Linux (fr)

  • Un petit état des lieux des plates‐formes IoT FOSS (Dépêches LinuxFR)

    Bien le bonjour !

    J’ai longtemps hésité à partager ce petit quelque chose ouvertement avec la communauté FOSS. Puis, je me suis dit que j’allais peut‐être me bouger et parler, accepter de m’exposer à la critique, avant que ce que j’y raconte perde de son actualité.

    Mais quoi que donc qu’il parle le petit bonhomme ?

    Ce petit quelque chose, c’est un rapport « état des lieux » des plates‐formes cloud IoT (Internet of Things) FOSS (Free or Open Source Software) que j’ai réalisé courant août 2017 dans le cadre du projet de recherche OCCIware (lien en bas).

    Définition

    Ce que j’appelle une plate‐forme IoT, c’est une suite logicielle présente sur un ou des serveurs, qui va accumuler les données produites par les capteurs embarqués, les stocker, les traiter, et éventuellement les analyser et générer des tableaux de bord. Un machin « cloud » quoi =). En anglais, ça donne ça :

    « IoT middleware platform for building, managing, and integrating connected products. »

    Oui, je sais, c’est imprécis et large, mais ça vient avant tout de la diversité des solutions et des approches, et puis aussi un peu de mon incapacité à faire des jolies définitions (*ノωノ).

    Du FOSS, plz !

    Et, bien sûr, FOSS, parce qu’il était tout simplement hors de question pour moi de stocker mes données sur un serveur sur lequel je n’ai pas les accès, avec une boîte noire qui fait tout ce qu’elle a bien envie de faire avec, SACREBLEU !

    Plus de détails

    J’ai passé une dizaine de jours à faire le tour des solutions du milieu, j’ai essayé de les évaluer individuellement et comparativement afin, au final, d’en choisir une qui correspondait à mes usages.

    Ce rapport, c’est aussi l’occasion de discuter de critères d’évaluation de ces logiciels (et d’autres ?), et ce serait avec plaisir que j’accueillerai des remarques sur mes choix (parfois arbitraires ?) ! J’ai eu un peu l’occasion d’échanger avec les développeurs des différents projets présentés, qui m’ont déjà transmis quelques corrections mineures (voir l’historique des commits sur le dépôt), mais ce serait super si des personnes que ça intéresse s’exprimaient également.

    Si je parlais aussi de « perdre de son actualité », c’est qu’avec le temps mon analyse de ces plates‐formes perd de son intérêt puisque les nouvelles versions viendront combler les défauts que je pointe. Je pense que ce rapport a un intérêt pour les six à douze prochains mois maximum. Après, sans mise à jour, je pense qu’on pourra dire qu’il est « deprecated » (◕‿◕✿).

    Voilà, je m’en remets à votre jugement et vous souhaite une bonne lecture !

    Benoît Renault (aka Xia0ben).

    Lire les commentaires

  • Pourquoi la recherche en langages de programmation ? (Journaux LinuxFR)

    Sommaire

    Je fais de la recherche en langages de programmation. Dans le journal ci-dessus, j'explique pourquoi et comment, en essayant d'être accessible pour des gens qui connaissent peu (ou mal) la programmation et/ou la recherche.

    Pourquoi la recherche en langages de programmation ?

    Les programmeurs et programmeuses ont inventé de nombreuses représentations symboliques des programmes qui sont exécutés par un ordinateur, représentations que l'on appelle langages de programmation. On peut les voir comme des langages utilisés pour parler avec l'ordinateur, un programme étant un texte dans ce langage, le code source. Mais il est important de se souvenir que la programmation est aussi une activité sociale: la plupart des programmes sont écrits par plusieurs personnes travaillant ensemble, et les programmes écrits par une personne seule sont souvent réutilisés, inspectés et modifiés par d'autres. Un programme transmet une intention à l'ordinateur, mais il la communique aussi à des humains.

    Quand on programme, on est facilement irrité par les défauts du langage de programmation qu'on utilise; il est très difficile de concevoir un bon langage de programmation. On lui demande au moins les trois qualités suivantes :

    • la concision: Les tâches simples doivent être décrites par des programmes simples, pas par des programmes gros ou complexes. Les tâches complexes nécessitent des programmes complexes, mais la complexité du programme doit venir uniquement du domaine métier (les spécificités de la tâche requise), sans complexité incidente imposée par le langage de programmation.

      Par exemple, les premières recherches en intelligence artificielle ont révélé le besoin d'un bon support, par le langage de programmation, du backtracking (retour en arrière) : annuler une série de décisions prises pour atteindre un certain but, en cas d'échec, pour commencer à nouveau selon une méthode différente. Certains langages de programmation rendent beaucoup plus facile d'exprimer cela que d'autres.

    • la clarté: En lisant le texte d'un programme, il faut qu'il soit facile de comprendre l'intention des personnes qui l'ont écrit. On dit qu'un programme a un bug (un défaut de fabrication) quand sa signification (pour l'ordinateur) ne correspond pas à l'intention de ses auteurs—une erreur a été faite pendant la transcription des idées dans le texte du programme. La clarté est un composant essentiel de la sûreté (éviter les comportements inattendus et dangereux). Pour l'améliorer, certaines constructions des langages de programmation nous aident à exprimer notre intention, et les concepteurs et conceptrices de langages de programmation travaillent à concevoir des outils pour vérifier automatiquement que l'intention ainsi exprimée est cohérente avec le reste du texte du programme.

      Par exemple, l'un des pires problèmes de sécurité découvert en 2014 (le fait que tous les ordinateurs et téléphones Apple ne vérifiaient pas correctement l'authenticité des sites webs demandant une connection sécurisée) était causé par une ligne dans le texte d'un programme qui avait été dupliquée—écrite deux fois au lieu d'une seule. La différence entre l'intention du programmeur (vérifier l'authenticité des communications sécurisées) et le comportement réel du programme (permettant à des mauvais acteurs de se faire passer pour votre banque ou boîte email, intercepter vos paiement en ligne, etc.) était considérable, et pourtant ni les humains ni les outils automatiques qu'ils utilisaient n'avaient repéré cette erreur.

    • la cohérence: Un langage de programmation devrait avoir une structure très régulière, pour qu'il soit facile pour ses utilisateurs et utilisatrices de deviner comment utiliser les parties du langages qu'ils ne connaissent pas encore bien. En particuliar, la cohérence aide la clarté : retrouver l'intention derrière le texte du programme demande une bonne connaissance du langage, et plus le langage est cohérent, prévisible, plus faibles sont les risques de mécompréhension. C'est un cas particulier d'un principe de conception plus général, le principe de surprise minimale.

    Bien sûr, la liste (non exhaustive) ci-dessus n'est que l'opinion informelle d'une personne pratiquant la programmation (moi-même), et non pas une affirmation scientifique établie rigoureusement. La programmation est un domaine riche qui met en jeu de nombreuses activités, donc la recherche scientifique sur les langages de programmation peut être entreprise, et devrait être entreprise, depuis de nombreux angles différents. Entre autres, les mathématiques (la formalisation), l'ingénérie, le design, les interfaces homme-machine, l'ergonomie, la psychologique, la linguistique, les neurosciences, la sociologie, et les personnes qui pratiquent la programmation ont toutes leur mot à dire sur comment concevoir de meilleurs langages de programmation.

    Pour ma part, je travaille au sein d'une communauté scientifique qui utilise la formalisation mathématique comme son principal outil pour étudier, comprendre et améliorer les langages de programmation. Pour travailler sur un langage, on lui donne une sémantique formelle (ou plusieurs) en définissant les programmes comme des objets mathématiques, au même titre que les nombres ou les fonctions. La sémantique d'un langage est alors donnée par une relation (mathématique) entre les programmes et leur comportement. On peut ainsi prouver des théorèmes sur les langages de programmations eux-mêmes, ou sur les analyses et transformations de programmes.

    Voir dans le détail comment la formalisation mathématique d'un langage de programmation peut guider sa conception est absolument fascinant—c'est une approche très abstraite d'une activité très concrète. Ma communauté de recherche a défini un certain nombre de propriétés qui peuvent s'appliquer ou non à la formalisation mathématique d'un langage donné (l'objet mathématique que l'on a défini pour représenter le langage), et qui capturent certains aspects de l'utilisabilité du langage. Il s'agit en quelque sorte d'un ensemble de tests pour évaluer un langage. Cet ensemble de tests évolue au fil du temps, car nous affinons notre compréhension de ces propriétés formelles et nous en proposons de nouvelles, à partir de nos expériences d'utilisation des langages existants ou expérimentaux.

    Avoir une sémantique formelle d'un langage que l'on étudie est une façon de comprendre ce que les programmes de ce langage veulent dire, ce qui est une première étape nécessaire pour évaluer ou améliorer la clarté du langage—un programme ne peut pas être clair si on ne commence pas par se mettre d'accord sur ce qu'il veut dire. Construire cette formalisation est un travail difficile (technique) et chronophage, mais son pouvoir de simplification ne peut pas être surestimé. Le travail de formalisation agit comme une loupe qui grossit les irrégularités, et suggère naturellement des changements du langage qui peuvent améliorer drastiquement sa cohérence. Il nous encourage à construire (ou reconstruire) le langage autour d'un petit ensemble de concepts centraux et indépendants, ses briques de base—c'est la meilleure façon de rendre la formalisation plus facile. Il peut donc améliorer aussi la concision, puisque des concepts avancés peuvent être décrits de façon simple en combinant ces briques de base. Bien sûr, trouver les bonnes briques de base demande une connaissance du domaine métier (celui des programmes dont on veut améliorer l'écriture dans ce langage); pour avoir des idées vraiment nouvelles il faut souvent explorer avec des prototypes ou faire des études d'usage, en dehors de l'activité de formalisation. La méthode de conception de langages que je préfère, c'est donc la co-évolution d'un langage et de sa formalisation, les activités de formalisation et de programmation ayant lieu en même temps, pour informer et diriger le processus de conception.

    Lire les commentaires

  • Un morceau de punk sur L.I.N.U.X (Journaux LinuxFR)

    https://www.youtube.com/watch?v=HXAnbBXuRdA

    Comme je sais qu'il y'a par ici des amateurs de punk.

    Bon, ils ont oublié GNU/Richard dans les paroles par contre :-)

    Traduit du Gaelic:

    L.I.N.U.X
    punx on the street
    standing united to the end of the road
    and, as part of the struggle
    harnessing information technology
    L.I.N.U.X
    open-source software
    and linux as operating system
    listen to the words that come from the microphone
    Bill Gates - kiss my arse!
    L.I.N.U.X
    Linux, Linux - it's all the same to us
    Steve Ballmer - kiss my arse!
    we don't care how you pronounce it
    Microsoft - Kiss my arse!

    Lire les commentaires

  • Revue de presse de l’April pour la semaine 41 de l’année 2017 (Dépêches LinuxFR)

    La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

    Sommaire

    [France Culture] Pouvoir des plateformes et contre-pouvoir citoyen

    Par Catherine Petillon, le samedi 14 octobre 2017. Extrait:

    Airbnb, Deliveroo, Facebook…. les plateformes sont partout dans nos vies. Comment les réguler? Le conseil national du numérique sollicite l'avis de tous et lance une consultation publique sur la confiance à l'ère des plateformes.

    Lien vers l'article original: https://www.franceculture.fr/emissions/le-numerique-et-nous/donnees-algorithmes-comment-les-citoyens-peuvent-agir

    [Les Echos] Comment protéger sa vie privée sur Internet

    Par Jessica Berthereau, le vendredi 13 octobre 2017. Extrait:

    Rien de plus facile, pour une personne malveillante ou une entreprise intéressée par nos données personnelles, que de nous pister via nos machines numériques. Même si on n’a rien à cacher, mieux vaut ne pas laisser ouvertes les portes et les fenêtres digitales. Petit guide d’hygiène numérique.

    Lien vers l'article original: https://www.lesechos.fr/week-end/perso/developpement-personnel/030695212540-comment-proteger-sa-vie-privee-sur-internet-2122002.php

    [UP Magazine] ”L'innovation ascendante” et le rôle clé de l'utilisateur

    Par Fabienne Marion, le mardi 10 octobre 2017. Extrait:

    Les recherches en sciences sociales sur le processus d'innovation ont dû beaucoup s'employer pour faire reconnaître l'importance du rôle joué par les usagers. Ceux-ci sont en effet longtemps demeurés la figure marginale des travaux sur les sciences et les techniques. L'image d'un inventeur démiurge, puis celle de la toute puissance de la production, des laboratoires de R&D et des services marketing, cantonnent toutes plus ou moins l'usager au rôle (certes décisif) de consommateur, ou de testeur. Pourtant, plusieurs études de cas sont venues fortement remettre en cause cette représentation.

    Lien vers l'article original: http://up-magazine.info/index.php/decryptages/analyses/6977-qlinnovation-ascendanteq-a-travers-quelques-exemples-classiques-2

    [Numerama] Librem 5: pari réussi pour le smartphone libre et sécurisé de Purism

    Par Julien Lausson, le mardi 10 octobre 2017. Extrait:

    Le projet de financement mis en place par la société américaine Purism pour donner naissance à Librem 5, un smartphone GNU/Linux, ouvert et sécurisé, est un succès. Le cap des 1,5 million de dollars a même été franchi.

    Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/tech/296091-librem-5-pari-presque-reussi-pour-le-smartphone-libre-et-securise-de-purism.html

    [Numerama] Terrorisme: l'obligation de déclarer tous ses identifiants en ligne est supprimée

    Par Julien Lausson, le lundi 9 octobre 2017. Extrait:

    Lundi 9 octobre, les parlementaires se réunissent en commission mixte paritaire pour décider du sort à donner de l'obligation faite aux suspects de déclarer tous leurs identifiants. Une mesure jugée inutile et inconstitutionnelle par ses détracteurs.

    Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/politique/296025-inutile-inconstitutionnelle-lavenir-incertain-de-lobligation-de-declarer-tous-ses-identifiants-en-ligne.html

    Lire les commentaires

  • La vie privée comme avantage compétitif — Gry Hasselbalch — 18 octobre 2017 à Mozilla Paris (Dépêches LinuxFR)

    Le 18 octobre 2017 à 14 h, les bureaux parisiens de Mozilla accueilleront Gry Hasselbalch, experte en éthique des données, dans le cadre des Mozilla Speaker Series. Elle donnera une conférence (en anglais), retransmise sur Air Mozilla, traitant de Privacy as a competitive advantage (la vie privée comme avantage concurrentiel).

    N. D. M. : Air Mozilla est le portail multimédia de Mozilla, avec des présentations en direct ou en différé, des entretiens, des tutoriels, etc.

    Les discussions autour de la vie privée sont souvent orientées sur la lutte contre ceux qui la menacent : gouvernements, entreprises ou autres autorités. Mais ce n’est pas seulement une lutte « militante » qui plaide en faveur de la vie privée : c’est tout simplement meilleur pour les affaires.

    Aujourd’hui, c’est un avantage concurrentiel pour les entreprises de respecter la vie privée des utilisateurs et leur droit de contrôler leurs propres données. Les organisations qui considèrent l’éthique des données comme une responsabilité sociale et qui accordent autant d’importance aux données qu’à la sensibilisation à l’environnement et au respect des droits humains sortiront gagnantes sur le terrain commercial.

    Gry, experte en éthique des données, exposera les grandes tendances de l’industrie ainsi que des études de cas spécifiques d’entreprises qui ont recours à l’éthique des données. Elle montrera également que les citoyens et les consommateurs ne se préoccupent plus uniquement du manque de contrôle qu’ils ont sur leurs données, mais qu’ils commencent à agir — ce qui prouve l’importance de la confiance numérique pour la croissance et la prospérité. Elle explorera également comment de nouveaux modèles économiques, des avancées technologiques et un nouveau règlement européen en matière de protection des données favorisent un marché en pleine croissance pour les produits et services dans le domaine de l’éthique des données.

    Gry est une spécialiste de l’éthique des données et des implications sociales des technologies. Elle est cofondatrice du ThinkDoTank DataEthics et coauteure du livre Data Ethics — The New Competitive Advantage (Hasselbalch, Tranberg, 2016). Gry est une experte indépendante d’Horizon2020 de la Commission européenne et du Conseil européen de la recherche, et a travaillé auparavant au sein du réseau paneuropéen Insafe pour sensibiliser sur la jeunesse et les technologies. Elle a lancé la série de débats et de réseaux « la vie privée en tant qu’innovation » au forum des Nations unies sur la gouvernance de l’Internet et a rédigé plusieurs études, articles et rapports sur les défis du Numérique et la sensibilisation citoyenne.

    Elle contribue aux publications TechCrunch, Dailydot et OpenDemocracy, et est membre de longue date de l’initiative mondiale de l’IEEE pour les considérations éthiques dans la conception des systèmes autonomes. Ses œuvres sont hébergées chez Mediamocracy et gryhasselbalch.com.

    Mercredi 18 octobre 2017 à 14 h.
    Entrée libre
    Fondation Mozilla
    16 bis, boulevard Montmartre, Paris 9ᵉ (plan libre)
    Accès handicapé

    Traduction par Mozinet

    Lire les commentaires

  • Un petit état des lieux des plateformes IoT FOSS (Dépêches LinuxFR)

    Bien le bonjour !

    J'ai longtemps hésité à partager ce petit quelque chose ouvertement avec la communauté FOSS, puis je me suis dit que j'allais peut-être me bouger et parler, accepter de m'exposer à la critique, avant que ce que j'y raconte perde de son actualité.

    Mais quoi que donc qu'il parle le petit bonhomme ?

    Ce petit quelque chose, c'est un rapport "état des lieux" des plateformes cloud IoT (Internet of Things) FOSS (Free or Open Source Software) que j'ai réalisé courant août 2017 dans le cadre du projet de recherche OCCIware (lien en bas).

    Définition

    Ce que j'appelle une plateforme IoT, c'est une suite logicielle présente sur un ou des serveurs, qui va accumuler les données produites par les capteurs embarqués, les stocker, les traiter, et éventuellement les analyser et générer des tableaux de bord. Un machin "cloud" quoi =). En anglais, ça donne ça :

    "IoT middleware platform for building, managing, and integrating connected products."

    Oui je sais, c'est imprécis, et large, mais ça vient avant tout de la diversité des solutions et des approches, et puis aussi un peu de mon incapacité à faire des jolies définitions (*ノωノ) .

    Du FOSS, plz !

    Et bien sûr, FOSS, parce qu'il était tout simplement hors de question pour moi de stocker mes données sur un serveur sur lequel j'ai pas les accès, avec une boîte noire qui fait tout ce qu'elle a bien envie de faire avec, SACREBLEU !

    Plus de détails

    J'ai passé une dizaine de jours à faire le tour des solutions du milieu, j'ai essayé de les évaluer individuellement et comparativement afin au final d'en choisir une qui correspondait à mes usages.

    Ce rapport, c'est aussi l'occasion de discuter de critères d'évaluation de ces logiciels (et d'autres ?), et ce serait avec plaisir que j'accueillerais des remarques sur mes choix (parfois arbitraires ?) ! J'ai eu un peu l'occasion d'échanger avec les développeurs des différents projets présentés, qui m'ont déjà transmis quelques corrections mineures (voir historique des commits sur le dépôt), mais ce serait super si des personnes que ça intéresse s'exprimaient également.

    Si je parlais aussi de "perdre de son actualité", c'est qu'avec le temps mon analyse de ces plateformes perd de son intérêt puisque les nouvelles versions viendront combler les défauts que je pointe. Je pense que ce rapport a un intérêt pour les 6 à 12 prochains mois maximum. Après, sans mise à jour, je pense qu'on pourra dire qu'il est "deprecated" (◕‿◕✿).

    Voilà, je m'en remets à votre jugement et vous souhaite une bonne lecture !

    Benoit Renault (aka. Xia0ben).

    Lire les commentaires

  • media-toc ou un prétexte pour prendre des technologies en main (Journaux LinuxFR)

    Sommaire

    Nal,

    Cela fait quelques temps que je pense à te parler de mon projet media-toc, une application écrite en Rust qui vise à définir une table des matières pour un fichier audio-vidéo ou à scinder un fichier audio-vidéo en chapitres.

    Tu me diras que le nom fait pitié, surtout en Français, et tu auras raison.

    IMH de media-toc : fichier vidéo
    IHM de media-toc : fichier vidéo.

    La génèse

    Tout a commencé il y a 5 ans avec la captation audio-vidéo d'un concert. Je voulais en extraire le flux audio et le découper en pistes, une piste par chanson. L'extraction du flux audio ne posait aucun souci : un bon vieux terminal, FFmpeg et le tour était joué. Cependant, le fichier obtenu dépassait le Go(*), trop lourd pour être découpé par Audacity qui cherchait à tout charger en RAM et ramait avant de s'effondrer sous le poids des Go. J'ai aussi sorti l'Ardourie lourde, mais ce n'était pas probant. Ne me demande pas pourquoi : je ne m'en souviens plus et ce n'est pas le sujet ! Par ailleurs, que demander de plus qu'une idée de développement apparemment non couverte par des outils existants ?

    Je lançai donc Glade pour ébaucher une IHM et jetai un œil du côté de Vala. Tu te demandes sûrement pourquoi ces technologies et je te dirai que ce n'est pas le sujet non plus. En deux mots tout de même : à l'époque, j'étais déjà sur un autre prototype un peu plus avancé en Python et GTK et j'aimais bien l'idée d'un langage « récent » qui produisait du code natif. (Si tu es allé voir quel était ce prototype, tu as sans doute été amusé/horrifié par l'hébergeur qui était encore populaire à l'époque. Aujourd'hui, le-dit prototype continue sa vie dans un espace plus à la mode).

    Ma vie

    À cette époque encore troublée par les conséquences de la crise des subprimes, la vie me mobilisait sur d'autres préoccupations. Tu auras compris que ce n'était pas vraiment dû aux subprimes, mais je ne suis pas là pour te raconter ma vie ici-bas, Nal.

    Le retour

    Récemment, des circonstances plus clémentes m'ont permis de consacrer plus de temps libre aux développements de mon choix. Rust me faisait de l'œil. Je décidai de lui répondre avec ce projet non assouvi.

    Le timing était presque parfait : le binding Rust de GTK et celui de Cairo, bien que non encore stabilisés étaient déjà bien avancés et un binding pour FFmpeg paraissait déjà assez complet. Au bout de quelque temps, j'obtins un prototype capable de charger un fichier audio-vidéo et ses chapitres, d'afficher la première trame vidéo et de dessiner les premiers samples audio. Ce prototype fut aussi l'occasion d'ajouter la lecture et l'écriture des chapitres dans le binding FFmpeg.

    media-toc : prototype basé sur FFmpeg
    Ce prototype basé sur FFmpeg peut sembler très semblable à la version actuelle. Il n'en est rien : il était alors beaucoup plus proche d'une démo PauvrePoint™ puisqu'il ne permettait ni la lecture, ni la recherche dans le flux vidéo, ni le zoom sur la waveform.

    Variation sur le même thème

    C'est en me penchant sur les modifications à apporter pour gérer la lecture, la mise en pause et la recherche dans le flux audio que l'évidence m'apparut : il me fallait tester GStreamer. Je modifiai donc mon prototype pour intégrer la toute nouvelle version du binding de GStreamer pour Rust.

    GStreamer, GLib & co.

    Tout comme GTK, GStreamer repose sur GLib, une bibliothèque portable écrite en C qui inclut GObject, un système de typage objet introspectif, et des fonctions pour le développement de fondations logicielles : gestion de la mémoire, entrées/sorties, multithreading, signaux, structures de données, internationalisation… GLib facilite aussi la génération de bindings. C'était d'ailleurs grâce à GLib que j'utilisais déjà GTK3 en Python dans le cadre du projet dont je te parlais plus haut.

    Comment ça marche pour Rust ?

    Les développeurs de GLib & co. ont créé Gir, un outil permettant de générer un binding Rust idiomatique à partir d'un projet basé sur GLib. Prenons l'exemple du binding GStreamer :

    • Une première moulinette utilise les métadonnées issues de l'introspection de GObject pour créer des équivalents Rust pour les constantes, énumérations, types et des interfaces pour les différentes fonctions de la bibliothèque (FFI - à une époque, on appelait ça un stub). Pour le cœur de GStreamer, cela donne ce fichier pas tout à fait pratique pour les êtres humains, mais ce n'est pas son but.
    • Une deuxième moulinette permet de générer les implémentations Rust. Toujours pour le cœur de GStreamer, tout ceci est généré automatiquement. Quelques subtilités nécessitent encore des retouches à la main, mais même dans ce cas, la génération automatique apporte une base appréciable aux ajustements.

    Ce n'est pas vraiment une surprise : les modèles de partage d'objets ou de transfert de responsabilité de gestion de la mémoire de GLib trouvent des équivalents directs en Rust.

    Adopté !

    Tout comme pour le binding FFmpeg, la gestion des chapitres n'était pas sur le haut de la pile du projet gstreamer-rs. En revanche, pour media-toc, c'était fondamental. Ma modeste contribution a été récompensée par des conseils avisés du développeur du binding Rust, qui est aussi l'un des développeurs principaux de GStreamer et une progression significative de la partie audio du binding.

    Ajoute à cela une intégration sans effort de la vidéo dans mon IHM grâce au plugin GTK, je décidai de basculer définitivement la gestion multimédia de media-toc sur gstreamer-rs.

    Et Rust sinon ?

    Ça déchire, grave !

    Bien sûr, chacun observe ses propres critères pour apprécier un langage de programmation et un langage de programmation correspond nécessairement à des cas d'utilisation spécifiques. Rom1v a déjà rédigé un journal sur sa prise en main de Rust, je ne m'étendrai pas sur le sujet.

    J'apprécie les garde-fous de Rust à la compilation. Je ne sais pas pour toi Nal, mais après toutes ces années, je n'ai toujours pas la certitude que mon code C sera garanti sans failles de sécurité. Parfois je me demande aussi ce qu'aurait donné Rust sur des projets pour lesquels la mise au point a été assez laborieuse. Je me revois débugger des problèmes de multithreading en C++ sur un système cryptographique communiquant avec 6 cartes à puce en parallèle sur un équipement que je n'avais jamais vu et auquel je n'avais pas accès, tout ça à 3 000 km de distance. C'est peut-être aussi pour cela que j'apprécie les contraintes qui limitent les data-races et autres race-conditions. J'aurais bien passé quelques minutes de plus à me gratter la tête devant les messages du compilateur plutôt que ces quelques jours « intéressants ».

    L'écosystème est très agréable à utiliser aussi. Je veux parler de cargo en particulier. Il gère les dépendances, lance la compilation, lance les tests unitaires, exécute le binaire, etc. et tout cela avec une facilité déconcertante.

    C'est pas un peu fini ?!

    Attends, j'avais aussi envie de te parler de mon mécanisme de double buffering, vite fait. Lorsque j'ai cliqué sur play pour tester mon rendu de waveform à 60fps, le défilement était saccadé ! Mazette ! Rust ne tenait donc pas ses promesses… Et puis ça a fait ch'boom là-dedans : il fallait séparer le rendu de l'affichage. Une excellente occasion de mettre les mains dans les primitives de synchronisation de Rust. Note aussi la possibilité d'utiliser des canaux, mais je ne peux pas parler de tous les recoins du projet.

    Je voulais aussi que le mécanisme reste conforme à la séparation IHM / média que j'avais adoptée depuis le début. C'était le moment de sortir les traits, en gros l'équivalent des interfaces dans d'autres langages, le polymorphisme ou le dynamic dispatch. Le mécanisme de double buffering ne sait pas qu'il est utilisé pour un rendu de waveform, il sait juste qu'il devra invoquer les traits d'un extracteur de samples à la réception des nouveaux buffers du flux audio. En nimage, ça donne ça :

    Diagramme de classes du mécanisme de _double buffering_
    Diagramme de classes du mécanisme de double buffering. Il est parfois nécessaire de forcer le rafraîchissement depuis l'IHM, d'où la méthode refresh qui peut être invoquée par l'IHM.

    D'ailleurs, on me suggère une représentation spectrale, une nouvelle implémentation de l'extracteur de samples en somme.

    Bon en réalité, j'ai encore quelques soucis de fluidité, mais au moins ça ne vient plus du temps passé au rendu de la waveform.

    Sinon, pour répondre à ta question, le projet n'est pas fini…

    Reste à faire

    À ce jour, media-toc sait ouvrir un média (audio ou audio-vidéo), afficher quelques informations dont les chapitres et l'image de couverture, démarrer la lecture, mettre le flux en pause, naviguer dans le flux, représenter les différents canaux audios, zoomer sur l'axe temporel à la précision du sample audio.

    media-toc : _waveforms_ pour 5.1 canaux audios
    Waveforms pour 5.1 canaux audios.

    Il me reste à implémenter l'édition des chapitres et l'export à proprement parler et bien sûr les 80% de finissions.

    Et après ?

    Quand l'application sera fonctionnelle, j'envisage d'extraire le mécanisme de double buffering et les rendu / interaction avec la waveform, voire la représentation spectrale, vers un plugin GStreamer.

    Et puis, j'ai d'autres idées rustiennes pour la suite, j'espère t'en parler une prochaine fois.


    (*) 2h10 en PCM stéréo

    Lire les commentaires

  • Alchimie 12 — le salon de la (ré)création numérique, du 10 au 12 novembre 2017 (Dépêches LinuxFR)

    L’association Triple A est heureuse de vous annoncer que l’Alchimie 12 se déroulera du vendredi 10 au dimanche 12 novembre 2017 à l’Espace Rochegude de Tain‐l’Hermitage (26). Cette douzième édition accueille tous les passionnés de technologie, du débutant à l’expert chacun a sa place. Ces trois jours seront agrémentés de stands, de conférences ainsi que de concours à l’attention des plus créatifs. Cette année est aussi marquée par les vingt ans de l’association Triple A !

    Outre une demo‐party et des animations, des stands de fabricants et d’associations seront présents, dont celui de G3L, le GULL de Drôme‐Ardèche, et le hackerspace local, le LOAD. Le Libre sera aussi représenté dans une partie des conférences.

    L’Alchimie 12 fait l’objet d’une demo‐party favorisant la créativité dans le cadre de concours (graphismes 2D et 3D, musiques, animations 3D, programmation sur tous types de machines, courts‐métrages vidéo). Les archives des productions précédentes sont disponibles sur le site scene.org et les résultats de 2015 sont, quant à eux, disponibles sur le site de Triple A.

    Des conférences sont aussi proposées, sur l’actualité des plates‐formes Atari et Amiga, mais aussi sur la sécurité du Web et les WebExtensions pour Firefox.

    Les portes sont ouvertes au public durant une demi‐journée. Cela permet à chaque participant de faire découvrir sa passion, ses recherches, ses travaux. C’est une occasion unique de transmettre ses connaissances et de faire des rencontres.

    L’Alchimie 12, le salon de la récréation numérique à ne pas manquer en 2017. :-)

    Lire les commentaires

  • WPA2 est bronsonisé (Journaux LinuxFR)

    Salut nal'

    Une faille sur le WPA2 semble avoir été découverte. Un Github et un site web ont été mis en place, ils pourraient contenir plus d'informations dans la journée. Le 1er novembre, une présentation plus détaillée aura lieu durant une conférence ACM à Dallas. cf. https://www.macg.co/ailleurs/2017/10/une-faille-dans-le-wpa2-met-le-wi-fi-en-danger-100079 pour plus de détail.

    ça t'inquiète cette histoire de wpa2 cracké ou bien tu penses que c'est du vent ?

    Tu vas mettre à jour tes imprimantes et tes milliers gadgets connectés ? Comment parce que c'est pas si libre ? ;-)

    Lire les commentaires

  • Les journaux LinuxFr.org les mieux notés du mois de septembre 2017 (Dépêches LinuxFR)

    LinuxFr.org propose des dépêches et articles, soumis par tout un chacun, puis revus et corrigés par l’équipe de modération avant publication. C’est la partie la plus visible de LinuxFr.org, ce sont les dépêches qui sont le plus lues et suivies, sur le site, via Atom/RSS, ou bien via partage par messagerie instantanée, par courriel, ou encore via médias sociaux.

    Bannière LinuxFr.org

    Ce que l’on sait moins, c’est que LinuxFr.org vous propose également à tous de tenir vos propres articles directement publiables, sans validation a priori des modérateurs. Ceux‐ci s’appellent des journaux. Voici un florilège d’une dizaine de ces journaux parmi les mieux notés par les utilisateurs… qui notent. Lumière sur ceux du mois de septembre passé.

    Lire les commentaires

  • Firefox fait des vannes pour sa version 56 (Dépêches LinuxFR)

    Le 28 septembre dernier, Mozilla a sorti la nouvelle version 56 de Firefox conjointement avec la mise à jour de sa politique de confidentialités et de sa stratégie de collecte de données.

    Sommaire

    Firefox pour bureau

    Captures Firefox est une nouvelle fonctionnalité qui permet à l’utilisateur de prendre, enregistrer et partager des captures d’écran sans quitter le navigateur.
    Présentation de la capture de zone

    Firefox propose aux utilisateurs états‐uniens (en fait, de la version localisée en-US) de remplir automatiquement leurs adresses dans les formulaires.

    Les pages de « Préférences » de Firefox ont été mises à jour :

    • un outil de recherche a été ajouté pour permettre aux utilisateurs de trouver un paramétrage spécifique plus rapidement ;
    • les préférences ont été réorganisées pour parcourir plus facilement les paramètres ;
    • les descriptions ont été reformulées pour que les utilisateurs puissent mieux comprendre les choix et comment ils impactent la navigation ;
    • les choix pour les collectes de données ont été révisés pour se mettre d’équerre avec la nouvelle politique de confidentialité (mise à jour le 28 septembre également) et la stratégie de récupération des données (voir plus bas pour plus de détails).

    Les médias ouverts dans un onglet en arrière‐plan ne sont pas joués jusqu’à la sélection de l’onglet.

    La fonctionnalité « Emporter vos onglets avec vous » (Send Tabs) de Firefox Sync pour iOS et Android a été améliorée et elle peut être découverte même pour les utilisateurs sans compte Firefox Account.

    Les convertisseurs de codage de caractères ont été remplacés par une nouvelle implémentation respectant le nouvel Encoding Standard et écrit avec le langage Rust.

    Pour accélérer le chiffrement des données AES avec les compteurs Galois, Firefox confie dorénavant l’implémentation de l’algorithme AES-GCM au matériel. Le développeur qui s’est chargé de ces modifications a écrit un très bon article pour expliquer comment il l’a fait (activation du matériel et amélioration des algorithmes logiciels en cas de matériel inutilisable) et pour montrer les différences de performances constatées (le couple d’algorithmes AES-GCM est très souvent configuré sur les serveurs et clients respectant les recommandations d’algorithmes à utiliser avec le protocole TLS).

    Firefox utilise maintenant la version 4 du protocole Safe Browsing pour protéger l’utilisateur contre les sites malveillants.

    Le système de mises à jour de Firefox a été revu pour diminuer la taille des fichiers de mise à jour d’environ 20 % et pour améliorer la sécurité de la vérification des téléchargements de mise à jour.

    Avis aux développeurs, les grilles CSS sont maintenant analysables directement depuis les outils de développement. Les grilles CSS permettent de faire facilement des pages qui s’adaptent à la taille de l’écran (responsive design) en utilisant uniquement du code CSS natif. Cette technologie a été inspirée par Bootstrap qui avait apporté cette idée novatrice d’utilisation de JavaScript.

    Malheureusement, certains problèmes connus n’ont pas pu être corrigés à temps :

    • le démarrage échoue si le logiciel publicitaire RelevantKnowledge est installé. Firefox Support contient des instructions pour désinstaller ce logiciel dans son aide sur les logiciels malveillants ;
    • quelques problèmes dans le mode plein écran ont été détectés pour macOS ; ces problèmes sont liés à un bogue de macOS High Sierra ;
    • comme les restrictions de sécurité ont été élevées, les utilisateurs utilisant Firefox pour Windows à travers une connexion distante RDP (Remote Desktop Protocol) peuvent se retrouver avec la lecture audio désactivée. Suivez ce guide pour contourner le problème jusqu’à ce qu’un correctif arrive dans une prochaine publication ;
    • le démarrage peut aussi avoir des ratés avec Firefox 64 bits sur Windows 7 pour les utilisateurs du logiciel OneKey Theater de Lenovo pour leurs modèles IdeaPad. Pour réparer le démarrage, il faut installer la version 32 bits de Firefox.

    Firefox pour Android

    Voilà, c’est fini ! Le prise en charge de la technologie Flash est terminé dans Firefox pour Android. Flash n’est pas le seul, nous apprenons aussi qu’Android 4.0, Ice Cream Sandwich, a été également abandonné par Firefox, pensez donc à mettre à jour votre mobile sous Android si possible…

    Pour les utilisateurs suffisamment à jour, Firefox améliore les performances et l’économie d’énergie lors de l’utilisation de WebRTC grâce à l’activation et l’utilisation des encodeurs matériels.

    Le prise en charge des extensions créées avec la technologie Web Extension a été améliorée dans Firefox pour Android.

    Les traductions pour le zapotèque (zam) et le biélorusse (be) sont maintenant disponibles.

    Autour de Firefox et changements à venir

    Grammalecte

    Olivier, le développeur de Grammalecte, a sorti la version 0.6.0 du correcteur grammatical Grammalecte le 21 septembre dernier. Cette version est compatible avec Firefox 57 et ajoute un bouton à côté de chaque entrée texte pour accéder rapidement aux outils de Grammalecte (formateur de texte, lexicographe, correcteur grammatical et conjugueur).
    Grammalecte

    Révision des avertissements à propos de la politique de confidentialité

    Dans cette nouvelle version, Firefox perd la barre d’annonce à propos de la vie privée qui apparaissait au premier démarrage. D’après les retours de tests, cette barre perturbait les utilisateurs, les détournait de la fonction principale de Firefox (naviguer sur le Web) et amenait les utilisateurs à modifier des paramétrages avancés qui pouvaient facilement réduire les performances de Firefox (alors qu’ils n’avaient pas encore utilisé leur navigateur flambant neuf !).

    Cette barre a été remplacée par un onglet directement ouvert en seconde position avec des textes plus compréhensibles par les utilisateurs et qui présentent mieux quelles données sont envoyées à Firefox et ses partenaires.
    Démarrage de Firefox 56

    Par exemple, il est clairement indiqué que si la suggestion de recherche est activée, alors des données supplémentaires sont envoyées au moteur de recherche ou que Firefox géolocalise votre adresse IP pour vous proposer des choix par défaut plus pertinents.

    Révision des systèmes de collecte de données utilisateurs

    Du côté de la collecte des données, les deux systèmes existants, Firefox Health Report (actif par défaut) et Telemetry (désactivé par défaut), ont été simplifiés et unifiés sous le nom de Unified Telemetry. Auparavant, les données envoyées par les deux systèmes étaient très semblables et les paramètres d’envoi de données étaient situés à deux endroits distincts. Maintenant, tous les paramètres d’envoi de données vers Mozilla sont rassemblés dans la section « Collectes de données par Firefox et utilisation » des préférences de sécurité. Cette réorganisation a permis également de mettre à jour les critères de collecte de données (nécessité de l’information, transparence de la gérance des ajouts de nouvelles collectes, responsabilité des usages des données et respect de la politique de confidentialité).

    Avancées du projet Quantum

    Le projet Quantum avance à bon rythme : la version 57 (prévue pour le 14 novembre prochain) recevra d’ailleurs le nom de Firefox Quantum pour marquer le coup, outre une interface revue (issue du projet Photon). Le projet se sera concrétisé relativement rapidement : un an après son annonce, les premiers morceaux sont déjà intégrés dans une publication et les gains de performance annoncés sont de l’ordre du doublement ! Vous pouvez lire un état plutôt complet des avancées ici.
    Par ailleurs, les développeurs s’assurent que les gains de performance ne se font pas au détriment de la consommation mémoire.

    Mises à jour de Firefox pour iOS et Firefox Focus pour Android

    La version 9 de Firefox pour iOS (dont le moteur de rendu est toujours celui d’iOS) est sortie durant ce cycle de développement. Firefox pour iOS améliore principalement sa navigation privée en activant par défaut la protection de Firefox contre le pistage (une option permet de l’activer aussi pour la navigation standard). Cette fonctionnalité utilise les mêmes technologies que celles des autres versions de Firefox (pour bureau, pour Android et Firefox Focus). Une seconde amélioration est que Firefox Sync peut maintenant aussi diffuser du contenu de Firefox pour iOS vers les autres Firefox (avant, la synchronisation ne pouvait pas se faire dans ce sens).

    Dans la même annonce, nous apprenons que Firefox Focus pour Android (ou Firefox Klar si vous le téléchargez depuis F-Droid ; le navigateur simpliste de Firefox pour ouvrir rapidement des liens sans charger toutes les fonctionnalités d’un Firefox standard) permet d’ouvrir plusieurs liens dans des onglets différents (avant, seule une page pouvait être visitée à la fois).

    Un dernier souffle pour Firefox sur Windows XP et Windows Vista

    Mozilla avait annoncé que la prise en charge de Windows XP et Vista par Firefox cesserait en septembre 2017. Cependant, l’organisation a décidé de donner quelques mois de répit pour ses utilisateurs, puisqu’elle a annoncé que des mises à jour de sécurité seront encore disponibles jusqu’en juin 2018 pour ces deux plates‐formes. Cette annonce est concrétisée par le chevauchement prévu de la version 52 ESR et la version 59 ESR à partir de mars 2018, jusqu’à juin.

    Lire les commentaires

  • sched_deadline est dans les temps (Journaux LinuxFR)

    Cher Nal,
    Lors de la conférence Embedded Recipes à Paris, SCHED_DEADLINE a fait l'objet d'une présentation claire et accessible à toutes et tous. Un planificateur (ou ordonnanceur) pour CPU est le bout de code qui décide quand une tâche doit être exécuté. Basiquement : l'ordre d'exécution. Cet ordonnanceur pour CPU n'est pas nouveau, mais il va devenir l'ordonnanceur par défaut à partir de Linux 4.14.

    SCHED_DEADLINE implémente l'algorithme « le délai au plus tôt possible » (Earliest Deadline First) auquel viennent s'ajouter des priorités dynamiques, et initialement un « mécanisme de bande passante constante » (Constant Bandwidth Server), amélioré par une implémentation du « Greedy Reclamation of Unused Bandwidth (grub)» adaptée au contexte des matériels actuels. En l'état actuel, sched_deadline permet de :

    • Ajouter une contrainte de temps sur chaque tâche, de manière déterministe ;
    • Permettre la réservation de ressources, et l'isolation comportementale des tâches entre elles (ex : bande passante cpu) ;
    • Ne pas imposer pas de style de contraintes (qui peuvent donc être périodiques, a-périodiques ou sporadiques.)

    Une tâche trop gourmande ou qui se comporte mal ne pourra pas outrepasser la réservation faite pour elle. Le comportement temporel d'une tâche ne sera donc pas affecté par une autre tâche, offrant ainsi la prédictibilité (qui n'était pas possible avec sched_normal, sched_rr ni sched_fifo) À noter qu'une tâche demandée/marquée/programmée '-deadline' ne peut forker. Les tâches se voient attribuées trois caractères, trois états possibles :

    • Inactives: lorsqu'elles sont bloquées et ont dépassé le "temps 0-lag" ;
    • Contenu Non Actif (ActiveNonContending) lorsqu'elles sont bloquées mais sans avoir dépassé le "temps 0-lag" ;
    • Contenu Actif (ActiveContending) lorsqu'elles sont prêtes à être exécutées (ou sont en cours d'exécution)

    Le "contenu non actif" est un état transitoire : lorsqu'une tâche bloque (est bloquée) elle n'entre pas immédiatement en état "inactif", car cela casserait les garanties de temps d'exécution. Elle passe donc par cet état transitoire.

    Le calcul de ce "temps 0-lag" pour une tâche passant en état "Contenu Non Actif " (cf : la doc) est ainsi fait :

                                    (runtime * dl_period)
             deadline    -    ---------------------
                                        dl_runtime
    

    Où "runtime" est le temps d'exécution restant, et dl_runtime ainsi que dl_period sont les paramètres de réservation.

    Si une tâche qui bloquait redevient active avant que son chrono "timer inactif" soit fini, alors ce dernier est simplement détruit. À noter que si une tâche se réveille / redevient active sur une file d'exécution différente, alors elle sera automatiquement retirée de la file initiale par l'ordonnanceur. Des mécanismes pour éviter des "race conditions" sont implémentés (ex : lorsque le chrono se trouve sur un cpu différent de celui ayant la file d'exécution dans laquelle la tâche se réveille)

    L'évolution croissante de la complexité et des possibilités des matériels a rendu la tâche de l'ordonnanceur de plus en plus complexe (parfois hors-sujet ?) SCHED_DEADLINE choisi de ne pas implémenter de configurations accessibles d'affinités : la gestion/configuration des affinités est maintenant déléguée aux CGROUPs (cf : cpuset), qui permettent des ajustements fins tout en offrant une configuration facilitée.

    En résumé, SCHED_DEADLINE est un ordonnanceur répondant aux besoins industriels où la prédiction est nécessaire ainsi qu'aux besoins de faibles latences ou/et de temps d'exécution garantis, mais également aux environnements portant des machines virtuelles par une gestion plus équitable des ressources CPU distribuées. Un développement de 10 ans, et demain l'ordonnanceur par défaut dans le noyau Linux.

    Deux nouveaux appels systèmes sont implémentés : 'sched_setattr' et 'sched_getattr' , pour aller plus loin lire :
    Présentation au Embedded Recipes, par Steven Rostedt
    Evidence & Actors-Projets & Retis Lab
    Chez vous peut-être ?

    Lire les commentaires

  • Les présentations de Kernel Recipes 2017 sont disponibles en ligne (Dépêches LinuxFR)

    La sixième édition de Kernel Recipes s’est terminée et, après quelques jours de repos, les supports de présentation sont disponibles en ligne.

    Plus de 130 participants sur trois jours, une vingtaine de conférences, des lightning talks sur une grande variété de sujets et des intervenants venus du monde entier.

    Conférenciers de Kernel Recipes 2017 à Paris

    Les enchères de cette édition ont permis de collecter un peu plus de 500 € et surtout mis en avant un projet libre indispensable à bon nombre d’entre nous, GnuPG, représenté ce jour‐là par Werner Koch.

    Frank Tizzoni a encore sévi parmi les orateurs et les participants, et il semblerait que l’accessoire indispensable de cette édition soit le coussin de sol… Au menu également les soirées traditionnelles qui ont permis aux participants de continuer les discussions et de profiter des spécialités françaises.

    Grâce à Baylibre, certains participants ont pu gagner une plate‐forme ARM Libre Computer.

    Comme tous les ans, nous tenons à remercier vivement Mozilla qui met à disposition des locaux qui font la réussite de la conférence, l’équipe vidéo qui prend en charge la captation, assure la transmission en direct des interventions. Un immense merci également à Gandi, notre partenaire, qui nous accompagne depuis le début sur cette conférence.

    Merci à Tom Yates, envoyé spécial de LWN.net, qui a suivi l’ensemble des conférences et qui ne manquera pas de publier des articles sur les différentes interventions. Merci à Anisse Astier qui est devenu notre blogueur attitré et réalise ce tour de force de retranscrire en direct l’essentiel du programme (jour 1, jour 2 et jour 3).

    Merci enfin à nos sponsors qui nous permettent de faire venir des conférenciers du monde entier :

    Rendez‐vous pour la septième édition, en septembre 2018 !

    Lire les commentaires

  • Agenda du Libre pour la semaine 42 de l’année 2017 (Dépêches LinuxFR)

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 43 événements (3 en Belgique, 37 en France, 0 au Luxembourg, 2 au Québec, 1 en Suisse et 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire

    [FR Castelnau-le-Lez] Section GNU/Linux Ubuntu et Logiciels Libres - Le lundi 16 octobre 2017 de 10h00 à 12h00.

    L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence Logiciels Libres, discussions libres et accompagnements techniques aux systèmes d’exploitation libres, pour vous aider à vous familiariser avec votre système GNU/Linux au quotidien.

    Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes et permet ainsi l’acquisition de nouvelles compétences au rythme de chacun.

    Vous pourrez y aborder plusieurs thèmes

    • Discussions conviviales entre utilisateurs autour de Linux en général
    • Préinscription aux prochains Cafés Numériques et Install-Party
    • Premières explorations du système
    • Installations et configurations complémentaires
    • Mise à jour et installation de nouveaux logiciels
    • Prise en main, découverte et approfondissement du système

    Les Section GNU/Linux ont lieu à la Mjc André Malraux de Castelnau-le-Lez, tous les lundis de 10h00 à 12h00, sauf périodes de vacances.

    [FR Nantes] Café Vie Privée / Chiffrofête / Cryptoparty - Le lundi 16 octobre 2017 de 19h00 à 20h00.

    Tous les lundis du mois d’octobre nous serons présents au bar le Chat noir à Nantes  à 19h pour échanger autour de la protection des données personnelles et de sa vie privée sur Internet.

    Lundi 16 octobre
    Préservation de son anonymat

    Comment rester anonyme sur un PC ou sur un réseau
    Démonstration du système d’exploitation Tails et du réseau Tor. Installation de Tails sur clé.

    Lundi 23 octobre
    Protection de son trafic sur Internet

    Pourquoi et comment chiffrer son trafic sur Internet avec un VPN (réseau privé virtuel) ?
    Présentation du fonctionnement d’un VPN, de son intérêt et de sa mise en place.

    Venez avec votre ordinateur ou votre smartphone, vous pourrez en profiter pour installer des outils lors des ateliers et nous pourrons vous aider pendant leur installation.

    Et si vous voulez installer Tails, pensez à venir une clé USB avec un espace d’au moins 4Go.

    L’entrée est libre et gratuite, et c’est ouvert à toutes et à tous

    Informations pratiques
    Les 16 et 23 octobre
    Au Chat Noir, 13 Allée Duguay Trouin, Nantes

    [FR Villeurbanne] Lundi 3.0 | "Le Guide du Voyageur Galactique" - Le lundi 16 octobre 2017 de 19h00 à 22h00.

    Ami-e-s libristes, voyageu-r/se-s, curieu-x/ses et bicodeu-r/se-s,

    Le CCO vous invite à la prochaine itération des Lundis 3.0 qui aura lieu la semaine prochaine, le lundi 16 octobre, de 19h à 22h, rue G. Courteline.

    Lundi prochain, semaine 42 oblige, nous muserons à travers le temps et l'espace de l'univers décalé du Guide du Voyageur Galactique de Douglas Adams. Nous tenterons ainsi de trouver des réponse à la grande question sur la vie,
    l'univers et tout le reste…

    (parfois qualifiés de téléphones intelligents, ou smartphones)…
    Nous fabriquerons nos casques de réalité virtuelle en carton afin d'avoir des balades commentées en immersion dans l'espace.
    Notre guest-star pour cette soirée sera Vincent (dit @AstroVicnet), l'animateur-fondateur de la chaîne YouTube Stardust - une chaîne qui rencontre un grand succès. Sur Terre, Vincent est aussi médiateur au planétarium de Vaulx-en-Velin.

    Parce qu'il y aura aussi

    • les crêpes à vélo et à commande électronique (par la Crêperie Clandestine épaulée des bénévoles du CCO) ;
    • l'espace cosy-causette, pour échafauder les plans de la reconquête DIY du monde numérique
    • les ami-e-s d'ILLySE, qui libèrent la galaxie Internet des affreux voleurs de nos identité-e-s numériques
    • et probablement un tas d'autres geekeries.

    Les prochains voyages
    Nous imaginions, pour aboutir l'année, vous proposer d'emprunter des chemins de traverse numérique - dans un triptyque de bal(l)ades décalées, poétiques et virtuelles, qui, après nous avoir emmené dans l'espace, lundi prochain, nous ramèneront sur le plancher des vaches (dans le cadre des OSMGeoWeek, le 20 novembre) puis nous projetteront dans notre Autre Soie (le 18 décembre).

    Donc à lundi, ou à très bientôt

    L'équipe du CCO.

    [FR Paris] Introduction aux WebExtensions - Le lundi 16 octobre 2017 de 19h00 à 22h00.

    Les WebExtensions constituent le système permettant de développer des extensions multinavigateurs.

    De manière générale, ce système est compatible avec l'API d'extensions supportée par Google Chrome, Opera et le W3C Draft Community Group.

    Le programme de la soirée se décomposera

    • Christophe Villeneuve nous aidera à mieux appréhender ces nouvelles extensions, les impacts et les possibilités offertes dans le navigateur, les emplacements disponibles, le tout cadencé de cas exemples.
    • Christophe Fernandes et Athanase Kalantzakis proposeront un regard dans le milieu de l’entreprise avec les points suivants
      • iGraal et son extension
      • Présentation d'API intéressantes utilisées au sein de leur extension
      • La problématique du cross browser avec les webextensions notamment via l’utilisation du polyfill webextension

    Enfin, pour terminer la soirée, il sera possible d’échanger autour de ces 2 sujets, mais aussi sur Firefox.

    [FR Lyon] Graphisme - Le lundi 16 octobre 2017 de 19h30 à 21h30.

    Ces ateliers réguliers sont proposés tous les 3èmes lundis de chaque mois à la MJC de MontChat en partenariat avec l'ALDIL et la licence professionnelle CoLibre.

    Soirées à thématiques variées, découvrez des logiciels libres d'infographie pour faire de la retouche photos, des diaporamas animés, du stopmotion…

    Ces ateliers sont animés par les étudiants de la licence CoLibre qui présentent tour d'horizon et techniques de bases d'un logiciel libre de création graphique différent à chaque séance.

    Tout public - Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

    De 19h30 à 21h30 dans l'espace EPN de la MJC de Montchat.

    [FR Aubière] Conférence "Linux, le libre" - Le lundi 16 octobre 2017 de 20h00 à 22h00.

    Dans le cadre de la Code Week, des conférences sont organisées par les étudiants de l'IUT de Clermont-Ferrand.

    Cette conférence parlera de la philosophie du libre avec comme invité Ludovic DUBOST, créateur de XWiki.

    Venez nombreux.

    [QC Montréal] (3L)-Logiciels Libres en liberté pour débutant - Le lundi 16 octobre 2017 de 18h00 à 21h00.

    (3L)-Logiciels Libres en liberté groupe d’utilisateurs de Logiciels Libres, de niveau débutant qui tiendra sa rencontre régulière mensuelle tout les 3ième lundi de chaque mois.
    En Octobre 2017 se sera, le 16 de 18:00 à 21:00 heures. Au Café bistro Jamocha, 4060 Ontario est, coin PieIX.
    Amener vos portables et votre bonne humeur. Venez jaser sur les logiciels libres, Nous montrer vos découvertes, poser vos questions?

    [FR Reims] Atelier Vie-Privée - Le mardi 17 octobre 2017 de 18h30 à 20h30.

    Un mardi soir par mois, l'association LoLiCA anime un Atelier vie Privée sur un thème précis.

    Le but de ce rendez vous est d'expliquer, de façon très accessible, les problématiques autour de la vie privée dans notre monde numérique et des solutions à apporter pour pouvoir la préserver.

    Voici notre thème du mois

    La Géolocalisation

    Très pratique pour se repérer, elle permet également de nous tracée partout, tout le temps. Quels techniques traçages Pourquoi Comment s'en prémunir C'est notre thème de notre prochain atelier vie privée.

    Cette conférence sera suivi d'un débat.

    Nous nous retrouverons à partir de 18h30 à la Maison de la vie associative à l'occasion des rendez-vous de la vie associative, salle 107.

    Consulter notre site pour plus d'informations.

    [FR Grenoble] Wikipédia initiation sur le thème "Bande Dessinée" - Le mardi 17 octobre 2017 de 18h30 à 21h00.

    Ce mardi 17 octobre, les Wikipédiens de Grenoble se réunissent et vous accueillent pour une initiation à la contribution sur le thème "BD".

    Amateurs de BD, venez partager votre passion lors d'un atelier Wikipédia

    Wikipédia est une encyclopédie collaborative chacun peut enrichir les articles sur les thèmes qui lui tiennent à cœur… et personne n'est mieux placé qu'un(e) passionné(e) de bande dessinée pour créer ou améliorer les articles sur ses auteurs ou séries favorites

    Au programme

    • initiation à Wikipédia
    • la BD sur Wikipédia spécificités

    Que vous soyez déjà contributeur ou simple curieux, venez apprendre à contribuer, et élaborer ensemble des projets d’articles

    Pendant cette séance, nous apprendrons comment créer, modifier et améliorer des articles. Les nouveaux contributeurs y recevront une formation de base à l'édition. Les Wikipédiens de Grenoble seront présents pour vous aider et vous conseiller

    Nous conseillons aux participants de se créer au préalable un compte sur Wikipédia.

    Entrée libre de 18h30 à 21h
    Soirée gratuite, sur inscription

    Buffet et boissons offerts par Wikimédia France.

    [FR Lyon] Conférence Découverte du numérique libre - Le mardi 17 octobre 2017 de 19h00 à 21h00.

    SESSION SUR LE NUMÉRIQUE LIBRE à la MJC de Confluence

    Tout publique

    Vous souhaitez vous informer sur les logiciels libres, trouver de l'aide à proximité pour les installer et les utiliser ou vous êtes déjà convaincus de leurs intérêts et vous souhaitez vous joindre à nous pour les faire découvrir

    En partenariat avec l’association lyonnaise pour le développement de l’informatique libre (ALDIL), nous vous proposons  de découvrir notre cycle découverte qui débute par une conférence

    le 17 octobre 19h00 Conférence pour situer les enjeux du numérique, la spécificité et la pertinence du logiciel libre pour avoir la main sur son univers numérique, en échangeant sur vos pratiques de l'ordinateur et vos attentes.
    Inscription obligatoire https://mjcconfluenceenvironnement.wordpress.com/portfolio/conf-numerique/
    Prix 5

    Quatre RAISONS DE VENIR
    - Adieu virus et logiciels espions
    - (Re-) partir du bon pied avec l'informatique
    - L'ordinateur en mode convivial
    - Réunir informatique et éthique

    Les sessions suivantes se font le 16 novembre pour l'Install Party et le 13 décembre pour un atelier Bidouilles.

    16 novembre 19h00 Une install party pour libérer complètement ou partiellement son ordinateur pour choisir son mode de transition.
    Inscription obligatoire https://mjcconfluenceenvironnement.wordpress.com/portfolio/Installparty/
    Gratuit

    13 décembre 19h00 Bidouille une zone libre pour échanger sur vos expériences et vos retours suite à l'install party Les trucs à ajuster, les perles à découvrir, les moyens de progresser.
    Inscription obligatoire https://mjcconfluenceenvironnement.wordpress.com/portfolio/bidouille/
    Gratuit

    [FR Aubière] Soirée objets connectés, fouille de données - Le mardi 17 octobre 2017 de 20h00 à 22h00.

    Dans le cadre de la Code Week, des conférences sont organisées par les étudiants de l'IUT de Clermont-Ferrand.

    Cette conférence parlera de la fouille de données, des objets connectés et des données biométriques.

    Venez nombreux.

    [FR Quetigny] Présentation du client de messagerie mail Thunderbird - Le mardi 17 octobre 2017 de 20h30 à 23h30.

    Mozilla Thunderbird est un client de messagerie et de messagerie instantanée, libre, distribué gratuitement par la fondation Mozilla, et issu du projet Mozilla.

    Le projet, uniquement consacré au courrier électronique, aux groupes de discussion et aux flux RSS et Atom, se veut plus léger et plus rapide que la suite Mozilla.

    Tout comme Firefox, Thunderbird est basé sur le moteur Gecko et dispose d'une interface en XUL, ce qui lui permet de fonctionner sur diverses plates-formes. Ses fonctionnalités sont extensibles.

    Thunderbird est distribué selon les termes de la licence publique Mozilla (MPL) et diverses autres licences libres, ce qui lui permet d'être porté sur la plupart des systèmes d'exploitation.

    La dernière version du logiciel est disponible dans 58 langues.

    L'atelier commence à 20h30 et est dédié à la présentation du logiciel

    [FR Callian] Linux et les Logiciels Libres - Le mercredi 18 octobre 2017 de 18h00 à 21h00.

    Venez découvrir Linux et les logiciels libres, mais aussi vous faire aider avec votre matériel informatique quel qu'il soit, imprimante, box, tablette, smartphone y compris.

    Cette année, nos objectifs évoluent, c'est à dire les logiciels libres restent comme l'objectif principal, mais aussi d'aider les gens avec leur matériel informatique quel qu'il soit, imprimante, box, tablette smartphone y compris.

    Venez avec vos machines même sous Windows ou Mac/os, nous ne vous laisserons pas tomber, nous considérons, que vous n'êtes pas responsable de l'hégémonie commerciale des produits non libres.

    Mais pourquoi venir aux réunions
    1°) Découvrir, Essayer, Installer Linux
    2°) Régler vos problèmes Windows ou Mac

    Venez nombreux, même par curiosité Les animateurs seront heureux de vous accueillir et nous insistons.

    L'accès est totalement libre et gratuit

    Merci de vous inscrire par mail et d'indiquer le soucis à régler si besoin.

    [FR Grenoble] Open Lab, testez vos projets - Le mercredi 18 octobre 2017 de 18h00 à 21h00.

    Faites avancer concrètement vos projets Grenoble CivicLab 

    Prototype, fabrication sur mesure, test de matériaux, la Casemate vous ouvre son atelier de fabrication numérique.

    Cette soirée Open Lab sera l’occasion de découvrir et de pratiquer la découpeuse laser, la découpeuse vinyle, les imprimantes 3D et les fraiseuses numériques. 

    Venez découvrir les machines, pour stimuler votre sens de la créativité, et avancer sur votre projet Grenoble Civic Lab.

    Que vous soyez maker, visiteur, curieux ou bricoleur, la Casemate vous invite à découvrir un concept, une organisation, des machines et à rencontrer la communauté FabLab.

    Un bon endroit pour stimuler votre sens de la créativité et faire avancer concrètement votre projet.
    Ateliers gratuits, sur inscription.

    [FR Lille] Réunion Publique - Le mercredi 18 octobre 2017 de 18h30 à 21h30.

    Réunion publique de Mycélium

    Mycélium est une association loi 1901 pratiquant l'autogestion. Nous souhaitons proposer à nos membres un accès neutre au réseau internet. Internet a été pensé pour être décentralisé, et nous militons pour qu'il le soit.

    Nous sommes membres, comme de nombreux autres fournisseurs d'accès internet qui partagent ces objectifs, de la fédération FFDN.

    En septembre 2017, Mycélium construit son propre réseau privé virtuel (VPN), mais ne compte pas en rester là.

    Qui sont les acteurs qui essaient de contrôler le réseau internet Est-il possible de s'en tenir à l'écart Cette réunion est l'occasion de vous présenter l'association et de discuter des sujets liés à Internet.

    [FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 18 octobre 2017 de 21h00 à 23h00.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    Ouvert au public tous les mercredi soir.

    Venez nombreux.

    [BE Bruxelles] LDAPCon 2017 - Du jeudi 19 octobre 2017 à 08h30 au vendredi 20 octobre 2017 à 17h00.

    La 6e Conférence sur le LDAP, les Annuaires et la Gestion des Identités aura lieu à Bruxelles, Belgique, le 19 et 20 octobre 2017.

    Les sujets d’intérêt comprendront la conception du service, le schéma LDAP, les améliorations de protocole, la technologie du serveur et la programmation client.

    Il y aura de nombreuses occasions de rencontrer d’autres spécialistes LDAP, y compris les personnalités centrales des équipes de développement de nombreux produits serveurs bien connus.

    [FR Montpellier] Rencontres Geotrek 2017 - Le jeudi 19 octobre 2017 de 09h00 à 17h00.

    Geotrek est un outil libre pour gérer et valoriser les sentiers d'un territoire ainsi que leurs patrimoines. 

    Les deuxièmes rencontres techniques des utilisateurs Geotrek auront lieu à Montpellier le 19 octobre 2017 (lieux à confirmer).

    Programme http://geotrek.ecrins-parcnational.fr/rencontres/2017/Rencontres-Geotrek-2017-Programme.pdf

    Vous pouvez désormais vous inscrire en ligne https://framaforms.org/inscription-rencontres-geotrek-2017-1505389947

    Compte-rendu des rencontres Geotrek 2016 http://www.ecrins-parcnational.fr/actualite/geotrek-avenement-communaute-utilisateurs

    [FR Martigues] Découvrir l'univers de Linux - Le jeudi 19 octobre 2017 de 16h30 à 18h30.

    L'association ULLM (les Utilisateurs de Logiciels Libres du Pays Martégal) en collaboration avec EPN Martigues vous présente le programme de ses ateliers.

    Le jeudi de 1{::}6{::}h{::}3{::}0 à 1{::}8{::}h30

    Découverte de l'univers Linux.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Brest] Mapathon Missing Maps - Le jeudi 19 octobre 2017 de 18h00 à 23h00.

    Venez nous aider à cartographier sur OpenStreetMap, la carte du monde collaborative et libre

    CartONG, UBO Open Factory, Tiriad et Brest en communs vous invitent à un mapathon Missing Maps pour découvrir la cartographie participative et h

    umanitaire dans OpenStreetMap pas besoin d'être un expert, c'est accessible à tout le monde

    Pourquoi

    L’objectif du projet Missing Maps est de créer des cartes pour les zones de crise des pays en voie de développement qui en ont le plus besoin.

    En effet, on peut penser qu'aujourd'hui toutes les parties du monde sont cartographiées, mais en réalité nombreuses régions ne possèdent encore aucunes cartes.

    L'objectif de Missing Maps est donc de cartographier toutes ces zones encore invisibles sur les cartes, pour permettre par la suite aux collectivités locales et acteurs de l'humanitaire de pouvoir agir plus efficacement en cas de crise.

    Comment

    Avec la plateforme de cartographie libre et contributive OpenStreetMap (OSM, le Wikipédia des cartes) un outil formidable pour remplir les blancs, n'importe qui peut participer à la cartographie de n'importe quelle zone de la planète il suffit d'un ordinateur, d'une souris et d'une connexion internet Grâce à la couverture globale d'image satellites disponible aujourd'hui, il est possible de tracer facilement routes, bâtiments ou cours d'eau, autant d'informations très utiles pour les organisations humanitaires et de développement sur le terrain.

    Le programme de la soirée

    Nous vous proposons de découvrir comment contribuer à OpenStreetMap durant un mapathonCet événement s'inscrit dans le cadre de l'initiative globale Missing Maps, projet humanitaire qui vise à cartographier en amont les parties du mondes vulnérables aux catastrophes naturelles, crises sanitaires, environnementale, aux conflits et à la pauvreté. Dans le cadre de Brest en commun, nous vous proposons de cartographier une région du Nord de Madagascar, la région de Diana, en support à la communauté OSM locale. Cet événement a pour but d’ajouter des informations comme des bâtiments, routes, et toutes autres indications utiles pour le projet. Cette carte à terme permettra de promouvoir le tourisme et le développement économique de cette région.

    Au programme

    • 18h00 accueil des participants
    • 18h10 Mot de bienvenue, présentation du projet Missing Maps et du déroulement de la soirée
    • 18h20 Présentation de la contribution dans OSM
    • 18h30 Cartographions

    Lightning Talks / Restauration

    • Fin du Mapathon quand vous le voulez

    Où?

    au 6 avenue Victor le GORGEU, Salle N033 & N035, 29238 Brest

    Un grand merci à Brest en communs pour le soutien et UBO Open Factory pour l'accueil

    Entrée libre et gratuite. Vous pouvez apporter de quoi grignoter ou boire pour partager au moment de la pause.

    Venez nombreux, et n'oubliez pas votre ordinateur portable, et souri(re)s 

    [FR Montpellier] Aprilapéro - Le jeudi 19 octobre 2017 de 18h18 à 20h20.

    Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d’échanger, de partager un verre et de quoi manger mais aussi de discuter sur l’actualité et les actions de l’April.

    Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l’April ou pas. N’hésitez pas à venir nous rencontrer.

    Nous vous invitons donc à venir nous rejoindre dans une ambiance conviviale, à partager cet apéro, chacun porte quelque chose, boissons, grignotages… et on partage.

    Au programme des discussions

    • LoRdi Région Libre, renommé en MCNL pour Mon Cartable Numérique du Lycéen
    • référentiel Prestataires avec la CCI
    • pack Logiciels Libres CCI
    • échanger des expériences
    • discussions libres
    • échanges d’idées
    • faire un bilan des événements passés
    • faire des perspectives pour les actions futures
    • tout simplement, passer un moment convivial

    Entrée libre et gratuite sur inscription.

    Les Aprilapéro Montpellier auront lieu le 3e jeudi de chaque mois

    Jeudi 19 octobre 2017 de 18h18 à 20h20
    Jeudi 23 novembre 2017 de 18h18 à 20h20
    Jeudi 21 décembre 2017 de 18h18 à 20h20
    Jeudi 18 janvier 2018 de 18h18 à 20h20
    Jeudi 15 février 2018 de 18h18 à 20h20
    Jeudi 15 mars 2018 de 18h18 à 20h20
    Jeudi 19 avril 2018 de 18h18 à 20h20
    Jeudi 17 mai 2018 de 18h18 à 20h20
    Jeudi 21 juin 2018 de 18h18 à 20h20

    Le Faubourg - 15, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier

    [FR Riedisheim] Présentation GIMP - Le jeudi 19 octobre 2017 de 18h30 à 21h00.

    Présentation GIMP logiciel libre d'éditions d'images numériques et de retouche photos

    La section LINUX de l'ASCAR Riedisheim propose une présentation GIMP jeudi 19 octobre à 18h30

    Nous utiliserons GIMP 2.8. Ceux qui le souhaitent apportent leur bécane avec GIMP 2.8 installé sous Linux, Mac OS ou Windows.

    Plus d'infos sur GIMP

    http://fr.wikipedia.org/wiki/GIMP

    http://www.thegimp.fr/

    Si vous possédez une expérience GIMP vous êtes évidement les bienvenus.

    Ardeur et bonne humeur de rigueur

    Infos complémentaires

    l.mentele@gmail.com

    linux-riedisheim@mjc-chevalblanc.fr

    [FR Paris] Atelier Node.js - Le jeudi 19 octobre 2017 de 19h00 à 21h00.

    Si vous êtes en contact avec l’écosystème du Web, vous avez surement entendu parler de NodeJS.

    Mais peut-être vous êtes-vous demandéPourquoi » et surtout Comment ».

    À ces deux question, Florian a décidé de répondre par l’exemple.

    Il vous propose deux heures d’immersion dans ce langage plein de possibilités et de surprises

    À propos de Node.js

    Node.js est une plateforme logicielle libre et événementielle en JavaScript orientée vers les applications réseau qui doivent pouvoir monter en charge.

    Elle est implémentée sous licence MIT et permet de faire tourner un serveur web sans avoir besoin d’un logiciel externe et de mieux contrôler la façon dont le serveur web fonctionne.

    Node.js est particulièrement adapté aux projets ayant besoin de temps réel.

    Il supporte nativement des technologies comme les websockets, ce qui permet de créer facilement des applications réactives.

    La grosse différence avec ce qu’on trouve sur un framework PHP par exemple est le fait de pouvoir conserver un état sur les appels entre le client et le serveur.

    Node.js est de plus en plus populaire chez les grandes entreprises du numérique (LinkedIn, Microsoft, Yahoo, Paypal, SAP …).

    Pré-requis

    Pendant l’atelier, des ordinateurs seront à votre disposition mais vous pouvez également venir avec votre ordinateur portable.

    Afin d’être un peu à l’aise pendant l’atelier, il est recommandé (mais pas obligatoire) de connaître

    • les bases JS (fonctions, variables, objets, tableaux)
    • ce qu’est une requête HTTP (GET / POST)
    • savoir prononcer API REST (et savoir à quoi ça sert)

    Petit bonus pour ceux qui connaisse Git car il sera utilisé pour commencer l’atelier.

    Langages / Techno abordées Javascript NodeJS Leaflet API Twitter npm

    Au Programme

    Florian vous propose une introduction à NodeJS en utilisant l’API Twitter pour récupérer le flux d’un utilisateur et afficher les résultats sur une page et sur une carte avec la bibliothèque Leaflet (fond de carte Open Street Map).
    Trois étapes dans l’atelier

    • Connexion API Twitter et récupérateur résultat dans NodeJS (Techno NodeJS + SDK Twitter)
    • Affichage sur page web (Techno HTML)
    • Affichage sur fond de carte (Techno Leaflet / OSM)

    À la fin de l’atelier, vous aurez acquis les bases sur les outils suivants

    • JavaScript
    • NodeJS
    • NPM
    • Leaflet
    • l’API Twitter

    Tout un programme

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 19 octobre 2017 de 19h30 à 22h30.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

    Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

    Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

    Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

    On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

    Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

    Programme non exhaustif

    • Fedora (sa traduction)
    • Parinux, ses bugs et son infrastructure
    • April, … y a toujours quelque chose à faire
    • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
    • Schema racktables, son code
    • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
    • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
    • En vente libre, maintenance et commandes
    • Open street map, une fois par mois
    • Linux-Fr sait faire
    • en vente libre

    tout nouveau projet est le bienvenu.

    [BE Bruxelles] Associalibre - prélude - Le jeudi 19 octobre 2017 de 19h30 à 22h00.

    En prélude à Associalibre 2017 http://associalibre.be

    Double conférence sur la thématique Le respect des données dans les réseaux sociaux.

    Elles seront respectivement animées par

    • Olivier Bogaert, Commissaire de la Federal Computer Crime Unit 
    • André Loconte, représentant de l'Association de protection des internautes, qui défend en Belgique depuis de nombreuses années la vision d'un internet neutre, libre, accessible et vecteur de progrès.

    Les conférences seront suivie d’un débat avec le public.

    Entrée libre et gratuite.

    Organisateur http://abelli-asbl.be

    [FR Aubière] Soirée réseaux sociaux, sécurité et darknet - Le jeudi 19 octobre 2017 de 20h00 à 22h00.

    Dans le cadre de la Code Week, des conférences sont organisées par les étudiants de l'IUT de Clermont-Ferrand.

    Cette conférence parlera des réseaux sociaux, de sécurité et des darknets.

    Venez nombreux.

    [QC Coteau du Lac] Émission #141 de bloguelinux - Le jeudi 19 octobre 2017 de 20h30 à 21h30.

    bloguelinux.ca est un blogue québécois offrant la diffusion d'un podcast qui traite des logiciels libres, du système d'exploitation Linux et de la technologie en général ; il y a un processeur, il y a un système d'exploitation, c'est certain que ça nous intéresse!
    bloguelinux.ca est enregistré le jeudi à 20h30 toutes les deux semaines.
    Vous pouvez nous écouter en direct lors des enregistrements à l'adresse http://live.bloguelinux.ca ou directement sur notre site à http://www.bloguelinux.ca en cliquant sur la radio dans le panneau de gauche du site.

    [BE Bruxelles] Associalibre 2017 - Le vendredi 20 octobre 2017 de 09h00 à 16h00.

    3ème édition d'Associalibre, la journée belge du libre à destination des associations et des enseignants

    Pour la troisième année consécutive, l'association de promotion du logiciel libre Abelli organise une journée atelier/formation de sensibilisation aux logiciels libres à destination du public associatif et des enseignants.

    Le 20 octobre 2017, le fil rouge de la journée sera*a protection des données privées numériques*.

    Une journée du libre, pour toutes et tous, pensée pour le monde associatif et les enseignant dans les locaux de l'ISIB, Rue Royale n°150 à Bruxelles

     Depuis 2015, la journée Associalibre est un espace convivial présentant des solutions concrètes, efficaces et éthiques pour soutenir et faciliter l'action associative et militante

    Les valeurs portées par les logiciels libres trouvent écho dans celles portées par le monde associatif. Elles distinguent de ce qui est proposé à la consommation, et, face à la prolifération d'usages virtuels, constituent des clés de développement d'un esprit critique nécessaire dans une culture numérique.

    Venez découvrir les possibilités offertes par "le Libre".
    Venez rencontrer des représentants locaux de la communauté du Logiciel Libre.
    Venez débattre de l'importance du développement d'un esprit critique numérique.

    Au programme , conférences, ateliers pratiques, présentations d'outils accessibles et destinés à une utilisation dans le monde associatif et enseignant la protection de la vie privée, les hébergements alternatifs, les suites LibreOffice et Framasoft, OpenStreetMap, l'autodéfense numérique, la brique Internet, … 

    [FR Montpellier] Les logiciels libres, parlons-en - Le vendredi 20 octobre 2017 de 17h00 à 19h00.

    Le Faubourg Marché, qu’est-ce que c’est

    Le Faubourg Marché est une permanence partagée qui permet aux associations d’accueillir ensemble, les publics de ces associations une fois par semaine, le vendredi entre 17h00 et 19h00, au 19, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier.

    Proposition de programme

    • discussions autour de l’organisation d’événements
    • gestion des groupes de travail
    • propositions diverses
    • présentation de l’asso

    Alors, si vous avez un peu de temps le vendredi soir, voici une occupation qui me semble très intéressante.
    Montpel’libre est une association et un groupe d’utilisateurs (GULL), qui propose une multitude d’activités dans le cadre de la promotion des logiciels libres, et des Communs.
    Depuis longtemps déjà, Montpel’libre participe à l’économie sociale et solidaire en organisant tout un éventail d’ateliers et de manifestations, au développement durable et à l’innovation sociale au travers de permanences et ateliers de présentations des logiciels libres et évidement les cartoparties, véritable actions citoyennes, sur le thème de l’accessibilité des personnes en situation de handicap.
    L’activité économique, l’intérêt collectif, le fonctionnement démocratique, autant d’éléments que porte Montpel’libre, en proposant un accès entièrement libre et gratuit à une éducation populaire, au travers de ses ateliers à destination de tous les publics.

    Les logiciels libres parlons-en Ouvrons le dialogue sur l’ouverture des données Partageons nos expériences pour une meilleure transmission des connaissances.

    Ces permanences sont suivies d’un Apéro refaire le monde convivial et partagé, de 18h30 à 21h30. Elles ont lieu au Faubourg marché, tous les vendredis de 17h00 à 19h00

    • vendredi 6 octobre 2017 de 17h00 à 19h00
    • vendredi 13 octobre 2017 de 17h00 à 19h00
    • vendredi 20 octobre 2017 de 17h00 à 19h00
    • vendredi 27 octobre 2017 de 17h00 à 19h00

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le Faubourg Marché et Montpel’libre.

    Vendredis 6, 13, 20 et 27 octobre 2017 de 17h00 à 19h00
    Le Faubourg - 15, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier

    [FR Antibes] Rencontre Accès Libre (RAL) - Le vendredi 20 octobre 2017 de 18h00 à 21h00.

    Certains les appellent install party, d’autres encore Soirées Linux, mais les Rencontres Accès Libre sont tout cela en même temps, et bien plus encore.

    C'est l’occasion de

    • discuter, échanger, expliquer
    • installer des logiciels libres
    • et, toute autre idée coopérative de solidarité à but non lucratif

    Entrée Libre. Tout Public

    [FR Villeneuve d'Ascq] Libre à Vous - Le samedi 21 octobre 2017 de 09h00 à 12h00.

    Vous souhaitez tester GNU/Linux sur votre ordinateur, vous recherchez un logiciel pour une fonction précise, des conseils ou de l'aide sur les logiciels libres?

    Libre à Vous est une permanence destinée à vous faciliter l'utilisation de l'informatique. Vous repartirez avec le plein de logiciels libres, fiables, évolutifs, performants et gratuits.

    C'est chaque samedi matin au Centre d'Infos Jeunes à la ferme Dupire, 80 rue Yves Decugis à Villeneuve d'Ascq (métro Triolo) de 9h00 à 12h00.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Valenciennes] Permanence ValLibre - Le samedi 21 octobre 2017 de 09h30 à 12h00.

    Permanence assistance informatique.

    Dépannage petits bobos informatiques.

    Initiation à l'informatique libre.

    Tous les samedis ouvrables sauf les derniers samedis du mois et les samedis en période de vacances scolaires.

    Si besoin particulier, la prise de rendez-vous est fortement conseillée.

    Téléphone accueil MQCV 03 27 22 43 90

    [FR Beauvais] PAO avec Scribus, flyers avec Inkscape et image avec Gimp - Le samedi 21 octobre 2017 de 09h30 à 12h30.

    Initiation à la PAO avec Scribus, à la création de flyers avec Inkscape et au traitement d'image avec Gimp

    Présentation et travaux.

    Venez nombreux.

    Entrée Libre. Tous Public.

    [FR La Couronne] Permanence - accueil public - Le samedi 21 octobre 2017 de 10h00 à 13h00.

    Notre permanence d'accueil avec le sourire, le café et les gâteaux

    Lieu de rencontre et d'échange convivial pour discuter informatique et outils numériques.

    Cette association permet à chacun de découvrir également l'univers de Linux et par extension de tous les **logiciels* et matériels libres*.

    Entrée Libre. Tout Public.

    [FR Angers] Festival D des makers angevins - Du samedi 21 octobre 2017 à 10h00 au dimanche 22 octobre 2017 à 17h00.

     Rencontres avec les makers angevins le temps d'un we et en ouverture du world electronic forum et de la semaine de l'objet connecté.

    Et oui, pas à las Vegas cette année mais à Angers.

    [CH Lausanne] intergen Cité Lausanne - Le samedi 21 octobre 2017 de 10h00 à 18h00.

    Chaque mois intergen

    Venez quand vous pouvez,repartez quand vous voulez

    De 7 à 107 ans, journée libre d'entraide numérique intergénérationnelle.

    Apporter un peu à boire, à manger et surtout vos équipements numériques.

    Venez partager vos envies informatiques (site/page web, blog, emailing…), comme vos difficultés…

    Intergen est une initiative citoyenne, réalisée par des professionnels de l’informatique, pour apporter des réponses aux questions que nous nous posons tous.

    Sur le numérique, le monde des nouvelles technologies., etc. Organisé de manière ouverte et conviviale, un samedi par mois, en toute simplicité.

    Le flyer A6

    [FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 21 octobre 2017 de 14h00 à 18h00.

    Présentation de l'E2L

    Quel est le rôle de l'école du logiciel libre

    Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

    Comme toutes les écoles, son rôle est d'apprendre à ses élèves les logiciels libres, c'est-à-dire

    • comment en trouver de bons parmi les nombreux sites qui en proposent,
    • comment en prendre possession en fonction des licences,
    • comment les installer en fonction de ses besoins,
    • comment les tester et les utiliser,
    • comment en comprendre le fonctionnement pour ensuite les modifier,
    • comment écrire ses propres logiciels libres.

    En fait, l'école du logiciel libre est une université populaire, comme celles qui ont vu le jour en France à partir du 19 ème siècle, et dont le but est de transmettre des connaissances théoriques ou pratiques à tous ceux qui le souhaitent. Et pour atteindre ce but, sa forme juridique est de type " association à but non lucratif ".

    Comment fonctionne l'école

    Cette école étant une association, elle possède, comme toutes les autres, un bureau, élu chaque année en assemblée générale, pour l'administrer. Mais elle a aussi des responsables pédagogiques dont le rôle est essentiel car ce sont eux qui établissent les programmes des cours en fonction des souhaits des adhérents, valident les candidatures des enseignants et affectent les sessions.

    Les membres du bureau et les responsables pédagogiques forment "l'encadrement de l'école ". Tous les membres "encadrants" doivent être membres de l'association.

    Les locaux où se déroulent les cours seront ceux que l'on veut bien nous prêter une salle des fêtes, un théâtre, une salle de réunion publique, un amphi dans une école publique, ou autre.

    Les thèmes des cours sont définis par les adhérents en fonction de leurs envies, de leurs besoins. Les cours sont ensuite décidés par les responsables pédagogiques de l'école en fonction des enseignants disponibles.

    Afin de permettre au plus grand nombre de participer et d'assister aux cours, les sessions se tiennent essentiellement le samedi. Une première de 9h à 12h30, et une autre de 14h à 17h30.

    Programme détaillé sur le site http://e2li.org

    [FR Castelnau-le-Lez] Ateliers d’initiation au développement web - Le samedi 21 octobre 2017 de 14h00 à 18h00.

    Une année est passée, à la rencontre tous les samedis matins, d’un public curieux âgé de 13 à 50 ans, qui sentait grandir sa dépendance vis à vis du numérique, de l’internet et du web.

    Ainsi, pour le bonheur de tous, cette formation sera reconduite pour l’année scolaire 2017/2018

    Dès le mois de septembre 2017, les samedis et sur deux créneaux horaires de 14h à 16h pour les novices et de 16h à 18h pour les amateurs, Murelh animera à nouveau l’atelier d’initiation au développement web, à la Mjc de Castelnau-le-Lez (34)!

    Le but de cet atelier est de faire découvrir le métier de technicien développeur web PHP, partager ses connaissances et son savoir-faire dans le domaine.

    Les inscriptions se feront à la Mjc avec deux séances découverte.

    Programme novice

    • Comprendre les langages de balisage HTML et CSS
    • Utiliser les navigateurs pour inspecter son code
    • Comprendre l’algorithmique avec Javascript et PHP
    • Utiliser les frameworks jQuery et Bootstrap

    Programme amateur

    • Créer des pages dynamiques avec PHP
    • Apprendre l’AJAX
    • Envoyer des e-mail avec PHP
    • Créer un site web depuis un template et un framework PHP

    Prérequis (pour une réussite garantie)

    • Ordinateur portable
    • Motivation
    • Projet concret
    • Travail à la maison

    Pourquoi Lors des séances, chacun a besoin de sa machine pour faire les expériences et montrer les notions non acquise durant la semaine.

    Programmer c’est facile, mais ça demande de la patience et de la motivation, car il s’agira souvent de résoudre des casses-têtes et plus fréquemment encore de corriger ses propres erreurs.
    D’après l’expérience du formateur, le seul moyen d’accomplir ces taches, c’est d’avoir un projet, un objectif.

    Le nombre de places par séance est limité à 6 personnes. Cela permet d’être disponible pour tout le monde.
    Aussi, il sera demandé au bout de quelques semaines à ce que l’on soit vraiment intéressé par le sujet et d’avoir le temps de s’y investir. Ça serait dommage de partir en milieu d’année en laissant une chaise vide

    Attention Cette session de partage d’expérience n’a pas pour vocation de faire de vous des professionnels ou de faire concurrence à des programmes de formations diplômantes.

    Cette formation est juste proposée par un professionnel avec qui vous pourrez discuter et poser des questions en relation à votre projet web.

    Les Ateliers d’initiation au développement web ont lieu à la Mjc André Malraux de Castelnau-le-Lez, tous les samedis de 14h00 à 18h00, sauf périodes de vacances.

    [FR Tulle] Linux Days Journée du Logiciel Libre - Le samedi 21 octobre 2017 de 14h00 à 18h00.

    Dans le cadre des Linux Days, PULLCO organise les Journées du Logiciel Libre le 21 Octobre 2017 de 14H à 18H au Café Associatif ÔSoleil Place Antoine et Antoinette Farges, 19000 Tulle.

    Accès Voir le Plan d’accès

    Au cours de cette journée vous pourrez venir avec votre ordinateur et repartir avec Linux mais aussi avoir des conseils et des informations sur Linux et ses Distributions ainsi que les logiciels libres.

    Nous répondrons à vos questions et à vos problèmes en profitant du cadre très agréable du café Ôsoleil.

    [FR Trappes] Café vie privée - Le samedi 21 octobre 2017 de 14h00 à 17h00.

    Venez apprendre, découvrir, discuter ou revoir les bases de tout ce qui va de l'Hygiène numérique (c'est quoi un bon mot de passe, quel navigateur utiliser, quel logiciel pour faire un coffre fort numérique) jusqu'à de l'Autodéfense numérique (hacktivistes, lanceurs d'alertes sont les bienvenu-e-s).

    Dans un esprit inclusif, convivial et neutre, venez partager, échanger autour du logiciel libre, du chiffrement (non on ne dit pas cryptage-), de la neutralité du net, de l'autohébergement, de la degooglisation, des GAFAM (comment se passer de Google, Facebook…).

    Entrée libre, tout public.

    [FR Marseille] Les Logiciels Libres - Le samedi 21 octobre 2017 de 15h00 à 20h00.

    L’association CercLL vous donne rendez-vous pour lesavec l’ le

    au 50 rue Brandis 13005 Marseille à 15h00.

    Les logiciels Libres représentent un enjeu majeur, autant dans la maîtrise des outils qu’on utilise au quotidien.

    Quel est donc le projet de société que délimitent les logiciels Libres, et en quoi cette question est-elle fondamentale dans notre démocratie

    C’est à ces questions que répondront Magali Garnero, Jean-Christophe Becquet (sous réserve) secrétaire et président de l’April, association que l’on ne présente plus.

    Suite à ces échanges un apéro est prévu*.*


    ***Entrée Libre.Tout Public.*

    [FR Nantes] Permanence Linux - Le samedi 21 octobre 2017 de 15h00 à 18h00.

    Une permanence de Linux Nantes aura lieu de 15 à 18 heure,

    dans l’aile du local associatif "B17".

    Au cours de ces permanences, nous proposons des conseils, des installations ou des réparations.

    Vous pouvez aussi venir pour une première prise d'informations et de contacts.

    Pour vous rendre au local B17

    http://www.linux-nantes.org/Comment-se-rendre-au-local.html

    Notre site

    http://www.linux-nantes.org/

    [FR Nanterre] Lightning talks de l'Electrolab - Le samedi 21 octobre 2017 de 16h00 à 18h00.

    Les Lightning-Talks consistent en de courtes présentation (5 mn max + 3 mn de questions) de projets terminés, en cours, ou toujours en réflexion.

    Toutes les personnes qui sont prêtes à partager leurs idées les plus folles devant une foule en délire sont invitées

    Vous bénéficierez de retours des membres sur vos choix techniques et probablement de conseils bienvenus.

    Lire les commentaires

  • Gamedev Framework 0.6.0 (Journaux LinuxFR)

    Gamedev Framework (gf) est un framework de développement de jeu vidéo 2D en C++11. Il est basé sur SDL et OpenGL ES 2.0 et s'inspire très largement de l'API du module graphique de SFML avec quelques différences mineures et surtout en ajoutant des fonctionnalités non-présentes dans SFML.

    Vous n'avez pas eu de nouvelles de la version 0.5.0 parce que je voulais faire une news un peu globale sur la bibliothèque et j'ai manqué de temps pour le faire et trois mois ont passé. Donc, voici les nouvelles pour les version 0.5.0 et 0.6.0.

    Version 0.5.0 (14 juillet 2017)

    Il n'y a pas vraiment de changements majeurs dans cette version mais plein de petits changements (parfois assez impactant). On peut quand même noter l'ajout des fonctions de easing classiques, ainsi que quelques classes pour les utiliser et inspiré des classes Action de libgdx. On peut maintenant utiliser l'algorithme de Bresenham qui permet de tracer des lignes mais dont on peut se servir pour plein d'autres choses (par exemple, vérifier qu'il n'y a pas d'obstacles entre un joueur et un ennemi).

    Enfin, il y a aussi l'ajout d'un petit utilitaire qui permet de connaître tout un tas d'information sur son système (appelé gf_info), et un nouveau jeu, Bygone Islands, qui est le résultat de la Global Game Jam 2017 et qui consiste à trouver des trésors sur des îles oubliés et parsemées d'embûches (attention à la vague aussi, elle est mortelle).

    Bygone Islands

    Version 0.6.0 (14 octobre 2017)

    Dans cette version 0.6.0, deux gros morceaux ont été ajouté.

    Tout d'abord, un ensemble de classes pour fabriquer des roguelike, très largement inspiré de libtcod qui est la référence du domaine. Avec gf, on pourra désormais utiliser une carte avec des cases carrées qui fournit l'implémentation des algorithmes de Dijkstra et A* pour trouver son chemin, ainsi qu'un algorithme de champ de vision. On pourra aussi utiliser une console virtuelle avec des fontes bitmap, comme celles de libtcod, ou des fontes colorées, comme celles de Dwarf Fortress. Il y a aussi l'ajout d'une classe pour faire générer des terrains procéduralement avec laquelle on peut évidemment utiliser toutes les classes qui implémentent des bruits cohérents. Dans la prochaine version, il y aura sans doute un petit roguelike de démonstration qui utilisera le tutoriel de RogueBasin (il est commencé mais pas fini).

    Ensuite, une prise en charge du format TMX, le format utilisé par Tiled. En réalité, c'est une adaptation d'une bibliothèque que j'avais déjà sous la main depuis quelques temps. Les classes ont été simplifiées et la version du format prise en charge est désormais la version 1.0.

    Enfin, l'alignement sur SFML continue avec l'ajout de deux classes (gf::Clipboard et gf::Cursor) qui copient l'API de futures classes de SFML (pas encore sorties mais dans le dépôt).

    Lire les commentaires

  • LinuxFr.org : seconde quinzaine de septembre 2017 (Journaux LinuxFR)

    Octante et unième épisode dans la communication entre les différents intervenants autour du site LinuxFr.org : l’idée est tenir tout le monde au courant de ce qui est fait par les rédacteurs, les admins, les modérateurs, les codeurs, les membres de l’association, etc.

    L’actu résumée ([*] signifie une modification du sujet du courriel) :

    Statistiques

    • 1843 commentaires publiés (dont 4 masqués depuis) ;
    • 300 tags posés ;
    • 90 comptes ouverts (dont 6 fermés depuis) ;
    • 50 entrées de forums publiées (dont 2 masquées depuis) ;
    • 17 dépêches publiées ;
    • 23 journaux publiés (dont 0 masqué depuis) ;
    • 6 entrées dans le système de suivi ;
    • 0 sondage publié ;
    • 7 page wiki publiée

    Listes de diffusion (hors pourriel)

    Liste linuxfr-membres@ — [restreint]

    • [membres linuxfr] Bis repetita non placent - Official Teaser
    • [membres linuxfr] [*] Discussion concernant LinuxFr.org

    Liste meta@ - [restreint]

    • R.A.S.

    Liste moderateurs@ - [restreint]

    • [Modérateurs] Recalage d’images, PIV et corrélation d’images — La suite
    • [Modérateurs] Corrections post-moderation (Davy essentiellement)

    Liste prizes@ - [restreint]

    • R.A.S.

    Liste redacteurs@ - [public]

    • R.A.S.

    Liste team@ - [restreint]

    • [team linuxfr] Invitation au RDV des partenaires institutionnels du Paris Open Source Summit 2017

    Liste webmaster@ — [restreint]

    • R.A.S.

    Canal IRC adminsys (résumé)

    Tribune de rédaction (résumé)

    Tribune de modération (résumé)

    • du spam
    • des discussions sur les annonces d'événements (juste la dépêche AdL ? Une dépêche séparée en amont ? Etc.)
    • une occurrence du souci HTTP 422 encore mal cerné

    Commits/pushs de code https://github.com/linuxfrorg/

    • Rien dans master du dépôt principal mais dans la branche redesign :
      • Improve the devise pages (signup, login, etc.)
      • Start working on the devise pages
      • Use prettier to format JS and CSS
      • Start working on the listing of diaries
      • Working on the header for mobile
      • Toggle the download menu on click with pure CSS

    Lire les commentaires

  • LinuxMAO — Éditorial d’octobre 2017 (Dépêches LinuxFR)

    Après un an de non‐publication des éditos mensuels de linuxmao.org, une petite équipe de maotivés a repris le travail depuis mars 2017.

    Voici une version épurée de l’éditorial de ce mois d’octobre.

    Introduction

    Que dire d’octobre ?
    Pour les uns, ce mois annonce déjà les rigueurs de l’hiver et pour les autres, il clôt l’été en douceur.

    Que dire d’un verre à moitié vide ?
    Pour les uns, c’est l’angoisse de la soif qui se profile et pour d’autres, c’est la promesse d’un bon demi‐verre de plaisir supplémentaire.

    Que dire de la MAO sous GNU/Linux ?
    Pour les uns, ce sont d’effrayantes rumeurs qui dissuadent ne serait‐ce qu’une tentative et, pour les autres, pour nous autres ici, c’est la liberté de choisir nos outils et nos méthodes en toute indépendance.

    Durant ce mois écoulé, une refonte du portail des logiciels a été menée par l’équipe. Ceux qui y ont participé sont restés étonnés de la somme des richesses répertoriées à cette occasion. Il suffit également de faire un saut au chapitre des nouveautés pour constater que, de mises à jour en nouvelles versions de logiciels, notre microcosme est bien vivant, plutôt alerte même.

    Sommaire

    Quoi de neuf ?

    Depuis la parution du dernier éditorial, nous ont rejoints : luxigo, jojomonk, Emmanuel Henrion, babose, Duanra, kham, Air Or, F0rth, Kokolive, raspbeguy, jz, MdMax, Ubuntu_Studio_User, Mary Haugen, djiel, Louis Cossement, labatrijador, neebex2, yann4linux, T43, AmauryLeBarde et nicko510.
    Bienvenue à vous toutes et tous !

    Musique sur linuxmao

    Musique libre en dehors de linuxmao

    Liste de lecture des nouveautés pour le mois de septembre 2017 chez les copains de Dogmazic.

    Nouvelles du monde

    Les brevets principaux concernant l’utilisation de la norme MP3 sont tombés dans le domaine public il y a quelques temps. Un travail est actuellement en cours pour incorporer la prise en charge de la lecture du MP3 dans la bibliothèque libsndfile. Cette bibliothèque est utilisée par un grand nombre d’applications et leur permet la prise en charge de l’importation et l’exportation de plusieurs types de formats de fichiers audio. Ceci signifie que lorsque ce boulot aura été fait, nous aurons un accès facilité pour l’importation et l’exportion des MP3 dans les logiciels audio qui utilisent déjà la bibliothèque libsndfile. Pour davantage d’informations, voir https://github.com/erikd/libsndfile/issues/258 et https://github.com/erikd/libsndfile/pull/322.

    La mini‐conférence annuelle d’ALSA aura lieu cette année dans les locaux de SUSE à Prague le 27 octobre.

    Petit rappel concernant deux événements déjà annoncés dans l’éditorial du mois d’août 2017, la _GStreamer Conference 2017 les 21 et 22 octobre 2017 à Prague (République Tchèque), ainsi que la Sonoj Convention les 4 et 5 novembre 2017 à Cologne en Allemagne.

    Nouveautés sur LinuxMao

    Des chiffres

    Le nombre de visiteurs uniques du mois de septembre 2017 est de 31 550. linuxmao.org, c’est, à ce jour, 6 176 utilisateurs inscrits, 2 254 « pages de documentation , les plus de 81 500 messages dans les forums, et d’autres fioritures.

    D’autre part, nous avons eu 22 nouvelles inscriptions depuis la rédaction du dernier éditorial du site, c’est‐à‐dire en 31 jours.

    Nouvelles pages

    Côté administration

    • simplification du menu de gauche, amélioration de la vitesse du site et des menus ;
    • amélioration du manuel du site :
    • gros boulot d’intégration des pages logiciels dans les structures du portail logiciel ;
    • gros boulot d’amélioration du portail logiciel, notamment avec des boîtes grises de navigation (voir par exemple Qtractor) devant permettre une navigation facilitée ;
    • nettoyage de plusieurs variables dans la base de données.

    Côté logiciel sur LinuxMAO

    • olinuxx poursuit ses travaux sur LibraZiK (diverses mises à jour logicielle et amélioration de certaines documentations). Voir le blogue de LibraZiK pour davantage d’informations ;
    • Jean‐Emmanuel poursuit le développement de son logiciel Open Stage Control.

    Côté logiciel en dehors de LinuxMao

    Depuis la publication du dernier éditorial, r1, Jean‐Emmanuel, sub26nico, olinuxx, balthazar et Antony87 ont relevé énormément de mises à jour de logiciels. Voir l’éditorial originel sur linuxmao.org pour une liste complète.

    Les mises à jour de ce mois‐ci sont :

    • Songwrite passe en version 3 01. Après quelques années sans mise à jour, une discussion avec le développeur nous permet d’obtenir une nouvelle version de ce logiciel ! Nous vous invitons donc à la tester, à lui faire des retours et à mettre à jour la documentation si besoin ;
    • Shotcut passe en version 17.09 ;
    • Wine passe en version 2.16 ;
    • Open Stage Control passe en version 0.20.2 ;
    • Mixbus et Mixbus 32C passent en version 4.2 ;
    • Ardour passe en version 5.12 ;
    • Qtractor passe en version 0.8.4 ;
    • Giada passe en version 0.14.3 ;
    • Nootka passe en version 1.4.4 ;
    • FluidSynth passe en version 1.1.7 ;
    • VCV Rack passe en version 0.3.2 ;
    • EasyConduite passe en version 1.2.1 ;
    • Wavosaur propose Rave Generator 2, un synthétiseur multi‐plate‐forme et gratuit.

    Post‐scriptum

    Merci à olinuxx, sub26nico, allany et r1 pour l’écriture de cet édito, bonne musique à toutes et tous, et on se retrouve le mois prochain pour une revue de l’actualité du mois écoulé !

    Lire les commentaires

  • Taxe béton Nicolas Hulot (Journaux LinuxFR)

    Hello cher journal,

    Aujourd’hui (en fait c’était il y a quelques jours, mais c’est un détail), je suis tristesse. J’ai été à un enterrement, et j’ai fait un petit tour à la campagne, où du moins ce qu’il en reste, pour passer un moment avec des proches. Outre l'événement qui avait toutes les raisons de miner le moral, ce qui m’a achevé, c’est la campagne justement…

    Oui, heureusement les enterrements sont assez rare chez nous les êtres humains, et l’espacement entre ces événements permet d'apprécier sous le coups de l’émotion, ce qui nous entoure avec un regard différent. Je n’ai pas été dans la commune où je me suis rendu depuis 1996, pour un autre enterrement justement. J’avais envie de profiter de la campagne, envie de me reposer en ne faisant rien que regarder la nature pousser tranquillement pendant un temps.

    Mais voilà, plus rien : nouvelle autoroute, avec bretelles assorties dans tous les sens, pleins de nouveaux ronds points, routes élargies, nouvelle place du village, nouveaux pots de fleur assorti au bitume… On se croirait dans un village Pierre et Vacance, ou à Disney tellement tout parait daté d’hier. Le charme est parti, les gens semblent encore plus circuler dans ce patelin que sur l’A86 un lundi matin! Les nombreux travaux en cours causant de nombreux embouteillages, appelant à faire encore plus de travaux pour arranger ça! Bientôt le tramway assorti aux pot de fleur.

    Bon, après les frissons et l’envie de bégère qui me prend, rendons nous à quelques dizaines de km de là, histoire de changer d’air. Là où je choisi d’aller, il y a la forêt … et rien d’autre (si, 2 étangs).

    La forêt est heureusement encore là où je l’attendais. Je pourrai offrir à mes enfants le plaisir d’y aller, de s’y perdre, d’y retourner avec des copains et des copines.

    La forêt est encore là, mais pour s’y rendre, le trajet n’est vraiment plus le même… En 10 ans, je savais pas que l’on pouvait refaire 3 fois une même bretelle d’autoroute, empruntée par 1 voiture par minute au grand max. À force de rajouter des ronds points et autres détours, totalement vide, la distance est plus que doublé, pour aller à la seule destination accessible depuis la bretelle! (les rond point sont censé donner accès à plusieurs destination).

    La traversée du village, destination de la bretelle, l’argent coule à flot continue pour lourdement investir en bétonnage massif du moindre carré de verdure : pot de fleur à géranium d’une laideur à concourir au guiness, nouveaux trottoirs, nouveaux éclairages refais, plus rapprochés, route refaite, assorti au trottoir, nouveaux passages piétons surélevés, nouvelle place du village, nouveaux feux tricolores, pour 2 voitures minutes… Dans un village de 300 âmes. Tout est refait, encore et toujours.. Tous les grands terrains ont été cédés à des promoteurs, deviennent constructibles (merci Mr le maire) et se voit pourrir de maisons individuelles VIDE, mal fichu, au crépi jaunâtre ou brunâtre, si cher à notre nouvelle campagne.

    Nouveau stade, pour le copain entrepreneur/promoteur du maire, toujours pareil, VIDE, absolument VIDE…

    La nuit, les éclairages viennent vous polluer la vue. Ça vous rappelle que les administrateurs de ce village ne savent sans doute pas ce qu’est la voie lactée et pourquoi c’est important de pouvoir voir le ciel, la lune, la nuit. Ça rappelle que le plus important pour certains, c’est de montrer qu’ils font (faire par d’autre). On ne peut plus échapper à leur présence, même la nuit. Notre pays, en surcharge d’élus (ou d’Élus) en tout genre, sont obligés de se montrer, servant à quelque chose… Il est sans doute très généreux de la part d’élus de dépenser l’argent des autres, mais je souhaite que ça ne détruise notre droit de respirer, de s’isoler et de penser, si il est encore temps.

    Lire les commentaires

  • OnePlus téléphone maison (Journaux LinuxFR)

    OnePlus, la société chinoise réputée pour vendre des téléphones Android à très bon rapport qualité prix, a installé un spyware une solution Analytics sur ses téléphones.

    L'auteur de cette découverte, Christopher Moore, a utilisé un proxy pour étudier ce qu'envoyait son téléphone sur le réseau, et a découvert des trames envoyées vers l'adresse https://open.oneplus.net. Celui-ci nous fait part sur son blog de plus amples détails.

    Les données, encodées en base64, montrent que le téléphone rapporte des événements se rapportant à l'utilisation d'une application d'e-mails, de messagerie instantanée ou encore à celle d'un navigateur web. De plus, le téléphone rapporte également des données non anonymisées permettant l'identification de l'utilisateur comme le numéro de série du téléphone, son IMEI, les MAC adresses ou encore les SSID des réseaux wifi utilisés.

    Pour ceux qui seraient impactés par ce problème, vous trouverez sur l'article original une solution pour désactiver les grandes oreilles de OnePlus.

    https://www.chrisdcmoore.co.uk/post/oneplus-analytics/

    Lire les commentaires

  • Dérive du tout connecté (Journaux LinuxFR)

    si vous aimez le "tout connecté" et ne voyez aucun danger à ces technologies, je vous invite à lire cet article qui décrit un bug sur une enceinte connectée Google.

    Alors certes ce n'est qu'un bug, celui-ci sera corrigé, mais personnellement, pour moi, ce genre de truc, c'est NON. Et hereusement que je peux le refuser.

    Celà dit, sur le modèle de eCall, on peut imaginer rendre ce genre de dispositif obligatoire sur les détecteurs d'incendie par exemple …

    Je vous laisse y réfléchir.

    Lire les commentaires

  • Sortie de OpenBSD 6.2 (Journaux LinuxFR)

    Annonce reprise et légèrement modifié du blog d'une communauté francophone OpenBSD

    Comme tous des 6 mois une nouvelle version d'OpenBSD est de sortie. Vous pouvez récupérer une image d'installation sur un des miroirs officiels ou sur notre serveur.

    OBSD

    La liste des changements est conséquente. Bien qu'on va en citer quelques-uns ci-dessous, vous voudrez certainement aller jeter un œil à la page officielle ou à la liste très complète ou encore l'annonce de sortie.

    Ces changements sont assez techniques, on va donc essayer de retenir l'essentiel :

    • Des améliorations à l'installeur :
      • Un noyau unique est créé à chaque installation pour des raisons de sécurité. Cela veut dire que votre noyau est totalement différent de celui d'un autre ordinateur. Impossible donc de s'en prendre à une zone bien précise de la mémoire si on ignore où chercher.
      • Les patches de sécurité sont listés au premier démarrage de l'ordinateur pour indiquer qu'ils sont disponibles avec syspatch, l'outil qui sert à appliquer les patches de sécurité sans avoir à compiler quoi que ce soit.
    • Un support matériel plus conséquent, que ce soit des cartes réseaux ou de la gestion de l'hibernation de certains disques durs ou encore sur les architecture ARM64/ARMv7. *Des améliorations dans le virtualiseur de machines vmm/vmd.
    • Des améliorations dans la norme WiFi IEEE 802.11 et dans la gestion réseau où les performances sont meilleures lorsqu'il y a transfert de paquet.
    • Les outils intégrés à OpenBSD comme ns ou bgpd ont été améliorés.
    • Des progrès en termes de sécurité sont aussi à relever, qui tournent principalement autour de celle du noyau, citée plus haut.
    • L'utilisation de clang, comme compilateur pour les architectures i386 et amd64 par défaut. (gcc posait des soucis au niveau de la licence)
    • Le fichier d'historique du shell ksh est désormais au format texte brut.
    • Un nouveau module nommé witness fait son apparition pour gérer les éventuelles erreurs du noyau.

    Au niveau des outils allant avec OpenBSD, nous avons :

    • OpenSMTPD en version 6.0.0 : on remarquera surtout du nettoyage dans le code.
    • OpenSSH en version 7.6 : améliorations de sécurité, bugs corrigés…
    • LibreSSL en version 2.6.3 pour toujours mieux gérer les connexions sécurisées.
    • mandoc en version 1.14.3, sans lui les manpages d'OpenBSD ne seraient peut-être pas aussi géniales.

    Et pour le plaisir :

    _ _ _ _
    AFL 2.51b CMake 3.9.3 Chromium 61.0.3163.100 Emacs 21.4 and 25.3
    GCC 4.9.4 GHC 7.10.3 Gimp 2.8.22 GNOME 3.24.2
    Go 1.9 Groff 1.22.3 JDK 8u144 KDE 3.5.10 and 4.14.3 (plus KDE4 core updates)
    LLVM/Clang 5.0.0 LibreOffice 5.2.7.2 Lua 5.1.5, 5.2.4, and 5.3.4 MariaDB 10.0.32
    Mozilla Firefox 52.4.0esr and 56.0.0 Mozilla Thunderbird 52.2.1 Mutt 1.9.1 and NeoMutt 20170912 Node.js 6.11.2
    Ocaml 4.03.0 OpenLDAP 2.3.43 and 2.4.45 PHP 5.6.31 and 7.0.23 Postfix 3.2.2 and 3.3-20170910
    PostgreSQL 9.6.5 Python 2.7.14 and 3.6.2 R 3.4.1 Ruby 1.8.7.374, 2.1.9, 2.2.8, 2.3.5 and 2.4.2
    Rust 1.20.0 Sendmail 8.16.0.21 SQLite3 3.20.1 Sudo 1.8.21.2
    Tcl/Tk 8.5.19 and 8.6.6 TeX Live 2016 Vim 8.0.0987 Xfce 4.12

    Ce système nous rend bien des services chaque jour, autant par sa simplicité que les efforts de sécurité qui l'accompagnent. Il peut aussi bien s'utiliser sur un serveur qu'une machine de bureau. D'ailleurs, ces lignes ont été écrits sur un pc portable utilisant OpenBSD. Nous vous invitons à tenter l'expérience, et en cas de pépins ou de questions, nous sommes là ;).

    D'ailleurs, si vous souhaitez suivre la procédure de mise à jour, nous l'avons traduite sur notre wiki !

    Annonce officiel
    Annonce non-officiel en français

    Lire les commentaires

  • A payé (Journaux LinuxFR)

    la souscription pour wikipédia va bientôt s'arrêter… il y a aussi bcp d'autres projets mais celui là est un de ceux que j'utilise le plus.

    Lire les commentaires

  • Un nouveau logiciel : WemaWema ! (Dépêches LinuxFR)

    Il est des logiciels qui partent d’une idée à la con et qui grandissent, grandissent… WemaWema est de ceux‐ci. WemaWema est un générateur de mème.

    L’idée à la con

    Tout à commencé par une demande de Genma dans un pouet du 26 septembre :

    Y a un « We make » generator en ligne ou pas encore ?

    Un peu d’histoire

    Les autocollants We make sont un « mème » du Tetalab, un hackerspace toulousain (même s’ils disent « chocolatine », ce sont quand même des gens bien 😛) et dont voici l’origine :

    L’argument principal utilisé pour la mise en place d’un système de filtrage sur Internet est toujours la pornographie et la pédo‐pornographie. Mais quand ce systèmes est en place on se rend vite compte que c’est rarement le « porn » qui est filtré.
    We Make Porn rappelle a tout le monde que ses idées, son site Internet ou son blog peuvent être filtrés.

    Depuis, We make porn a été décliné de toutes les façons possibles et imaginables (voire l’inimaginable We make Hummus de Bram).

    Bref.

    WemaWema

    TL;DR: Allez jouez avec WemaWema sur https://luc.frama.io/wemawema.

    Le pouet de Genma date du 26 septembre 2017 à 15 h 42. À 19 h 56, la v1 de WemaWema était publiée ! Et depuis ce jour, ce ne sont pas moins de 14 versions qui sont sorties !

    Alors oui, j’aurais pu faire comme avec mes logiciels habituels : commencer à la version 0.01 et monter tout doucement les versions. Mais, là, c’était pour du pur fun, donc OSEF ! Une fonctionnalité = une nouvelle version ! Et tant pis si je sors plusieurs versions le même jour. 😁

    La fonctionnalité de départ est simple : deux lignes de textes modifiables et ça sort une image avec un fond jaune, les deux lignes de texte et un liséré noir intérieur.

    Depuis cette première fonction, il est possible :

    • de choisir la taille, le positionnement et la couleur des textes ;
    • de choisir la couleur du liséré ;
    • de choisir le fond : couleur unie, dégradé, direction du dégradé (voire dégradé radiant), drapeau arc‐en‐ciel en dégradé, image de fond parmi les choix proposés, utilisation d’une image de fond que vous envoyez de votre ordinateur ;
    • de choisir un calque avec des « paillettes » ;
    • d’exporter en SVG.

    Tout est fait côté client avec un canevas et du JavaScript tout tapé avec mes grosses pattes, sauf pour le SVG pour lequel j‘utilise la bibliothèque Canvas 2 SVG.

    Il y a aussi un service en ligne qui génère automatiquement les images, utilisable donc comme source d’une balise <img/>. Ce service est aussi utilisable dans les slash commands de Mattermost.

    Prenons https://wema.fiat-tux.fr, l’endroit où j’héberge ce service. Créez une slash command pointant vers cette adresse URL avec, disons, /wemake comme appel. Quand vous écrirez /wemake POUETS, le service vous renverra l’adresse de l’image WE MAKE POUETS du même service.

    Le futur

    Au moins deux chantiers sont à entreprendre :

    • une refonte graphique : les paramètres sont entreposés pêle‐mêle et on a déjà comparé ceux‐ci au tableau de bord d’un Boeing 747 ;
    • la possibilité de choisir la police des textes.

    Je pense aussi à ajouter la possibilité de redimensionner l’image… Bref, ça risque de devenir un générateur de mèmes générique 🙂

    La licence

    C’est du AGPL v3.

    N. D. M. : deux exemples :
    Un jeu de mot
    Un palindrome

    Lire les commentaires

  • Replicant 6.0 0002 est sorti (avec 12 appareils supportés !) (Journaux LinuxFR)

    Sommaire

    En bref

    Le 13 mai 2017, la première version de Replicant 6.0 est sortie. Le 17 septembre 2017, la deuxième version a été publiée. Il s'est donc passé 4 mois plus entre ces 2 versions.

    Seulement 3 appareils avait une gestion "complète" avec la première version de Replicant 6.0 et un appareil avait une gestion "incomplète", depuis les choses ont bien changé puisque 12 appareils sont gérés (comme pour Replicant 4.2). Les derniers changements de LineageOS 13.0 (ancien CyanogenMod, à ne pas confondre avec CyanogenOS) ont été repris, ce qui comprend notamment des correctifs de sécurité, donc la mise à jour est fortement recommandée.

    Mais c'est quoi Replicant ?

    LineageOS est une version dérivée de AOSP (Android Open-Source Project), donc Replicant l'est aussi. Dans AOSP, il n'y a pas les applications privatrices de Google (qui prennent peu à peu la place de celles libres de AOSP), mais il est possible techniquement de les installer dessus.

    Replicant se différencie de LineageOS et AOSP, en effet il est entièrement libre, y compris en ce qui concerne les micro-logiciels (firmwares en anglais). Cette claire volonté de faire du 100% libre explique qu'il y a peu d’appareils pris en charge. Cette pureté éthique en fait un système que la FSF (Free Software Foundation) apprécie (puisque c'est conforme à ses recommandations pour les distributions systèmes libres) et que la FSFE (Free Software Foundation Europe) recommande dans sa campagne "Libérez votre Android !". Si vous voulez faire un don financier, c'est d'ailleurs via la FSF que vous pouvez le faire électroniquement (mais, si vous en avez l'occasion, il serait préférable de le faire avec un moyen de paiement anonymisant la personne qui paye pour votre vie privée et notre vie commune, par exemple en espèces et peut être futurement avec GNU Taler).

    Android sans Google, c'est possible ?

    Replicant rajoute très peu d'applications par rapport à AOSP et encore moins par rapport à LineageOS. Cependant il existe au moins une application pour remplacer à peu près toutes les applications Google : F-Droid pour chercher et trouver des applications à la place du Play Store (anciennement Android Market), Offline Calendar pour pouvoir créer un agenda sans compte Google ou Exchange, Conversations pour la messagerie textuelle à la place de Hangouts et Allo, Linphone pour la messagerie audio-visuelle de Hangouts et Duo, OsmAnd pour la cartographie à la place de Google Maps, Mapillary et OpenStreetCam pour les images de rues à la place de Street View, la galerie de Simple Mobile Tools à la place de Photos, Apollo pour lire la musique à la place de Play Musique, FBReader pour lire des livres à la place de Play Livres, MuPDF pour lire des documents PDF à la place de Google PDF Viewer (même ça Google a eu le culot de ne pas l'intégrer et en proposer une implémentation privatrice), etc.

    Il en est de même pour les services. Framasoft l'a par exemple bien montré avec sa campagne "Dégooglisons Internet", mais pour la décentralisation pensez aux autres CHATONS, voire à l'auto-hébergement (par exemple avec CozyCloud, YunoHost ou Sandstorm).

    Libérez votre Android !

    12 appareils supportés

    La première version de Replicant 6.0 gère le Galaxy S2 (I9100), le Galaxy S3 (I9300), Galaxy Note 2 (N7100), ainsi que le Galaxy S3 4G (I9305) mais sans gestion de la partie téléphonie. Ce sont tous des ordinateurs de poche tactile avec un périphérique pour la téléphonie (que je ne considère pas comme intelligents et dont la téléphonie n'est qu'une fonction parmi d'autres, d'où mon refus de la terminologie "smartphone" ou "téléphone intelligent"). Certains de leurs confrères déjà supportés par Replicant 4.2 s'ajouteut à eux : le Galaxy Note 1 (N7000) et le Galaxy Nexus (I9250).

    2 tablettes tactiles déjà gérés par Replicant 4.2 sont aussi de la partie : la Galaxy Tab 2 7.0 (P31xx) et la Galaxy Tab 2 10.1 (P51xx).

    Encore une fois, on ne retrouve que des appareils Samsung (mais historiquement des appareils d'autres marques ont été gérés : le Magic/Dream et le Nexus One). Néanmoins la gestion du GTA04 (de Goldelico) était prévu, du travail a été fait mais pas suffisamment, il est donc espéré que la prochaine version de Replicant sera la bonne pour cet appareil. Il y a eu du travail pour porter le LG Optimus Black (P970) (au moins par Paul Kocialkowski), mais cela ne semble plus d'actualité, malgré que des documents aient fuité. Il y a aussi eu au moins un début de travail sur la Kindle Fire de première génération (au niveau du noyau Linux et de U-Boot) et gérer des tablettes Allwinner a été envisagé, mais il ne semble pas y avoir de nouvelles informations à ce sujet depuis le 8 août 2016. On peut aussi noter que le modèle P3113 de la Galaxy Tab 2 7.0 (sans GSM) fonctionnerait peut-être sur Replicant avec les images pour le modèle P3110, puisqu'un sujet d'il y a 4 ans et un autre qui a 2 mois envisagent la possibilité (à tester néanmoins au risque et péril de la machine puisque ce modèle de tablette n'est pas géré officiellement), étant donné que CyanogenMod (quand il existait encore) aurait utilisé les mêmes images pour les 2 modèles (P3113 et P3110). De plus, une "surprise" pourrait nous attendre avec la Nexus 10 (une tablette aussi connue sous le nom de manta), puisqu'il est indiqué sur le wiki qu'un port de Replicant 6.0 est prévu.

    Hé, mon coco, tu crois que tu vas t'en tirer comme ça ? Je ne compte que 9 appareils supportés !

    Il y a les Samsung Galaxy S : 2, 3 et 3 avec 4G, soit 3 appareils. Il y a également les Galaxy Note du même constructeur : 1 et 2, soit 2 appareils. En fait, il y en a plus de 2, il y a aussi le Galaxy Note 8.0, qui a 2 versions : une avec le support du GSM et une uniquement avec Wi-Fi. Il y a donc 3 Galaxy S et 4 Galaxy Note, soit 7 appareils, il en manque donc 5 (pour arriver à 12). À cela, il faut ajouter le Galaxy Nexus (fait par Samsung et commandité par Google). Les 4 appareils restants sont des Galaxy Tab : la version 2 de 7 pouces (P3100 avec GSM et P3110 avec uniquement le Wi-Fi) et son équivalent en version 10,1 pouces (P5100 avec GSM et P5110 avec uniquement le Wi-Fi).

    Améliorations et corrections

    USSD

    Vous pouvez utiliser les messages USSD avec Replicant (à nouveau). USSD est l'abbréviation de Unstructured Supplementary Service Data. C'est une fonctionnalité des réseaux téléphoniques mobiles GSM, 3G et 4G. En fonction du fournisseur de réseau mobile, le nombre de codes différents peut varier.

    Avant la ré-écriture de Samsung-RIL en 2014 par Paul, ce type de messages pouvait être utilisé. Cependant la gestion de ce type de messages n'a pas été ajoutée à nouveau après la ré-écriture, jusqu'à maintenant. La nouvelle implémentation fait un meilleur décodage, notamment pour les caractères spéciaux. Pour les curieux et curieuses, Samsung-RIL (Samsung Radio Interface Layer) est la couche logicielle pour l'interface radio qui implémente le protocole Samsung IPC et s'interface avec libsamsung-ipc (une implémentation du protocole Samsung IPC du modem, qui se trouve dans de nombreux appareils Samsung) et le framework Android.

    Adaptateurs USB pour le Wi-Fi

    La première version de Replicant 6.0 comprenait déjà l'application RepWifi. Celle-ci est une interface graphique pour utiliser les adaptateurs USB pour le Wi-Fi avec du micrologiciel libre (par exemple ceux supportés par le pilote ath9k du noyau Linux et ceux certifiés par la Free Software Foundation dans le cadre de son programme "Respects Your Freedom"). Cette application est développée par Fil Bergamo. Il a ajouté de nouvelles fonctionnalités et a fait une refonte graphique pour la version qui fait parti de cette version 0002 de Replicant. Il est maintenant possible de se connecter à des réseaux cachés, de définir manuellement des serveurs DNS et de se connecter automatiquement à un réseau Wi-Fi, une fois que l'adaptateur est branché.

    Fil a aussi soumis un patch qui fournit un correctif pour un problème très embêtant avec les adaptateurs Wi-Fi et le reverse tethering. Avec la version précédente, les connections réseaux qui étaient faites avec un adaptateur Wi-Fi ou par reverse tethering n'étaient pas correctement notifiées aux applications. Par exemple, F-Droid n'était pas capable d'utiliser ce genre de connections. Mais grâce au patch de Fil, ce problème est de l'histoire ancienne.

    Il a été possible de rendre compatible tous les appareils (officiellement gérés par Replicant 6.0, y compris ceux nouvellement gérés) avec certains adaptateurs Wi-Fi. Malgré les améliorations qui ont été faites, soyez conscient·e·s que des problèmes de connexion ou d'autres instabilités sont toujours possibles. L'importance des potentiels problèmes dépend notamment de l'appareil et de son niveau de batterie (il y a plus de détails sur le wiki).

    Capture d'écran de l'application RepWifi de Replicant 6.0

    Recovery

    Un autre but pour cette nouvelle version a été d'améliorer l'usage du recovery, pour le rendre plus intuitif et moins susceptible de faire des erreurs. Les appareils avec des touches tactiles (comme le Samsung Galaxy S2 et le Samsung Galaxy S3) ont maintenant les touches tactiles toujours rétro-éclairées, ce qui facilite l'identification de la touche retour. De plus, les boutons graphiques sont maintenant généralement plus gros pour permettre une meilleure navigation avec l'écran tactile.

    Certaines installations depuis le stockage interne ou externe échouaient. Cela a été identifié comme venant du système de fichiers de la carte (micro)SD et a été corrigé.

    Capture d'écran du recovery de Replicant 6.0

    Autres changements

    • Commun à tous les appareils
      • Un nouvel assistant de configuration, basé sur celui de LineageOS, a été ajouté. Quand le système d'exploitation est démarré pour la première fois, l'assistant de configuration fait son travail.
      • Mise à jour de F-Droid Privileged Extension
      • L'application RepWifi est maintenant sur l'écran de bureau par défaut
    • Samsung Galaxy S2 (I9100)
      • Correction du crash dû au pilote pour le Wi-Fi interne
    • Samsung Galaxy S3 4G (I9305)

    Pour une liste complète, il y a un journal des modification en texte brut.

    Comment se fait l'installation ?

    Replicant est "juste" un système d'exploitation. Pour l'installer, il faut passer par une couche plus basse, mais il n'y a malheureusement pas une unification concrète pour cela (comme le BIOS ou l'UEFI sur les laptops et desktops). La ou les méthodes d'installation peuvent donc être différentes en fonction de l'appareil.

    Le wiki du projet a une page (en anglais) par appareil pour expliquer comment faire l'installation. J'ai écrit et publié un tutoriel en français pour le Samsung Galaxy S3 non 4G (GT-i9300), qui comprend des trucs et astuces qui pour la plupart sont non dépendantes de l'appareil (et qui parfois peuvent même s'appliquer à AOSP 6.0).

    Pourquoi pas une dépêche ?

    C'est une version mineure de Replicant, donc je vois peu d'intérêt à donner la visibilité d'une dépêche pour cela. De plus, il y a déjà eu une dépêche sur la première version de Replicant 6.0 (que j'avais bien été le seul à significativement agrandir par rapport à mon journal).

    De plus, l'aspect potentiellement collaboratif d'une dépêche pousse à être consensuel. Un journal me permet de m'exprimer plus directement et sans risque de censure (auto-censure ou par un·e autre participant·e qui juge une remarque déplacée, par exemple sur les soi-disant "smartphones", ou un style d'écriture non approprié, comme l'écriture non sexiste aussi parfois nommée "écriture inclusive"), certes hormis propos illégaux mais je vois mal pourquoi ce serait le cas dans ce journal (à moins que le logiciel libre devienne un jour illégal pour qu'une minorité garde des privilèges injustes, comme l'avait imaginé Richard Stallman dans "Le droit de lire" en février 1997).

    Mais bien entendu, si vous souhaitez faire une version augmentée (ou juste différente), vous êtes libres de le faire. Néanmoins, vous devez le faire en me créditant et en publiant votre version modifiée sous une licence libre avec copyleft (comme la Creative Commons BY-SA 4.0, la licence Art Libre 1.3 ou la licence de documentation libre GNU 1.3). Si vous voulez promouvoir en dépêche (dans ma version ou dans une version modifiée), cela ne me dérange pas non plus, j'ai juste préféré publié en tant que journal, je ne suis pas opposé aux dépêches.

    Lire les commentaires

  • Quelques nouvelles de LuneOS (Dépêches LinuxFR)

    LuneOS est une distribution GNU/Linux pour smartphones et tablettes, héritière de feu webOS. Une nouvelle version, Decaf, vient tout juste de sortir

    Logo de LuneOS

    Sommaire

    Introduction

    Le projet est porté par l’équipe webOS-Ports, dont le but est de faire revivre webOS sur les matériels contemporains.

    Malgré le peu de couverture médiatique autour de LuneOS, le projet est toujours bien vivant, avec une (petite) équipe motivée.

    L’ensemble de la distribution est libre (ou presque) et chacun peut, s’il le veut, recompiler sa propre image chez lui. Une exception dans ce beau tableau : les blobs binaires utilisés pour faire tourner les pilotes Android. Nous y reviendrons plus tard.

    Avec à peu près une publication mensuelle, LuneOS a gagné en maturité depuis la dernière dépêche : téléphonie, matériel pris en charge, infrastructure… Voyons un peu ce que propose LuneOS dans la version toute fraîche de ce mois‐ci.

    Quelques captures d’écran (depuis un LG Nexus 5)

    Écran d’accueil avec quelques applications

    Écran d’accueil avec quelques applications

    Lanceur d’applications

    Lanceur d’applications

    Application de téléphone

    Application de téléphone

    Recherche globale « Just Type »

    Just Type

    Système de compilation

    LuneOS utilise OpenEmbedded pour son système de compilation et la génération de la distribution. C’est un cadriciel très souple, orienté « systèmes embarqués ». Il est possible de cibler différentes architectures et de générer les paquets logiciels nécessaires assez facilement. Chaque paquet est décrit par une « recette » qui indique comment compiler le logiciel, de façon similaire aux PKGBUILD d’Arch Linux.

    Il faut également citer le projet Yocto, qui maintient une bonne partie des « recettes » utilisées par LuneOS pour compiler la distribution.

    Principales caractéristiques de LuneOS

    • ergonomie pensée pour le tactile ;
    • beaucoup d’actions se font par balayage du doigt (fermer une application, aller à la liste des applications, retour arrière…) ;
    • concept de « jeu de cartes » pour décrire les applications ;
    • une intégration forte des éléments du système : champ de recherche central (« Just Type »), fusionnement des conversations pour les différents comptes (« Synergy ») ;
    • les applications utilisent de préférence HTML 5, JavaScript et CSS.

    Nouveautés

    La dernière version de LuneOS repose sur la version pyro de Yocto.

    Infrastructure

    LuneOS utilise Qt 5.9.2 (qui est une version à support étendu), ainsi que des versions récentes pour les briques de base : systemd 232, glibc 2.25, PulseAudio 10, Wayland 1.13…

    Cela permet d’avoir les dernières corrections, mais aussi de profiter de fonctionnalités assez récentes, notamment en ce qui concerne Qt :

    • avec le dernier QtWayland, l’API a été grandement remodelée et simplifiée ;
    • QtQuickControls 2 facilite l’utilisation de QML sur les téléphones mobiles et tablettes, et gère mieux les thèmes et les hautes densités de pixels (HiDPI, Retina…) ;
    • LuneOS utilise massivement QtWebEngine : les applications étant écrites en HTML 5, avoir un moteur Web récent permet de profiter des dernières optimisations et corrections. QtWebEngine 5.9 utilise le même cœur que Chromium 56, sorti début 2017.

    Halium

    Avec cette version LuneOS utilise maintenant le projet Halium, dans sa version 5.1, pour faciliter la réutilisation des pilotes Android sur le matériel cible.

    Dans la pratique, ça veut dire quoi ?

    Halium consiste en un ensemble de dépôts relatifs à Android, légèrement modifiés afin de ne compiler que la partie bas niveau : services de base et initialisation des pilotes, principalement. La compilation elle‐même est faite par webOS-Ports.
    Il n’y a finalement qu’un morceau de LuneOS qui n’est pas construit depuis les sources : les blobs propriétaires pour le matériel. C’est un compromis aujourd’hui nécessaire pour arriver à utiliser LuneOS sur des matériels courants et en exploiter tous les périphériques (contrairement à Replicant).

    La couche Halium est utilisée de deux façons dans LuneOS :

    • un sous‐système Android minimal est lancé dans un conteneur LXC et s’occupe d’initialiser le matériel et lancer les services de base nécessaires au fonctionnement des pilotes ;
    • certaines bibliothèques Android sont réutilisées directement par les binaires LuneOS : OpenGL ES, audio, capteurs, etc. Tout cela est rendu possible grâce à libhybris, qui fait le lien entre un binaire basé sur la glibc et une bibliothèque basée sur bionic.

    Quel atout à utiliser Halium ?

    Les atouts sont nombreux, et webOS-Ports a participé au projet Halium très naturellement :

    • on se soucie moins de la partie Android, qui n’est pas notre centre d’intérêt principal ;
    • il est plus facile de faire un nouveau portage, car cela revient surtout à s’assurer que le code Halium pour ce matériel existe. Ensuite, il y a quelques ajouts à faire côté LuneOS, mais assez légers normalement ;
    • passer à une version d’Android plus récente est aussi plus simple : il suffit en gros de changer la version de Halium utilisée ;
    • bien sûr, et c’est le but principal, utiliser Halium nous apporte un bonne prise en charge matérielle : capture photo, capteurs d’orientation et GPS, accélération vidéo et audio, etc.

    Côté applications

    Grâce à l’application Preware 2, il est possible d’installer tout un ensemble d’applications additionnelles. Les applications « legacy » doivent normalement marcher sans problème, pour peu que l’on possède le fichier .ipk correspondant.

    LuneOS propose aussi les applications de base :

    • téléphone et historique ;
    • conversations (centralisées entre tous les comptes, grâce à Synergy) ;
    • appareil photo (encore en cours de développement) ;
    • application PDF, basée sur PDF.js ;
    • gestionnaire de fichiers ;
    • etc.

    Envie d’essayer ?

    Les mobiles Nexus 4 et Nexus 5 sont officiellement pris en charge, ainsi que la tablette HP Touchpad. Il est également possible de tester LuneOS avec VirtualBox à l’aide des images 32 bits et 64 bits pour l’émulateur.

    La suite

    Il y aura toujours des choses à faire sur un projet tel que LuneOS ; pour le moment, voici une partie des idées pour la suite :

    • améliorer encore l’intégration de Halium ;
    • passer de Bluez 4 à Bluez 5 pour la gestion du Bluetooth ;
    • repenser l’application Paramètres, et probablement la réécrire en QML pour mieux l’intégrer au reste du système ;
    • améliorer l’application Photos ;
    • proposer un SDK pour les développeurs souhaitant créer une application « native » (non HTML 5) ;
    • passer à un cadriciel plus moderne qu’Enyo pour le développement des applications HTML : pour le moment, le choix penche vers Polymer/WebComponents, mais ça reste à confirmer par des expérimentations.

    LuneOS est un projet vaste, porté actuellement par un groupe assez réduit de bénévoles. Sur de nombreux sujets, les contributions sont donc évidemment les bienvenues, notamment au niveau des applications.

    Lire les commentaires

  • Revue de presse de l’April pour la semaine 40 de l’année 2017 (Dépêches LinuxFR)

    La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’Association de promotion et de défense du logiciel libre.

    Sommaire

    [ZDNet France] Non, Linux n’est pas soudain devenu populaire sur PC
    Par Steven J. Vaughan‐Nichols, le mercredi 4 octobre 2017. Extrait :

    « En août et septembre, les chiffres de NetMarketShare mesuraient un bond de la part de marché des PC [GNU/]Linux dans le monde. L’heure est‐elle venue pour [GNU/]Linux sur PC ? En fait, non. »

    [Le Monde.fr] « Le pouvoir judiciaire devient le parent pauvre de l’antiterrorisme »
    Par Camille Bordenet, le mardi 3 octobre 2017. Extrait :

    « Le texte permettant une sortie de l’état d’urgence vient d’être approuvé en première lecture par les députés. Retour sur la longue histoire de la justice d’exception. »

    Et aussi :

    [Rue89Lyon] François Aubriot : « Le logiciel libre redonne de la valeur à l’individu »
    Par Bertrand Enjalbal, le mardi 3 octobre 2017. Extrait :

    « Avec l’association Ploss-RA il prêche leur bonne parole du logiciel libre. Notamment auprès des administrations. Et ce n’est pas toujours évident. »

    [Numerama] VideoLAN a refusé des dizaines de millions de dollars pour placer de la pub dans VLC
    Par Julien Lausson, le lundi 2 octobre 2017. Extrait :

    « Saviez‐vous que le président de VideoLAN a refusé des dizaines de millions de dollars en échange de l’ajout de publicités et de bouts de code douteux dans VLC ? Connaissez‐vous l’histoire de l’icône du lecteur multimédia ? Ou du risque que font peser la NSA et la CIA sur le projet ? Non ? Alors, il est temps de lire les réponses que le président de VideoLAN a données aux questions des internautes. »

    [ZDNet France] Contrat open bar Microsoft‐Défense : l’April pointe l’armée « victime du syndrome de Stockholm »
    Par Thierry Noisette, le lundi 2 octobre 2017. Extrait :

    « L’association libriste publie les documents — passablement noircis — qui lui “confirment que l’administration est déterminée à s’enfermer toujours davantage” dans des solutions Microsoft. »

    Et aussi :

    Lire les commentaires

  • Updates-warner : pour être alerté d’une modification de ressource Web (Dépêches LinuxFR)

    Je vous présente aujour’hui un de mes projets personnels : Updates-warner.

    C’est un logiciel libre (GPL v3), écrit en C, d’environ 9 250 lignes de code (environ trois mois de dev’, sur mon temps libre). Ce projet est né suite à un besoin que j’ai de suivre certains projets pour des questions de sécurité dans mon boulot. La première esquisse était un script shell que je lançais manuellement tous les jours. Par flemme, j’ai donc créé ce logiciel qui est beaucoup plus beau, pratique et multi‐tâches ! Et j’ai décidé de le partager, j’espère que vous le trouverez tout aussi pratique que moi !

    C’est un logiciel qui permet d’être alerté sur la mise à jour d’une ressource Web publique, par exemple :

    • être alerté sur la sortie d’une nouvelle vidéo d’une chaîne YouTube (pas de compte requis) ;
    • être alerté sur la nouvelle version d’une bibliothèque de développement (pratique pour mettre à jour en cas de problème de sécurité) ;
    • être alerté heure par heure de l’avancée de votre financement participatif préféré (certains sauront de quoi je parle ;)) ;
    • être alerté de la sortie d’une nouvelle version d’un logiciel ou d’un jeu dont votre distribution n’a pas intégré cette dernière version ;
    • etc.

    Attention, que l’on soit clair, ce n’est pas du temps réel, la mise à jour la plus rapide est fixée à 60 minutes, mais 24 h me paraît être globalement plus adapté à la plupart des situations, mettre un temps plus court serait clairement du gâchis de bande passante.

    Configuration

    Quelques petites fonctionnalités du logiciel

    • il permet d’être toujours au premier plan ou en arrière‐plan sur le bureau ;
    • si l’icône de la zone de notification est activée, le logiciel peut être caché ou affiché avec un clic gauche ;
    • si l’icône de la zone de notification est activée, l’icône change et clignote en fonction de l’alerte ;
    • il permet de lancer rapidement l’application concernée avec un clic droit ;
    • il permet d’accéder rapidement au site Web avec un clic droit ;
    • il permet de rafraîchir le numéro de version locale ou officielle rapidement avec un clic droit ;
    • la couleur et l’opacité du fond peuvent être choisis pour être plus en accord avec votre thème ;
    • prise en charge d’un fichier de langage (actuellement, le logiciel est en anglais et en français sans fichier externe) ;
    • comparaison de la version officielle avec la version locale (manuelle ou automatiquement récupérée) ;
    • le logiciel a son propre user‐agent : Updates-warner ce qui permet aux sites Web de fournir un contenu adapté si jamais ce logiciel rencontre un succès phénoménal (Eh, chut ! Pas de remarques désagréables ! Laissez‐moi rêver !).

    Ce qu’il faut savoir pour créer un « watcher »

    (ce qui va régulièrement récupérer la version officielle)

    • la récupération de la version officielle se fait, globalement, avec les pages Web qui sont analysées ;
    • l’interface graphique est bourrée de bulles d’aide pour vous aider à mieux comprendre la fonctionnalité ;
    • pour configurer un watcher, il faut donc mettre les mains dans le HTML et regarder quel élément peut être utilisé pour en soutirer la version qui sera modifiée à chaque mise à jour ; ce qui reste assez intuitif si vous avez l’habitude de grep et cut ;
    • un fichier de configuration par défaut est proposé, vous pourrez voir comment faire un watcher manuellement dans ce fichier ou alors dans l’interface graphique ;
    • les images à utiliser doivent faire 26 × 26 pixels, sinon le rendu ne sera pas tip top ;
    • les pages HTML téléchargées sont sauvegardées dans le dossier de cache (par défaut ~/.cache/updates-warner/).

    Ajout d’un watcher

    Petite remarque : je mets à disposition le code source, mais l’installeur est plutôt fait pour fonctionner avec les dérivées de Debian (j’ai prévu d’améliorer le script pour d’autres distributions — dérivées de Slackware et Red Hat).

    Contactez‐moi

    N’hésitez pas à me contacter en cas :
    - d’éventuelles idées, bogues ou choses à améliorer (faites un tour dans la partie Ajout futurs auparavant ;-)) ;
    - de proposition de fichier de langue autres que français et anglais ;
    - d’erreurs de compilation, d’installation ;
    - d’erreurs d’orthographe (anglais ou français d’ailleurs).

    Un wiki arrivera plus tard sur le site Web qui est tout neuf et encore en cours de construction…

    Lire les commentaires

  • Comment je suis devenu chef de projet (Dépêches LinuxFR)

    Quand je ne suis pas au boulot, quand je ne suis pas en train de faire des photos, je travaille petitement sur un projet qui m’enthousiasme beaucoup. C’est un jeu vidéo qui s’appelle Unvanquished et c’est un projet de passionnés : chacun venant d’un peu partout sur la planète et chacun contribuant un peu quand il peut. Le projet doit avoir au moins cinq ans. Je m’y suis intéressé très rapidement et ai commencé à contribuer en 2013 (de simples corrections de traduction) ; pour ensuite m’y impliquer plus significativement en 2015 (du code améliorant l’ergonomie de l’interface). Et puis, de fil en aiguille, ce 3 octobre 2017, je suis devenu chef de projet. Nous sommes trois à nous partager cette fonction.

    Le jeu n’a pas une grande base de joueurs pour le moment parce que nous n’avons pas vraiment fait de publicité encore, mais travailler sur ce projet est très excitant. Le développement libre c’est déjà un jeu en soi.

    Construction KitConstruire un jeu de construction… c’est déjà un jeu !

    En fait, ma nouvelle place était informelle depuis six mois, lorsqu’un membre du triumvirat a dû prendre de la distance avec le projet pour se concentrer sur certaines préoccupations de sa vie, et qu’il m’a demandé de prendre sa place. Étant du genre très effacé, je n’avais pas du tout formalisé les choses. Ce qui me gênait beaucoup, c’était qu’ayant les droits d’édition sur l’organigramme, c’était à moi de mettre mon nom tout en haut, chose que je ne suis pas tellement habitué à faire. Et surtout, je n’aime pas du tout me mettre en avant. Donc, voilà, ce mardi, pour mon trente‐et‐unième anniversaire, j’ai réveillé la discussion et j’ai été pressé avec une telle insistance d’y prendre ma place que voilà, c’est fait. ;-)

    Voici donc mon nom dans la catégorie Project Leadership ; et, sous mon nom, il y a comme fonction Asset Management. En gros, je m’occupe des relations avec l’équipe de contributeurs artistiques (modèles 3D, textures, sons…), l’élaboration de méthodes de travail, l’organisation des données et l’aspect légal qui va avec : vérifier la licence de chacun des fichiers, relancer les auteurs lorsque quelque chose n’est pas clair et clarifier, etc. Celui que je remplace s’occupait aussi des relations sociales et communications, ainsi que du recrutement ; j’hérite de cette fonction également, même si c’est un peu tout le monde qui le fait par bouche à oreille.

    Ce genre de projet ne se limite pas à jouer le rôle du community manager ou du « chief happiness officer » (lol) comme le faisait très bien Kharnov avant moi, ni à seulement relancer les uns ou les autres et faire de la revue légale de contribution. Nous avons tous un gros bagage technique et c’est le cœur de notre passion. J’ai donc non seulement élaboré la nouvelle méthode de gestion de nos données artistiques (avec de jolis dépôts tout propres), mais j’ai aussi écrit certains outils qui nous permettent de mettre en œuvre cette méthode de travail. En fait, je contribue avec du code à pratiquement tous les aspects du projet. Par exemple, j’ai amélioré le VFS (système de fichier virtuel) afin de permettre à des développeurs d’autres jeux d’envisager une migration plus facile de leur propre jeu vers notre moteur, ces mêmes développeurs venant ensuite proposer et implémenter à leur tour des améliorations, c’est rusé ! ;-) Ça va aussi de l’écriture d’outils de gestion de données, comme je viens de l’expliquer, à l’amélioration des logiciels d’édition.

    Par exemple, je contribue à un logiciel de modélisation de niveau en 3D afin de rendre son intégration dans le flux de travail plus ergonomique. En fait, vous trouverez ma patte dès qu’une chose peut être améliorée dans la chaîne de production, que ce soit dans la méthode ou dans les outils eux‐mêmes. Je suis convaincu que c’est une clé de réussite : nous avons tous la main dans le cambouis, et nous n’avons vraiment l’étiquette de leadership que parce que ce service doit être rendu. Mais ce qui nous anime d’abord, c’est la joie de « hacker » des trucs qui nous passionnent ; « hacker », c’est‐à‐dire résoudre intelligemment des problèmes passionnants ou, dit autrement, résoudre avec passion des problèmes intelligents. Je crois que c’est ici que se tient la solution au principe de Peter : aucune responsabilité n’enlève à personne sa capacité à contribuer là où sa compétence technique s’exprime au mieux.

    Ce sont aussi les personnes intéressantes et talentueuses avec lesquelles je suis amené à collaborer qui rendent ce projet aussi passionnant. Menant un consciencieux audit de nos données, je discutais ces derniers jours avec certains de nos contributeurs. Et j’étais très impressionné de voir que l’un était aujourd’hui chez Ubisoft Montréal (le studio qui fait les séries Splinter Cell, Far Cry et Assassin’s Creed, par exemple), un autre chez Creative Assembly (le studio qui a fait Rome: Tota War, par exemple) un autre chez NetherRealm (ayant lui‐même travaillé sur _Mortal Kombat X) ou encore un autre chez Feral Interactive (le studio ayant porté les derniers _Warhammer, Tomb Raider, Mad Max et Xcom2, Alien:Isolation sur macOS et GNU/Linux, par exemple). Certains ont contribué un jour dans le but de remplir leur book et se faire embaucher dans une grosse boîte ; d’autres sont toujours à même de contribuer, aujourd’hui, à notre projet, en parallèle de leur métier. Certains sont des freelancers établis dans le domaine et, quand ils ne travaillent pas pour des clients, ils travaillent avec nous pour ce petit hobby commun.

    D’autres sont des ingénieurs de très haut niveau. Je pense en particulier à quelqu’un ayant pour fonction de développer des technologies 3D dans le navigateur Web Chrome chez Google, ou d’écrire les standards de demain. Mais, en fait, toutes ces personnes sont vraiment très discrètes sur ce qu’elles font, aucune ne met cela en avant ; ce sont vraiment leur qualité humaine, leur passion et leur talent qui font d’elles des personnes vraiment appréciables et avec lesquelles il est agréable et passionnant de travailler. Pour découvrir ces choses, il faut avoir « lurké » longtemps. En fait, j’ai été très étonné de trouver des personnes fortes de leurs talents, mais aucune personnalité forte c’est‐à‐dire animée par l’orgueil et le « moi, je ». Il semble que les potentielles personnalités toxiques soient parties très vite au tout début du projet. Il règne donc sur les canaux de discussion une ambiance très agréable où chacun est à sa place. Il faut dire que Kharnov (celui que je remplace) avait tout compris au principe de subsidiarité.

    Dans le cadre d’un projet professionnel pour lequel j’ai travaillé précédemment, nous avions fait tout un travail pour passer d’une logique de gestion de « ressources humaines » (une ressource étant littéralement faite pour être usée) à une politique de « développement des qualités humaines ». À vrai dire, c’est déjà ce qui se passe dans le cadre d’Unvanquished, puisqu’on m’a non seulement accueilli, mais aussi donné le cadre qui m’a permis de m’épanouir, de découvrir et de développer des capacités que j’ignorais jusque‐là. C’est précisément dans cette manière de faire fructifier les qualités de chacun que je compte investir. Comme je le disais, la seule chose qui semble plus importante que les talents que j’ai vus, c’est la discrétion de chacun sur soi‐même. Il y a beaucoup à faire fructifier encore, et des talents bien cachés, j’en suis sûr. Et nous péchons par trop d’humilité peut‐être. ;-)

    Ce qui est passionnant, aussi, ce sont les bases de code sur lesquelles je suis amené à travailler. Par exemple, on a hérité d’Id Software le moteur de jeu, l’éditeur de niveau et certains formats. Et bien que tout cela ait été profondément remanié depuis deux décennies, et même si certaines parties ont été complètement réécrites, l’héritage est toujours là et très préhensible. Dans la chaîne d’édition, il m’arrive encore de traiter avec un ancien d’Id Software. Tout cet héritage est vraiment passionnant. Ça m’a permis aussi de toucher à plein de technologies intéressantes, puisque c’est dans ce cadre que j’ai fait mes premières armes en C++ par exemple, étant plus habitué au C et au Python.

    L’équipe est profondément internationale, comme vous le verrez sur l’organigramme : l’un ou l’autre vient de Nouvelle‐Zélande, des États‐Unis, de Russie, d’Allemagne, d’Angleterre, d’Espagne, d’Ukraine, de Belgique, du Brésil, du Canada, des Pays‐Bas, d’Australie, de Pologne et, bien sûr, de France et j’en oublie.

    La vocation du jeu est aussi d’être un jeu libre. Actuellement, l’intégralité du code est disponible et réutilisable librement ; pour les données (modèles 3D, textures, sons…), la grande majorité l’est et j’espère qu’un jour l’intégralité le sera. Ainsi, ce n’est pas seulement un projet de développement mais aussi une aventure humaine et, je le pense, civilisationnelle : produire un jeu avec une haute exigence de qualité sans empêcher l’intelligence d’autrui de se nourrir et de s’exercer sur ce que nous élaborons. En fait, c’est important que de tels projets existent et montrent que l’intelligence peut se déployer autrement qu’en privant son prochain de connaissance.

    Comment en suis‐je arrivé là ? Grâce à McMic< qui, en 2013, avait proposé de contribuer à un jeu libre pendant l’été. Il n’avait pas listé Unvanquished, et je m’étais attribué la tâche de ressusciter le logiciel XQF, un logiciel qui permet de parcourir les serveurs de jeu en ligne. Désirant ajouter la prise en charge d’Unvanquished, je me suis un jour pointé sur le canal de développement et ne l’ai plus jamais quitté…

    En regardant les trois ou quatre dernières années, je me rends compte aujourd’hui comment et à quel point ce projet m’a épanoui. L’un des plus grands signes est celui‐ci : qui aurait cru il y a quelques années qu’un jour, je serais chef de quelque chose ? J’aurais été le dernier à le croire, car je ne croyais pas en avoir la capacité. Dans une équipe qui marche dans une même direction, je me suis toujours défini comme quelqu’un qui pousse, et non quelqu’un qui tire. Mais un jour, sans m’en rendre compte, quelqu’un m’a dit que j’étais un chef. En fait, il ne m’a pas dit exactement que j’étais un chef ; il a dit que j’étais celui qu’il voulait pour le remplacer, et c’était vraiment un chef. Et deux autres ont insisté pour que je me reconnaisse à ma place. Alors, j’ai regardé le chemin parcouru, j’ai vu la place où j’étais parvenu, et j’ai fait « ouaouh », et je me suis dit « c’est que ça doit être vrai ».

    Alors voilà, je développe un jeu vidéo, et pour mes trente‐et‐un ans, je suis devenu chef de projet.

    GrrrrSi les données ne sont pas encore toutes libres, cette scène l’est déjà intégralement…

    Unvanquished est un jeu mêlant stratégie en temps réel, gestion de ressource, prise de territoire et combat nerveux en vue subjective. Nous cherchons des contributeurs en effet sonore et en composition musicale, ainsi que des animateurs de modèles 3D. C’est juste un projet bénévole et, si vous êtes intéressés, la condition c’est que votre production artistique soit contribuée sous licence CC-BY-SA 3.0 ou plus permissive. Cela signifie aussi que vous n’aurez pas à abandonner vos droits sur votre propre production, nous tenons particulièrement à respecter cela. Certes, il n’y a rien à gagner financièrement, mais personne n’achètera le renoncement à votre dignité d’auteur. Vous êtes libre d’utiliser les outils que vous préférez tant que la production est dans un format que nous pouvons réutiliser, mais nous encourageons aussi fortement l’usage de logiciels libres, parce que personne ne vous contraindra à développer une compétence sur un outil qu’un tiers pourrait vous retirer. C’est aussi en cela que nous pouvons parler de liberté.

    Je disais qu’on pouvait aujourd’hui trouver ma patte dès que quelque chose de la chaîne d’édition pouvait être amélioré, mais en fait quasiment toutes mes modifications sont des petites contributions très faciles à réaliser, souvent triviales. C’est l’ensemble de ces petites contributions qui changent réellement la vie. Je disais que ma première contribution avait été une correction de traduction, et ma seconde une amélioration de l’ergonomie de l’interface (du simple HTML et CSS en réalité), mais mes premières contributions furent peut‐être d’abord des rapports de bogue. J’aime beaucoup traquer les bogues les plus improbables. La plupart du temps je ne sais pas les corriger, mais je sais dire comment ils ont été introduits, et je laisse la correction à qui est plus compétent, ce qui est la base de la subsidiarité. Et puis, un jour, de fil en aiguille, j’ai écrit un outil qui permet de construire l’intégralité des données avec un simple make et, un jour, je suis devenu chef de projet. Alors, voilà, si vous avez envie de vous faire de l’expérience, dans quelque domaine que ce soit, n’hésitez pas : installez le jeu, jouez, jouez encore, et lorsque quelque chose vous semble améliorable, essayez de voir ce que vous pouvez en faire ! Mais je dois vous prévenir que ça peut vous mener loin. ;-)

    Lire les commentaires

  • C'est pas moi qui le dit (journal bookmark) (Journaux LinuxFR)

    Microsoft 'Was Sick', CEO Satya Nadella Says In New Book

    Par contre je ne vois pas trop pourquoi il parle au passé. Clairement Microsoft a attrapé le cancer!

    C'est grave docteur?

    Lire les commentaires

  • Appel à participation pour la Journée Méditerranéenne du logiciel libre 2017 (Dépêches LinuxFR)

    Jusqu’au 7 novembre 2017, l’équipe des JM2L recevra les propositions de conférences, d’ateliers et de stands (l’événement aura lieu le 25 novembre 2017). Jusqu’à trois cents personnes sont attendues pour cette journée.

    JM2L

    L’événement a lieu sur le Campus de SophiaTech à l’école Polytech dans la technopole de Sophia Antipolis située dans le polygone Cannes‐Grasse‐Nice‐Antibes.

    Si vous avez déjà participé aux JM2L vous connaissez l’ambiance presque familiale qu’il y règne et son accueil chaleureux.

    Cette année est la dixième édition, elle s’est réveillée un peu mollement comme une marmotte après deux années d’hibernation et, depuis septembre, a repris le tonus nécessaire pour en faire édition mémorable. Xavier Debert, à la fois conférencier et membre de l’équipe, nous apporte une nouvelle énergie ; la rencontre du 5 octobre au Learning Centre du campus Sophiatech a réuni plus de dix personnes actives (un grand merci a tous 🙂) et a confirmé notre capacité à assurer un événement de qualité.

    Le site des JM2L a été écrit tout spécialement en Python pour cet événement et sert de base depuis plusieurs éditions. Son code est libre et disponible sous git, et vous pouvez aussi y contribuer.

    Via ce site vous pouvez vous enregistrer et proposer des ateliers, conférences et stands de façon autonome.

    L’organisation d’un tel événement est une source inépuisable de stress intense pour les membres de l’équipe qui travaillent bénévolement sur le temps libre pour rendre ceci possible. Pour rejoindre l’équipe, il suffit d’avoir du temps à consacrer à l’organisation et pouvoir se déplacer sur le site des JM2L au moins le jour J et partager les valeurs du Libre.

    Et la marmotte ? Cette année nous invitons Jehan et Aryeom des projets GIMP et ZeMarmot, la marmotte sera donc le marqueur pour l’identité visuelle de cette édition.

    Cette édition sera aussi placée sous le signe de la nostalgie car, après neuf éditions depuis 2006, nous avons des heures de conférences, des anecdotes et des souvenirs de moments partagés. C’est aussi ces instants de bonheur que nous désirons retrouver à nouveau parmi les personnes de la communauté du Libre que nous aimons tant. Nous remercions Thierry Stœhr, qui reviendra cette année encore avec une nouvelle conférence que nous attendons avec impatience.

    Il y a, certes, des incertitudes avec lesquelles il faut s’adapter, comme la météo, le climat doux de la Côte d’Azur nous a toujours fourni des JM2L sous le soleil, ce que nous souhaitons cette année aussi.

    Dans les locaux historiques de Polytech sur le campus Sophiatech, qui s’est étoffé de nombreux équipements depuis la première édition en 2006, l’université de Sophia Antipolis nous met à disposition deux amphis de conférence et plus de dix salles utilisables pour des conférences, des ateliers, des tables rondes et un grand hall pour les stands.

    Deux semaines avant l’événement le Learning Centre qui abrite la bibliothèque universitaire du campus accueillera une exposition de panneaux sur le logiciel libre pour sensibiliser les étudiants.

    Nous nous retrouvons régulièrement le lundi et le jeudi sur le canal IRC freenode #jm2l.

    Lire les commentaires

Plus le mensonge est énorme, plus les gens y croient.
-+- Joseph Goebbles (1897-1945) -+-