Linux (fr)

  • Dévoilement du calendrier de la Semaine québécoise de l'informatique libre (19 au 27 sept. 2015) (Dépêches LinuxFR)

    FACIL, pour l'appropriation collective de l'informatique libre (FACIL), est fier de dévoiler aujourd'hui le calendrier des activités de la Semaine québécoise de l'informatique libre (SQIL). L'édition 2015 de la SQIL, qui se tiendra du 19 au 27 septembre, est riche d'une vingtaine d'activités organisées par les membres de la communauté libriste : des conférences, des ateliers, des rencontres, des projections de film, des tables ronde, etc.

    Titre de l'image«L'informatique libre au service d'une société libre», tel est le thème de l'édition 2015 de la SQIL, qui sera l'occasion pour les citoyen(ne)s d'explorer les rapports entre la technologie et la liberté, la vie privée, la transparence, la solidarité, les biens communs, la coopération et le partage du savoir.

    FACIL invite toute la population à participer en grand nombre aux activités de la SQIL 2015 !

    Lire les commentaires

  • Concours de jeux vidéo (Journaux LinuxFR)

    Bonjour,

    je relaie ici l'annonce de l'ouverture (en retard) du 2ème concours de création de jeux vidéos OUJEVIPO (clin d'œil à l'OULIPO).

    Il se présente comme tel:

    L’Oujevipo Contest #2 est lancé!
    Pour rappel, les 10 jeux sélectionnés par le jury seront portés sur bornes d’arcades pour une expo itinérante, et l’un d’eux recevra un prix de 800€.

    Thème

    Le thème de cette édition est l’enfance. Cela signifie que les jeux crée doivent s’adresser tout spécialement au jeune public (pensez 6-13ans)

    Contraintes

    Le jeu doit aussi obéir à au moins une de ces contraintes :

    1 Ronde : le jeu doit être jouable par au moins 8 personnes simultanément.

    2 Chaises musicales : une session de jeu ne doit pas excéder 30 secondes.

    3 Machin bidule chouette:le jeu fait usage d’un contrôleur alternatif.

    4 Gribouillis : le jeu doit être en partie conçu par un ou plusieurs enfants (concept, graphismes, sons…)

    5 On joue au docteur ?: le jeu doit traiter de sujets d’adulte (actualité, politique, sexualité…)

    6 Marelle: le jeu doit être joué sans les mains.

    7 Récré: le jeu doit s’inspirer d’un jeu de cours de récré

    8 Barbie & Ken: Le jeu doit employer/détourner les codes du marketing genré des jouets

    9 Le Roi du silence: le jeu ne doit contenir aucun texte ni aucune voix (écran titre et tutoriel inclus)

    10 Calvinball: les joueurs doivent créer leurs propres règles ;
    Calendrier

    -Les jeux doivent crées entre le 15 août et le 15 septembre (et donc soumis avant le 15 septembre à minuit)
    -La liste des jeux sélectionnés pour l’exposition sera dévoilée le 30 septembre.

    -La première exposition aura lieu le 31 octobre à La Minoterie de Dijon.

    Toutes les infos ici:

    http://oujevipo.fr/non-classe/4691-oujevipo-contest-2-cest-parti/

    Rien de spécialement libre, je sais, mais l'idée est assez amusante pour avoir envie de la partager.

    Lire les commentaires

  • L'appel aux conférenciers de ConFoo est ouvert (Dépêches LinuxFR)

    ConFoo recherche une fois de plus des conférenciers passionnés pour la prochaine conférence.

    L'évènement a lieu à Montréal, Canada, du 24 au 26 février 2016. C'est une conférence excitante pour développeurs web avec des conférenciers du monde entier. La conférence unit plusieurs langages de programmation sous le même toit, ainsi que d'autres sujets liés au développement web. L'appel aux conférenciers se termine le 20 septembre 2015.

    Depuis quelques années, ConFoo renouvelle 50% de ses conférenciers. Si vous n'avez jamais parlé à cette conférence avant, vous devriez soumettre.

    Si vous préférez seulement y assister, il y a un rabais jusqu'au 13 octobre.

    Lire les commentaires

  • Un codec libre ? ... Oui Madame !!! (Journaux LinuxFR)

    Ceci est un journal bookmark et je l'assume.

    Un consortium s'est monté pour concurrencer le fameux H.265. Son nom: Alliance for Open Media
    Ses membres : Microsoft, Intel, Google, Cisco mais également Mozilla, Amazon et Netflix et bientôt d'autres.

    Merci au site pour daicideur prayssé de m'avoir pointé cette info qui n'a sans doute rien d'un scoop.

    Mais rien que le plaisir de voir nos trolleurs préférés continuer leurs échauffourées du précédent journal sur ce sujet brûlant, ça en valait la peine.
    Alors ?
    Thor, déjà parti pour le Valhalla ?
    Encore un vaporware pour faire pression sur le MPEG LA ?

    A vos claviers !!!

    Lire les commentaires

  • Kernel Recipes 2015 : les inscriptions sont ouvertes ! (Dépêches LinuxFR)

    Le programme de la conférence est maintenant bouclé et en ligne sur le site. Trois jours de présentations du 30/09 au 02/10/2015, à Paris : plus d'une quinzaine de conférences et quelques lightning talks. Vous pouvez encore nous proposer des sujets pour cette année.

    Les trois jours de conférences sont accessibles librement mais l'inscription est obligatoire, le nombre de places étant limité.

    Kernel Recipes

    L'événement a lieu dans les locaux de Mozilla, au 16 bis boulevard Montmartre
    Paris 75009.

    Cette édition s'enrichit d'un certain nombre d'événements sociaux :

    • le 30/09/2015 : après la journée de conférences, les participants pourront participer à un jeu de piste par équipes pour découvrir le quartier de Notre-Dame sous un angle différent
    • le 01/10/2015 : Adrienne Charmet interviendra pour La Quadrature du Net en réexpliquant son rôle, ses actions et les dossiers en cours. Cette intervention sera suivie d'une vente aux enchères de bouteilles de la bière brassée pour l'occasion, au profit de LQDN. La journée se terminera par le traditionnel Kernel Diner.

    Attention, là encore les places sont limitées : pensez à vous inscrire !

    Un grand merci à l'avance à tous les conférenciers qui ont accepté de se joindre au programme de cette année, ainsi qu'à nos sponsors qui nous permettent réaliser ces trois jours (Gandi notre partenaire et sponsor de la première heure, Mozilla qui nous accueille, SUSE, Parrot, BayLibre et HaproxyTech).

    Lire les commentaires

  • Cartopartie sur le thème du vélo à Nantes le 19/09/2015 (Dépêches LinuxFR)

    Dans le cadre de la Digital Week nantaise, Nantes Métropole, OpenStreetMap France et Place au Vélo organisent le samedi 19 septembre 2015 une cartopartie sur le thème du vélo à Nantes et sur quelques communes limitrophes.

    Notre objectif est de relever de manière exhaustive l'ensemble des points d'appui (les stationnements) vélo dans OpenStreetMap sur la métropole nantaise.

    Cette journée est ouverte à tous, que vous soyez néophyte d'OpenStreetMap et des SIG ou contributeur invétéré. Elle se déroulera dans les locaux de l'association MediaGraph situés sur cette carte à l'adresse suivante:

    Médiagraph, 1 rue d’Auvours.
    44000 NANTES

    N'hésitez pas à lire la suite de cette riche dépêche pour plus d'informations sur cet événement et sa préparation…

    Sommaire

    OpenStreetMap, c'est quoi ?

    Pour ceux qui ne sont pas (encore) familiers avec OpenStreetMap (OSM), OpenStreetMap est un projet collaboratif international fondé en 2004 dans le but de créer une carte libre du monde. Les données sont collectées dans le monde entier sur les routes, voies ferrées, les rivières, les forêts, les bâtiments et bien plus encore !

    Chacun peut y contribuer en corrigeant une petite erreur près de chez lui, en ajoutant des informations manquantes comme un nom de rue, un nouveau sens unique, en traçant de nouveaux objets (rues, routes, chemins, bâtiments, points d'intérêt) à partir d'images aériennes ou d'enregistrements issus de GPS, de photos géolocalisées ou encore de relevés de terrain.

    Organisation de la cartopartie

    Deux rôles principaux sont distingués lors de l'évènement :

    • Les arpenteurs qui vont sur le terrain avec leur carte et qui font le relevé des stationnements vélo en prenant soin de noter la position ainsi qu'un certain nombre d'attributs (nombre de places, type d'accroche, stationnement couvert, matériau du point d'appui). Pas besoin d'être un contributeur OSM pour faire ce job: il suffit de savoir écrire, lire une carte et se déplacer.
    • Les contributeurs OpenStreetMap qui sont principalement au QG. Ils réalisent la saisie dans OSM via l'éditeur de leur choix (iD ou Josm) des cartes papier ramenées par les arpenteurs. Cette saisie est interactive avec l'arpenteur qui peut voir comment on fait pour manipuler des données dans OSM tout en bénéficiant d'explications et surtout, qui permet de lever tout frein technique pour l'arpenteur. Il n'est bien sûr pas interdit à un contributeur OSM de devenir arpenteur et vice-versa.

    Avec un peu de persuation et de formation, on espère que les arpenteurs néophytes sur OSM deviendront des contributeurs réguliers d'OSM.

    Pour plus d'informations sur le contenu et la préparation de cette journée, vous pouvez consulter la page du Wiki dédiée.

    Date et lieu de rendez-vous

    La cartopartie aura lieu le 19 septembre 2015. Les arpenteurs peuvent venir quand ils le souhaitent (si possible au début de chaque heure) à partir de 9h et jusqu'à 16h.

    Le QG est situé dans les locaux de l'association MediaGraph situés sur cette carte à l'adresse suivante:

    Médiagraph, 1 rue d’Auvours.
    44000 NANTES

    Les arpenteurs n'ont pas besoin d'être présents pendant toute la journée. Prévoyez au minimum 2h30 dans votre journée pour aller sur le terrain, revenir au QG et faire la saisie en compagnie d'un contributeur OSM.

    Pour planifier un peu mieux l'événement, nous avons décidé de faire un petit relevé d'inscriptions (via ce framadate]. Vous pouvez bien sûr venir sur le pouce sans inscription (même si ça ne vous prendra que 30 secondes pour vous inscrire).

    Ce qui sera relevé sur le terrain

    Nous souhaitons avoir une vision la plus exhaustive possible sur le sujet du stationnement vélo. Nantes Métropole fourni déjà un grand nombre de données en OpenData sur son site dédié mais elle ne dispose que d'informations très partielles sur les points de stationnement vélo.

    Vous pouvez vous familiariser avec ce qui sera saisi dans la base en consultant cette page.

    Un peu de contenu exclusif pour LinuxFr.org

    Une cartopartie, c'est un évènement qui se prépare en amont. Dans notre cas, nous avons besoin que le relevé soit le plus exhaustif possible. Il faut donc que les arpenteurs passent dans toutes les rues.

    Nous avons utilisé le logiciel QGIS (dont j'ai déjà parlé dans la dépêche suivante) pour définir les secteurs et réaliser l'intégralité des cartes qui seront distribuées aux arpenteurs.

    La méthode de définition des secteurs est assez empirique: nous avons délimité un secteur d'environ 9 km de linéaire de rues et nous l'avons parcouru (sur le terrain) dans son intégralité pour voir le temps que ça prenait: à peu près 1h. Nous avons ensuite défini manuellement des secteurs englobant un ensemble de rues où le linéaire à parcourir était de l'ordre de 9 km. Au total, 78 secteurs ont été définis et vous pouvez les consulter sur cette carte. Nous avons utilisé le géo-algorithme "Sum Line Length" de QGIS pour faire les calculs.

    Pour la réalisation des cartes, nous avons utilisé les merveilleuses capacités de QGIS pour la composition de cartes, notamment la fonctionnalité d'Atlas qui permet de définir un modèle global qui sera ensuite appliqué à chaque secteur (vous vous doutez bien qu'on n'allait pas faire les cartes des 78 secteurs à la main. Ce qui est bien avec QGIS, c'est qu'on peut également ajouter des éléments qui ne sont pas des cartes, notamment un modèle de tableau attributaire qui permet d'avoir sur un simple A4 (ou A3 pour les secteurs vélo) la carte et le tableau d'attributs à remplir.

    Les données qui ont été mobilisées sont celles issues de la base d'OSM qui est exhaustive sur les routes et les rues, les bâtiments ainsi que les adresses (Licence ODBl).

    Bref, cet événement a été préparé avec 100% de logiciels et de données libres…

    Après la cartopartie

    Un relevé des données saisies lors de la cartopartie sera réalisé et intégré dans le Système d'Informations Géographiques de Nantes Métropole. Selon le succès de l'évènement, d'autres cartoparties sur le même thème pourront avoir lieu ultérieurement. Car l'objectif principal reste de géolocaliser les 6500 places de stationnement vélo de la métropole nantaise !

    Conclusion

    Geeks de la métropole nantaise, on sait que ce week-end sera vraiment bien complet pour vous avec la Digital Week ! Mais si vous voulez essayer quelque chose de plus contributif et que vous avez 2 ou 3 heures à tuer, venez nous rejoindre (ou nous faire un petit coucou)…

    Courrez tous vous inscrire ici, priez pour que la météo nous soit favorable, préparez votre vélo et venez nous aider à parcourir exhaustivement les 78 secteurs (y a du boulot).

    Lire les commentaires

  • Marque Page sur Markdown et RFC (Journaux LinuxFR)

    Salut Nal !

    Rapide marque page à propos de 2 RFCs à propos d'un nouveau type de format text/markdown et de ses differentes variantes.

    N'hésitez-pas à y participer si vous voyez des choses à améliorer !

    Après le récent sondage sur la réception et l'envoi de courriels en texte brute ou html, on pourrait très bien imaginer envoyer du markdown qui serait rendu à la réception en html, auquel on pourrait répondre en markdown :)

    Lire les commentaires

  • freeze Debian 9 pour fin 2016 (Journaux LinuxFR)

    Au détour d'un twitt, j'ai découvert les slides PDF d'un développeur Debian (Niels Thykier, pour la DebConf15 2015), et l'on y apprend page 15 les dates des prochaines milestones :

    • 5 septembre 2016 : transition freeze
    • 5 novembre 2016 : "softfreeze"
    • 5 décembre 2016 : freeze

    On peut tabler donc pour une sortie de Debian 9 (Stretch) durant le premier ou deuxième trimestre 2017 (ou pas).

    Lire les commentaires

  • Les évolutions KDE avec KDE Frameworks 5.13, KDE Applications 15.08 et Plasma 5.4 (Dépêches LinuxFR)

    Plasma, KDE Frameworks et KDE Applications suivent un cycle de développement indépendant les uns des autres depuis la fin de KDE 4. Cependant, le hasard fait que cette fois-ci on assiste à la sortie rapprochée de ces trois projets.

    À la sortie de Plasma 4.11, la dernière version basée sur Qt4, les développeurs ont promis de maintenir cette dernière pendant deux ans, en corrigeant les bogues mais sans rajouter de fonctionnalités afin d'assurer une transition douce vers Plasma 5. Cette période étant écoulée, la sortie de Plasma 4.11.22 marque la fin de l’ère KDE 4. Mais la succession est maintenant vraiment mûre et devrait arriver massivement dans nos distributions favorites.

    Sommaire

    Le bureau plasma

    KDE Frameworks 5.13

    La nouvelle version de la collection de frameworks KDE est sortie le 12 août.

    Les KDE Frameworks fournissent une grande variété de fonctionnalités courantes sous la forme de 60 bibliothèques mûres, revues et bien testées utilisant Qt.

    Nouveaux frameworks

    • KFileMetadata : extraction de métadonnées de fichiers
    • Baloo : recherche et indexation de fichiers

    Changements affectant tous les frameworks

    • La version de Qt requise a été changée de 5.2 à 5.3 ;
    • La sortie de débogage a été catégorisée, permettant une sortie moins verbeuse par défaut ;
    • La documentation Docbook a été revue et mise à jour.

    Plasma Framework

    La navigation dans le calendrier a été significativement améliorée par l’ajout d’une vue par année et par décennie. De plus, le changement entre différents niveaux de zoom peut s’effectuer avec un pincement.

    De plus, les notifications et le menu à l'écran (OSD) sont maintenant affichées sur tous les écrans.

    Ouverture automatique de Kwallet

    Le portefeuille KWallet (qui stocke et protège les mots de passe enregistrés par les applications KDE) peut être automatiquement déverrouillé au démarrage si le mot de passe est le même que celui de la session.

    La fonctionnalité existait déjà chez la concurrence (GNOME-keyring), et on pouvait déjà bidouiller pour faire ça dans KDE 4, mais ça ne fonctionnait plus dans Plasma 5. C’est maintenant réglé.

    KTextEditor

    Les colorations syntaxiques pour les scripts Xonotic, Groovy, CartoCSS, meson et Varnish 4 ont été ajoutées, et celle pour le langage J et GLSL ont été mises à jour.

    Les barres de recherche et de recherche/remplacement ont été améliorées afin de prendre moins de place et être agréables à utiliser.

    Le code a été commenté plus extensivement et de vieux commentaires ont été supprimés.

    Autres améliorations remarquables

    Plusieurs corrections améliorent le rendu des applications sur écran HiDPI.

    De plus, dans KWindowSystem (framework notamment utilisé par KWin), le code spécifique à chaque plateforme (X11, Wayland, Windows…) est désormais chargé depuis un module, ce qui rend la gestion de ces différentes plateformes plus simple.

    KDE Applications 15.08

    Le 19 août 2015 est sorti KDE Applications 15.08.

    Avec cette mise à jour, un total de 107 applications ont été portées vers les KDE Frameworks 5. Parmi lesquelles on retrouve Dolphin (le gestionnaire de fichiers), la suite Kontact (mail, calendrier, carnet d'adresses, agrégateur RSS…) et son moteur Akonadi, Ark (gestionnaire d’archives), Picmi (puzzle), etc.

    Dolphin sur KF5

    Les autres applications ont également reçu des mises à jour, notamment Marble et Kstars qui reçoivent plusieurs nouvelles fonctionnalités.

    Kdenlive

    Grosse étape pour le logiciel de montage vidéo : alors que la branche KDE4 était stabilisée depuis 3 ans, après le passage à KF5 (version 15.04) il est temps de réintégrer des travaux en attente depuis longtemps.

    La réécriture de certaines parties était prévue de longue date ; le code obtenu plus simple et évolutif a tout de suite permis d'ajouter des fonctionnalités intéressantes comme les effets calculés par le processeur graphique (Movit), les effets sur les médias sources (indépendants du montage, utiles pour la correction de couleurs notamment), un moniteur partagé pour comparer avant / après un effet…

    Par contre ces évolutions sont au prix de la perte temporaire de certaines fonctionnalités (secondaires pour la plupart des utilisateurs, qui devraient être corrigées pour la prochaine sortie), et attention le format de fichier a changé et ne peut plus être lu dans les anciennes versions, donc ne vous lancez pas tout de suite sur un projet compliqué, vous pourriez être coincé(e) !

    Changelog

    Retrouvez la liste complète des modifications ici : https://www.kde.org/announcements/fulllog_applications-15.08.0.php

    En parallèle de cette sortie Plasma 4 LTS, est mis à jour pour la dernière fois la version 4.11.22.

    Plasma 5.4

    Plasma 5.4 est sorti le mardi 25 août 2015. Voici quelques-unes des principales nouveautés.

    Nouvelle applet de volume

    Kmix est une l’application qui permet de gérer le volume. Lorsqu’on clique sur son icône dans la zone de notification, on obtient une fenêtre flottante dans un style d’application plutôt que de plasmoïde et son icône n’était pas mise en valeur lorsque le menu de contrôle du volume était ouvert.

    Ancienne applet de volume

    L’applet plasma-pa a été conçue pour tirer parti des fonctionnalités de PulseAudio simplement et s’intégrer parfaitement dans Plasma. L’applet dispose d’une fenêtre de configuration pratique et complète.

    Nouvelle applet de volume

    Nouveau lanceur plein-écran

    Plasma 5.4 apporte un nouveau menu principal plein-écran qui fournit toutes les fonctions d'un lanceur d'applications avec un redimensionnement sophistiqué et une navigation complète par clavier. Il permet également d'accéder à la recherche, aux documents récents et favoris, ainsi qu'à vos contacts récents.

    Nouveau lanceur

    Nouvelles icônes

    Le thème Breeze reçoit 1400 nouvelles icônes qui couvrent non seulement toutes les applications KDE, mais aussi des applications comme Inkscape, Firefox et LibreOffice, apportant une meilleure intégration visuelle à l’environnement.

    Nouveaux icones

    Retour de l'historique dans KRunner

    Krunner regagne une fonctionnalité qu’il avait perdu lors du passage à Plasma 5. L’historique est maintenant affiché et utilisé pour compléter ce que vous tapez.

    KRunner

    Graphe de trafic rétabli dans le gestionnaire de réseau

    Le gestionnaire de réseau a été amélioré visuellement une fois de plus avec notamment le retour du graphe du trafic réseau.
    Il apporte également deux nouveaux greffons VPN pour les connexions par SSH ou SSTP.

    Networkmanager KDE

    Aperçu technique de Wayland

    Plasma 5.4 est la première version de plasma capable de fonctionner comme session Wayland. Sur un système doté de pilotes graphiques libres, le Direct Rendering Manager du noyau Linux permet à KWin de fonctionner comme compositeur Wayland.
    Le développement récent de Kwin a été principalement orienté par les besoins de Plasma Mobile, et n'est en l'état actuel pas estimé prêt à remplacer Xorg pour une session de bureau.
    Des instructions de lancement ont été mises à disposition pour les aventureux souhaitant tester ou contribuer au développement.

    Changelog

    Retrouvez l'ensemble des modifications sur le changelog officiel.

    Vous pouvez tester cette nouvelle version de Plasma avec les images amorçables proposées par différentes distributions.

    Enjoy!

    Lire les commentaires

  • [Cuisine] Le fromage à la fast-food chez vous ! (Journaux LinuxFR)

    Salut !

    Comme ça fait longtemps qu'il n'y a pas eu de recettes ici, je vous propose de voir comment arriver à faire une crème au fromage sans crème ou bien du fromage comme dans les burgers, tout ça avec un peu de sel spécial.

    Vous vous êtes sûrement déjà demandé comment le « fromage » souple et carré était fabriqué : ça ne ressemble pas à du fromage français bon sang !

    De manière générale, tout fromage est composé de matière grasse, de protéines et d'autres substances chimiques au goût particulier. Faites chauffer un fromage à pâte cuite, et vous allez vous apercevoir que la graisse à tendance à se séparer du reste… Pour résoudre ce problème, on en fait souvent une béchamel, ou en rajoute de la crème (on crée un émulsion).

    Pourtant, pour éviter que la graisse ne se sépare lors du chauffage, il faudrait faire en sorte que les protéines soient plus solubles dans la graisse… et c'est exactement ce que le citrate de sodium fait ! (c'est un autre sel que celui au chlore de table, proche de l'acide citrique des citrons par exemple, avec un goût, du coup, un peu acide).

    En pratique, une petite quantité d'eau pour y dissoudre une petite quantité de citrate de sodium, des copeaux de fromages, et vous voilà avec du fromage liquide parfait pour des pâtes ou sur votre pizza (5 g de citrate pour 100 g de fromage environ). À vos Comtés, Emmental, Bleu, etc. !

    Pour acheter du citrate de sodium, c'est par ici !.


    Pour revenir au fast-food, une fois le fromage liquide, il suffit de le couler en une fine tranche, de refroidir puis de découper. Après, ils pourraient utiliser du fromage de meilleure qualité !

    Lire les commentaires

  • 2048 courriers de sensibilisation des acteurs locaux aux enjeux du logiciel libre (un par jour) (Dépêches LinuxFR)

    Initiée en janvier 2010, l'initiative Un courrier de sensibilisation des acteurs locaux par jour dans les Alpes du sud consiste à écrire chaque jour à un acteur du territoire pour lui exposer les enjeux du logiciel libre.

    Le 10 août 2015, j'ai signé mon courrier numéro 2048.

    Depuis le 1ᵉʳ janvier 2010, j’ai ainsi écrit à :

    • 218 agents administratifs ;
    • 196 responsables associatifs ;
    • 397 chefs d’entreprises ;
    • 179 autres acteurs économiques (chambres consulaires, syndicats professionnels, associations de commerçants, plateformes d’initiative économique…) ;
    • 194 acteurs impliqués dans le développement territorial (pays, parcs naturels régionaux…) ;
    • 21 candidats à des élections (dans le cadre des campagnes Candidats.fr de l’April) ;
    • 348 maires ;
    • 66 élus d’EPCI (communautés de communes) ;
    • 40 conseillers généraux ou départementaux ;
    • 3 conseillers régionaux ;
    • 73 autres élus ;
    • 179 enseignants, formateurs ou responsables d’organismes de formation ;
    • 22 journalistes ou responsables de presse ;
    • 55 acteurs du secteur santé, sanitaire et social ;
    • 57 acteurs du champ des technologies de l'information et de la communication.

    J'espère qu'avant le courrier 4096, le libre s'imposera comme une évidence et que ce travail de sensibilisation sera devenu inutile.

    Lire les commentaires

  • Tuppervim en septembre 2015, à Paris le 8 et à Lyon le 30 (Dépêches LinuxFR)

    Les Tuppervim sont des événements où l’on partage des connaissances et des astuces à propos de Vim.

    Vim étant un éditeur très riche et hautement paramétrable, ces sessions sont l’occasion de s’initier à son utilisation, d’approfondir ses connaissances, d’échanger ses vimrc ou encore de découvrir des greffons pour aller plus loin. Toute personne, quel que soit son niveau, est la bienvenue.

    Pour profiter au mieux de l’atelier, il est vivement conseillé aux débutants complets de faire le tutoriel Vim avant de venir (vimtutor) ; on encourage les utilisateurs avancés qui le souhaitent à proposer une petite présentation rapide (~10 min) d’une fonctionnalité ou d’un plugin — un support n’est pas obligatoire, une présentation en direct depuis Vim est tout aussi efficace. Vous pouvez annoncer une présentation sur l'Étherpad.

    Traditionnellement, ces ateliers sont aussi l’occasion de découvrir des outils qui ne sont pas directement liés à Vim mais qui s’inscrivent dans la même philosophie : ergonomie, minimalisme, efficacité.

    Deux sessions sont actuellement prévues :

    • Paris le 8 septembre 2015
    • Lyon le 30 septembre 2015

    Plus d'informations pour chaque événement sur le site officiel : tuppervim.org

    Une session parisienne a lieu tous les mois, pour être prévenu à l'avance (ou pas) n'hésitez pas à vous inscrire à la liste de diffusion.

    Venez nombreux !

    (ce texte reprend des éléments des dépêches de Florent sur le même sujet)

    Lire les commentaires

  • Le système Soral & Wikipedia (Journaux LinuxFR)

    Vu le nombre de commentateurs soraliens déclarés sur Linuxfr, et sans compter ceux qui ne le sont pas, ceux qui sont très proches du système de pensée (catholiques intégristes, racistes, anti-féministes, etc.)

    Je me crois dans le devoir de relayer cet article d’arrêt sur images.

    Les modérateurs feraient bien de se renseigner ; ça leur évitera de laisser passer des contenus tendancieux sous prétexte que la soupe sur la “liberté d’expression” a bien été servie.

    C’est ce qu’on appelle de l’inculture politique, qui parle de grands principes, de généralités bien niaiseuses mais qui manque trop d’expérience et finit par laisser le champ libre à toutes les manipulations. Le projet Wikipedia est typique de ce genre de mentalité : c’était peut-être valable du temps où le projet était petit, mais maintenant que c’est devenu de facto une encyclopédie de référence, le plus célèbre des wikis se retrouve dans une position intenable (participation de tous vs contrôle face aux tentatives de manipulations).

    L’article d’@si n’est pas en accès libre, mais le propos est suffisant pour se faire une idée de la méthode, et il y a les liens vers la source, l’article streetpress complet, et qui ne concerne pas que Wikipedia.

    Enfin le document qui décrit la stratégie Wikipedia d’Égalité & Réconciliation et qui justifie la rédaction de ce journal.

    Utile pour connaître un peu les méthode de l’extrême-droite sur l’Internet… Je le dis parce que certains sont restés mentalement sur l’utopie des 90s (utopie largement relayée et entretenue par l’extrême-droite remarquez), d’un espace de liberté d’expression absolu. Alors que ça fait quelques années déjà, si ce n’est une décennie, que le pouvoir a su maîtriser le web et l’utiliser à son avantage (sauf quelques rares réac’ style Alain Finkielkraut).

    Et comme je sais ô combien le commentariat aime bien se faire le champion de la liberté d’expression, je tiens à régler le malentendu qui ne manquera pas de naître ; les participants de ce site font partie des classes supérieures, et leurs habitus est celui des classes supérieures : entre-soi, mépris de l’interlocuteur confinant à l’insulte et à la haine, sentiment de supériorité, conservatisme et respect de l’ordre, drappage derrière la science, les sachants, etc.

    En la matière Linuxfr est un pur exemple de soumission du web aux intérêts du pouvoir tenu par les classes supérieures, et de censure pure et dure de tout ceux qui n’en sont pas. J’ai eu à l’expérimenter personnellement ; évidemment il ne s’agit pas de supprimer purement et simplement un commentaire (ce qui serait par trop contradictoire avec l’objectif affiché de liberté), mais de dissuader psychologiquement l’interlocuteur par tous les moyens de pression possible : intolérance, afficher du mépris, rabaisser en diffamant, en mentant sur son compte, voir (c’est allé très loin dans mon cas) utiliser la menace. J’ai pu constater le même comportements envers d’autres tentatives de participations que les miennes.

    Lire les commentaires

  • Les jeux de Tangram Games (Journaux LinuxFR)

    Bonjour,

    Je voulais vous présenter Tangram Games, une équipe de développement de jeux assez sympathiques.

    Duck Marines

    Je les ai découvert avec Duck Marines, lors de l’annonce d’une release relayée sur freegamer.

    Duck Marines

    Le jeu est libre à l’exception de la musique (NC-ND) et c’est l’un des rares jeux que j’ai trouvé pour jouer à 4 manettes en local (avec SuperTuxKart, si vous en connaissez d’autres, je prends !).
    Le principe est simple et efficace, il faut placer des flèches afin de guider des canards vers le trou de sa couleur, en évitant d’y guider les prédateurs si possible.
    Il y a plusieurs couleurs de canards qui font plus ou moins de points et quelques mini-jeux qui viennent pimenter la partie.
    Le tout donne une ambiance un peu «Mario Party» de jeu multijoueur idéale en soirée.
    (Le principe est visiblement repris d’un jeu Dreamcast)

    Mr Rescue

    Je me suis ensuite rendu compte que c’était également eux qui ont fait Mr Rescue, un jeu de plateforme auquel j’avais joué sur OpenPandora. Entièrement libre celui-ci.

    Mr Rescue

    Je l’ai donc installé sur mon PC et j’ai retenté ma chance, j’ai enfin réussi à atteindre le boss en mode facile (mais pas à le battre).
    Dans ce jeu − solo cette fois ci − on dirige un pompier dans un immeuble en feu. Le but est de sauver les habitants (et pas d’éteindre les flammes, le jeu a beau le marteler, on a toujours tendance à perdre du temps à arroser les flammes au début).
    C’est très prenant et super maniable (on peut jouer avec une manette encore une fois :-)), ils ont réussi la prouesse de faire un jeu d’arcade bien corsé et retro dont le but n’est pas de tuer tout ce qui bouge.
    C’est rare d’avoir un thème ni abstrait ni guerrier dans le jeu vidéo, et on s’attache vite à ce petit pompier qui meurt de chaud.
    Mon highscore actuel : 27865.

    Sienna

    J’ai par la suite découvert Sienna, un jeu de plateforme mono-bouton, dont seul le code est sous licence libre.

    Sienna

    C’est très bien léché et rigolo pour un jeu mono-bouton, ça reprend un peu l’idée de B.A.L.L.Z. (que je vous recommande également !) sous une autre forme.
    Ça fini quand même par donner envie de rejouer à Nikki and the robots pour avoir le contrôle complet de son personnage et sortir de cette course effrénée.
    Il ne supporte pas les manettes et c’est dommage (même si ya qu’un bouton, bourriner ma barre d’espace pour lui m’embête un peu, puis pour les menus et jouer vautrer c’est toujours mieux).

    LÖVE

    Tous ces jeux sont fait avec le framework LÖVE, et je tombe sur de plus en plus de jeux bien foutus et bien finis basés dessus.
    Si quelqu’un a les connaissances nécessaires pour faire un journal/dépêche qui présente ce framework, ça m’intéresse bien !
    En plus ça permet d’écrire des commandes comme «apt-get install love» ou «yaourt -S love»

    Je suis intéressé par toute idée de jeu libre à tester, surtout s’ils sont jouables à la manette et multijoueurs en local.

    Lire les commentaires

  • Capitole du Libre 2015: Dernière ligne droite pour vos propositions (Journaux LinuxFR)

    Nous voilà début septembre et l'appel à participation pour le Capitole du Libre 2015 se terminera d'ici une quinzaine de jours.

    Orateurs, oratrices et communautés n'hésitez pas à formuler vos propositions de conférence, d'atelier ou de stand.
    Une envie de participation en tant que bénévole, vous pouvez également vous inscrire sur cette page.

    Amis et amies libristes, n'hésitez pas à diffuser l'information au plus grand nombre.
    Si vous souhaitez nous contacter directement, un courriel à l'adresse contact@capitoledulibre.org sera le plus efficace.

    Sur ces belles paroles, je retourne à ma compil …

    Lire les commentaires

  • Sortie de doorGets 7.0, un CMS OpenSource en PHP/MySQL (Dépêches LinuxFR)

    doorGets est un système de gestion de contenu libre écrit en PHP utilisant une base de donnée MySQL, qui permet de créer rapidement et facilement son site Internet. L'objectif de ce CMS est d'être simple à utiliser, avec un maximum de fonctionnalités utiles, le back-office est simple et son utilisation fluide.

    La création d'un thème personnalisé est simple, quelques notions de CSS et HTML sont un plus, le changement se fait ensuite en un clic. Pour installer, il suffit d'avoir acheté un nom de domaine et un hébergement, puis de transférer le contenu de l'archive doorGets dans l'espace de stockage de l'hébergement.

    doorGets est un CMS facile à utiliser, il est conçu pour créer un site web à l'aide de l'éditeur de texte Wysiwig TinyMCE et CKEditor. La toute dernière version de Bootstrap est intégrée afin de mettre en place rapidement toutes les fonctionnalités d'un site moderne et dynamique.
    Un SaaS est maintenant disponible sur doorgets.io afin de vous permettre de créer gratuitement votre site web en ligne.

    doorGets CMS

    Copie d'écran

    Tableau de bord

    Nouveautés de la version 7.0 de doorGets

    Voici les nouveautés de la version 7.0 de doorGets :

    • Une nouvelle interface d’administration qui a été simplifiée
    • Gestion de multi-utilisateur
    • Gestion de groupe
    • Gestion des attributs
    • Gestion des médias (URI)
    • De nouvelles langues, en effet maintenant 20 langues sont disponibles. Et système de CRUD en plus du système de fichier
    • Une meilleur gestion des thèmes, pour avoir dès la première utilisation une vision globale du design du site mais toujours personnalisable
    • Gestion des notifications
    • Authentification OAuth2 Facebook et Google
    • Gestion Mandrill (Protocole SMTP pour la gestion des mails)
    • Générateur de système d’installation
    • Afficher son profil
    • Gestion de son profil
    • Boite de réception
    • Sécurité du profil
    • Gestion des Meta Facebook et Twitter
    • Gestion de version du contenu (permet de toujours revenir en arrière)
    • Système de modération de contenu
    • Module partage de liens

    Le cœur de doorGets a été repensé et réécrit pour être plus léger et accueillir une charge importante de visiteurs et un meilleur référencement.

    Configuration requise

    • PHP 5.4 et plus,
    • Base de données MySQL 5 et plus

    Modules disponibles

    • Bloc statique (créer des blocs statiques)
    • Page statique (créer une page simple)
    • Multi-pages statiques (créer plusieurs pages simples de fil d'actualités (créer un fil d'actualités)
    • Partage de liens (crée une zone pour partager des liens de site internet)
    • Galerie vidéos (créer une galerie vidéos youtube)
    • Galerie d'images (créer votre galerie d'images)
    • FAQ (liste de questions fréquentes)
    • Partenaires (afficher la liste de vos partenaires)
    • Lien de redirection (URL externe à ajouter au menu)
    • Formulaire de contact (un formulaire pour prendre contact avec vous)
    • Générateur de formulaire (créer un formulaire personnalisé)

    Les plus

    • Il est totalement libre et gratuit, sous licence GNU GPL v3.
    • L'installation se fait en deux minutes, le back-office est simple et facile à prendre en main
    • Les traductions sont simples à éditer
    • Les thèmes sont simples à créer ou modifier
    • Le mode SAAS qui permet d’avoir un LABS (une démonstration) pour son site web en quelques cliques

    Les moins

    Ce gestionnaire de contenu n'est pas fait pour le e-commerce, il vous permet de créer un site vitrine, un blog, ou même une simple page de présentation de votre entreprise, de votre association ou simplement de vous-même.

    Lire les commentaires

  • Les brevets logiciels toujours interdits en France (Journaux LinuxFR)

    En théorie les brevets logiciels sont interdits en France, en pratique des brevets logiciels ont été déposé, alors qui a raison?

    Un jugement récent est décrit dans un article sur les Numériques: Orange, qui avait déposé plainte contre Free pour violation de brevet, a été débouté de sa plainte et le tribunal a rappelé qu'il s'agissait à l'évidence d'un litige portant sur un "programme d'ordinateur". Or, il n'est pas possible de breveter un programme, ce dernier étant déjà couvert par le droit d'auteur. Cerise sur le gâteau: Orange a été condamné a payer 100000€ à Free.

    Cette bonne nouvelle est quand même a prendre avec des pincettes car il n'est pas impossible qu'Orange fasse appel, mais il semble bien que déposer un brevet logiciel en France, c'est juste une perte de temps et d'argent!!

    Lire les commentaires

  • freez Debian 9 pour fin 2016 (Journaux LinuxFR)

    Au détour d'un twitt, j'ai découvert les slides PDF d'un développeur Debian (Niels Thykier, pour la DebConf15 2015), et l'on y apprend page 15 les dates des prochaines milestones :

    • 5 septembre 2016 : transition freeze
    • 5 novembre 2016 : "softfreeze"
    • 5 décembre 2016 : freeze

    On peut tabler donc pour une sortie de Debian 9 (Stretch) durant le premier ou deuxième trimestre 2017 (ou pas).

    Lire les commentaires

  • Espace logiciels libres/hackers/fablabs à la Fête de l'Humanité du 11 au 13 septembre 2015 (Dépêches LinuxFR)

    Les 11, 12 et 13 septembre 2015, la Fête de l’Humanité, accueillera un espace interactif dédié aux logiciels libres, aux hackers et aux fab-labs. Les imprimantes 3D voisineront avec des Robots open source et des drones libres, des ateliers de soudure, d’Arduino, de codage ou encore d’installation de distributions GNU/Linux.

    Cet espace doit son existence à l’investissement commun d’un collectif de militants, bénévoles et au fait que la Fête de l’Humanité mette gracieusement à disposition 300 m2, mais à condition que cela soit à coût zéro pour la Fête, d’où la nécessité de trouver un financement participatif pour assurer toutes les dépenses nécessaires au bon fonctionnement de l’espace : électricité, télécommunication, location de mobiliers et de matériels, de réalisation d’une exposition pédagogique de présentation des enjeux de la révolution numérique, et surtout les vignettes d’entrée à la fête pour les exposants …

    Au plaisir de vous croiser sur l’Espace du logiciel Libre, des Hackers et des Fablabs pour échanger fraternellement sur un monde du partage et de la coopération.

    Plus de détails dans la suite de la dépêche.

    Cet espace co-produit avec les acteurs du mouvement des logiciels libres et des fablabs, est un lieu d’appropriation sociale et politique par le « faire », le ludique, la rencontre et le débat sur les enjeux cruciaux du numérique. Il s’agit, dans une démarche d’éducation populaire de faire toucher du doigt au public de la Fête de l’Huma les enjeux cruciaux de la « Révolution numérique » pour l’avenir de notre société. Ce sera aussi un endroit où on mènera le débat politique au sens noble du terme sur tous les enjeux de la révolution numérique : le big-data, la neutralité du net, les droits d’auteurs, les brevets, les tiers-lieux, la surveillance généralisée, l’obsolescence programmée, le développement durable, l’économie du partage et de la coopération…

    Les nouveautés de l’édition de cette année sont :

    DLFP
    L’Espace du Libre, des Hackers et des Fablabs à la Fête de l’Humanité 2014.

    L’espace sera animé par les associations : April, Association La Mouette (libre office), Bionico Hand, Camille Bosqué, Carrefour numérique au carré, Ecodesign Fablab, Electrolab, Collectif Emmabuntüs, FDN/Franciliens.net, Framasoft, Licence Creative/Creative Commons France, Maker Girls, Mozilla, Open-Edge, Les Ordis libres, Parinux, Les Petits Débrouillards Idf, La Quadrature du Net, Ubuntu.

    Ainsi que trois grands moments de débats structureront la vie de cet espace :

    • Le vendredi 11 septembre à 17h30 « Défendre les libertés et les droits sur Internet » avec Cécile Cukierman sénatrice rapporteuse pour le groupe communiste sur la loi renseignement, Yann Le Pollotec, responsable « révolution numérique » du PCF, Véronique Bonnet de l’April, la Quadrature du Net et la CNI ;

    • Le samedi 12 septembre à 10h30 « La lutte des classes à l’heure du big data » avec Yann Moulier Boutan économiste, chercheur à l’université de Shangaï, et Alain Obadia responsable industrie du PCF et président de la Fondation Gabriel Péri ;

    • Le samedi 12 septembre à 18h « Quelles contributions des fab-city, pour lutter contre l’obsolescence programmée et le réchauffement climatique, et répondre aux besoins humains » avec Patrice Bessac maire de Montreuil, ville membre du réseau Fab-City, Philippe Schiesser, président du Fablab écodesign à Montreuil, Nicolas Huchet du projet Bionico Hand (bras artificiel intelligent et open source).

    Lire les commentaires

  • Nouvelles de ProtonMail : version 2.0, ouverture (partielle) du code et mobilité (Dépêches LinuxFR)

    ProtonMail, service de messagerie web initié en 2013 qui s'annonce sécurisé et respectueux de la vie privée, a refait parler de lui cet été avec pas moins de trois annonces coup sur coup :

    • La mise à disposition de la version 2.0 ;
    • L'arrivée des applications mobiles dédiées ;
    • L'ouverture du code source de la partie cliente uniquement.

    logo ProtonMail

    Détails dans la suite de la dépêche.

    Version 2.0

    Suite à la forte demande de comptes pour ProtonMail qui a dépassé leurs attentes (ils annoncent plus d'un demi-million), l'équipe du projet s'est lancée dans une réécriture complète de la version 1.x qui n'était pas taillée pour supporter une telle charge. Si le rendu visuel reste proche, la base de code a été refaite pour améliorer la performance (ils annoncent des temps de réponse dix fois inférieurs), la sécurité et la flexibilité.

    Parmi les nouvelles fonctionnalités pour l'utilisateur, notons :

    • Une nouvelle fenêtre de rédaction de message en mode « popup » ou « maximisé », très proche de ce que fait GMail ;
    • La possibilité d'enregistrer les tentatives d'authentification pour détecter toute utilisation frauduleuse. Cette faculté est désactivée par défaut et c'est à l'utilisateur de l'activer en connaissance de cause ;
    • Le glisser/déposer dans les répertoires/labels ;
    • Un éditeur de signature HTML ;
    • Les contacts peuvent être cherchés et exportés ;
    • Les courriels chiffrés envoyés à des contacts n'utilisant pas ProtonMail chiffrent désormais les pièces jointes. Ces utilisateurs hors ProtonMail peuvent aussi répondre avec des pièces jointes chiffrées ;
    • L'export de votre clef PGP publique pour l'utiliser dans d'autres services compatibles.

    Ouverture (partielle) du code source

    Note : ce paragraphe a été repris du journal de pamputt et a été retravaillé.

    La campagne de financement participatif a permis de récolter plus de 500 000 dollars américains pour ce projet. Depuis, plusieurs annonces avaient été faites concernant leur volonté de publier le code source du front-end sous licence libre. C'est maintenant effectif avec la sortie de la version 2.0 annoncée le 13 août 2015. Le code est disponible sur GitHub sous licence MIT. Son étude permettra sûrement de répondre aux commentaires de certains.

    L'étude du code client devrait donc permettre d'être fixé sur la confiance que l'on peut avoir dans ProtonMail étant donné que les développeurs considèrent toujours qu'il est trop risqué d'ouvrir le code source de la partie back-end.

    The security risks of open sourcing the back-end code is too high. It would let an attacker know how our infrastructure is set up or let spammers get insight into how to circumvent our anti-spam measures.

    Ce qui peut être traduit par :

    Ouvrir le code source du code back-end fait courir un trop grand risque au niveau de la sécurité. Cela permettrait à un attaquant de connaître comment notre infrastructure est paramétrée et aux spammeurs d'avoir quelques indices sur comment contourner les mesures anti-spam.

    Cela n'assurera toutefois pas que c'est bien le code publié qui tourne sur les serveurs. Et ne vous attendez pas à pouvoir installer votre propre ProtonMail chez vous. Par ailleurs, ProtonMail a ouvert un programme de chasse aux bogues avec récompense à la clé.

    Applications pour smartphones

    ProtonMail a aussi annoncé les versions bêta de sa messagerie sécurisée pour Android et iOS (pas les tablettes). L'accès au programme de bêta est limité à 1 000 utilisateurs et est attribué en priorité à ceux qui ont participé au financement participatif. Si vous ne l'avez pas fait, il est encore possible de faire un don pour vous retrouver en tête de liste.

    Parmi les fonctionnalités annoncées disponibles :

    • Toutes les fonctionnalités de la version web ;
    • L'import de contacts sur Android ;
    • La sélection multiple ;
    • Les mouvements de "swipe" dont certains sont personnalisables.

    Ailleurs

    Et pour ceux qui n'aiment pas ProtonMail, il existe des alternatives (proposées par Scoubidou). Celles-ci ne sont pas forcément équivalentes fonctionnellement, mais ont la sécurité et/ou la vie privée dans leur ADN. Citons :

    Lavaboom aurait pu faire parti de cette liste, mais il a fermé ses portes le 27 août 2015. D'après un ancien développeur, pzduniak, ce serait pour des problèmes de dilapidation d'argent. Ce dernier travaille cependant sur une alternative qui se veut Open Source.

    Côté CaliOpen, on peut citer « l’éclairage du projet Caliopen sur le milieu du logiciel libre », « un constat de la très faible coopération », publié sous le titre Trop tard. sur Reflets.info le 18 août 2015 (après l'entrée de blog du 5 août Si tu écoutes tout, je m’en vais. suite à la loi française sur le renseignement).

    Lire les commentaires

  • Séminaire "Carte à puce et cryptographie : je t'aime, moi non plus" (Journaux LinuxFR)

    Bonjour à tous,

    Le séminaire d'Histoire de l'Informatique et du numérique reprend le jeudi 17 septembre à 14h30, dans l'amphi C "Abbé Grégoire" du Cnam à Paris.

    Ce séminaire est organisé par François Anceau, Ancien professeur titulaire de chaire au Cnam, collaborateur bénévole au LIP6, Pierre Mounier-Kuhn, historien, CNRS, université Paris-Sorbonne, et Isabelle Astic, responsable des collections informatique et réseaux au Musée des arts et métiers.

    En lien avec l'exposition "Carte à puce. Une histoire à rebonds", cette première séance sera consacrée à la cryptographie.

    Carte à puce et cryptographie : je t'aime, moi non plus

    Les rapports entre la carte à puce et la cryptographie furent souvent compliqués. De l'ambivalence du rôle de la carte en cryptographie à la mise en œuvre de l'algorithme du RSA, le général Jean-Louis Desvignes et le professeur Jean-Jacques Quisquater vous présenteront les conflits humains et challenges techniques qu'il fallut résoudre pour sécuriser la carte à puces

    Le général Jean-Louis Desvignes fut officier chiffre à l’Etat-major des armées de 1985 à 1990 et chef du service central de la sécurité des systèmes d’information(aujourd’hui l’ANSSI) de 1995 à 2000, périodes qui lui ont permis de vivre d’assez près le développement de la carte à puce et de sa sécurisation.

    Jean-Jacques Quisquater, professeur à l'Université catholique de Louvain, fut un des moteurs de la sécurité cryptographique et physique des applications de la carte à puce. Il fut un des précurseurs de l'enseignement de la cryptographie à l'ENS et l'X, avec Jacques Stern et Christine Nora (1990-2002).

    Leur longue et fructueuse collaboration avec des acteurs majeurs de cette histoire (Michel Ugon, Louis Guillou, Roland Moreno, …) en font des témoins uniques et majeurs de l'introduction de la cryptographie forte dans la carte à puce.

    Cette séance aura lieu dans l'amphithéâtre Abbé Grégoire de 14h30 à 17h00.

    La séance est gratuite, ouverte à tous, dans la limite des places disponibles et sur simple inscription auprès de : isabelle.astic@cnam.fr

    Lire les commentaires

  • À la vôtre… Hips ! (Journaux LinuxFR)

    Je ne peux pas m'empêcher de partager avec ce superbe clip (en Breton, VOSTFR) que je trouve tout simplement énorme.

    Il est réalisé par Gwenolé Ollivier, propriétaire de la petite brasserie D’istribilh en Bretagne, afin de faire appel au financement participatif pour pouvoir agrandir son affaire.

    Ce n'est pas libre (enfin, je ne crois pas), mais c'est de la (bonne) bière en nimage !

    Et en tout cas, le clip est vraiment bien réalisé.

    Lire les commentaires

  • Je crée mon jeu vidéo E15 : J'arrête... (Dépêches LinuxFR)

    «Je crée mon jeu vidéo» est une série d'articles sur la création d'un jeu vidéo, depuis la feuille blanche jusqu'au résultat final. On y parlera de tout : de la technique, du contenu, de la joie de voir bouger des sprites, de la lassitude du développement solitaire, etc. Vous pourrez suivre cette série grâce au tag gamedev.

    Dans l'épisode 14 (il y a trop longtemps), on a discuté des formats de données et de compilation croisée. Pour cet épisode, je vais expliquer pourquoi j'arrête. Il y a tout un tas de raison que je vais tâcher d'expliquer.

    Bon, allez, j'avoue : je n'arrête pas Akagoria ni cette série d'épisodes. Faut pas déconner non plus. C'était juste pour l'aguiche. Mais j'arrête une expérience qui était à l'origine d'Akagoria : les systèmes à entités. Souvenez-vous, c'était le premier épisode de la série.

    Les systèmes à entités

    Les limites

    Conceptuellement, les systèmes à entités, c'est vraiment satisfaisant. Dans la pratique, c'est très compliqué. Parce que dès qu'on sort des exemples tarte à la crème, c'est très difficile de bien délimiter les composants et les systèmes. Et c'est encore plus compliqué quand on interagit avec des bibliothèques externes qui ne sont souvent pas prévues pour ça. Par conséquent, on passe beaucoup de temps à tâtonner à faire des gros composants, puis des petits composants, puis des gros systèmes, puis des petits systèmes. Et au final, on n'a rien fait à part des réusinages qui n'ont pas fait avancer le jeu.

    Je pense qu'on n'a pas assez de recul sur ce paradigme pour pouvoir l'utiliser sur de gros projets. Quand je dis «pas assez de recul», je veux dire qu'il manque beaucoup de choses, notamment une méthodologie globale pour bien choisir ses composants, mais également des exemples un peu plus complexes qui permettent de voir qu'un système à entités seul, ça ne sert pas à grand chose. Certes, ça peut constituer une ossature pour un projet, mais il est nécessaire d'avoir d'autres paradigmes qui interviennent. Et l'articulation entre les systèmes à entités et ces autres paradigmes n'est expliquée nulle part et peut se révéler très compliquée.

    Quoi d'autre ?

    Si j'abandonne les systèmes à entités, par quoi les remplacer ? He bien, par une approche plus traditionnelle, une approche à objets. Parce qu'au final, c'est une approche suffisamment simple pour être flexible. Bien sûr, ça ne veut pas dire faire de grosses hiérarchie de classes. L'expérience m'a montré que trois étages de hiérarchie permettent de gérer toutes les situations, et souvent deux suffisent. Sans oublier que ce qui compte aussi, c'est un bon agencement des données. C'est peut-être une des leçons que j'ai retenues avec les systèmes à entités.

    Depuis le début d'Akagoria, j'ai produit plusieurs jeux (souvent pour des gamejams), et chaque fois, utiliser une approche objet a permis de faire tout ce qu'on voulait. Dans le cadre du club de développement de jeux vidéo que j'anime, j'encourage les étudiants à partir dans cette voie. Pas uniquement parce que c'est ce qu'ils connaissent, mais aussi parce que c'est ce qui me semble le plus naturel à expliquer et à utiliser. Les systèmes à entités ne me semblent pas aussi naturels, ils forcent à avoir une vision globale et complète avant de commencer un jeu, là où il est plus facile de procéder de manière incrémentale dans un paradigme objet.

    Talk is cheap, show me the code

    Je ne vais pas vous montrer le code tout de suite. Je n'ai pas encore pushé la nouvelle version d'Akagoria. Elle mijote tranquillement sur mon ordinateur.

    Votre branche est en avance sur 'origin/master' de 97 commits
    

    Cependant, elle va arriver. J'aimerais profiter du push qui vient pour parler de tout ce que j'ai pu développer depuis ces derniers mois (ou qui est en cours de développement) dans les prochains épisodes : dialogues, quêtes, interfaces, sauvegardes, etc. Et il y a des challenges qui arrivent. Donc il faudra patienter un peu.

    Dialogue dans Akagoria

    Autres nouvelles

    Il s'est passé beaucoup de temps depuis le dernier épisode. Mais voici quelques nouvelles en marge d'Akagoria.

    Migration sur GitLab

    Suite à la fermeture programmée de Gitorious, j'ai migré les deux dépôts qui s'y trouvaient sur GitLab : celui du jeu et celui du site web. J'hésite à tout migrer sur GitHub puisque c'est là que sont tous mes autres dépôts. Au départ, j'avais envie d'utiliser Gitorious parce que c'était libre, et même copyleft. Mais il faut bien avouer que Gitorious n'était pas aussi simple à utiliser que GitHub, sans compter les lenteurs trop fréquentes. Je connais un peu GitLab (il y a une instance qui tourne dans mon labo) mais pas assez pour juger de son efficacité.

    Au final, je pense que c'est plus simple de tout centraliser (oui c'est mal) sur GitHub parce que ça me simplifiera les choses plutôt que de devoir gérer deux forges. Je laisserai l'ancienne implémentation d'Akagoria (avec les systèmes à entités) sur GitLab.

    Une interface graphique pour MapMaker

    Vous vous souvenez sans doute de MapMaker, l'outil qui avait permis d'illustrer l'article sur la génération procédurale de carte. Et bien je suis très content de vous apprendre qu'un début d'interface graphique a été développé : mmgui. Je le dis d'autant plus facilement que ce n'est pas moi qui l'ai fait ! C'est en Qt5, ça marche plutôt pas mal pour l'instant. Mon rêve, c'est que ça puisse ressembler un jour à World Machine.

    Lire les commentaires

  • La rentrée de Gard-Linux - 8 septembre 2015 - Vergèze 19h (Dépêches LinuxFR)

    L'association Gard-Linux fait sa rentrée :

    • mardi 8 septembre 2015 de 19h à 22h
    • salle Topaze, centre socioculturel Marcel Pagnol, 99 rue Marcel Pagnol, 30310 Vergèze
    • repas tiré du sac.

    À l'ordre du jour, assemblée générale ordinaire avec bilans moral et financier, élection du conseil d'administration, discussion du programme 2015-2016. L'assemblée générale est ouverte aux adhérents à jour de leur cotisation.

    Les nouveaux adhérents sont les bienvenus !

    Parmi les thèmes envisagés pour 2015-2016:

    • au sein de l'association: atelier LibreOffice Writer et Base, sauvegarde sur le net, Clé USB amorçable (les choix)
    • demandes externes les plus fréquentes: comment installer Linux et son utilisation au quotidien.

    La fréquence et le lieu de nos rencontres seront débattus ce mardi: mensuel ou autre, sur Vergèze ou en alternance Vergèze - Nîmes.

    Alors au mardi 8 !

    Lire les commentaires

  • Minsky, pour les ingénieurs économistes (Journaux LinuxFR)

    Cher journal,

    Aujourd'hui, je voudrais te parler d'un économiste pour lequel j'ai une grande estime. Comme tu peux te l'imaginer, si j'en parle ici, c'est que le bonhomme est un brin iconoclaste. Gagné.

    Le monsieur s'appelle donc Steve Keen. Je viens de finir son bouquin récemment traduit en français : « L'imposture économique » dont la lecture est passionnante et accessible pour ce genre d'ouvrage et que je conseillerais à tout étudiant en économie. Avec un titre pareil, on pourrait s'attendre aux élucubrations d'un illuminé, mais on en est loin, très loin. L'homme est professeur d'économie et il a eu le temps de mûrement réfléchir son affaire, puisqu'il a commencé à formuler ses vues dans les années 90 et que le livre en est à sa seconde édition.

    Le livre

    Alors que contient ce livre ? Pas moins que la destruction en règle de toute « l'imagerie d'Épinal » de l'économie qu'on enseigne dans le cycle secondaire dans le monde entier, dans le mouvement de pensée qu'on nomme néoclassique. Ce qui m'a le plus frappé dans cette charge est le fait qu'il présente ces dogmes de manière simple et qu'à leur lecture, on se demande bien ce qui peut passer par la tête des économistes majeurs. Ces assertions sont très largement documentée par des citations d'ouvrages de référence.

    Pour une personne étrangère à l'économie (ayant passé un bac C, j'ai eu droit à une introduction à l'économie en seconde, dont je ne me souviens rien) et armée d'un cursus d'ingénieur, le discours de ce professeur est tout à fait compréhensible, ce qui rend encore moins compréhensible les choix de la théorie de l'économie mainstream actuelle. Celle-ci est qualifiée de « produit de l'imagination dérangée de théoriciens en chambre, non informés et inexpérimentés ». Et encore, quand on n'a pas l'impression que cela tient plus de la mauvaise foi ou de l'erreur mathématique…

    Les influences

    Pour diverger de ce courant de pensée, Steve Keen se réclame de plusieurs influences qui pourraient le faire passer pour un hurluberlu

    De Marx, il a retiré une notion de cycle du capital que les Marxistes eux-même rejetteraient Il part du modèle dont Marx a ébauché à la fin de sa vie, qui introduit deux boucles : Argent->Matière->Argent (cycle de production) et Matière->Argent->Matière (cycle du troc), qui se différencient de la pensée dominante par l'apparition du cycle de production.

    De Keynes, il a surtout tiré que le futur ne peut pas être prédit à moyen terme en fonction du passé. Autrement dit, peu de processus économiques sont ergodiques et les espérances rationnelles ne sont pas assimilable à des moyennes statistiques.

    De Sraffa, il a tire le fait que la macroéconomie doit rester une science entière qui ne peut pas être déduite de la microéconomie. On ne peut pas passer à l'échelle des concepts simples au niveau agrégé

    De Minsky enfin, il a tiré l'idée que l'économie n'est pas, contrairement à l'affirmation dogmatique une « science » de l'équilibre, mais bien une science du chaos qui doit se recaler dans notre époque avec nos connaissances sur la complexité et abandonner des préceptes issus de ses origines du XVIIIe siècle.

    Des résultats

    C'est bien beau, tout ça me diras-tu, mais où cela nous mène-t-il ? La réponse est en deux parties.

    La première bonne raison de lire ce livre et d'écouter le discours de l'homme, c'est qu'en prenant le parti de décrire le monde économique avec une approche nouvelle qui prend en compte, entre autres :

    • la finance (je suis encore effaré de l'absence de banque dans le modèle néoclassique)
    • l'aspect psychologique des politiques d'investissement
    • le fait que l'économie n'est pas linéaire et à l'équilibre mais repose sur des équations non-linéaires,

    Steve Keen a pu, comme quelques autres prédire la crise des subprimes, et encore plus récemment la crise chinoise, crises qu'il appelle des crises de la dette privée, là où l'économie néoclassique n'y voyait rien.

    L'autre volet des résultats, c'est que pour modéliser correctement ses systèmes, Keen s'est appuyé initialement sur des logiciels d’ingénierie du signal, tels que Simulink et Vissim. Mais l'utilisation de ces outils dans sa spécialité touchant rapidement des limites, il a décidé de lancer le développement d'un outil similaire mieux adapté à l'économie.

    Ce logiciel s'appelle Minsky, et il est libre ! On trouve ses sources sur

    et des paquets pour vos distribs sont disponibles à :

    http://software.opensuse.org/download.html?project=home%3Ahpcoder1&package=minsky

    Il reste pas mal de boulot, donc avis aux amateurs !

    Steve Keen a aussi une chaîne Youtube pour ceux que l'anglais ne rebute pas.

    https://www.youtube.com/user/ProfSteveKeen

    De nombreuses vidéos de ses sessions permettent de ce faire déjà une première opinion.

    Lire les commentaires

  • ToOpPy Linux 2.0 (Dépêches LinuxFR)

    ToOpPy Linux
    ToOpPy Linux 2.0 (noyau 3.9.11) est une distribution GNU-Linux multilingue, publiée le 29 août 2015, et faisant suite à la version 1.0, publiée en 2013.

    • Fonctionne en Live-CD (système entièrement chargé en mémoire vive - 512 Mo requis)
    • Installable sur tout support (disque dur interne/externe, clé USB, carte flash…)
    • Adaptée aux ordinateurs peu puissants aussi bien qu'aux machines (relativement) récentes.

    Elle s'adresse aux amateurs de systèmes légers (250 Mo), nomades, réactifs, fiables et conviviaux.

    Basée sur Puppy "Precise" de Barry Kauler, elle embarque toutes les applications indispensables pour un usage quotidien. Les incontournables applications "phares" (telles que GIMP, LibreOffice, etc…) peuvent être installées via une interface d'installation rapide d'applications ou à partir des dépôts Ubuntu via le gestionnaire de paquets "PPM".

    De nombreuses améliorations ont été apportées au Gestionnaire de Bureau 2PDE (2P Desktop Environment), fonctionnant avec le Gestionnaire de Fichiers ROX et le Gestionnaire de Fenêtre JWM, propose une suite complète d'applications permettant de personnaliser/optimiser au maximum l'espace de travail (thèmes complets, effets d'ombre et de transparence, gestion/création des entrées de MENU, etc.)

    Lire les commentaires

  • Sortie de Flarum 0.1.0-beta (Dépêches LinuxFR)

    Un équivalent en PHP/MySQL à Discourse vient d'être publié : Flarum. C'est un logiciel de forums, comprenant de nombreuses fonctionnalités et présentant un design sobre, élégant et moderne.

    Il est compatible avec les smartphones, intègre un moteur de recherche, combine les fonctionnalités d'une liste de diffusion (on choisit ce qu'on veut recevoir comme message par mél) et les fonctionnalités d'un forum de discussion.

    C'est un excellent outil pour remplacer les listes de discussion et les forums traditionnels. Le développement est très dynamique et des fonctionnalités futures très intéressantes : authentification unique SSO, intégration dans WordPress, mises à jour simplifiées, importation des données d'autres forums…

    C'est libre (licence MIT) alors n'hésitez pas tester, signaler les bogues, aider à traduire.

    Lire les commentaires

  • Libellule n°78 - Septembre 2015 (Livret d’info libre) (Journaux LinuxFR)

    Vous l’attendiez avec impatience, la rentrée est enfin arrivée avec plusieurs nouvelles propositions. Nous allons ainsi vous faire découvrir encore plus d’animations et d’ateliers. Comme chaque année nous effectuerons notre tournée dans la région Languedoc-Roussillon, nous irons à votre rencontre pour vous proposer des activités, conférences, démonstration, installation… dans vos maisons pour tous, mjc, médiathèques, bibliothèque. Vous pourrez donc nous retrouver à Montpellier, Castelnau-le-Lez, Lunel, Teyran, Saint-Aunès, Béziers, Mauguio, Nîmes, Saint-Clément-de-Rivière, Vailhauquès, le Crès pour la promotion des logiciels libres naturellement, mais aussi des biens communs, de l’accessibilité, de l’économie sociale et solidaire, de l’innovation sociale et numérique, de l’éducation populaire, ou encore du développement durable. Nous vous proposerons des ateliers de contributions, en lien avec le Club de la Presse et Wikimédia, un Wikicheese, des ateliers de sécurité. En partenariat avec le TechLab LR et i2m nous vous proposerons des apprentissages sur Arduino, Raspberry Pi, les imprimantes 3D, des initiations au code.

    Nous effectuerons notre rentrée à la Maison des Adolescents pour les Points Libres. Nous serons aussi présents aux rendez-vous annuels des associations à Castelnau-le-Lez et à Montpellier. Puis, vous pourrez nous retrouver à la médiathèque Fellini pour une animation sur Blender. Nous poursuivrons nos contributions sur OpenStreetMap lors de rencontres et saisie-parties qui auront lieu à la boutique partagée du Faubourg.

    Nous allons poursuivre évidement notre collaboration et l’étude de nouveaux projets avec la CCI du Languedoc-Roussillon et le Conseil Départemental, ainsi que celle vers les pays africains, Togo, Sénégal, Côte d’Ivoire et le Québec en lien avec Emmabuntüs pour des actions solidaires lors de permanences et Jerryparty « do it together ». Encore une belle année qui s’annonce bien remplie.

    Les articles récurrents de Montpel’libre sont ainsi diffusés aux dates indiquées ci-dessous :

    • le 20 de mois : Le Logiciel Libre du mois
    • le 22 du mois : Présentation membre
    • le 25 du mois : Programme des activités de Montpel’libre
    • le 28 du mois : Libellule – Le petit journal du libre
    • le 30 juin et le 30 décembre : Calendrier Semestriel

    http://montpel-libre.fr/spip.php?article2530

    Lire les commentaires

  • Est-ce que quelqu’un à déjà réalisé une application pour UbuntuTouch ? (Journaux LinuxFR)

    Je me pose la question…
    3 jours que je galère pour faire marcher ubuntu-sdk.
    Premier test en Ubuntu 15.04. Webapp: ok. Bon, en même temps, c’est bêtement un lien html.
    Appli html5, ça marche aussi. Passons aux choses sérieuses, une appli qml. Le kit 15.04 ne fonctionne pas. Qt designer non plus.
    Je passe en LTS + le PPA ubuntu-sdk. Alors là, cata, c’est pire que tout, presque rien ne marche. Sauf Qt-designer lol. Test en 15.10 beta1, on ne sait jamais. Tiens c’est pire qu’en 15.04 et mieux qu’en 14.04.
    Si quelqu’un a une procédure qui marche à peu près, je suis preneur. Car sur le net, rien. Ou des vieux trucs plus valables.
    Rahh ! c’est pas avec un tel truc aussi buggé que les applis vont fleurir :-(

    Lire les commentaires

  • [ANNULÉ] 5 septembre 2015 PSL Premier Samedi du Libre mensuel à Paris 19e (Dépêches LinuxFR)

    NdM: En raison de l'incendie survenu le 20 août 2015, la Cité des Sciences et de l'Industrie est fermée au public et l'événement PSL du 5 septembre est annulé.

    Chaque mois a lieu le Premier Samedi du Libre (PSL) à la Cité des sciences de Paris. Le PSL est une aide à l'installation (install party) de toute distribution GNU/Linux et de logiciels libres, destinée au grand public. L'accès en est libre et gratuit.

    Nous proposons également un atelier Blender3D animé par le BUG Paris, ainsi que deux conférences-ateliers ; n'hésitez pas à nous en proposer !

    Le prochain se tiendra donc samedi 5 septembre 2015 de 14h à 18h Carrefour Numérique², niveau -1 de la Cité des Sciences et de l'Industrie, 75019 Paris, porte de La Villette (métro ligne 7) ou porte de Pantin (métro ligne 5). Les suivants seront les 3 octobre, 7 novembre, 5 décembre, etc.

    Lire les commentaires

Les petits lits font les grandes maîtresses.
-+- Pierre Perret -+-