un échange informel autour d'un verre avec les membres de Caplibre.

    Accès libre et gratuit, l'important c'est de s'INSCRIRE

    PLUS D'INFOS
    Ajouter cet événement à votre agenda OpenAgenda
    Nous contacter pour plus de précisions contact@caplibre.fr 

    Nous suivre sur twitter @_Caplibre

    [FR Lyon] Comment construire son centre de console rétro - Le mercredi 27 septembre 2017 de 19h30 à 21h00.

    Atelier gratuit de 19h30 à 21h00

    Inscription obligatoire à epn@salledesrancy.com

    L'EPN des Rancy (située au 249 rue vendôme, lyon 3) vous propose de (re)découvrir de vieilles consoles de jeux-vidéos et d’en faire profiter vos enfants ? C’est possible et pour pas cher avec un Raspberry Pi.

    Cet atelier vous initiera à l’installation d’un centre de console retro, à sa configuration et à la mise en place de jeux pour en profiter seul, avec des amis ou en famille.

    Cet atelier est ouvert à tous.

    les dates : Session 1 : Mercredis 20 septembre, Mercredi 27 septembre, Mercredi 4 octobre 2017

    Vous pouvez venir avec votre propre Raspberry Pi (sinon on vous le fournira) et vos manettes. Si vous ne possédez pas de manettes, il est aussi possible de jouer avec un clavier.

    N'hésitez pas à venir nombreux.

    [FR Toulouse] Rencontre OSM du groupe local de Toulouse et sa région - Le mercredi 27 septembre 2017 de 19h30 à 22h00.

    Après un faux départ l'année précédente
    le groupe local OSM toulousain redémarre

    Au sein de l'association Toulibre qui pourra nous accueillir au centre culturel bellegarde, nous donnerons un rythme mensuel à cette rencontre.

    Donc première réunion

    Centre culturel Bellegarde à Toulouse
    le mercredi 27 septembre à partir de 19h30

    Nous y parlerons

    • d'openEventDatabase
    • de l'initiative de tetraNeutral pour un hébergement XXL des orthophotos (Merci à Laurent Guerby)
    • et d'autres points qui vous tiennent à coeur

    Pour ceux qui souhaiteront participer régulièrement à cette réunion une adhésion à l'association TouLibre sera demandée.

    [FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 27 septembre 2017 de 21h00 à 23h00.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    Ouvert au public tous les mercredi soir.

    Venez nombreux.

    [QC Montréal] SQIL - CiviCamp CiviCRM - Le mercredi 27 septembre 2017 de 08h00 à 17h00.

    CiviCamp Montréal est un événement d'une journée pour découvrir CiviCRM, apprendre de nouvelles astuces et partager vos expériences. L'événement offrira deux pistes de sessions avec une grande variété de sujets pour nouveaux utilisateurs ou administrateurs aguerris. Il y aura une emphase particulière sur les besoins des organisations d'ici: passerelles de paiement, taxes sur les événements ou adhésions, reçus pour fins d'impôt et la traduction de CiviCRM (en français ou multi-lingue). Inscrivez-vous maintenant! Les places sont limitées.
    CiviCamp sera suivi d'un « code sprint » de 3 jours où les développeurs se réunissent en personne pour améliorer CiviCRM dans des domaines tels que le support Drupal 8, la gestion des taxes, la traduction, la gestion de la communauté, la documentation et bien d'autres. Les sprints sont une excellente façon d'apprendre à développer avec CiviCRM. Il y a également beaucoup de tâches pour les non-programmeurs, incluant les tests, la documentation et la traduction. Le sprint de Montréal aura lieu en même temps que celui de Washington DC, donc attendez-vous à beaucoup d'activité durant ces dates!
    NB: les événements auront lieu dans un mélange de français et d'anglais. Nous prévoyons une forte présence de participants des États-Unis. Nous encouragerons les gens à s'exprimer dans leur langue de préférence et nous tenterons d'accommoder dans la mesure du possible. Si vous avez des besoins particuliers, n'hésitez pas à nous contacter.

    [QC Québec] Introduction à GIMP et Inkscape - Le mercredi 27 septembre 2017 de 18h00 à 21h00.

    LinuQ Le groupe de logiciels libres de la Ville de Québec Présente Introduction à GIMP et Inkscape 27 septembre 2017, 18h00 Centre de loisirs St-Louis-de-France. Inscription annuelle obligatoire sur le site 4loisirs.com

    [FR Lyon] Open Street Map initiation à la cartographie libre - Le jeudi 28 septembre 2017 de 13h30 à 15h30.

    Open Street Map est un projet de cartographie libre dont le but est de rendre les données géographiques accessibles et utilisables par tous.

    Cet atelier vous propose de réaliser votre propre carte interactive à l’aide d’outils libres et incroyablement simples.

    Collecter des données dans un tableur, importer des coordonnées GPS, enrichir sa carte avec des images ou des vidéos la cartographie numérique devient un jeu d’enfant.

    [FR Challans] Permanence Linux - Le jeudi 28 septembre 2017 de 18h00 à 20h00.

    Chaque dernier jeudi du mois, Linux Challans vous donne rendez-vous à l'Albanera Café, 17 rue du Général Leclerc 85300 Challans.

    Nous vous proposons lors de ces rendez-vous mensuels d'échanger autour du Libre, des conseils ou une assistance technique.

    Vous pouvez venir pour vous faire aider, ou aider, à installer et paramétrer une distribution GNU/Linux de votre choix ou des logiciels libres sur votre ordinateur.

    Recommandations

    • Sauvegardez vos données avant de venir.
    • Libérez de la place sur le disque dur (20 Go minimum) et défragmentez Windows si vous voulez le conserver.
    • Nous prévenir de votre passage via la messagerie.

    Vous pouvez aussi venir pour une première prise d'informations et de contacts.

    Nous vous attendons toujours plus nombreux !

    [FR Peymeinade] Install-Party GNU/Linux - Le jeudi 28 septembre 2017 de 19h00 à 21h00.

    Désormais tous les 4èmes Mercredi du mois, Clic Ordi et Linux Azur vous proposent une install-party ouverte à tous et gratuite.

    • Découvrez un monde rempli de Papillons, licornes, mais surtout de manchots !
    • Plus besoin de se soucier des virus et autres logiciels malveillants.
    • Le support de Windows Vista s'arrête dans un an, et les principaux logiciels ont déjà arrêté leurs mise à jour, réagissez !
    • Ramenez vos ordinateurs obsolètes et donnez leur une seconde vie.

    Nous aimerions développer autour de Handy-Linux (et de sa future mouture avec Debian-Facile) afin de répondre à des besoins simples pour des personnes difficiles à former et pouvant se retrouver en fracture numérique).

    Nous sommes ouvert à tout, y compris à la bidouille sur l'atelier avec le fer à souder.

    Organisé conjointement par http://clic-ordi.com/fr et https://www.linux-azur.org

    [FR Riedisheim] Présentation de Linux et des Logiciels Libres - Le jeudi 28 septembre 2017 de 19h00 à 22h00.

    Au sein de la réunion de lancement du Club Informatique de l'ASCAR de Riedisheim, la MJC du Cheval Blanc de Wintzenheim présentera son activité Linux et les Logiciels Libres qui aura lieu tous les deux jeudis soirs à 19h.

    Lors de cette présentation, nous répondrons à toutes les questions que vous pourrez vous poser au sujet de cette activité et bien sûr des Logiciels Libres.

    [FR Paris] Silex Labs Apéropensource #44 - Le jeudi 28 septembre 2017 de 19h00 à 23h00.

    Les apéros de Silex Labs

    Tous les derniers jeudi du mois retrouvez nous pour discuter et se rencontrer autour de l’opensource. Ces soirées de rencontres, d’échange et de liberté vous offrent l’occasion de poser les questions que vous n’avez jamais osé poser, challenger vos idées de projets avec des professionnels plus expérimentés ou tout simplement de passer un bon moment avec des gens partageant la même passion que vous.

    Attention please La station – ligne 4 – Réaumur Sébastopol est fermée. Rendez vous plutôt du côté d’Etienne Marcel ou de Strasbourg Saint Denis et marchez un peu. Cela ne peut que vous faire que du bien. 

    L’apéro de ce mois-ci

    Le mois de septembre est toujours un peu morose mais ce n’est pas une raison pour ne pas préparer l’année qui vient Silex Labs fait sa rentrée avec vous vous êtes étudiant Venez nous parler des sujets que vous aimeriez apprendre. Vous êtes l’expert de votre entourage sur un outil ? Organisons ensemble un atelier et mettons à profit votre soif de partage de connaissance

    Dès que vous êtes prêt, rendez-vous direct sur la terrasse du bar “Le Capitole”, 105 Boulevard de Sébastopol, 75002 Paris à partir de 19H00.

    [FR Lyon] Mapathon Missing Maps Validation - Le jeudi 28 septembre 2017 de 19h15 à 22h00.

    Venez nous aider à cartographier sur OpenStreetMap, la carte du monde collaborative et libre au cours d'un mapathon

    CartONG et l'Atelier des médias, vous invitent à un mapathon Missing Maps spécial VALIDATION

    Vous êtes évidemment bienvenu si vous souhaitez tout simplement découvrir OSM et la contribution..

    L’objectif du projet Missing Maps est de créer des cartes pour les zones de crise des pays en voie de développement qui en ont le plus besoin.

    En effet, on peut penser qu'aujourd'hui toutes les parties du monde sont cartographiées, mais en réalité nombreuses régions ne possèdent encore aucunes cartes.

    L'objectif de Missing Maps est donc de cartographier toutes ces zones encore invisibles sur les cartes, pour permettre par la suite aux collectivités locales et acteurs de l'humanitaire de pouvoir agir plus efficacement en cas de crise. 

    MAPATHON SPECIAL VALIDATION

    A l'occasion de ce prochain mapathon à Lyon nous proposons de vous former à la validation ! Vous avez déjà participé à un mapathon et appris à contribuer ?

    Maintenant apprenez à valider ! La validation est l'étape de correction et de vérification qui permet de s'assurer que la carte a bien été faite en suivant les instructions du projet, et sans erreurs.

    Le principe est simple, on retourne sur les carrés marqués comme complétés, et on corrige/ajuste les contributions avant de marquer le carré comme validé !

    Cette étape est indispensable pour finir un projet Missing Maps.

    Lors de ce mapathon spécial apprentissage à la validation, nous vous présenterons les erreurs courantes à corriger, et nous vous aiderons à résoudre les conflits qui apparaissent dans la base de données.

    Pensez à installer JOSM avant de venir au mapathon !

    Le programme de la soirée

    • 19h15 : accueil des participants
    • 19h20 : Mot de bienvenue, présentation du projet Missing Maps et du déroulement de la soirée
    • 19h30 : Formation à la validation
    • 19h40 : Cartographions !

    Lightning Talks 

    • 22:00 Fin du mapathon

    OÙ?

    L' Atelier des Médias nous accueille gracieusement pour cet événement, nous les en remercions !

    Venez nombreux, et n'oubliez pas votre ordinateur portable, et souri(re)s !

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 28 septembre 2017 de 19h30 à 22h30.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

    Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

    Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

    Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

    On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

    Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

    Programme non exhaustif

    • Fedora (sa traduction)
    • Parinux, ses bugs et son infrastructure
    • April, … y a toujours quelque chose à faire
    • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
    • Schema racktables, son code
    • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
    • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
    • En vente libre, maintenance et commandes
    • Open street map, une fois par mois
    • Linux-Fr sait faire
    • en vente libre

    tout nouveau projet est le bienvenu.

    [FR Montpellier] Les logiciels libres, parlons-en ! - Le vendredi 29 septembre 2017 de 17h00 à 19h00.

    Le Faubourg Marché, qu’est-ce que c’est ?

    Le Faubourg Marché est une permanence partagée qui permet aux associations d’accueillir ensemble, les publics de ces associations une fois par semaine, le vendredi entre 17h00 et 19h00, au 19, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier.

    Proposition de programme :

    • discussions autour de l’organisation d’événements
    • gestion des groupes de travail
    • propositions diverses
    • présentation de l’asso

    Alors, si vous avez un peu de temps le vendredi soir, voici une occupation qui me semble très intéressante.
    Montpel’libre est une association et un groupe d’utilisateurs (GULL), qui propose une multitude d’activités dans le cadre de la promotion des logiciels libres, et des Communs.
    Depuis longtemps déjà, Montpel’libre participe à l’économie sociale et solidaire en organisant tout un éventail d’ateliers et de manifestations, au développement durable et à l’innovation sociale au travers de permanences et ateliers de présentations des logiciels libres et évidement les cartoparties, véritable actions citoyennes, sur le thème de l’accessibilité des personnes en situation de handicap.
    L’activité économique, l’intérêt collectif, le fonctionnement démocratique, autant d’éléments que porte Montpel’libre, en proposant un accès entièrement libre et gratuit à une éducation populaire, au travers de ses ateliers à destination de tous les publics.

    Les logiciels libres parlons-en ! Ouvrons le dialogue sur l’ouverture des données ! Partageons nos expériences pour une meilleure transmission des connaissances.

    Ces permanences sont suivies d’un Apéro « refaire le monde » convivial et partagé, de 18h30 à 21h30. Elles ont lieu au Faubourg marché, tous les vendredis de 17h00 à 19h00 :

    • vendredi 1 septembre 2017 de 17h00 à 19h00
    • vendredi 8 septembre 2017 de 17h00 à 19h00
    • vendredi 15 septembre 2017 de 17h00 à 19h00
    • vendredi 22 septembre 2017 de 17h00 à 19h00
    • vendredi 29 septembre 2017 de 17h00 à 19h00

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le Faubourg Marché et Montpel’libre.

    Vendredis 1, 8, 15, 22 et 29 septembre 2017 de 17h00 à 19h00
    Le Faubourg - 15, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier

    [FR Paris] Apéro April - Le vendredi 29 septembre 2017 de 19h00 à 22h00.

    Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d'échanger, de partager un verre et manger mais aussi de discute r sur le logiciel libre, les libertés informatiques, fondamentales, l'actualité et les actions de l'April…

    Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l'April ou pas.

    N'hésitez pas à venir nous rencontrer.

    Où et quand cela se passe-t-il ?

    L'apéro parisien aura lieu vendredi 29 septmbre 2017 à partir de 19h00 dans les locaux de l'April.

    L'adresse :
    April, 44/46 rue de l'Ouest, bâtiment 8, 75014 Paris (entrée possible par la place de la Catalogne, à gauche de la Biocoop, au niveau des Autolib).
    Métros Gaîté, Pernety, Montparnasse. Sonner à "April" sur l'interphone.
    Le téléphone du local : 01 78 76 92 80.

    L'Apéro a lieu à Paris notamment parce que le local s'y trouve ainsi que les permanents et de nombreux actifs. Pour les apéros dans les autres villes voir plus bas.

    En ouverture de l'apéro nous ferons un court point sur les dossiers/actions en cours. 

    Le glou et le miam ?

    Vous pouvez apporter de quoi boire et manger afin de reprendre des forces régulièrement. Nous prévoirons bien sûr un minimum vital.

    Vous pouvez vous inscrire sur le pad.

    [FR Nantes] Conférence gesticulée Informatique ou libertés ? - Le vendredi 29 septembre 2017 de 19h00 à 22h00.

    Le vendredi 29 septembre, FAImaison accueillera Lunar pour sa conférence gesticulée « Informatique ou libertés ? ».

    « Travailler, s’informer, jouer, vivre ses amitiés, se soigner, consommer ou se révolter… Quel contrôle avons-nous sur ces ordinateurs devenus omniprésents ? À qui facilitent-ils vraiment la vie ? L'apparente complexité technique cache des enjeux politiques. Lunar partage dans sa conférence vingt ans d’expérience technique et militante pour nous aider à y voir clair et à nous organiser. »

    Qu'est ce qu'une conférence gesticulée ?

    « Un outil d’éducation populaire (mi-spectacle, mi-conférence) qui mêle autobiographie, analyses et théories. Un mélange de choses vécues, comprises ou apprises pour transmettre des savoirs politiques. »

    Cette conférence sera suivi d'un café vie privée le samedi 30 septembre de 14h à 18h à la Dérive Social Club à Nantes. Cet événement est l'occasion d'échanger sur la protection des données personnelles lors de plusieurs ateliers thématiques qui ont lieu tout au long de l’après­-midi.

    [CH Zurich] RustFest - Du samedi 30 septembre 2017 à 08h00 au dimanche 1 octobre 2017 à 18h00.

    What is Rustfest again

    It’s a two day conference involving one day of workshops, and one day of talks

    We aim for a diverse set of talks technical and non-technical, advanced and beginner friendly, live coding and slide based.

    If you like Rust, the community, or just hacking in general we aim to have something to appeal to you. This year the conference will host up to 300 awesome folks.

    www.rustfest.eu

    blog.rustfest.eu

    [FR Villeneuve d'Ascq] Libre à Vous - Le samedi 30 septembre 2017 de 09h00 à 12h00.

    Vous souhaitez tester GNU/Linux sur votre ordinateur, vous recherchez un logiciel pour une fonction précise, des conseils ou de l'aide sur les logiciels libres?

    Libre à Vous est une permanence destinée à vous faciliter l'utilisation de l'informatique. Vous repartirez avec « le plein » de logiciels libres, fiables, évolutifs, performants et gratuits.

    C'est chaque samedi matin au Centre d'Infos Jeunes à la ferme Dupire, 80 rue Yves Decugis à Villeneuve d'Ascq (métro Triolo) de 9h00 à 12h00.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Valenciennes] Permanence ValLibre - Le samedi 30 septembre 2017 de 09h30 à 12h00.

    Permanence assistance informatique.

    Dépannage petits bobos informatiques.

    Initiation à l'informatique libre.

    Tous les samedis ouvrables sauf les derniers samedis du mois et les samedis en période de vacances scolaires.

    Si besoin particulier, la prise de rendez-vous est fortement conseillée.

    Téléphone accueil MQCV : 03 27 22 43 90

    [FR La Couronne] Permanence - accueil public - Le samedi 30 septembre 2017 de 10h00 à 13h00.

    Notre permanence d'accueil avec le sourire, le café et les gâteaux !

    Lieu de rencontre et d'échange convivial pour discuter informatique et outils numériques.

    Cette association permet à chacun de découvrir également l'univers de Linux et par extension de tous les **logiciels* et matériels libres*.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Saignon] Journée : GNU/Linux - Le samedi 30 septembre 2017 de 10h00 à 17h00.

    Foyer Rural de Saignon - Club Informatique et Linux ventoux

    Présente.

    Journée GNU/LINUX

    Conférences - débats - démonstrations.

    Entrée libre et gratuite.

    Au programme :

    10h-12h Conférence.

    Présentation de GNU/LINUX, suivi d'un débat.

    12h Pause déjeuner.

    14h-16h  Conférence avec débat.

    17h clôture de la journée.

    Tout au long de la journée, profitez de nombreux stands (démonstration de logiciels libres et gratuits, etc).

    Apportez votre ordinateur, nous vous aiderons à installer GNU/LINUX.

    Plus de renseignements tél :

    [FR Saignon] Présentation Logiciels et Systèmes Libres - Le samedi 30 septembre 2017 de 10h00 à 17h00.

    Deux (2) présentations sur le Logiciel Libre à 10h et 14h.

    Tout au long de la journée, nombreux stands d'informations

    • démonstration installation d'un système libre,
    • install-party pour les aventuriers qui viendront avec un PC (+ 5 ans),
    • découverte des logiciels LibreOffice, VLC, Firefox, Thunderbird, Audacity, SweetHome 3D, 7-Zip…

    Localisation OpenStreetMap Accès village de Saignon

    [FR Marseille] Install Party GNU/Linux - Le samedi 30 septembre 2017 de 14h00 à 19h00.

    L’association (CercLL d’Entraide et Réseau Coopératif autour des Logiciels Libres) vous invite à une install party ***{::}GNU/Linux, le, dans la salle du *Foyer du Peuple 50 rue Brandis 13005 Marseille*{::}.*

    Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d’utiliser votre ordinateur.

    Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou et le, les mascottes de

    Au programme :

    DÉCOUVERTE de l’univers des logiciels libres.

    INSTALLATION d’un environnement GNU/ Linux, ainsi que le meilleur des logiciels libres.

    Venez avec votre ordinateur, nous installerons ensemble une distribution avec un ensemble de et pour une utilisation quotidienne.

    Ouvert à tous – accessible aux débutant-e-s

    Une participation de 2 euros est demandée.

    L’adhésion à l’association est de 20 euros annuelle.(L’adhésion n’est pas obligatoire).

    Plan d’accés

    [FR Quimper] Install-party - Le samedi 30 septembre 2017 de 14h00 à 18h00.

    Le samedi 30 septembre 2017 de 14h à 18h le Centre des Abeilles 4 rue Sergent Le Flao à Quimper (plan d’accès) invite Linux Quimper à organiser une « Install Party ».

    Une install-party, c‘est l’occasion de découvrir, tester et installer sur son ordinateur personnel le système GNU/Linux  alternative libre, complète et gratuite, aux systèmes Mac et Windows.

    Des bénévoles, utilisateurs des diverses distributions de GNU/Linux, seront là pour vous aider, conseiller, partager leurs connaissances.

    Cette journée sera un temps de partage et d’échange. Si vous avez quelques connaissances du système GNU/Linux, n’hésitez pas à venir aider ces personnes qui désirent passez sous ce système libre et gratuit. Inscrivez-vous sur le forum de Linux Quimper

    [FR Strasbourg] Décentraliser ses usages numériques - Le samedi 30 septembre 2017 de 14h00 à 18h00.

    Lors de cet atelier, des bénévoles d’Alsace Réseau Neutre et d’autres associations, vous proposent de reprendre le contrôle sur vos données numériques en vous accompagnant dans l’adoption de solutions alternatives à vos usages numériques courants.

    Concrètement, il s’agit de vous aider à :

    • Configurer votre navigateur pour limiter les données transmises à votre insu
    • Découvrir des services numériques éthiques
    • Installer Linux ou LineageOS (Install Party)
    • Prendre en main une solution d’auto-hébergement qui vous permet d’avoir votre propre cloud de fichier, d’héberger votre site web ou encore vos mails (La brique Internet / YunoHost)

    Tout public
    Gratuit (dons acceptés)
    *Inscriptions : , *

    [FR Schiltigheim] Install Party Linux - Le samedi 30 septembre 2017 de 14h00 à 17h00.

    Vous avez un ordinateur fixe ou portable avec un Windows Vista, Seven, 10, ou encore XP et celui-ci est lent ou avec des logiciels indésirables ?

    Votre utilisation de l’ordinateur se limite à consulter vos mails, stocker vos photos et films de vacances ainsi qu’à faire quelques recherches sur Internet.

    Vous avez envie d’essayer ou d’adopter un nouveau système plus basé sur une philosophie due partage de connaissances et respectueux de votre vie privée ?

    Pour vous accompagner dans la transition, l’association Desclicks – L’Informatique Solidaire organise le samedi 30 septembre de 14h à 17h une Install Party Linux dans ses locaux du 3 rue St Paul.

    Au cours de l’Install Party vous pourrez tester un système Linux directement sur votre ordinateur et apprendre à l’installer avec l’aide des bénévoles engagés dans l’association.

    Interface mate sous LinuxMint 18Une distribution LinuxUbuntu ou LinuxMint par exemple – est un ensemble de programmes permettant de faire fonctionner rapidement votre ordinateur en utilisant moins de ressources que peuvent le faire les alternatives commerciales comme les systèmes Microsoft.

    Ces distributions vous permettent de travailler directement avec des outils Libres : LibreOffice pour la bureautique, Firefox pour Internet et Thunderbird pour vos mails.

    De nombreux programmes sont également installables facilement via une logithèque intégrée. La majeure partie des programmes intégrés et disponibles via la logithèque sont Libres.

    Cela signifie qu’ils offrent à chacun les libertés d’utiliser, d’étudier, de (re)distribuer et de modifier leur fonctionnement afin de les améliorer.

    Quelques conseils pour passer une bonne Install party :

    [FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 30 septembre 2017 de 14h00 à 18h00.

    Présentation de l'E2L

    Quel est le rôle de l'école du logiciel libre ?

    Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

    Comme toutes les écoles, son rôle est d'apprendre à ses élèves les logiciels libres, c'est-à-dire :

    • comment en trouver de bons parmi les nombreux sites qui en proposent,
    • comment en prendre possession en fonction des licences,
    • comment les installer en fonction de ses besoins,
    • comment les tester et les utiliser,
    • comment en comprendre le fonctionnement pour ensuite les modifier,
    • comment écrire ses propres logiciels libres.

    En fait, l'école du logiciel libre est une université populaire, comme celles qui ont vu le jour en France à partir du 19 ème siècle, et dont le but est de transmettre des connaissances théoriques ou pratiques à tous ceux qui le souhaitent. Et pour atteindre ce but, sa forme juridique est de type " association à but non lucratif ".

    Comment fonctionne l'école ?

    Cette école étant une association, elle possède, comme toutes les autres, un bureau, élu chaque année en assemblée générale, pour l'administrer. Mais elle a aussi des responsables pédagogiques dont le rôle est essentiel car ce sont eux qui établissent les programmes des cours en fonction des souhaits des adhérents, valident les candidatures des enseignants et affectent les sessions.

    Les membres du bureau et les responsables pédagogiques forment "l'encadrement de l'école ". Tous les membres "encadrants" doivent être membres de l'association.

    Les locaux où se déroulent les cours seront ceux que l'on veut bien nous prêter : une salle des fêtes, un théâtre, une salle de réunion publique, un amphi dans une école publique, ou autre.

    Les thèmes des cours sont définis par les adhérents en fonction de leurs envies, de leurs besoins. Les cours sont ensuite décidés par les responsables pédagogiques de l'école en fonction des enseignants disponibles.

    Afin de permettre au plus grand nombre de participer et d'assister aux cours, les sessions se tiennent essentiellement le samedi. Une première de 9h à 12h30, et une autre de 14h à 17h30.

    Programme détaillé sur le site http://e2li.org

    [FR Castelnau-le-Lez] Ateliers d’initiation au développement web - Le samedi 30 septembre 2017 de 14h00 à 16h00.

     Une année est passée, à la rencontre tous les samedis matins, d’un public curieux âgé de 13 à 50 ans, qui sentait grandir sa dépendance vis à vis du numérique, de l’internet et du web.

    Ainsi, pour le bonheur de tous, cette formation sera reconduite pour l’année scolaire 2017/2018 !

    Dès le mois de septembre 2017, les samedis et sur deux créneaux horaires de 14h à 16h pour les novices et de 16h à 18h pour les amateurs, Murelh animera à nouveau l’atelier d’initiation au développement web, à la Mjc de Castelnau-le-Lez (34) !

    Le but de cet atelier est de faire découvrir le métier de technicien développeur web PHP, partager ses connaissances et son savoir-faire dans le domaine.

    Les inscriptions se feront à la Mjc avec deux séances découverte.

    Programme novice

    • Comprendre les langages de balisage HTML et CSS
    • Utiliser les navigateurs pour inspecter son code
    • Comprendre l’algorithmique avec Javascript et PHP
    • Utiliser les frameworks jQuery et Bootstrap

    Programme amateur

    • Créer des pages dynamiques avec PHP
    • Apprendre l’AJAX
    • Envoyer des e-mail avec PHP
    • Créer un site web depuis un template et un framework PHP

    Prérequis (pour une réussite garantie)

    • Ordinateur portable
    • Motivation
    • Projet concret
    • Travail à la maison

    Pourquoi ? Lors des séances, chacun a besoin de sa machine pour faire les expériences et montrer les notions non acquise durant la semaine.

    Programmer c’est facile, mais ça demande de la patience et de la motivation, car il s’agira souvent de résoudre des casses-têtes et plus fréquemment encore de corriger ses propres erreurs.
    D’après l’expérience du formateur, le seul moyen d’accomplir ces taches, c’est d’avoir un projet, un objectif.

    Le nombre de places par séance est limité à 6 personnes. Cela permet d’être disponible pour tout le monde.
    Aussi, il sera demandé au bout de quelques semaines à ce que l’on soit vraiment intéressé par le sujet et d’avoir le temps de s’y investir. Ça serait dommage de partir en milieu d’année en laissant une chaise vide !

    Attention ! Cette session de partage d’expérience n’a pas pour vocation de faire de vous des professionnels ou de faire concurrence à des programmes de formations diplômantes.

    Cette formation est juste proposée par un professionnel avec qui vous pourrez discuter et poser des questions en relation à votre projet web.

    Les Ateliers d’initiation au développement web ont lieu à la Mjc André Malraux de Castelnau-le-Lez, tous les samedis de 14h00 à 18h00, sauf périodes de vacances :

    • samedi 16 septembre 2017
    • samedi 23 septembre 2017
    • samedi 30 septembre 2017

    Mjc Centre André Malraux 10, avenue de la Moutte, 34170 Castelnau-le-Lez

    [FR Nantes] Café Vie Privée / Chiffrofête / Cryptoparty - Le samedi 30 septembre 2017 de 14h00 à 18h00.

    L'association FAIMAISON organise un café vie privée le samedi 30 septembre de 14h à 18h à la Dérive Social Club à Nantes.

    Cet événement est l'occasion d'échanger sur la protection des données personnelles lors de plusieurs ateliers thématiques qui ont lieu tout au long de l’après­-midi.

    De 14h à 14h30 accueil

    De 14h30 à 16h 4 ateliers au choix

    • Protéger sa vie privée en ligne: échanges sur les bonnes pratiques d’hygiènes numériques (naviguer sur Internet, gérer ses mots de passe, etc.), les alternatives libres, les metadonnées, le cyberharcèlement, etc.
    • Chiffrer ses communications: initiation au chiffrement de mails avec PGP et de sms avec Silence ou Signal.
    • Chiffrer son trafic sur Internet: découvrir pourquoi et comment chiffrer son trafic avec un VPN (réseau privé virtuel).
    • Protéger son anonymat: présentation du système d’exploitation Tails et du réseau Tor. Installation possible de Tails sur clé USB.

    • Chiffrer ses communications: initiation au chiffrement de mails avec PGP et de sms avec Silence ou Signal.

    • Chiffrer son trafic sur Internet: aller plus loin en apprenant à configurer un VPN.

    • Protéger ses données sur son smartphone: démonstration pratique des traces laissées par les applications*.*

    N’hésitez pas à venir avec votre ordinateur Vous pourrez en profiter pour installer des outils lors des ateliers pour protéger votre vie privée.

    Ou venez avec une clé USB avec un espace d’au moins 4Go pour installer le système Tails.

    [QC Sherbrooke] SQIL - Sherbrooke Mini Maker Faire - Le samedi 30 septembre 2017 de 01h00 à 17h00.

    Le Maker Faire est à la fois une fête de la science, une foire populaire et l’événement de référence de l’innovation partout dans le monde. Ce concept totalement unique regroupe kiosques de démonstration, ateliers de découverte, spectacles et conférences autour des thèmes de la créativité, de la fabrication, des cultures «Do It Yourself» et «Makers». Cet événement réunit des passionnés de technologies, des artisans, des industriels, des amateurs, des ingénieurs, des clubs de science, des artistes, des étudiants et des Startup. Ensemble, ils forment la communauté des Makers et viennent pour montrer leurs créations, partager leurs connaissances… Nous l’appelons le plus grand spectacle sur la terre – une vitrine plaisante et familiale sur l’invention, la créativité et la fabrication personnelle. La 2ème édition du Mini Maker Faire de Sherbrooke se tiendra au 400, rue Marquette le 30 septembre prochain. Vous souhaitez participer ? Rejoignez la communauté des Makers en vous inscrivant à notre appel !

    [FR Brignoles] Réunion Ateliers Libres - Le dimanche 1 octobre 2017 de 08h00 à 17h00.

    GULLIVAR (Groupe d’Utilisateurs de Logiciels Libres de l’Intérieur du VAR) vous invite à une journée atelier/présentation qui aura lieu le dimanche 1 Octobre 2017, dès 8h00, en la salle des Saint Anges, chemin de San Sumian à Brignoles.

    Atelier Libre à la demande.

    Cette journée est ouverte à tous, adhérents et sympathisants.

    Un accès haut débit (Ethernet & Wifi) est disponible pour la mise à jour et l’installation de distributions GNU/Linux.

    Lire les commentaires

  • Librem 5, un projet de téléphone mobile libre tournant sous GNU/Linux ! (Dépêches LinuxFR)

    C’est en lisant un article sur le site Generation-NT) que j’ai appris l’existence d’un projet de téléphone mobile tournant sous PureOS, une distribution GNU/Linux basée sur Debian. Comme l’explique l’article, « son idée est de se focaliser sur le logiciel libre, la sécurité et le respect de la vie privée. » Le rêve ! De plus, KDE se raccroche au projet afin de proposer Plasma (oui, je suis fan de KDE/Qt depuis des années), mais il y aura aussi GNOME, a priori.

    La société derrière ce projet, Purism, a ouvert une campagne de financement participatif jusqu’au 23 octobre 2017 (si j’ai bien compté) avec pour objectif de lever 1 500 000 US$. Au moment ou j’écris cet article, ils ont levé 511 630 US$, soit 34 % de la somme attendue.

    Les objectifs du projet sont détaillés dans la suite de l’article.

    Le téléphone mobile sera capable de faire tourner des applications HTML 5, mais dans les questions‐réponses sur le site de Purism dédié au projet, il est expliqué qu’il est prévu de faire tourner des applications Android dans un second temps.
    La distribution GNU/Linux prévue est, comme je le disais, PureOS, mais rien n’empêchera de faire tourner d’autres distributions comme Debian, Ubuntu, Suse, Fedora, Arch Linux, etc.

    La configuration matérielle prévue est la suivante :

    • écran de 5 pouces (technologie et définition non précisées) ;
    • processeur mobile i.MX6 ou i.MX8 de NXP (Freescale) à architecture ARM, avec une isolation entre la partie chargée de la téléphonie et le processeur ;
    • processeur graphique Vivante avec pilotes libres ;
    • 3 Gio de mémoire vive ;
    • 32 Gio d’espace de stockage (extensibilité non précisée) ;
    • capteur photo arrière et avant ;
    • prise Jack ;
    • connecteur USB type C ;
    • Compatible 2G/3G/4G : GSM, UMTS et LTE ;
    • Wi‐Fi ;
    • Bluetooth ;
    • capteurs:
      • GPS,
      • accéléromètre,
      • gyroscope,
      • boussole,
      • détecteur de lumière ambiante,
      • capteur de proximité.

    Lire les commentaires

  • Du reverse tethering, en Rust (Journaux LinuxFR)

    Bonjour nal,

    La dernière fois, je t'ai présenté Gnirehtet, un outil de reverse tethering pour Android.

    Eh bien, je l'ai réécrit en Rust.

    Rust est un langage de programmation développé par Mozilla Research, utilisé entre autres par Servo, le futur moteur web de Firefox.

    Gnirehtet 2

    Pour l'utilisateur, le principal avantage de cette version rouillée est de ne pas avoir à installer l'environnement d'exécution Java. Par ailleurs, la gestion de la ligne de commande est maintenant implémentée dans le serveur relais directement plutôt que dans des scripts shell, afin d'avoir un comportement plus cohérent entre les différentes plates-formes.

    L'utilisation est (preque) la même que la version 1. Pour partager la connexion de l'ordinateur avec un téléphone ou une tablette Android, il suffit d'exécuter :

    ./gnirehtet run
    

    (bien sûr, adb doit être installé)

    Pour plus de détails : README.

    Le principe de fonctionnement est exactement le même. J'ai mis à jour la page développeurs pour prendre en compte la version Rust.

    Rust

    Cette réécriture a été pour moi l'occasion d'apprendre Rust, qui utilise plusieurs concepts intéressants :

    • abstractions sans coût
    • sémantique de mouvement
    • garantie de sûreté de la mémoire
    • fils d’exécution sans accès concurrent
    • généricité avec les traits
    • filtrage par motif
    • inférence de type
    • environnement d’exécution minimal
    • bindings C efficaces

    J'ai écrit mes retours sur le langage, en particulier sur les difficultés que peuvent poser les contraintes imposées par les borrowing rules, dans un billet de blog :

    La nimage.

    Autres liens

    RIIR

    Il paraît que certaines personnes demandent aux auteurs de réécrire leur logiciel en Rust. Ça m'a fait sourire, donc vous le partage : Have you considered Rewriting It In Rust?

    Lire les commentaires

  • Librem 5, un projet de smartphone libre tournant sous GNU/Linux ! (Dépêches LinuxFR)

    C'est en lisant un article sur le site Generation-NT (lien vers l'article) que j'ai appris l’existence d'un projet de smartphone tournant sous PureOS, une distribution GNU/Linux basée sur Debian. Comme l'explique l'article, "son idée est de se focaliser sur le logiciel libre, la sécurité et le respect de la vie privée". Le rêve ! En plus, KDE se raccroche au projet afin de proposer Plasma (oui, je suis fan de KDE/Qt depuis des années), mais il y aura aussi GNOME à priori.

    La société derrière ce projet, Purism, a ouvert une campagne de financement participatif jusqu'au 23 octobre 2017 (si j'ai bien compté) avec pour objectif de lever 1 500 000 dollars. Au moment ou j'écris cet article, ils ont levé 511 630 dollars, soit 34 % de la somme attendue.

    Les objectifs du projet sont détaillés dans la suite de l'article.

    Le smartphone sera capable de faire tourner des applications HTML 5, mais dans les questions/réponses sur le site de Purism dédié au projet (lien), ils expliquent qu'ils prévoient de faire tourner des applications Android dans un second temps.
    La distribution prévue est , comme je le disais, PureOS, mais rien n'empêchera de faire tourner d'autres distributions comme Debian, Ubuntu, Suse, Fedora, Arch Linux, etc…

    La configuration matérielle prévue est la suivante :
    * Écran de 5 pouces
    * Processeur mobile i.MX6 ou i.MX8 de NXP (Freescale) à architecture ARM avec une isolation entre la partie chargée de la téléphonie et le CPU
    * GPU Vivante avec pilotes libres
    * 3 Go de RAM
    * 32 Go d'espace de stockage
    * Capteur photo arrière et avant
    * Prise Jack
    * USB Type C
    * Compatible 2G/3G/4G, GSM, UMTS, et LTE networks
    * WiFi
    * Bluetooth
    * Capteurs:
    * GPS
    * Accéléromètre
    * Gyroscope
    * Boussole
    * Détecteur de lumière ambiante
    * Capteur de proximité

    Lire les commentaires

  • Outil de déploiement et de configuration d'un cluster HPC ou d'un réseau de machines : Banquise (Dépêches LinuxFR)

    C’est avec plaisir que je vous présente Banquise, un outil libre pour déployer et maintenir une grappe de serveurs (cluster) de calcul HPC (High Performance Computing), mais aussi apte à gérer un parc de stations de travail sous GNU/Linux.

    Banquise est basé sur Salt Stack, un outil de déploiement de configurations, comme Puppet ou Ansible. L’ensemble de la configuration est dynamiquement généré, appliqué, et mis à jour au cours de la vie de la grappe de machines.

    Banquise est pour le moment compatible RHEL / Centos 7.2+, mais devrait intégrer les branches Debian / Ubuntu rapidement.

    L’outil est encore en bêta, mais s’avère suffisamment stable pour être utilisé, moyennant un minimum de connaissances de GNU/Linux.

    Les briques actuellement présentes sont :

    • pile de base : les éléments communs à tous les nœuds :
      • IP statique,
      • Repository,
      • DHCP,
      • DNS,
      • PXE (legacy),
      • NTP,
      • Shinken,
      • LDAP + SSSD ;
    • entrées‐sorties : nœuds dédiés au stockage :
      • NFS ;
    • outils HPC : nœuds dédiés au calcul :
      • Slurm ;
    • autres :
      • Workstation (GNOME)

    Vous trouverez Banquise sur GitHub, et sa documentation sur le wiki du dépôt Git.

    Un salon de discussion est ouvert sur slack, pour toute aide. Si vous rencontrez des difficultés durant le test, n’hésitez pas à me contacter. Il en va de même si vous pensez qu’une fonctionnalité est manquante.

    Lire les commentaires

  • OpenDBViewer 1.0.1, lecteur de base de données léger SQLite & MySQL (Dépêches LinuxFR)

    OpenDBViewer est un petit logiciel qui permet dans une interface très simple de se connecter à une base de données SQLite ou MySQL.

    Je l’avais d’abord conçu en Python pour mes besoins personnels et professionnels. Ce logiciel a été ensuite converti en C++ avec Qt. Bien qu’il soit opérationnel, beaucoup de choses pourraient l’améliorer. Pour cela, les contributions des utilisateurs et des développeurs sont chaleureusement espérées.

    OpenDBViewer utilise un système d’onglets pour visualiser plusieurs tables et bases en même temps.

    Capture d’écran d’OpenDBViewer

    Après avoir eu la volonté de migrer ce logiciel en C++ avec Qt, j’ai eu l’opportunité de proposer ce travail comme mini projet de stage au sein de mon entreprise, sous ma tutelle. Une stagiaire a donc effectué le gros du travail et après un peu de remise en forme du code, nous avons choisi de mettre les sources à disposition de la communauté sous la licence GNU GPL v3. la compilation nécessite Qt5 base devel et Qt5 qttranslations. Les chaînes de compilation de mon entreprise me permettent ainsi de facilement empaqueter l’application pour GNU/Linux (Debian), Windows et macOS.

    J’avoue que nous avons peu de temps pour travailler sur ce projet, mais nous allons continuer à lui apporter quelques améliorations petit à petit en fonction nos besoins. Vos êtes invités à vous joindre à nous : toutes les contributions et les retours de bogues seront traités dans les meilleurs délais. ;)

    Lire les commentaires

  • À propos de boohu, un nouveau jeu roguelike, et puis de quelques autres (Journaux LinuxFR)

    Sommaire

    Bonjour Nal,

    Aujourd'hui je viens te parler de boohu, un jeu roguelike libre que je suis en train de coder. Je vais aussi te parler de mon expérience avec quelques autres jeux libres du même genre, histoire de t'encourager à les essayer : il y en a pour tous les goûts ou presque !

    Donc, d'abord, un roguelike, c'est quoi ? Traditionnellement, c'est un jeu d'exploration de donjon au tour par tour, comme le tout premier jeu du genre qui, surprise, s'appelle Rogue et date des années 80. Depuis, le genre a beaucoup évolué, mais l'idée de base est souvent la même : le joueur contrôle un personnage sur une carte générée procéduralement et choisit à chaque tour d'effectuer une action. La priorité est donnée en général au gameplay, même si de nos jours certains jeux du genre font plus attention aussi au reste. Il y a souvent tout plein de monstres et d'objets divers et variés, et il s'agit de se dépatouiller avec pour survivre, car, contrairement à d'autres jeux comme les jeux de rôle, on ne meurt normalement qu'une fois par partie. Il y a parfois un objectif final particulier mais, les premières fois, c'est rarement important : on meurt souvent et pas que d'une seule façon :)

    Break Out Of Hareka's Underground

    boohu c'est le pseudo pour Break Out Of Hareka's Underground (Échappe des Souterrains d'Haréka). C'est un roguelike classique en bonne partie inspiré de DCSS, avec quelques idées de Brogue, mais visant à offrir des parties beaucoup plus courtes, pas de construction élaborée de personnage et une gestion d'inventaire simplifiée. Un roguelike dit coffee-break (pause café).

    Écran de démarrage

    Pour l'installer, c'est plutôt facile et expliqué sur la page github du projet.

    Le joueur commence dans les Souterrains où il a atterri on ne sait trop comment et, pour en échapper, il doit trouver des escaliers magiques quelque part dans les profondeurs. Il s'agit alors de trouver des trésors et de s'équiper d'armes, armures, potions et bâtons magiques tout en survivant au milieu de monstres variés, allant du simple groupe de gobelins, aux hydres à quatre têtes, en passant par des grenouilles géantes qui te téléportent. Parfois le plus sage est de fuir, possibilité à prendre particulièrement en compte si le monstre est en train de dormir. D'autres fois, pas le choix, il faut se battre ou prendre des mesures d'urgence.

    Toute la difficulté du jeu réside dans ces décisions tactiques et dans le positionnement astucieux du joueur sur la carte, ainsi que sur l'utilisation appropriée des divers objets. En particulier, il ne faut pas hésiter à utiliser ses potions et bâtons magiques ! Bien sûr, il ne faut pas non plus gaspiller les ressources inutilement, mais chez le débutant l'erreur principale est en général d'oublier simplement d'utiliser ce qu'il possède aux moments les plus critiques :) C'est d'ailleurs un conseil qui vaut pour la quasi-totalité des roguelikes. Parmi les caractéristiques particulières de boohu et non présentes forcément dans tous les roguelikes, il y a en particulier :

    • Pas d'XP, ni de nourriture, ni d'escaliers pour revenir à la carte précédente ; gestion simplifiée d'inventaire : par exemple, on ne peut pas porter plus d'une arme à la fois (sans compter certains projectiles). Tout est fait pour simplifier tout ce qui n'est pas positionnement tactique et utilisation stratégique des ressources. Le joueur acquiert aléatoirement un petit nombre d'aptitudes, au fur et à mesure qu'il descend, sans contrôle de la part du joueur.
    • Des parties très courtes (pour un roguelike).
    • Exploration automatique avec possibilité de marquage manuel de zones non sûres (un peu comme DCSS, ça permet de contourner un ogre pas sympa, par exemple).
    • Un nombre modéré de monstres différents : l'idée est de faire dans le qualitatif, donc il n'y a pas dans le jeu deux monstres dont l'un est une simple amélioration des stats du précédent. Il faut qu'il y ait une différence qualitative, comme une attaque spéciale, une différence de vitesse, de comportement (en groupe ou solitaire), etc. Bref, quelque chose qui fasse que l'expérience est potentiellement vraiment différente.
    • Une fusion des systèmes magiques à base de points de magie (mana) et des systèmes à base de charges: les bâtons magiques. L'utilisation de mana limite le nombre d'utilisations successives de magie, tandis qu'un nombre de charges limité (rechargés au fur et à mesure que l'on descend plus profondément dans les Souterrains) impose de savoir ne pas les gaspiller inutilement.

    Le jeu est en développement, mais il a atteint la phase où c'est devenu un jeu relativement complet et plutôt stable, même s'il y aura sans doute de nouveaux trucs et des petits rééquilibrages régulièrement ; peut-être une version avec des tuiles, un jour. Je serais donc ravi d'avoir des testeurs ou autres contributions ! :)

    Au début, j'avais pensé un peu te raconter aussi les différents algorithmes de génération procédurale de cartes, mais ça allait faire un journal un peu long, donc ça sera peut-être pour une autre fois si je trouve le temps.

    Mes expériences avec d'autres roguelikes

    Si je me suis mis à coder un roguelike, c'est parce que j'aime plutôt ce genre et ai joué à un certain nombre de ces jeux, donc je vais te faire part de mes expériences en espérant te tenter avec une de ces petites merveilles. Petite remarque en passant : c'est intéressant de voir qu'il s'agit d'un des rares genres où une bonne partie des jeux les plus connus sont libres, à quelques exceptions près et sans compter les roguelikes temps-réel, aussi appelés parfois roguelites ou roguelike-like, qui semblent assez différents et que je n'ai jamais eu l'occasion de tester encore.

    Dungeon Crawl Stone Soup

    DCSS est le roguelike auquel j'ai le plus joué et qui a influencé le plus boohu : les méchanismes de combat et d'utilisation de ressources sont assez similaires. J'avais fait une dépêche il y a quelques années. Le jeu évolue vite et la communauté de joueurs est de nos jours devenue assez grande, avec plusieurs milliers de joueurs qui participent à des tournois bi-annuels.

    Contrairement à boohu, il offre une version avec des tuiles plutôt réussie et est jouable entièrement à la souris, pour ceux qui sont plus à l'aise ainsi. Il offre aussi un vaste panorama d'espèces et d'origines variées parmi lesquelles choisir, donnant des possibilités de rejouabilité assez énormes. Un système d'habiletés permet de contrôler un peu l'évolution du personnage. Ainsi, on pourra commencer par un minotaure berserker, puis finir avec une momie chevalier du chaos, en passant par un octopode mage sans armure mais huit anneaux magiques. Les combinaisons possibles sont énormes, et toutes ne sont pas aussi viables les unes que les autres, donc ça permet de relever des défis plus difficiles quand on connaît bien le jeu.

    Le donjon est aussi très vaste, avec un certain nombre de branches thématiques optionnelles, au sens, l'objectif minimal du jeu est juste de trouver trois runes et d'échapper avec l'orbe de Zot, mais on peut trouver jusqu'à 15 runes.

    Le jeu est relativement facile à prendre en main et a fait des efforts d'accessibilité pour les débutants, mais est quand même complexe et les parties sont relativement longues, plusieurs heures, en général autour de 6 en ce qui me concerne pour échapper avec 3 runes, mais des joueurs chevronnés terminent ça régulièrement en trois heures voire moins pour certains. Ça dépend assez de l'approche du jeu de chacun aussi, certains aiment prendre leur temps, d'autres moins. Enfin, pour les débutants les parties risquent d'être assez courtes ! ;)

    Brogue

    Brogue est un roguelike récent plus proche des origines, c'est-à-dire du jeu Rogue originel, mais en plus moderne avec une interface plutôt réussie, jouable à la souris et qui utilise des caractères Unicode avec des couleurs de façon très artistique ! Les parties sont de longueur moyenne, et l'accent est mis sur la simplicité. Il n'y a donc pas d'XP (seulement des potions de vie et de force), et pas d'habiletés : on peut par contre améliorer les objets en utilisant des parchemins d'enchantement avec des effets très divers. Les interactions entre objets et avec le terrain sont assez élaborées (on peut mettre le feu à certaines zones, par exemple). On se retrouve parfois à poursuivre des singes qui ont volé notre nourriture, ou à se cacher dans des coins sombres pour passer inaperçu. Les monstres sont variés et chacun a ses points forts et ses points faibles. Bref, c'est prenant.

    À tester pour ceux qui veulent un roguelike classique plus simple que DCSS, mais plus amical que le Rogue originel et qui veulent découvrir de l'art Unicode bien fait. J'y ai personnellement pas joué autant que j'aurais voulu, parce que sous OpenBSD ça crashe malheureusement parfois, mais j'ai bien aimé.

    Tales of Maj'Eyal

    Aussi appelé ToME4, Tales of Maj'Eyal est un roguelike qui s'éloigne un peu des classiques. Il y a eu aussi une dépêche il y a quelques années. C'est un jeu bien fait, riche en contenu et utilisable complètement à la souris. Il y a plusieurs niveaux de difficulté parmi lesquels choisir et, en particulier, un mode exploration qui peut être pratique pour les débutants. De plus, par défaut, le jeu offre plusieurs vies plutôt qu'une seule, la logique étant, je suppose, que le jeu étant si long une faute d'attention pourrait devenir un peu agaçante autrement.

    Plus important, contrairement aux roguelikes classiques, il n'y a pas de gestion stratégique de ressources périssables : le jeu utilise uniquement des pouvoirs qui se rechargent au bout de quelques tours après utilisation pour la plupart, ainsi que d'autres qui doivent être maintenus à l'aide d'un coût en énergie, fatigue, etc. L'évolution du personnage utilise un système de classes avec des arbres d'habiletés assez complexes : à chaque nouveau niveau d'expérience le joueur choisit de répartir un certain nombre de points parmi différents pouvoirs ou aptitudes diverses. On peut choisir entre un certain nombre d'espèces et, en fonction des aventures, on débloque des espèces et des classes en plus.

    L'absence de ressources périssables est quelque chose qui m'a un peu manqué dans ce jeu, et j'ai trouvé qu'il y a un léger excès d'abondance d'objets pas forcément toujours très différents les uns des autres. Le jeu est aussi un peu trop axés sur des considérations numériques à mon goût et pas forcément toujours très bien équilibré. Ceci dit, je me suis quand même bien amusé et ai insisté suffisamment pour venir au bout du jeu, qui est quand même très long (je me souviens plus exactement, mais ça a dû me prendre largement plus de dix heures pour finir, peut-être vingt, sans compter les fois où je suis mort bêtement au début). La deuxième moitié du jeu m'a d'ailleurs semblé plutôt facile, à part une mauvaise surprise ou deux, mais sans doute parce que je me suis contenté de la difficulté normale.

    Bref, à tester pour ceux qui sont attirés par le système complexe d'habiletés, un monde riche et vaste, l'existence de plusieurs niveaux de difficultés et qui n'ont pas peur des nombres.

    Un petit détail : les tuiles utilisées par défaut sont jolies, mais malheureusement pas libres. A priori il est possible de les changer, ceci dit.

    Cataclysm: Dark Days Ahead

    En abbrégé, CataclysmDDA. C'est un roguelike de survie dans un monde post-apocalyptique. Contrairement à la plupart des roguelikes, il n'y a pas d'objectif particulier, pour autant que je sache. La communauté semble assez active. Il y a plusieurs ensembles de tuiles différents.

    Le jeu fait extrêmement dans les détails. Il faudra par exemple bouillir l'eau sous risque d'attraper des maladies, manger varié et cuisiner (il y a tout un tas de recettes différentes) en faisant gaffe si on veut pas faire brûler toute la maison. Contrairement à la plupart des jeux qui utilisent des points de vie, le système est plus granulaire et s'intéresse aux différentes parties du corps. On peut s'amuser à conduire et réparer des automobiles et construire tout un tas de trucs. Bref, c'est très impressionant.

    Honnêtement, je ne me suis pas encore vraiment plongé dedans, parce que ça semble demander un investissement conséquent et c'est un peu tout le contraire d'une partie courte. Mais c'est en tout cas quelque chose, donc j'avais envie de le mentionner ! :)

    Hyperrogue

    Hyperrogue est un roguelike un peu spécial, plus proche des jeux type casse-tête, qui se déroule sur le plan hyperbolique, donc c'est très spécial. C'est une bonne façon de découvrir de façon intuitive cet objet mathématique, d'ailleurs.

    Je le mentionne surtout parce que c'est original, je n'y ai pas joué tant que ça, car ça s'éloigne du genre originel et c'est légèrement répétitif à mon goût, mais d'autres semblent apprécier beaucoup. Le jeu est libre, bien qu'il semble y avoir quelques extensions qui ne le sont pas.

    Autres roguelikes : Angband, Nethack, etc.

    Il y en a beaucoup d'autres que j'ai pas ou peu testés. Je conseille la visite du site roguebasin qui liste beaucoup de jeux du genre (tous ne sont pas libres).

    Dans les classiques que j'ai pas mentionnés avant il y a Angband et ses multiples variantes, dont Sil qui est vraiment pas mal et qui partage avec boohu l'absence de progression pour les points de vie. Ils s'inspirent principalement des œuvres de Tolkien (sauf quelques variantes). Le jeu vanilla m'avait semblé long et plus enclin à encourager des actions prudentes plus ennuyantes qui sont souvent plus difficiles dans d'autres jeux du genre (comme rester très longtemps quelque part pour tuer des monstres et gagner de l'XP), tandis que Sil par contre est un jeu plus court et plus équilibré, mais chacun ses goûts !

    Il y a aussi le fameux Nethack (et ses variantes), le jeu aux mille surprises, qui continue à faire son bout de chemin avec une communauté active (c'est probablement l'un des plus vieux jeux encore en développement). Faut vouloir être prêt à mourir des dizaines et dizaines de fois, ou à aller consulter des spoilers régulièrement. Mais ça veut pas dire que c'est pas amusant : le nombre de façons différentes de perdre une partie dans ce jeu de façon originale est absolument hilarant :) Ça va de l'intoxication alimentaire à la noyade, en passant par la transformation en pierre, quand c'est pas juste la colère des dieux !

    Voilà !

    Lire les commentaires

  • [Btrfs et openSUSE] Épisode 5 : les quotas (Journaux LinuxFR)

    Sommaire

    Btrfs is hard

    « Btrfs et openSUSE » est une série de journaux sur le système de fichiers Btrfs, basée sur ma propre expérience d'utilisateur d'openSUSE. Au menu :

    • des généralités sur Btrfs
    • des noms qui pètent : sous-volumes, snapshots, rollbacks
    • du snapper
    • du grub
    • de la mise à jour incrémentale
    • des quotas
    • de la maintenance
    • des trucs spécifiques à openSUSE
    • des tentatives désespérées pour rester applicable à d'autres distributions
    • des erreurs (pas taper)
    • des bugs
    • des cris
    • des larmes
    • et bien plus ! ou bien moins

    Aujourd'hui, l'épisode 5 : les quotas.

    Btrfs et les quotas : intro

    Les quotas, qu'est-ce que c'est ?

    Un quota, dans le contexte d'un système de fichiers, c'est une limite imposée à un ou plusieurs utilisateurs sur la quantité de données qu'il(s) peu(ven)t conserver dans un ou plusieurs emplacements de l'arborescence.

    Typiquement, cela est utile dans le cas d'un système multi-utilisateurs, afin de garantir un partage équitable des ressources.

    Les qgroups

    Btrfs n'utilise pas la définition traditionnelle des quotas. Pour lui, un quota ne s'applique pas directement à un utilisateur mais plutôt à un sous-volume (par exemple @/home/toto) ou à un groupe de sous-volumes (par exemple @/home/toto/ + @/home/toto/.snapshots).

    On parle alors de qgroup pour exprimer ces ensembles limités en taille. Ou plutôt en taille​s.

    En effet, l'utilisation du Copy-on-Write fait que des fichiers situés dans des sous-volumes différents – et donc comptabilisés dans des qgroups différents – peuvent partager la même donnée au niveau bloc, par exemple suite à la création d'un instantané.

    Dans ce cas, à quel sous-volume appliquer une limite ? Au sous-volume d'origine ? À tous les sous-volumes ?

    Btrfs résout ce problème en permettant de fixer des limites pour deux types de taille :

    • la taille totale des données référencées par ce qgroup, potentiellement partagées avec d'autres qgroups ;
    • la taille des données exclusives à ce qgroup, non partagées avec d'autres qgroups.

    Jouons avec les quotas

    Activer les quotas : btrfs quota

    wake up

    Sur un système de fichiers fraîchement créé, les quotas sont désactivés.

    La commande btrfs quota permet de les activer :

    ~# btrfs quota
    usage: btrfs quota <command> [options] <path>
    
        btrfs quota enable <path>
            Enable subvolume quota support for a filesystem.
        btrfs quota disable <path>
            Disable subvolume quota support for a filesystem.
        btrfs quota rescan [-sw] <path>
            Trash all qgroup numbers and scan the metadata again with the current config.
    
    manage filesystem quota settings
    ~# btrfs quota enable /
    ~#
    

    Lors de la première activation, Btrfs va automatiquement lancer une réanalyse des quotas et créer des qgroups pour les sous-volumes existants.

    Gérer les qgroups : btrfs qgroup

    Afficher les qgroups : show

    Tout simplement :

    ~# btrfs qgroup show /
    qgroupid         rfer         excl 
    --------         ----         ---- 
    0/5          16.00KiB     16.00KiB 
    0/257         2.36MiB      2.36MiB 
    0/258        16.00KiB     16.00KiB 
    0/259        16.00KiB     16.00KiB 
    0/260         1.23MiB      1.23MiB 
    0/261        12.58MiB     12.58MiB 
    0/262        16.00KiB     16.00KiB 
    0/263        16.00KiB     16.00KiB 
    0/264        16.00KiB     16.00KiB 
    0/265        16.00KiB     16.00KiB 
    0/266        16.00KiB     16.00KiB 
    0/267       403.54MiB    403.54MiB 
    0/268        16.00KiB     16.00KiB 
    0/269       340.00KiB    340.00KiB 
    0/270         2.16GiB      2.16GiB 
    0/275        16.00KiB     16.00KiB 
    0/2779       16.00KiB     16.00KiB 
    0/5692        1.23GiB      1.23GiB 
    0/6046       16.00KiB     16.00KiB 
    0/6047        8.03GiB    248.00KiB 
    0/6048        8.03GiB    276.00KiB 
    0/6049        8.03GiB    160.33MiB 
    0/6050        8.03GiB    424.00KiB 
    0/6051        8.03GiB     30.09MiB 
    ~#

    Ici, on voit les qgroups qui ont été créés automatiquement lors de l'activation des quotas. Chaque sous-volume est rangé dans un qgroup, 0/x ou x est l'identifiant du sous-volume. On parle de qgroup de niveau 0.

    Deux autres colonnes sont présentes :

    • rfer, qui représente la quantité de données que référence le qgroup.
    • excl, qui représente la quantité de données exclusive à ce qgroup.

    Par exemple, pour le sous-volume 6051 :

    ~# btrfs subvolume list / | grep 6051
    ID 6051 gen 447643 top level 275 path @/.snapshots/101/snapshot # c'est un instantané
    ~# btrfs qgroup show / | awk 'NR <= 2 || /6051/'
    qgroupid         rfer         excl 
    --------         ----         ---- 
    0/6051        8.03GiB     30.11MiB 
    ~#

    Le qgroup associé 0/6051 référence 8,03 Gio de données dont 30,11 Mio ne sont pas partagées avec d'autres qgroups (donc d'autres sous-volumes).

    C'est beaucoup plus rapide de connaître la taille d'un sous-volume entier avec btrfs qgroup show, qui garde le compte de la quantité de données présentes, qu'avec btrfs filesystem du, qui doit faire le compte à chaque appel.

    Enfin, il est possible d'utiliser des options pour détailler l'affichage :

    • Les options -r et -e permettent de rajouter deux autres colonnes pour afficher les limites de tailles appliquées. Par défaut, aucune limite n'est appliquée.
    • Les options -p et -c permettent d'afficher les liens de parenté entre les qgroups.
    ~# btrfs qgroup show -pcre / | awk 'NR <= 2 || /6051/'
    qgroupid         rfer         excl     max_rfer     max_excl parent   child
    --------         ----         ----     --------     -------- ------   -----
    0/6051        8.03GiB     30.11MiB         none         none ---      ---
    ~#

    Supprimer des qgroups : destroy

    Si les quotas sont activés, un nouveau qgroup 0/x est créé automatiquement à la création d'un sous-volume/snapshot avec l'ID x. Cependant, aucun qgroup n'est détruit à la suppression d'un sous-volume. Cela se voit très bien après la suppression de quelques instantanés :

    ~# btrfs subvolume delete 6063 /
    ~# btrfs subvolume delete 6064 /
    ~# btrfs subvolume delete 6065 /
    ~# btrfs qgroup show / | awk 'NR <= 2 || /606/'
    qgroupid         rfer         excl 
    --------         ----         ---- 
    0/6063          0.00B        0.00B 
    0/6064          0.00B        0.00B 
    0/6065          0.00B        0.00B 
    ~#

    Il est possible de supprimer ces qgroups vides avec btrfs qgroup destroy :

    ~# btrfs qgroup destroy 0/6063 /
    ~# btrfs qgroup destroy 0/6064 /
    ~# btrfs qgroup destroy 0/6065 /
    ~#

    La suppression automatique de ces qgroups de niveau 0 sera peut-être implémentée prochainement. En attendant, on peut utiliser snapper qui se charge de ce nettoyage.

    Créer des hiérarchies de qgroups : create et assign

    Un qgroup est un groupe de sous-volumes…

    hiérarchie

    … ou un groupe de qgroups.

    En effet, on n'est pas limité à un seul niveau on peut avoir un arbre de qgroups !

                              +---+
                              |2/1|
                              +---+
                             /     \
                       +---+/       \+---+
                       |1/1|         |1/2|
                       +---+         +---+
                      /     \       /     \
                +---+/       \+---+/       \+---+
    qgroups     |0/1|         |0/2|         |0/3|
                +-+-+         +---+         +---+
                  |          /     \       /     \
                  |         /       \     /       \
                  |        /         \   /         \
    extents       1       2            3            4
    
    

    La commande pour assigner un qgroup à un qgroup parent est la suivante :

    ~# btrfs qgroup assign --help
    usage: btrfs qgroup assign [options] <src> <dst> <path>
    
        Assign SRC as the child qgroup of DST
    
        --rescan       schedule qutoa rescan if needed
        --no-rescan    don't schedule quota rescan
    
    

    Du coup, pour créer un arbre similaire à celui représenté plus haut :

    ~# # qgroups de niveau 1
    ~# btrfs qgroup create 1/1 /
    ~# btrfs qgroup create 1/2 /
    ~#
    ~# # qgroup de niveau 2
    ~# btrfs qgroup create 2/1 /
    ~#
    ~# # Assignation
    ~# btrfs qgroup assign 1/1 2/1 /
    ~# btrfs qgroup assign 1/2 2/1 /

    Cela n'a pas de sens de créer les qgroups de niveau 0 à la main, vu qu'ils correspondent directement à un sous-volume et que Btrfs les crée pour nous.

    Il est cependant possible de combiner la création d'un sous-volume à l'assignation à un qgroup parent :

    ~# # L'option -i ("inherit") est aussi disponible sur btrfs subvolume snapshot
    ~# btrfs subvolume create -i 1/1 /a
    ~# btrfs subvolume create -i 1/1 -i 1/2 /b
    ~# btrfs subvolume create -i 1/2 /c

    Et voilà le résultat !

    ~# btrfs qgroup show -pc / | awk 'NR <= 2 || /1\/[12]/'
    qgroupid         rfer         excl parent   child
    --------         ----         ---- ------   -----
    0/6119       16.00KiB     16.00KiB 1/1      ---
    0/6120       16.00KiB     16.00KiB 1/1,1/2  ---
    0/6121       16.00KiB     16.00KiB 1/2      ---
    1/1          32.00KiB     32.00KiB 2/1      0/6119,0/6120
    1/2          32.00KiB     32.00KiB 2/1      0/6120,0/6121
    2/1          48.00KiB     48.00KiB ---      1/1,1/2
    ~#

    Fixer des limites à un qgroup : limit

    limites

    Voilà, voilà, on y arrive : il est possible de mettre des limites aux tailles d'un qgroup. Et c'est heureux parce que c'est un peu le but de toute cette affaire.

    ~# btrfs qgroup limit --help
    usage: btrfs qgroup limit [options] <size>|none [<qgroupid>] <path>
    
        Set the limits a subvolume quota group.
    
        -c   limit amount of data after compression. This is the default,
             it is currently not possible to turn off this option.
        -e   limit space exclusively assigned to this qgroup
    
    ~#
    

    Exemple :

    ~# # Créons les sous-volumes '/test', '/test/a' et '/test/b'
    ~# btrfs subvolume create /test/
    Create subvolume '//test'
    ~# btrfs subvolume create /test/a
    Create subvolume '//test/a'
    ~# btrfs subvolume create /test/b
    Create subvolume '//test/b'
    ~# btrfs qgroup show -erF /test/a/
    qgroupid         rfer         excl     max_rfer     max_excl 
    --------         ----         ----     --------     -------- 
    0/6067       16.00KiB     16.00KiB         none         none
    ~#
    ~# # Assignons des limites à '/test/a'
    ~# btrfs qgroup limit 10m 0/6067 /
    ~# btrfs qgroup limit -e 5m 0/6067 /
    ~# btrfs qgroup show -erF /test/a/
    qgroupid         rfer         excl     max_rfer     max_excl 
    --------         ----         ----     --------     -------- 
    0/6067       16.00KiB     16.00KiB     10.00MiB      5.00MiB
    ~#

    On a créé nos limites. Maintenant, testons si elles marchent :

    ~# dd if=/dev/urandom of=/test/a/bigfile bs=1M count=50
    dd: erreur d´écriture de '/test/a/bigfile': Débordement du quota d´espace disque
    5+0 enregistrements lus
    4+0 enregistrements écrits
    5046272 bytes (5,0 MB, 4,8 MiB) copied, 1,04639 s, 4,8 MB/s
    ~# btrfs qgroup show --sync -erF /test/a/
    qgroupid         rfer         excl     max_rfer     max_excl 
    --------         ----         ----     --------     -------- 
    0/6067        4.83MiB      4.83MiB     10.00MiB      5.00MiB
    ~#

    Pour la taille exclusive, cela semble marcher. On a essayé de créer un fichier de 50 Mio en faisant 50 blocs de 1 Mio, mais une erreur quota est survenue au moment de l'écriture du 5e Mio.

    Mais essayons d'aller plus loin, pour la taille rfer :

    ~# rm /test/a
    ~# dd if=/dev/urandom of=/test/b/bigfile bs=1M count=50
    50+0 enregistrements lus
    50+0 enregistrements écrits
    52428800 bytes (52 MB, 50 MiB) copied, 0,251852 s, 208 MB/s
    ~# cp --reflink /test/b/bigfile /test/a/
    ~# btrfs qgroup show --sync -erF /test/a/
    qgroupid         rfer         excl     max_rfer     max_excl 
    --------         ----         ----     --------     -------- 
    0/6067       50.02MiB     16.00KiB     10.00MiB      5.00MiB
    ~# touch /test/b/nothing
    ~# cp --reflink /test/b/nothing /test/a/
    cp: impossible de créer le fichier standard '/test/a/nothing': Débordement du quota d´espace disque
    ~#

    On remarque truc bizarre : sur un premier cp --reflink, le quota est allègrement dépassé, sans message d'erreur. Une fois le quota dépassé, une erreur est effectivement levée sur le second cp --reflink. Mais pourquoi ?

    tl;dr C'est un bug (boo#1057962).

    estimation

    Chaque opération sur le système de fichiers est encapsulée dans une transaction. La transaction n'est pas écrite immédiatement : elle est d'abord construire en mémoire. L'espace disque est d'abord réservé.

    Avec Btrfs, les données et métadonnées sont mises à des adresses distinctes des données et métadonnées précédentes (Copy-on-Write) ; des arbres (B) distincts les référençant sont créés. Au bout de 30 secondes (durée réglable via l'option de montage commit) ou sur une synchronisation demandée (par exemple avec la commande btrfs filesystem sync), ce qui était en mémoire est écrit sur le disque. En tout dernier, le superblock est réécrit de façon atomique pour pointer vers les nouveaux arbres. Ce mécanisme garantit que le système de fichiers est toujours consistant à un instant t.

    Bref, toute cette digression inutile pour dire que pour les quotas, c'est pareil : l'espace par rapport aux quotas est d'abord réservé. Le seul moment où une erreur de dépassement de quota peut être levée, c'est au début de l'opération, pas au milieu. Le système de fichiers – ce n'est pas spécifique à Btrfs – doit donc estimer l'impact que va avoir l'opération sur la quantité de données référencées par les sous-volumes.

    Et c'est là que le bât blesse.

    Pour l'opération cp --reflink, c'est-à-dire l'opération de clonage de fichier clone_file_range implémentée par btrfs_clone_file_range, l'estimation n'est pas faite. Plus exactement : elle semble faite pour les métadonnées mais pas pour les données. D'où le comportement observé. Pour le moment du moins ☺

    Cas pratique avec snapper

    Note : pour cette partie, je réutilise des bouts d'un article que j'ai écrit sur le forum Alionet.

    Un problème de taille

    antoine

    On en avait parlé dans l'épisode 2 : la configuration par défaut de snapper est aussi agressive sur la prise d'instantanés qu'elle est laxiste sur leur nettoyage. D'où des problèmes de systèmes de fichiers saturés par des instantanés.

    Depuis la version 0.3, snapper permet d'utiliser les quotas pour nettoyer les instantanés en fonction de l'espace disque utilisé.

    Il est à noter qu'il n'y a pas d'utilisation des limites telles qu'on peut les définir avec btrfs qgroup limit : snapper n'utilise les quotas que pour récupérer rapidement la taille des snapshots.

    En outre, snapper peut avoir avoir plusieurs configurations, chacune gérant les instantané d'un sous-volume. Par exemple, on peut imaginer la configuration toto pour @/home/toto, tata pour @/home/tata, etc. Chaque configuration aurait un qgroup distinct (1/1, 1/2, …) dans le rôle de parent, permettant de fixer à chaque utilisateur des quotas pour ses snapshots.

    La commande magique : snapper setup-quota

    snapper propose une commande pour activer les quotas comme il faut : snapper setup-quota. Le principe est simple :

    1. Créer un qgroup de niveau 1, 1/0 (btrfs qgroup create 1/0 /).
    2. Définir le qgroup de tout nouvel instantané comme enfant de 1/0 (btrfs subvolume snapshot -i 1/0 /.snapshots/<id>/snapshot).
    3. Supprimer les instantanés les plus anciens quand la taille exclusive de 1/0 dépasse un seuil prédéfini.

    La commande va donc créer les paramètres QGROUP et SPACE_LIMIT dans la configuration de snapper (/etc/snapper/configs/root) :

    # QGROUP est l'identifiant de votre groupe d'instantanés ; par défaut 1/0
    # Les instantanés seront enregistrés comme des qgroups enfants de $QGROUP
    QGROUP="1/0"
    
    # Fraction maximale d’espace disque que snapper peut utiliser pour stocker les instantanés
    # 50 % ici, soit tout de même 20 Go pour une partition racine de 40 Go ; vous pouvez l'ajuster comme vous le voulez
    SPACE_LIMIT="0.5"

    50% c'est beaucoup quand même… mettons 10% plutôt :

    ~# snapper set-config SPACE_LIMIT=0.1
    ~#

    Pour le reste de la configuration, soyons fous et laissons les valeurs par défaut.

    On laisse tourner quelques jours :

    ~# btrfs subvolume list -s /
    ID 258 gen 12588 top level 257 path .snapshots/1/snapshot
    ID 366 gen 12102 top level 257 path .snapshots/3/snapshot
    ID 369 gen 12102 top level 257 path .snapshots/6/snapshot
    ID 370 gen 12102 top level 257 path .snapshots/7/snapshot
    ID 371 gen 12102 top level 257 path .snapshots/8/snapshot
    ID 372 gen 12102 top level 257 path .snapshots/9/snapshot
    ID 373 gen 12102 top level 257 path .snapshots/10/snapshot
    ID 379 gen 12102 top level 257 path .snapshots/15/snapshot
    ID 382 gen 12102 top level 257 path .snapshots/18/snapshot
    ID 383 gen 12102 top level 257 path .snapshots/19/snapshot
    ID 389 gen 12102 top level 257 path .snapshots/25/snapshot
    ID 394 gen 12102 top level 257 path .snapshots/30/snapshot
    ID 396 gen 12102 top level 257 path .snapshots/31/snapshot
    ID 401 gen 12102 top level 257 path .snapshots/35/snapshot
    ID 402 gen 12102 top level 257 path .snapshots/36/snapshot
    ID 403 gen 12102 top level 257 path .snapshots/37/snapshot
    ID 404 gen 12102 top level 257 path .snapshots/38/snapshot
    ID 406 gen 12102 top level 257 path .snapshots/39/snapshot
    ID 411 gen 12102 top level 257 path .snapshots/44/snapshot
    ID 416 gen 12102 top level 257 path .snapshots/49/snapshot
    ID 417 gen 12102 top level 257 path .snapshots/50/snapshot
    ID 418 gen 12102 top level 257 path .snapshots/51/snapshot
    ID 419 gen 12102 top level 257 path .snapshots/52/snapshot
    ID 421 gen 12102 top level 257 path .snapshots/54/snapshot
    ID 426 gen 12102 top level 257 path .snapshots/59/snapshot
    ID 428 gen 12120 top level 257 path .snapshots/60/snapshot
    ID 429 gen 12120 top level 257 path .snapshots/61/snapshot
    ID 430 gen 12120 top level 257 path .snapshots/62/snapshot
    ID 431 gen 12120 top level 257 path .snapshots/63/snapshot
    ID 432 gen 12120 top level 257 path .snapshots/64/snapshot
    ID 433 gen 12120 top level 257 path .snapshots/65/snapshot
    ID 434 gen 12120 top level 257 path .snapshots/66/snapshot
    ID 435 gen 12120 top level 257 path .snapshots/67/snapshot
    ID 436 gen 12120 top level 257 path .snapshots/68/snapshot
    ID 437 gen 12120 top level 257 path .snapshots/69/snapshot
    ID 438 gen 12120 top level 257 path .snapshots/70/snapshot
    ID 439 gen 12120 top level 257 path .snapshots/71/snapshot
    ID 441 gen 12161 top level 257 path .snapshots/72/snapshot
    ID 442 gen 12243 top level 257 path .snapshots/73/snapshot
    ID 443 gen 12319 top level 257 path .snapshots/74/snapshot
    ID 444 gen 12394 top level 257 path .snapshots/75/snapshot
    ID 445 gen 12495 top level 257 path .snapshots/76/snapshot
    ID 446 gen 12587 top level 257 path .snapshots/77/snapshot
    ~#

    Je vous l'avais dit, les réglages de snapper sont barbares ! Et là les quotas sont activés, je vous laisse imaginer sans ! Bref, ça passe :

    ~# btrfs qgroup show / | awk 'NR <= 2 || /1\/0/'
    qgroupid         rfer         excl
    --------         ----         ---- 
    1/0          10.20GiB      4.16GiB
    ~#

    1/0 est le qgroup parent de tous les instantanés pris par snapper. Il référence 10,20 Gio de données mais seulement 4,16 Gio ne sont pas partagés avec d'autres qgroups (hors enfants), c'est-à-dire avec le sous-volume / actuel.

    Ainsi, tous les instantanés « pèsent » 4,16 Gio, soit environ 10% de mon espace disque

    Btrfs et les quotas : outro

    Statut de la fonctionnalité : Mostly OK

    Le wiki Btrfs indique que la fonctionnalité des quotas est mostly ok. Des bugs et des limitations subsistent.

    En voici une liste non-exhaustive, en plus de ce que l'on a vu plus haut :

    • La commande btrfs qgroup show n'affiche pas certaines informations : par exemple, il n'est pas possible pour un qgroup parent de voir les sous-volumes des qgroups enfants.
    • Créer un qgroup à partir d'un dossier existant affichera une utilisation de 0 jusqu'à une réanalyse complète ne soit effectué (avec btrfs quota rescan).
    • Combiner les quotas avec beaucoup d'instantanés peut causer des problèmes de performances, notamment au moment de supprimer des instantanés (boo#1017461, a priori résolu maintenant).
    • Il est possible que le flag indiquant une réanalyse des quotas en cours se bloque (boo#1047152) ; le correctif appliqué sur openSUSE Leap a été mergé dans le noyau 4.14.

    Sur openSUSE

    openSUSE

    Malgré ces soucis et limitations, openSUSE active les quotas Btrfs par défaut depuis la sortie de Leap 42.2.

    À cette époque, la fonctionnalité avait une implémentation encore plus fragile. Son activation – avant tout pour exploiter les fonctionnalités de snapper 0.3 – avait alors entraîné de vives discussions sur la liste de diffusion opensuse-factory, alors que la distribution n'était qu'en beta. Cette dernière est tout de même sortie comme prévue, moyennant des backports et même quelques correctifs en avance de l'upstream.

    Au final, malgré quelques bugs gênants, notamment ces cas de forts ralentissements en cas de btrfs balance ou de suppression d'instantanés, j'ai l'impression que cela aurait pu être pire.

    openSUSE continue d'utiliser la fonctionnalité, uniquement pour snapper et les instantanés de / et toujours avec quelques patchs en avance sur l'upstream.

    That's all folks!

    Liens

    Lire les commentaires

  • En marche (Journaux LinuxFR)

    Ah Nal,

    J'ai oublié dans mon précédent journal de te rappeler qu'aujourd'hui est prévu une marche contre le coup d'État social d'Emmanuel Macron, qui veut détruire le code du travail à coup d'ordonnances.

    ordonnances

    Outre les habituels défilés et revendications, la rumeur indique que Philippe Martinez et Pierre Laurent danseront le mambo sur l'air de Je suis Sancho de Cuba pour clore la journée.

    On prétends aussi que, jaloux, Jean Luc Mélenchon aurait fait venir l'orchestre national de Caracas par le premier avion (en seconde classe) afin d'entonner l'hymne vénézuélienne au même moment.

    Quoiqu'il en soit, l'évènement sera expertisé en direct depuis la tribune.

    Lire les commentaires

  • AlternC Camp à Lyon du 6 au 8 octobre 2017 (Dépêches LinuxFR)

    Cela fait un petit moment qu’on n’a pas parlé ici d’AlternC, ce projet libre dont la vocation est d’aider la gestion de l’hébergement de vos noms de domaines, courriels, sites Web, listes de diffusion, etc. L’organisation du prochain dev camp est l’occasion de corriger tout ceci.
    Le principe est de se retrouver dans un même espace physique et temporel pour coder, corriger des points bloquants immédiats et préparer la suite.

    Logo AlternC

    Ces derniers temps les contributeurs principaux n’ont pu se focaliser comme voulu sur le suivi des versions Debian. Actuellement, peu de contributions ont permis de rattraper ce retard. C’est une des nos premières urgences.

    AlternC ?

    AlternC est utilisé tant par des sociétés d’hébergement que par des particuliers, des associations ou toute autre entité voulant héberger plus d’un projet Internet. Il est fortement lié au fonctionnement de Debian et peut être dans certains cas utilisé avec des distributions telles qu’Ubuntu

    Plan d’action

    Nous souhaitons, durant trois jours, travailler en priorité sur les points suivants :

    • publier des paquets 3.x.10 (principalement des corrections diverses et variées pour les versions Wheezy et Jessie) ;
    • finaliser l’intégration de Let’s Encrypt ;
    • corriger les incidents restants sur la version stable (principalement suivre le mouvement d’Apache 2.2 vers 2.4) ;
    • valider une méthodologie de migration de Wheezy vers Jessie (pour rattraper notre retard avec les versions LTS de Debian) ;
    • publier une version stable pour Jessie (old‐stable) ;
    • identifier les problèmes pour la compatibilité avec Stretch.

    Comme vous pouvez le lire, notre volonté est de rattraper autant que possible notre retard par rapport au cycle de vie de Debian.

    Et vous, et nous ?

    Ces trois journées sont ouvertes à toute personne. Vous pourrez nous aider à améliorer l’existant, nous suggérer les améliorations pour la suite, montrer nos défauts et qualités, traduire, boire un café, un thé ou un chocolat chaud…

    Vous pouvez vous inscrire sur Framadate et faire vos remarques ci‐dessous.

    Où ?

    Le lieu n’est pas encore déterminé, l’information sera transmise par courriel et sur le Framadate. Nous allons réserver une maison ou un appartement pour les trois jours, ce qui nous laissera un maximum de liberté durant cette période. Vous pourrez venir et partir librement. ;)

    Lire les commentaires

  • XOSAN : un SAN virtuel pour XenServer (Dépêches LinuxFR)

    XOSAN est une solution d’hyperconvergence destinée à XenServer actuellement en cours de développement par Vates, la société éditrice de Xen Orchestra. Il s’agit d’un SAN virtuel pour créer un espace de stockage partagé en utilisant vos différents espaces de stockages existants. C’est une solution orientée 100 % logicielle.

    La seconde phase de la bêta est maintenant déployée et accessible à tous les utilisateurs qui veulent y participer.

    N. D. M. : XOSAN n’est pas sous licence libre.

    Fonctionnement

    XOSAN réunit tous les disques locaux existants de votre infrastructure dans un espace de stockage partagé et virtuel, sans aucune limitation. C’est une solution entièrement orientée logicielle qui ne nécessite pas l’achat de matériel additionnel à votre infrastructure déjà existante. Cette solution est capable de fonctionner sur un disque où XenServer est déjà installé.
    XoSAN

    Objectifs

    Les objectifs et bénéfices de la solution sont multiples :

    • protéger vos données grâce à la réplication des données sur des hôtes multiples ;
    • rendre possible la haute disponibilité pour XenServer, sans avoir besoin d’utiliser un NAS ou un SAN ;
    • rendre son infrastructure plus agile en ajoutant de nouveaux nœuds pour agrandir votre espace de stockage ;
    • offrir la possibilité de travailler sur n’importe quel matériel : du disque dur au SSD en configuration RAID ou non.

    Phases de bêta pour XOSAN

    Phase I

    La première phase de la bêta est terminée et a permis la réalisation d’une solution techniquement solide et performante exploitant la technologie GlusterFS.

    Phase II

    La deuxième phase de la bêta XOSAN est maintenant ouverte. Cette deuxième phase de bêta a pour objectif d’améliorer l’interface utilisateur et d’apporter une solution clé en main et « user friendly ». Son second objectif est de rendre la solution plus flexible en offrant la possibilité d’ajouter ou de supprimer des nœuds ou encore de remplacer un nœud défaillant.

    Phase III (finale)

    La troisième et dernière phase se concentrera sur le « tiering », c’est‐à‐dire la possibilité d’utiliser un SSD comme système de cache pour les fichiers qui sont beaucoup utilisés dans le but de gagner en vitesse d’exécution.

    Rejoindre la beta

    Tous les utilisateurs de XenServer désireux de tester la solution peuvent le faire lors de cette seconde phase de bêta. Il suffit de disposer d’une version gratuite de Xen Orchestra et d’une infrastructure XenServer sur laquelle déployer XOSAN. Pour plus d’infos, vous pouvez consulter la documentation.

    ATTENTION : Il s’agit d’un logiciel en version bêta, ne l’utilisez pas en production !

    Lire les commentaires

  • Java 9 est dehors (Journaux LinuxFR)

    Bonjour Nal,

    Je t'écris pour t'informer de la sortie de la nouvelle et très attendue version majeure de Java, l'une des plus grosses plateformes de développement du marché. Voici un petit tour des nouveautés:

    Titre de l'image

    Victime de jmod

    La principale nouveauté est l'introduction d'un système de modules. Ce système mérite un journal complet, mais le principal apport sera de debloated (un peu) le runtime et les applications java.

    Dans les poèmes de jshell

    Un outil jshell permets de jouer avec le langage en ligne de commande et utiliser le langage pour faire du scripting: pratique pour remplacer des scripts shell ou python!

        jshell> double PI = 3.1415926535
        PI ==> 3.1415926535
        |  created variable PI : double
    
        jshell> volume(2)
        |  attempted to call method volume(double) which cannot be invoked until method cube(double) is declared
    
        jshell> double cube(double x) { return x * x * x; }
        |  created method cube(double)
        |    update modified method volume(double)
    
        jshell> volume(2)
        $5 ==> 33.510321637333334
        |  created scratch variable $5 : double
    

    Applet mon numéro

    Une excellente nouvelle: le plugin java pour navigateur va rejoindre Flash et Silverlight dans le purgatoire des technologies pénibles.

    What string color

    Les chaînes de caractères prendront moins de place en mémoire si elles contiennent des caractères latin1.

    Ramasse miettes, chouette, c'est sympa

    G1 sera désormais le ramasse miettes par défaut. L'idée est de privilégier la faible latence. Des impacts sont à prévoir sur les applications en production: il faudra faire des tests sérieux pour voir s'il y a un gain ou perte, chaque application ayant des besoins et des objectifs différents.

    Trololog

    Une nouvelle API de logging minimaliste a été ajoutée. Je n'ai pas compris pourquoi ce changement, l'API actuelle n'étant pas bien compliquée.

    UTF-8 vaincra

    Les fichiers *.properties pourront enfin être écrits en UTF-8. Ces fichiers, souvent utilisés pour l'internationalisation, étaient limités à ISO-8859-1

    Autres changements

    • les chauves seront contents d'apprendre l'ajout d'une API pour manipuler des TIFF
    • la gestion du HiDPI permettra de ne plus saigner des yeux sous linux et windows
    • GTK3 est enfin géré, il faudra toutefois l'activer via la propriété jdk.gtk.version

    Lire les commentaires

  • Un rapport montre que le téléchargement n'est pas si néfaste… (Journaux LinuxFR)

    …Et l'union européenne ne veut pas le montrer.

    Un petit journal "bookmark" pour parler du téléchargement illégal.

    En 2014, la Commission Européenne a commandé un rapport sur le téléchargement illégal. Ce rapport couvre les films, la musique, les livres numériques et les jeux vidéos.

    Il fut terminé en mai 2015 mais jamais publié. Le rapport démontre qu'à l'exception des films "blockbuster", une analyse statistique ne démontre pas qu'il y ai d'effets négatifs du téléchargement illégal sur la vente.

    Et visiblement, il a été difficile d'obtenir le dit rapport. Comme l'explique Julia Reda, la seul Pirate du Parlement Européen, sur son blog.

    Voici les liens:
    - Article sur The Next Web
    - Article sur le blog de Julia Reda
    - [Échanges d'e-mails entre Julia Reda et et le secrétariat général de la commission européenne] https://www.asktheeu.org/en/request/estimating_displacement_rates_of)

    Lire les commentaires

  • Après le kit HiFive, QWERTY Embedded Design propose un nouveau kit lowcost : LoFive (Journaux LinuxFR)

    Dans un premier journal, je vous avais parlé du kit de développement HiFive permettant de développer sur le microcontrôleur libre E310 et compatible avec la chaîne de développement arduino. Une petite société (QWERTY Embedded Design) avait lancé un financement «participatif» pour produire un kit compatible arduino basé sur ce processeur.

    La production de ce premier batch s'étant bien déroulée, la société a lancé un autre module plus petit basé sur ce même processeur.

    Le module minimaliste (25$) permet tout de même de stocker des données sur une mémoire de masse en spi (16Mo) de générer des PWM, communiquer par uart et bien d'autres joyeusetés en gpio.

    L'avantage de ce module c'est que justement c'est un module ! donc on peut envisager de l'intégrer dans un éventuel produit. Le module est toujours intégralement open-source, avec les schéma et routage fait via Kicad.

    La livraison du kit est prévue pour la fin de cette année.

    Lire les commentaires

  • Weboob sort une nouvelle version qui va vous porter chance (Dépêches LinuxFR)

    Weboob (Web Outside Of Browsers) est un ensemble d’applications et de modules interagissant avec des sites Web.

    Ce projet peut également être utilisé comme une bibliothèque permettant de grandement simplifier l’extraction de données des sites Web. Pour du prêt à l’emploi, Weboob compte aujourd’hui 241 modules qui permettent d’accéder à de nombreux sites Web sans passer par un navigateur standard.

    Sans être exhaustive, la suite de la dépêche vous propose de découvrir quelques nouveautés de la nouvelle version 1.3, sortie mercredi 20 septembre 2017, que ce soit pour les utilisateurs et utilisatrices ou les développeuses et développeurs. Nous détaillons également la vie du projet en fin de dépêche, notamment notre participation à la PyConFr du 21 au 24 septembre 2017.

    Sommaire

    Services bancaires et administratifs

    Ajout de bénéficiaire pour les virements

    Le système de virement avait été revu lors de la précédente version, afin de permettre un processus plus complet notamment lors de la demande d’informations complémentaires (exemple : un code envoyé par SMS). Nous franchissons une nouvelle étape dans la prise en charge de ces virements en permettant désormais l’ajout de bénéficiaires pour les virements (grâce à la sous‐capacité CapBankTransferAddRecipient). Si le site utilise un code unique par SMS, boobank le demandera pour finaliser l’ajout de la même manière que pour les virements. Neuf modules ont déjà cette fonctionnalité activée.

    Nouveaux modules

    Les modules bancaires sont de nouveau à la pointe grâce au soutien de l’entreprise Budget Insight qui utilise et contribue massivement à Weboob. On compte ainsi dix nouveaux modules bancaires et la liste des changements sur les modules existants est assez impressionnante.

    Les modules qui permettent de simplifier la gestion administrative au quotidien ne sont pas en reste. On peut noter le téléchargement des fiches de paie pour tous les fonctionnaires d’état via le module ENSAP, ainsi que le téléchargement des factures du fournisseur de gaz Lampiris. N’oublions pas, pour les Parisiens, la gestion des réservations de livres dans les bibliothèques (module bibliothequesparis). On regrettera en revanche la disparition du module pour les bibliothèques rennaises, qui n’était plus maintenu.

    Logements

    Il est très difficile de chercher un logement en zone densément peuplée. Les offres sont très nombreuses, souvent dupliquées sur plusieurs sites. Le travail de veille est lourd et les logements partent très vite. C’est ainsi qu’un contributeur a développé Flatisfy, en utilisant les modules immobiliers de Weboob comme backend. L’objectif de cette application est de vous permettre de spécifier des filtres pour votre recherche de logements (secteur, loyer, nombre de pièces, temps de trajet), puis d’offrir une interface conviviale autour de ces résultats, en groupant les doublons et en affichant tous les résultats de façon uniforme, quel que soit le site d’origine de l’annonce. Flatisfy a été testé et approuvé à Lyon et Paris pour l’instant. Pour plus d’informations, vous pouvez regarder cet article de l’auteur.

    Le développement de Flatisfy a été l’occasion de tester et mettre à jour les modules de recherche de logements. Outre les corrections de bogues sur les modules existants, les principaux changements sont :

    • l’ajout d’un module pour récupérer les annonces de Foncia ;
    • l’homogénéisation des résultats retournés par les divers modules, afin que les numéros de téléphone soient formatés de façon similaire, et que toutes les informations disponibles soient bien récupérées ;
    • l’ajout d’un nouveau champ utilities sur les Housing, afin de mentionner si les charges sont incluses ou non dans le loyer récupéré par le module ;
    • l’ajout de deux nouveaux champs rooms et bedrooms sur Housing, afin d’avoir une façon homogène entre les modules de représenter le nombre de pièces et de chambres du bien.

    Vie privée et --auto-update

    Par défaut, les applications Weboob vérifiaient automatiquement les mises à jour des modules quand un module rencontrait une erreur. C’est très pratique dans un projet comme Weboob qui est face à des sites volatiles, mais a des conséquences négatives en termes de respect de la vie privée. Un utilisateur a ouvert un ticket avec un argumentaire détaillé et nous avons pris en compte ses remarques. La mise à jour automatique est donc désormais optionnelle, désactivée par défaut et peut être réactivée à l’aide de --auto-update.

    Rappelons qu’il est dans tous les cas toujours possible de rechercher des mises à jour manuellement avec weboob update.

    Nouvelle application QGalleroob

    Une nouvelle application Qt permet de faire des recherches d’images et de galeries : QGalleroob.
    Screenshot QGalleroob

    Dans les entrailles du développement

    Prise en charge des versions de Python

    Le cœur de Weboob ainsi que les applications Weboob sont maintenant compatibles Python 2.7 et Python 3.
    De nombreux modules sont déjà compatibles Python 2 et Python 3, et de nouveaux seront portés au fur et à mesure. Les modules n’étant toujours pas compatibles sont dans une grande majorité des modules abandonnés, dont le fonctionnement est probablement douteux. Ils seront donc probablement supprimés dans les prochaines versions.

    En fonction des retours sur Python 3 et de l’avancée du portage, il ne restera plus qu’une ou deux versions de Weboob qui prendront encore en charge Python 2.7. Nous prévoyons de changer de numéro majeur de version (et de passer donc à Weboob 2.0) au cours de l’année 2018, et donc à une version qui n’aura plus Python 2.7.

    Nouveaux filtres

    Les filtres sont des aides essentiels dans les modules Weboob, ils permettent notamment de simplifier l’extraction des données en utilisant une syntaxe très déclarative (il y a beaucoup de magie dedans). De nouveaux filtres spécialisés font leur apparition dans cette version :

    • AbsoluteLink : construit une adresse URL absolue à partir d’un lien HTML (contrairement au filtre Link qui retourne la valeur brute) ;
    • FormValue : permet d’obtenir la valeur courante d’un élément de formulaire (par exemple dans un tag select) ;
    • HasElement : retourne une valeur suivant la présence ou non d’un élément HTML ;
    • QueryValue : retourne la valeur d’un paramètre contenu dans la partie query d’une URL (par exemple, value pour url?param=value).

    Outils de débogage

    Deux nouveaux mécanismes ont été ajoutés pour aider à trouver les problèmes quand on écrit un module.

    Dans une session de débogage avec pdb (ou temporairement dans le code d’un module) :

    >>> import weboob
    >>> weboob.browser.elements.magic_highlight(self.el.xpath('.//div[has-class("foo")]'))

    Cela ouvrira la page courante dans un navigateur pour déboguer, avec tous les éléments correspondants à l’expression XPath, mis en surbrillance. Il est possible de mettre également en surbrillance toutes les zones d’une page qui sont extraites par le module. Pour cela, il faut ajouter _highlight_el = 1 à la configuration du module que l’on veut déboguer.

    Un autre outil très pratique est l’exportation de sessions et son chargement via une extension Web dans Firefox ou chrome. Dans le dossier contrib, un dossier complet nommé webextension-session-importer permet cette performance (voir le fichier README pour plus de détails).

    Liste exhaustive des nouveaux modules

    • bibliothequesparis (CapBook) ;
    • billetreduc (CapCalendarEvent) ;
    • blogspot (CapMessages) ;
    • bnppere (CapBank) ;
    • btpbanque (CapBank) ;
    • capeasi (CapBank) ;
    • cices (CapBank) ;
    • cityscoot (CapDocument) ;
    • cmes (CapBank) ;
    • cmmc (CapBank, CapContact) ;
    • ensap (CapDocument) ;
    • erehsbc (CapBank) ;
    • esalia (CapBank) ;
    • foncia (CapHousing) ;
    • lameteoagricole (CapWeather) ;
    • lampiris (CapDocument) ;
    • larousse (CapTranslate) ;
    • linebourse (CapBank) ;
    • myfoncia (CapDocument) ;
    • pixabay (CapFile, CapImage) ;
    • pradoepargne (CapBank) ;
    • tumblr (CapGallery) ;
    • zerobin (CapPaste).

    Communauté

    Dernière assemblée générale

    Le projet Weboob est protégé par une association qui a pour but de soutenir le développement et de permettre l’indépendance du projet par rapport à des entreprises qui peuvent être très contributrices (on les en remercie beaucoup). Si cette association n’est pas toujours très active, nous avons réuni une assemblée générale le 10 juillet 2017 à Paris. Le bureau de l’association (qui nomme notamment le release manager, ayant le pouvoir d’accepter ou refuser des contributions) a été entièrement reconduit.

    Les membres du bureau sont cependant tous investis depuis longtemps dans le projet et seraient très volontiers prêts à céder leurs places à de nouveaux contributeurs ou contributrices.

    PyConFr 2017

    Les développeurs Weboob seront présents en force à cette édition de PyConFr ! L’ensemble des membres du bureau de l’association sera notamment présent.

    Un atelier sera animé le samedi 23 septembre 2017 de 14 h à 16 h, ce sera l’occasion de développer votre premier module. Deux conférences seront présentées le dimanche 24 septembre 2017 de 15 h à 16 h :

    N’hésitez pas à passer nous voir, poser des questions, faire vos premières contributions, discuter de l’avenir du projet, etc.

    Contributeurs

    Merci aux contributeurs qui ont participé à cette version :

    • Baptiste Delpey ;
    • Barthélemy Gouby ;
    • Benjamin Bouvier ;
    • Benjamin Carton ;
    • Benjamin Tampigny ;
    • Christophe Lampin ;
    • David Kremer ;
    • Edouard Lambert ;
    • Florent Fourcot ;
    • Florian ;
    • Florian Duguet ;
    • François Revol ;
    • Frédéric Lépy ;
    • Guillaume Lundy ;
    • Guillaume Seznec ;
    • James Galt ;
    • Jean Walrave ;
    • Jonathan Schmidt ;
    • Juliette Fourcot ;
    • Laurent Bachelier ;
    • Louis Debeve ;
    • Matthieu Weber ;
    • Nicolas Cornu ;
    • P4ncake ;
    • Phyks (Lucas Verney) ;
    • Raymonde Philibert ;
    • Roger Philibert ;
    • Romain Bignon ;
    • Sébastien Jean ;
    • Simon Lipp ;
    • Théo Dorée ;
    • Vincent Ardisson ;
    • Vincent Paredes ;
    • ZeHiro.

    Weboob est un projet qui vit grâce à ses contributeurs. Si vous souhaitez l’améliorer et que vous connaissez le Python (ou pas, des besoins sur la documentation et la qualité des icônes se font sentir), n’hésitez pas à contribuer.

    Lire les commentaires

  • associalibre 19 et 20 octobre 2017 à Bruxelles (Journaux LinuxFR)

    Associalibre (19 +) 20 Octobre 2017

    3ème édition d'Associalibre, la journée belge du libre à destination des associations et des enseignants.

    Pour la troisième année consécutive, l'association de promotion du logiciel libre Abelli organise une journée atelier/formation de sensibilisation aux logiciels libres à destination du public associatif et des enseignants.

    En 2017, le fil rouge de la journée sera la protection des données privées numériques.

    Nouveauté 2017 : Cette journée du 20 sera précédée la veille, le 19 au soir, d'une double conférence sur la thématique:
    Le respect des données en réseaux sociaux.

    Conférences respectivement animées par

    • Olivier Bogaert, Commissaire de la Federal Computer Crime Unit
    • André Loconte, représentant de l'Association de protection des internautes, qui défend en Belgique depuis de nombreuses années la vision d'un internet neutre, libre, accessible et vecteur de progrès. Les conférences seront suivie d’un débat avec le public.

    Une journée du libre, pour toutes et tous, pensée pour le monde associatif et les enseignant dans les locaux de l'ISIB, Rue Royale n°150 à Bruxelles

    Depuis 2015, la journée Associalibre est un espace convivial présentant des solutions concrètes, efficaces et éthiques pour soutenir et faciliter l'action associative et militante

    Les valeurs portées par les logiciels libres trouvent écho dans celles portées par le monde associatif. Elles distinguent radicalement de ce qui est proposé à la consommation, et, face à la prolifération d'usages virtuels, constituent des clés de développement d'un esprit critique nécessaire dans une culture numérique.

    Venez découvrir les possibilités offertes par "le Libre".
    Venez rencontrer des représentants locaux de la communauté du Logiciel Libre.
    Venez débattre de l'importance du développement d'un esprit critique numérique.

    Au programme , conférences, ateliers pratiques, présentations d'outils accessibles et destinés à une utilisation dans le monde associatif et enseignant : la protection de la vie privée, les hébergements alternatifs, les suites LibreOffice et Framasoft, OpenStreetMap, l'autodéfense numérique, la brique Internet.

    Participation libre et gratuite,
    inscription préalable souhaitée via http://2017.associalibre.be/?Inscriptions

    L'équipe Staff Associalibre

    Lire les commentaires

  • associalibre 19 et 20 octobre à Bruxelles (Journaux LinuxFR)

    Associalibre (19 +) 20 Octobre

    3ème édition d'Associalibre,
    la journée belge du libre à destination des associations et des enseignants.

    Pour la troisième année consécutive, l'association de promotion du logiciel libre Abelli organise
    une journée atelier/formation de sensibilisation aux logiciels libres
    à destination du public associatif et des enseignants.

    En 2017, le fil rouge de la journée sera la protection des données privées numériques.

    Nouveauté 2017 : Cette journée du 20 sera précédée la veille, le 19 au soir,
    d'une double conférence sur la thématique:
    Le respect des données en réseaux sociaux.

    Conférences respectivement animées par
    * Olivier Bogaert, Commissaire de la Federal Computer Crime Unit
    * André Loconte, représentant de l'Association de protection des internautes, qui défend en Belgique depuis de nombreuses années la vision d'un internet neutre, libre, accessible et vecteur de progrès.
    Les conférences seront suivie d’un débat avec le public.

    Une journée du libre, pour toutes et tous, pensée pour le monde associatif et les enseignant dans les locaux de l'ISIB, Rue Royale n°150 à Bruxelles

    Depuis 2015, la journée Associalibre est un espace convivial présentant des solutions concrètes, efficaces et éthiques pour soutenir et faciliter l'action associative et militante

    Les valeurs portées par les logiciels libres trouvent écho dans celles portées par le monde associatif. Elles distinguent radicalement de ce qui est proposé à la consommation, et, face à la prolifération d'usages virtuels, constituent des clés de développement d'un esprit critique nécessaire dans une culture numérique.

    Venez découvrir les possibilités offertes par "le Libre".
    Venez rencontrer des représentants locaux de la communauté du Logiciel Libre.
    Venez débattre de l'importance du développement d'un esprit critique numérique.

    Au programme , conférences, ateliers pratiques, présentations d'outils accessibles et destinés à une utilisation dans le monde associatif et enseignant : la protection de la vie privée, les hébergements alternatifs, les suites LibreOffice et Framasoft, OpenStreetMap, l'autodéfense numérique, la brique Internet.

    Participation libre et gratuite,
    inscription préalable souhaitée via http://2017.associalibre.be/?Inscriptions

    L'équipe Staff Associalibre

    Lire les commentaires

  • devops REX - publication du programme du 2 octobre 2017 (Dépêches LinuxFR)

    La conférence devops REX revient pour sa deuxième édition le lundi 2 octobre 2017, dans tout juste 10 jours !

    devops REX

    La conférence est 100% dédiée aux retours d'expérience devops (aucune publicité produit sur scène, que des présentations de ceux qui ont mené ou vécu des transformations devops), et toutes les sessions sont en français. L'organisation est menée par la communauté du meetup Paris Devops.

    Le programme quasi complet est en ligne, dont un extrait se trouve dans cette dépêche. Une réduction sur le prix des places est offerte aux lecteurs de LinuxFr — voir ci-dessous.

    On y retrouve un contenu très riche mais aussi très varié, avec les retours d’expérience de startups comme de très grands comptes, et un contenu à plusieurs niveaux — depuis la vision en direct des DSI jusqu’au focus technique plus détaillé là où c’est pertinent.

    devops et logiciel libre

    « devops », un terme indéniablement à la mode dans notre industrie en ce moment, est le nom donné à la méthodologie qui a pour but d'aligner les objectifs des développeurs (dev en anglais) et des administrateurs systèmes (ops en anglais), et de leur permettre de mieux collaborer. Souvent expliqué par l'acronyme CAMP pour Culture, Automatisation, Mesure et Partage, l'objectif est d'utiliser ces leviers d'action pour supprimer les traditionnels silos développeurs/sysadmin et encourager une collaboration améliorée, qui résulte en une facilité de travail au quotidien, et au final, une informatique qui tourne mieux au service de l'organisation globale.

    Quel rapport entre devops et logiciel libre, me direz-vous ? Il y en a plein ! D'abord, les personnes. Le libre est né dans les couches d'infrastructure, et encore aujourd'hui c'est là où il règne vraiment en roi — du coup, nombre de libristes travaillent de près ou de loin dans l'infrastructure, et sont donc très directement concernés par la méthodologie devops. Ensuite, nombre de valeurs sont communes, par exemple si on prend la définition de devops ci-dessus — Culture, Automatisation, Mesure et Partage — on s'y retrouve rapidement. Et finalement, même si rien n'empêche de faire du devops sans logiciel libre, c'est tout de même assez rare, alors profitons-en pour y aller, en parler et porter la bonne parole !

    Extrait du programme

    Inscription

    Pour les lecteurs de LinuxFR, une petite remise est offerte (15% sur le prix du billet) : prendre sa place avec le code MERCI-LINUXFR.

    Lire les commentaires

  • devops REX - publication du programme du 2 octobre (Dépêches LinuxFR)

    La conférence devops REX revient pour sa deuxième édition le lundi 2 octobre, dans tout juste 10 jours !

    devops REX

    La conférence est 100% dédiée aux retours d'expérience devops (aucune publicité produit sur scène, que des présentations de ceux qui ont mené ou vécu des transformations devops), et toutes les sessions sont en français. L'organisation est menée par la communauté du meetup Paris Devops.

    Le programme quasi complet est en ligne, dont un extrait se trouve dans cette dépêche. Une réduction sur le prix des places est offerte aux lecteurs de LinuxFr — voir ci-dessous.

    On y retrouve un contenu très riche mais aussi très varié, avec les retours d’expérience de startups comme de très grands comptes, et un contenu à plusieurs niveaux — depuis la vision en direct des DSI jusqu’au focus technique plus détaillé là où c’est pertinent.

    devops et logiciel libre

    « devops », un terme indéniablement à la mode dans notre industrie en ce moment, est le nom donné à la méthodologie qui a pour but d'aligner les objectifs des développeurs (dev en anglais) et des administrateurs systèmes (ops en anglais), et de leur permettre de mieux collaborer. Souvent expliqué par l'acronyme CAMP pour Culture, Automatisation, Mesure et Partage, l'objectif est d'utiliser ces leviers d'action pour supprimer les traditionnels silos développeurs/sysadmin et encourager une collaboration améliorée, qui résulte en une facilité de travail au quotidien, et au final, une informatique qui tourne mieux au service de l'organisation globale.

    Quel rapport entre devops et logiciel libre, me direz-vous ? Il y en a plein ! D'abord, les personnes. Le libre est né dans les couches d'infrastructure, et encore aujourd'hui c'est là où il règne vraiment en roi — du coup, nombre de libristes travaillent de près ou de loin dans l'infrastructure, et sont donc très directement concernés par la méthodologie devops. Ensuite, nombre de valeurs sont communes, par exemple si on prend la définition de devops ci-dessus — Culture, Automatisation, Mesure et Partage — on s'y retrouve rapidement. Et finalement, même si rien n'empêche de faire du devops sans logiciel libre, c'est tout de même assez rare, alors profitons-en pour y aller, en parler et porter la bonne parole !

    Extrait du programme

    Inscription

    Pour les lecteurs de LinuxFR, une petite remise est offerte (15% sur le prix du billet) : prendre sa place avec le code MERCI-LINUXFR.

    Lire les commentaires

  • Dongle 4G sous environnement libre (Journaux LinuxFR)

    Cher Nal,

    J'ai passé un peu de temps à tester une solution de connectivité 4G ; donc je partage avec toi un résultat obtenu.

    Après quelques recherches aux réponses pas toujours très claires sur le net, je me suis orienté vers la clé 4G Huawei E3272, vendue ici : https://www.ldlc.com/fiche/PB00204764.html

    Elle fonctionne « out of the box » sous Debian Jessie et Buster sur deux machines sur lesquelles j'ai pu tester. Les tests ont été faits avec une SIM Free 3G (abonnement tel de base) et une SIM Free 4G.

    C'est un dongle en technologie « HiLink » : le dongle gère pour vous le réseau sans fil, et du point de vue du PC c'est une interface ethernet/USB avec un serveur dhcp+passerelle+http au bout de la clé. Ça a l'avantage d'épargner l'utilisateur de la conf 4G (ce qui est peut être une raison qui fait que ça marche tout seul) mais ça a l'inconvénient de d'écarter l'utilisateur de la conf 4G. Cette configuration de la connexion (notamment la saisie du PIN) se fait va le web à l'adresse de la passerelle.

    Pas de blocage de port observé lors des (rapides) tests.

    Dernière étape (simple et bien documentée celle-ci) : configurer Openwrt pour donner accès à la 4G via un access point wifi.

    Lire les commentaires

Le jeu est disponible sur le cédérom de PCJeux du mois de juin.
Cela ne permet pas pour l'instant d'accéder au jeu
-+- betatest-prophetie in Guide du Petit Joueur: Oui, mais non -+-