Linux (fr)

  • Spam spam spam spam et aussi le spam (Dépêches LinuxFR)

    Faisons un petit point sur une tâche régulière, répétitive et rébarbative liée à LinuxFr.org, qui n'est probablement pas significativement perçue par la plupart des lecteurs (tant mieux) : la gestion du spam, des pénibles publicitaires sans scrupule, de la plaie des SEO, des escroqueries/arnaques type scam ou loterie, etc. bref des pénibles du quotidien qui ne sont pas des vrais visiteurs du site (*), mais qui veulent juste fourguer leur camelote par n'importe quel moyen. Il s'agit d'évoquer les différences formes que cela prend, les méthodes mises en place pour réduire/bloquer la nuisance et d'illustrer le propos par divers exemples.

    * : je distingue volontairement de certains visiteurs du site qui auraient aussi des comportements problématiques, mais différemment (manifestement illégal, discriminatoire, insulte, harcèlement, abus, etc.). Ça pourrait faire un autre bon sujet de dépêche, mais ce n'est pas le sujet de celle-ci.

    Sommaire

    Par courriel

    Notre serveur de courriel postfix est configuré avec des RBL pour filtrer les pénibles en entrée, plus nos propres filtres de pénibles (smtpd_sender_restrictions, smtpd_client_restrictions, smtpd_recipient_restrictions dans main.cf), plus la liste grise (greylisting), plus le TLS obligatoire.

    Quelques chiffres

    Les statistiques de notre serveur du 28 janvier au 25 février 2018 (soit déjà 77% de spam/pourriel/polluriel rejetés) :

    # zcat -f  /var/log/mail.err* /var/log/mail.warn* /var/log/mail.info* /var/log/mail.log*|pflogsumm -q --detail 0
    
    Grand Totals
    ------------
    messages
    
      14542   received
      17501   delivered
        198   forwarded
        353   deferred  (11397  deferrals)
        528   bounced
      59341   rejected (77%)
    (...)
    

    Spam en direct

    On reçoit du spam directement sur les adresses de courriel publiques (exposées sur la page team, dans le whois, dans les mentions légales, sur nos adresses individuelles, via le site web de sympa notre gestionnaire de liste de diffusions, etc. Quelques exemples :

    • « Let me share with you something that could make you big bucks » (admin@, juin 2017)
    • « This company just found a huge cure and no one knows about it yet! » (root@, juin 2017)
    • « Am liebsten in Christus. » (oumph@, juillet 2017)
    • « Les 5 astuces de référencement à connaître absolument ! » (contact@, février 2018)
    • etc.

    Spam via notre gestionnaire de listes de diffusion

    On reçoit aussi du spam via nos listes de diffusions, via les inscriptions à nos listes, via des usurpations d'adresse, etc.

    • lettre d'info quotidienne d'un spammeur sur sympa@ (novembre 2017)
    • messages de rejet sympa avec par exemple « La commande a échoué : > Hello », « Commande non comprise : la fin du message est ignorée. » (décembre 2017)
    • messages de rejet sympa avec To: <série de chiffres>@qq.com, quelqu'un énumérant visiblement les logins à base de chiffres (numéros de téléphone ?), nous conduisant à mettre @qq.com en liste noire pour être tranquilles (décembre 2017 et janvier 2018)
    • « customers for you » envoyé à redacteurs-request@, l'adresse de gestion de notre liste de rédacteurs (février 2018)
    • etc.

    Spam subtil par courriel aux modérateurs

    Enfin n'oublions pas le spammeur subtil qui écrit aux modérateurs pour signaler un lien mort sur un vieil article (de préférences d'anciens sites plus ou moins institutionnels pour faire sérieux, comme les sites disparus de feu le Forum des Droits sur l'Internet (FDI), de la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) ou de l'Artesi-IDF. Il nous suggère un lien de remplacement assez bien foutu pour faire illusion, faut ouvrir l’œil (sur contact@ en juillet 2017 et sur moderateurs@ en janvier 2018).

    Nb: j'en ai reçu aussi sur des adresses perso, en anglais, pour la disparition du site du « Linux International Counter » par exemple (qui cherchait à comptabiliser le nombre d'utilisateurs de systèmes à noyau Linux).

    Par le site web

    Les contenus

    Actuellement le site héberge six types de contenus (dépêches, journaux, forums, sondages, pages wiki, système de suivi).

    Dépêches

    Les dépêches étant modérées a priori, le spam en soumettant directement une dépêche n'est pas censé passer la modération et être publié. À noter que l'on reçoit aussi régulièrement des demandes réelles par ce biais, qui ont bien plus leur place dans les forums (les dépêches du type « Ma distribution est cassée que faire ? », « Comment virer ce fichier sous IE 11 », « Je suis espionné en permanence mais je ne suis pas parano que faire » ou « linux c'est vraiment de la merde »).

    Quelques exemples récents de spam dans les dépêches reçues en modération :

    • « Education : cours de piano à domicile », « Je me permets de vous présenter l'Ecole (…) de Piano. » (juillet 2017)
    • « je me suis faire arnaquer sur internet aider moi svp », suivi d'un texte avec fautes, incitant à envoyer un courriel si on a aussi été victime d'arnaque, probablement pour collecter des adresses de cibles « faciles » (avril 2017)
    • « clonecard a vendre, acheter clonecard, clonecard en vente, vendeur serieux de clonecard », pour vendre des cartes bancaires contrefaites ou volées, seules les fautes sont gratuites (décembre 2016)
    • « Yescard », même chose (octobre 2016)
    • « Tee-shirt pub pas cher » (septembre 2016)
    • « make money 2016 », par un spammeur anglophone égaré (juillet 2016)
    • etc.

    Évidemment si la dépêche n'est pas soumise anonymement, le compte est désactivé (et l'IP et/ou le motif d'adresse de courriel est vérifié sur les autres comptes à tout hasard).

    Il arrive aussi des tentatives de spam via l'espace de rédaction : tenter de placer en douce un lien au milieu d'une dépêche en cours de rédaction ou dans la tribune de ladite dépêche.

    Exemple :

    • dans une dépêche : « Le nouveau noyau est, comme d'habitude, téléchargeable sur les serveurs du [site](http://spam.invalid) kernel.org. » (février 2018)
    • dans une tribune de dépêche : « 2017-08-07 18:18:02 le.spammeur joignez l'utile à l'agréable et profiter de formations certifiantes au Maroc; vous pouvez checker ce lien pour davantage d'information: url »

    Système de suivi des suggestions et des bugs

    Second type de contenus qui peut aussi être soumis anonymement et sans modération a priori : les entrées dans le système de suivi des suggestions et des bugs. Quelques exemples : divers entrées pour vendre des batteries, du désimlockage de mobiles, des « voyages et circuits au Sénégal » ou des « Women's (…) Shoes », etc. Le spammeur a bien identifié le côté anglophone globe-trotter et féminin de notre lectorat.

    Sondages

    Je n'ai pas souvenir de spam dans les sondages (modérés a priori aussi, mais nécessitant un compte), j'imagine qu'ils sont trop rares par rapport aux autres contenus pour avoir attiré les spammeurs humains ou robots.

    Journaux

    Les journaux (non modérés a priori, nécessitant un compte et un karma minimal) sont une cible plus fréquente des spammeurs (visant les bilingues en manque d'argent et fétichistes des robes) :

    • « Ravi de vous rencontrer » et juste avant « Nice to meet you », avec apparemment une arnaque à la rencontre (octobre 2016)
    • « How Bachelor Contestants Pack For The Show » (octobre 2016)
    • « Financement de prêt immobilier ou projets serieux » (septembre 2016)
    • « Liens vers (…relou…)production » pour vanter une chaîne youtube (mai 2016)
    • « Cette ligne 3D-imprimé des robes Marque À Superbe Couture Futuriste » (mars 2016)
    • « Vous avez besoin d'argent pour faire un achat important ? » (janvier 2016)
    • etc.

    Forums

    Mais les forums (non modérés a priori, nécessitant un compte, sans karma minimal) sont actuellement la zone la plus spammée. Quelques exemples variés :

    • « SOLUTION FIABLE DE PRÊT ENTRE PARTICULIERS SÉRIEUX » (août 2017)
    • « Crédit en Ligne : Demande de prêt , Recherche de prêt , Besoin de financement » (août 2017)
    • « Starting your own coding business » (août 2017)
    • « Remplacement serrure saint german el laye » (avril 2017)
    • « cracker mot de passe email facebook / sniffer gsm sms » (avril 2017)
    • « Windows 10 Support » (janvier 2017)
    • « Acheter le permis de conduire légalement » (décembre 2016)
    • « How to Rip Video from DVD – Watch Video Anywhere and Anytime » (décembre 2016)
    • etc.

    Pages wiki

    La partie wiki (non modérée a priori, nécessitant un compte et un karma minimal) est parfois victime du spam aussi :

    • une vague conséquente de 80 d'un coup en juillet 2016, anglophones, pour des prétendus numéros d'appel vers les supports techniques ou équipe sécurité de gros acteurs
    • « ECHANGER PCS BITCOIN » (février 2016)
    • « Offre de prêt entre particulier (crédit) pour tous » (janvier 2016)
    • « Enhance Reputation of Your Business with Seo(…relou…).com » (septembre 2015)
    • une page en lien avec le recyclage, en turc (juin 2015)
    • etc.

    Curatif et préventif, on fait quoi ?

    Curatif : ajout d'un tag “spam” (un des soucis est qu'il est utilisé aussi pour signaler du spam que pour parler spam et antispam comme ici) et/ou signalement par les visiteurs, retrait/masquage du contenu par un modérateur, fermeture du compte par un admin, IP et/ou motif de l'adresse de courriel vérifié sur les autres comptes à tout hasard, et en cas de répétition blocage de l'adresse IP (ou d'une plage d'adresse IP), les contenus à score négatif sont classés ni indexation ni suivi des liens pour les moteurs de recherche

    Préventif : modération a priori sur certains contenus, nécessité d'avoir un compte pour certains contenus, karma minimal pour certains contenus. On pourrait imaginer d'autres mécanismes (alertes ou blocages sur certains mots-clés, liens suspects, motifs d'adresses de courriel ou des plages d'IP, etc.), la plupart pouvant entraîner du sur-blocage ou être peu accueillants pour des nouveaux-venus (pensez aux débutants arrivant dans les forums par exemple).

    Quelques entrées de suivi liées au sujet du spam et de la modération :

    Commentaires

    Après les contenus eux-mêmes, la deuxième fonction la plus utilisée pour le spam reste les commentaires. Avec l'espoir souvent déçu de placer sa cochonnerie en douce, sans être remarqué·e (sur un vieux contenu juste avant la limite des 3 mois ou bien sur un contenu très largement commenté ou en Une.

    Différents styles de spammeurs existent (je ne détaillerai pas qui paraissent les plus subtils et intelligents entre les bots et les humains…) :

    • le bourrin, qui bourre uniquement d'hyperliens, plein (le dernier en janvier 2018). Existe en version débutant qui utilise un autre balisage par exemple « [URL]…[/URL] » (toujours en janvier 2018)
    • le commentaire qui pourrait être pertinent, avec son petit lien planqué vers la fin, mais en anglais (le dernier en février 2018)
    • le commentaire faussement aidant, par exemple « Nous sommes de la Brigade anti-fraude (…) » sur un sujet lié à la fraude (relevant probablement plus de l'escroquerie que du simple spam) (février 2018)
    • le commentaire extatique, par exemple sur une dépêche sur GitLab « Un grand projet à lever le chapeau ! » et ensuite un petit lien vers des « médecins esthétiques » (février 2018)
    • le commentaire fourbe, qui est un copier/coller d'un commentaire déjà existant sur le même contenu ou parfois carrément pris sur un autre site suite à une recherche rapide avec les mots clés du contenu, bref un commentaire qui a l'air un peu pertinent, et avec un lien dissimulé sur un caractère de ponctuation.

    Exemple :

    • « Cela ferait pas mal de route pour venir mais le concept me plaît bien<a href="http://seo-relou.invalid">.</a> Y a-t-il un site dédié à l'événement ? » (février 2016)
    • « _Merci également pour toute cette doc <a href="http://pneuagricolepourseorelou.invalid">!</a> ça va bien m'aider :) » (janvier 2017)
    • « C'est exactement ce que je cherchais pour mon usage perso du bon coin, merci du partage<a href="http://seo.dating.invalid/">!</a> (mai 2017)
    • ouvrir un compte le 19 janvier 2018, écrire un premier commentaire pour se légitimer (il aura même une réponse bien notée), alors qu'il s'agit d'un copier/coller à l'identique d'un commentaire de mai 2017 de developpez.com, pour placer le 20 janvier un second commentaire avec un lien promotionnel en signature.

    Une entrée de suivi liée au spam dans les commentaires :

    Comptes utilisateur et site perso

    Sur environ 3000 comptes utilisateur valides et utilisés au cours des 3 derniers mois, environ un quart utilise la fonctionnalité de « site perso », défini dans les préférences du compte et affiché sur les contenus ou commentaires du compte.

    Évidemment les pénibles de SEO y ont vu un moyen d'enlarger leur référencement, ce qui nous a conduit à un « affichage du "site perso" d'un compte suivant son karma et son rôle », limitant l'affichage à ceux qui ont un karma strictement supérieur au karma initial.

    Tags

    Nous avons aussi quelques cas de tags de spam (qui sont masqués par la modération).

    Exemples :

    • « surpuissantlaser3000mwlaser » (avril 2014)
    • « mutuellecomparatif » (janvier et novembre 2012)
    • etc.

    Conclusion

    J'espère avoir donné un petit panorama varié des publicitaires pénibles et des SEO sans scrupule, bref du spam reçu/subi par l'équipe LinuxFr.org. C'est malheureusement un travail régulier de les bouter hors d'ici : chaque lettre rétrospective de la quinzaine passée, comme les deux dernières de fin janvier/début février 2018, mentionne le sujet, inlassablement. Avec un peu de chance, l'équipe agit suffisamment vite pour que vous n'en perceviez qu'une petite partie (idéalement 0). Lorsque vous détectez du spam, n'hésitez pas à nous le signaler (tag spam sur un contenu, par tribune de rédaction, par courriel, etc. peu importe), on adore le bruit que cela fait quand on l'écrase.

    Si vous avez vous-même une expérience sur le spam sur votre propre site/dans une autre communauté, si vous avez des idées d'outils ou de configuration, n'hésitez pas à partager dans les commentaires.

    Et si vous êtes un spammeur/SEO et que vous voulez placer vos solutions dans lesdits commentaires parce que ça a l'air bien ici ça parle spam et SEO, sachez que je vous conchie.

    Lire les commentaires

  • Firefox 58 (Dépêches LinuxFR)

    Firefox Quantum 58 est à votre disposition depuis le 23 janvier 2018. Cette version 58 est la première version de correctifs et améliorations suite à la mise à disposition de Firefox Quantum.

    Firefox continue d’optimiser les performances par l’optimisation des rendus graphiques, du compilateur des codes WebAssembly et des améliorations dans la gestion du cache (activé pour JavaScript pour l’instant).

    Sommaire

    Firefox 58 : changements communs pour bureau et pour Android

    Améliorations du gestionnaire de cache

    Une optimisation du cache a été apportée pour le chargement du JavaScript durant le téléchargement des sites Web. Il faut savoir que, jusqu’à maintenant, seul le code source JavaScript était conservé dans le cache.

    Pour pouvoir exécuter du code JavaScript, le navigateur doit d’abord le valider avec un analyseur (parser). Puis, quand il est détecté comme valide et qu’il est appelé, le navigateur compile la source JavaScript en bytecode et exécute le bytecode.

    La validation par l’analyse et la compilation sont des opérations coûteuses. L’idée est donc d’ajouter dans le cache du site Web le dernier bytecode calculé à côté du code source JavaScript.

    En effet, les deux ressources sont nécessaires dans le cache, car il faut pouvoir invalider le cache si le serveur Web a modifié le JavaScript. La seconde idée des développeurs a donc été d’enregistrer le bytecode comme contenu alternatif au code source JavaScript.

    Ainsi, le cache peut facilement valider (sans avoir à retraduire le code compilé) que le code source n’a pas changé sur le serveur et transmettre directement le code compilé au processus de rendu.

    Cerise sur le gâteau, cette nouvelle façon d’utiliser le cache a été faite de manière à être généralisable à d’autres types de sources : le décodage d’images pourra aussi en profiter, ainsi que les scripts WebAssembly pré‐compilés par exemple.

    Un compilateur WebAssembly drastiquement plus efficace

    Lin Clark détaille dans un nouvel article comment le compilateur de code WebAssembly peut être rendu plus efficace.

    Elle y explique notamment que, à partir de Firefox 58, la compilation se déroulera en deux temps et au fil de l’eau pendant le téléchargement des fichiers WebAssembly.

    La compilation au fil de l’eau peut être réalisée grâce à deux propriétés de WebAssembly : d’abord l’envoi d’un fichier WebAssembly peut être effectuée en diffusion (streaming) (avec une réponse de type WebAssembly.instantiateStreaming). Ensuite, les objets WebAssembly sont organisés de manière à envoyer d’abord le code, puis les données.

    La compilation se fait également en deux temps : une première passe sans optimisation du code, ce qui permet de compiler et exécuter très rapidement le code. Même s’il n’est pas optimisé, l’intérêt est qu’il est très rapidement disponible. Dans un second temps, une nouvelle compilation avec optimisation est effectuée et remplace à chaud le code non optimisé lorsque cette deuxième passe est terminée.

    Enfin, dans son article, elle explique que la compilation WebAssembly pourra encore être optimisée par la suite grâce à l’utilisation de la nouvelle gestion du cache qui vient d’être activée pour JavaScript (voir ci‐dessus).

    Firefox 58 pour bureau

    Avant d’installer cette version, pensez à faire une sauvegarde supplémentaire (vous en faites tous les jours, pas vrai ?) de votre profil Firefox : des changements ont introduit une incompatibilité des profils de Firefox 58 avec les versions précédentes.

    Une des principales modifications est que le rendu des pages est accéléré pour les utilisateurs de Windows grâce au dessin en dehors du processus principal (Off‐Main‐Thread Painting).

    Off‐Main‐Thread Painting (OMTP) s’appuie sur la technologie Off‐Main‐Thread Compositing (OMTC). Si OMTC est actuellement déployée sur toutes les plates‐formes, OMTP en revanche n’est actif par défaut que sous Windows.

    Dans les commentaires de son annonce, David Anderson nous apprend que ce n’est pas encore actif par défaut sous GNU/Linux, que ça devrait fonctionner et que ça sera certainement bientôt activé par défaut également. En attendant, vous pouvez activer la préférence layers.omtp.enabled pour tester OMTP sur votre système favori !

    Pour nos lecteurs les plus attentifs, ce nouveau code ne sera pas utilisé par le prochain nouveau moteur de rendu WebRender. En effet, WebRender ne se contentera pas de déplacer le dessin dans un autre processus, mais directement dans le processeur graphique (GPU). Pour les utilisateurs de Firefox Nightly, il a été annoncé récemment que WebRender peut maintenant être testé en activant l’option gfx.webrender.all et en redémarrant le navigateur.

    Quelques améliorations sur les captures d’écran :

    • copier‐coller des captures d’écran directement depuis le tampon de copie ;
    • fonctionnement en mode navigation privée.

    D’autres changements ont aussi été annoncés :

    Les traductions népalaises (ne-NP) ont été ajoutées.

    Firefox 58 reçoit les correctifs de sécurité déjà publiés pour Firefox 57.0.4 qui permettent de réduire les impacts des failles Meltdown et Spectre (plus de détails dans les paragraphes suivants).

    Un autre correctif, inclus depuis Firefox 57.0.3, règle un problème avec le rapporteur de plantage qui transmettait, sans en avertir l’utilisateur, les rapports de plantage pour les onglets qui étaient en arrière plan.

    La version 58.0 a aussi reçu une correction pour les utilisateurs de GNU/Linux : les polices d’écriture installées dans un répertoire non standard n’étaient pas dessinées (seulement des vides étaient affichés).

    Dans les bogues non résolus, il y a toujours des problèmes avec le son joué sur Windows à travers des sessions RDP.

    Si vous utilisez des lecteurs d’écran, vous pouvez ressentir des ralentissements. Mozilla recommande pour l’instant de continuer à utiliser Firefox ESR en attendant les correctifs.

    Enfin, sous Windows, si vous utilisez d’autres politiques de sécurité que celles par défaut (comme, par exemple, avec la politique Windows Defender Exploit Protection ou avec des produits de sécurité de Webroot), Firefox peut échouer à charger des pages. Un correctif est disponible depuis la version 58.0.1.

    Firefox a été mis à jour suite à la divulgation des vulnérabilités Meltdown et Spectre

    Le 4 janvier 2018, une version 57.0.4 du navigateur a été publiée pour tenter de limiter, au niveau du navigateur, les vulnérabilités Meltdown et Spectre présentes dans certains processeurs (cf. le bulletin de sécurité ad hoc et l’article explicatif de Numerama). Cette version 58 inclut évidemment le même correctif.

    Firefox 58 pour Android

    Firefox pour Android a aussi reçu quelques améliorations spécifiques :

    • il gère dorénavant les Progressive Web Apps, ce qui permet de faire passer un site Web standard pour une application native ;
    • il est maintenant possible de demander que la synchronisation par Firefox Sync ne soit active que sur des réseaux à connexion illimitée (comme le Wi‐Fi) ;
    • la gestion des marque‐pages peut se faire en plein écran et permet une organisation par dossier ;
    • il est capable de jouer des fichiers audio de type FLAC ;
    • la couleur de la barre d’état d’Android peut être modifiée via les thèmes de Firefox ;
    • l’ancien module Firefox Search qui permettait d’afficher une barre de recherche sur l’écran d’accueil d’Android a été supprimé ;
    • la version 4 du protocole de Safe Browsing est activée ;
    • la localisation pour le bengali (bn-BD) est disponible, en plus du népalais (ne-NP) qui a été activé en même temps que Firefox pour bureau.

    Changements pour les développeurs

    Sous le capot, Firefox 58 apporte des changements peu visibles pour les utilisateurs, mais importants pour les développeurs. Cette page étant très détaillée, nous vous proposons une liste d’éléments intéressants :

    • l’ancienne version de l’outil Responsive Design Mode a été supprimée ;
    • la méthode finally a été implémentée pour les promesses JavaScript ;
    • l’information worker-src est prise en compte dans le Content-Security-Policy ;
    • la méthode non standard toLocaleFormat() pour les objets Date dans JavaScript a été supprimée ;
    • des propriétés CSS propriétaires de Mozilla (options -moz-*) ont été supprimées ;
    • pour les développeurs d’extensions :
      • une nouvelle API pkcs11 a été ajoutée pour gérer l’utilisation des périphériques de sécurité PKCS #11 ;
      • l’API BrowserSettings permet de savoir si les notifications ont été désactivées.

    Autour de Firefox et changements à venir

    Firefox 59

    Suppression de la prise en charge de GTK+ 2

    Cette modification permettra au passage une petite réduction du code de Firefox (cf. ce billet sur Phoronix).

    Avancées du portage Wayland

    Martin Stránský, en charge du portage pour Red Hat, vient de signaler dans le méta‐bogue correspondant que le gros du portage devrait être fait pour la version 59, même s’il restera encore à peaufiner en vue d’une diffusion auprès du grand public.

    Firefox Focus 4.0.1

    Deux nouvelles fonctionnalités ont été ajoutées au sein de Firefox Focus (navigateur spécialisé dans la navigation privée pour Android et iOS, nommé Firefox Klar dans F-Droid) :

    • une liste de moteurs de recherche est disponible et celui par défaut peut être configuré ;
    • les suggestions de liens dans la barre d’adresse peuvent être configurées : il est possible, soit d’utiliser les sites les plus populaires, soit d’utiliser une liste de sites personnalisée ou encore les deux systèmes.

    Tor Browser 7.5

    Le navigateur sécurisé est à présent basé sur Firefox 52.6.0 ESR et bénéficie notamment d’un certain nombre d’améliorations visant à simplifier l’expérience utilisateur. Par ailleurs, il n’est pas affecté par les failles Spectre et Meltdown. Lire l’annonce officielle (en anglais).

    Qwant nettoie son application mobile pour Android (et bientôt iOS) de vilains trackers

    Pour rappel, l’application mobile Qwant propose en bundle : Firefox, avec la protection contre le pistage activée par défaut, et le moteur de recherche Qwant, qui se veut respectueux de la vie privée.
    Suite à une expertise externe de différentes applications Android, trois trackers ont été découverts dans l’application officielle Qwant mobile : deux provenaient de Google (Crashlytics et DoubleClick) et un troisième provenait de Shibsted. Après vérifications, Qwant a découvert que « ces trackers avaient été secrètement ajoutés par des services tiers qui étaient accessibles dans des parties accessoires de l’application ». Une nouvelle version de Qwant mobile pour Android, nettoyée de ces trackers, a été publiée en conséquence (voir le billet de blogue officiel).

    Thunderbird : nouvelles versions et nouvelle équipe

    Nous vous renvoyons vers le billet paru sur blog.mozfr.org pour les détails de cette excellente nouvelle ! Pour les personnes pressées, le billet rappelle les quatre dernières embauches depuis fin 2016 et ajoute que « ces quatre employés ne sont qu’un début. Le projet est actuellement dans un processus de recrutement de développeurs pour résorber la dette technique, régler certains points sensibles dans le logiciel et faire une transition de la base de code depuis un mix de C++, JavaScript, XUL et XPCOM vers une base qui repose sur des technologies Web ».

    Les prochaines versions de Thunderbird devraient donc amener de profondes évolutions. Ces dernières devront combler les 22 failles de sécurité — dont cinq sévères et trois critiques — découvertes lors d’un récent audit (posteo.de).

    Thunderbird a aussi droit à son relooking « Photon », tout comme Firefox, déjà disponible en bêta.

    Comme Thunderbird suit les versions ESR de Firefox, la prochaine version de Thunderbird sera construite au‐dessus de Firefox 60 (actuellement, il utilise Firefox 52). Malgré ce passage, Thunderbird conservera la possibilité d’utiliser des extensions XUL (alors que Firefox ne permet d’utiliser que des WebExtensions depuis Firefox 57).

    Comme beaucoup de changements dans l’environnement de développement a eu lieu, il faudra prévoir un certain temps avant que vos extensions préférées soient disponibles pour Thunderbird 60 (si une extension est cruciale pour vous, encouragez les développeurs à tester leur extension sur la version Nightly de Thunderbird et à suivre le guide de migration). Heureusement, les outils de développement de Firefox sont dorénavant facilement utilisables depuis Thunderbird et sont améliorés en continu par Firefox.

    Rapport 2017 pour le nouveau cadriciel de traduction Fluent

    Zibi Braniecki nous livre un rapport détaillé sur les changements fait dans Gecko en 2017 pour livrer le nouveau cadriciel Fluent en charge des traductions de l’application.

    Restriction annoncée des nouvelles fonctionnalités aux pages chargées via HTTPS

    Une bonne partie des nouvelles fonctionnalités de Firefox seront utilisables uniquement sur des pages Web accédées via HTTPS.

    Lire les commentaires

  • Interview de Dimitri Fontaine, contributeur majeur à PostgreSQL (Dépêches LinuxFR)

    Contributeur de longue date au projet PostgreSQL, Dimitri Fontaine a publié il y a quelques mois un ouvrage consacré au développement d’applications et au « SGBD libre de référence » : Mastering PostgreSQL in Application Development. On s’est dit que cela pourrait être une bonne occasion pour avoir sa vision sur l’évolution de PostgreSQL et des rapports entre développeurs et bases de données.

    Pour ceux qui ne te connaissent pas, et ceux qui te connaissent mais n’ont jamais eu l’occasion de te poser la question : comment as‐tu été en contact avec PostgreSQL ?

    Cela a commencé il y a vingt ans quand, à l’école, il nous fallait un SGBD sur HP-UX : PostgreSQL était le seul disponible et fonctionnait très bien. Ce n’est que bien plus tard que j’ai appris que Tom Lane (de la core team de PostgreSQL), était un ancien ingénieur kernel de HP-UX et qu’il veillait à la qualité de PostgreSQL sur cette plate‐forme.

    Un élément clef qui m’a incité à continuer à m’intéresser à Postgres, c’est la conformité entre la documentation et le produit : tout marche comme indiqué dans la documentation et, si ce n’est pas le cas, c’est considéré comme un bogue et rapidement corrigé.

    Comment as‐tu été amené à y contribuer ?

    Ma première contribution a été déclenchée par la frustration que j’ai ressentie face à la complexité des procédures de sauvegarde et restauration lorsque des modules externes étaient employés. À l’époque, il n’y avait pas de système d’extension. Alors, j’ai décidé d’en implémenter un. Cela m’a pris plus de deux ans et cela m’a permis d’être reconnu comme major contributor au projet.

    En tant que projet Open Source, PostgreSQL a plus un fonctionnement « cathédrale » que « bazar » [N. D. M. : référence à La Cathédrale et le Bazar , d’Eric Raymond], avec un nombre de « commiteurs » réduit (une dizaine actifs actuellement). Une grande importance est attachée à la reconnaissance individuelle : le nom de chaque auteur apparaît dans les notes de publication de chaque version, même si, pour des raisons techniques, il n’apparaît pas dans le champ author de git mais dans les commentaires.

    Ma contribution suivante a porté sur les Event triggers. Sur la liste de diffusion, Jan Wieck avait indiqué que ça devait être assez facile à mettre au point : à la lecture de son message, je me suis dit qu’il devait avoir raison et j’ai commencé le développement. Ça m’a pris 18 mois.

    Tu as aussi été mainteneur Debian de PostgreSQL ?

    Non, j’ai aidé à créer la solution apt.postgresql.org. Debian ne maintient dans Debian stable qu’une seule version de PostgreSQL, pour ne pas se trouver dans la situation où ils auraient à maintenir une version de PostgreSQL que nous aurions cessé de maintenir : les deux projets ont des gouvernances libres et ont des cycles de publication indépendants. PostgreSQL, de son côté, maintient cinq versions stables en parallèle : l’idée derrière apt.postgresql.org est de fournir des paquets Debian pour ces différentes versions.
    Aujourd’hui, c’est principalement Christoph Berg (credativ) qui s’en occupe et il fait vraiment un excellent travail.

    À côté du cœur de PostgreSQL, tu as écrit l’outil PGloader : pourquoi ?

    Cela a commencé en 2005, à l’occasion de migrations d’Informix vers PostgreSQL. À force de refaire à peu près les mêmes opérations à la main, je me suis rendu compte que la partie de migration des données était complètement automatisable et c’est ce que permet un outil comme PGLoader. Parallèlement, j’ai affiné une méthodologie de migration continue, adaptée aux migrations de projets complexes.

    Elle comporte quatre étapes majeures :

    1. on met en place une architecture de production PostgreSQL ;
    2. on migre automatiquement les données de production toutes les nuits ;
    3. on branche une intégration continue sur l’environnement Postgres qui contient les données de production ;
    4. une fois que tous les tests sont OK sur l’intégration continue, on pense à basculer l’application en production.

    PGLoader permet de réaliser l’étape deux. Pour ceux que cela intéresse, la méthodologie est détaillée dans un livre blanc, disponible sur le site de PGLoader.

    La version 10 de PostgreSQL est sortie en fin d’année dernière, quelles en ont été les nouveautés les plus marquantes ?

    Il y en a trois principales, qui sont assez bien couvertes dans la presse, donc ce sera sans surprise :

    • la réplication logique : elle permet de nouvelles architectures PostgreSQL ; ce ne sont pas des choses entièrement nouvelles, mais elles sont désormais beaucoup plus simples et on peut les mettre en œuvre avec bien plus de souplesse ; alors qu’on avait pour la réplication une granularité au niveau de l’installation PostgreSQL (un cluster), on a désormais une granularité au niveau de la table ;
    • le partitionnement : on pouvait également le faire auparavant, mais c’est désormais plus simple et surtout mieux intégré avec les autres fonctionnalités de PostgreSQL, comme les requêtes parallèles ; sur cet aspect, PostgreSQL a été un peu en retard par rapport à d’autres solutions, mais l’implémentation est vraiment robuste. C’est un peu le même phénomène que l’on a constaté pour UPSERT : la fonctionnalité est arrivée très tardivement dans PostgreSQL et s’intègre bien avec l’ensemble du SGBD. De plus, INSERT … ON CONFLICT … résout le vrai problème qui motive la commande, en permettant de spécifier la contrainte d’unicité à prendre en compte ;
    • l’intégration de la haute disponibilité côté client : côté client, on fournit une liste de serveurs auxquels se connecter. C’est simple techniquement et simplifie beaucoup les déploiements. Cela a d’abord été implémenté côté serveur et, une fois que cela a atteint un niveau de maturité satisfaisant, on l’a implémenté côté client.

    Les prochains changements que l’on peut attendre ?

    Les nouvelles fonctionnalités de PostgreSQL sont systématiquement construites sur ce qu’on a déjà : on va donc avoir un prolongement des dernières évolutions, comme une granularité au niveau des colonnes pour la réplication logique, par exemple.
    Pour avoir une idée de ce qui va arriver dans PostgreSQL avec un an d’avance, le mieux est de suivre des sources comme https://planet.postgresql.org/ ou https://postgresweekly.com.

    Et les sujets que tu aimerais personnellement voir progresser ?

    Le partitionnement, c’est un sujet compliqué et j’aimerais bien qu’on le termine. Ensuite, les vues matérialisées en ligne : actuellement, il est encore nécessaire de mettre à jour le cache manuellement ; l’idée serait de mettre à jour le cache automatiquement quand les données changent.

    Au niveau des outils externes à PostgreSQL, y a‐t‐il des nouveautés intéressantes parues récemment ?

    Il y a toujours une actualité fournie sur les outils autours de PostgreSQL. Deux outils me viennent à l’esprit en particulier : Patroni et pgBackRest.

    Patroni, développé par Zalando, permet de créer des systèmes PostgreSQL haute disponibilité sur mesure, qui fonctionnent bien en combinaison avec Kubernetes.

    pgBackRest est une solution d’automatisation de sauvegarde et de restauration de données. On a tendance à se focaliser sur la partie sauvegarde, alors que c’est la restauration de données qui compte. C’est une alternative sérieuse à Barman de 2nd Quadrant.

    Y a‐t‐il des manques importants en termes d’outils externes par rapport à d’autres SGBD, comme Oracle ?

    Il y a certains outils pour Oracle ou DB2, qui n’ont de sens que dans leur contexte spécifique et pas avec PostgreSQL, qui inclut beaucoup de choses par défaut (hot standby, etc.). Après, il y a des outils qui apportent un vrai confort d’utilisation, dont certains peuvent encore manquer à PostgreSQL.

    Il ne faut toutefois pas tomber dans le piège de la reproduction à l’identique. Prenons le cas des hints dans Oracle, par exemple. Cela permet à un DBA de modifier les plans d’exécution des requêtes écrites par les développeurs, sans toucher à l’application. Cela permet de corriger certains défauts de l’application, sans parler avec les développeurs, ce qui, au final, n’est pas forcément une bonne chose, car c’est une occasion perdue d’échanger avec eux, de les faire monter en compétence sur les sujets liés à l’utilisation de la base de données. Et puis, surtout, d’une version à l’autre de votre SGBD les hints peuvent changer de manière assez drastique, obligeant à revoir l’ensemble des requêtes arrangées.

    Vu de l’extérieur, PostgreSQL semble connaître une adoption en croissance forte : c’est aussi l’impression que vous avez au sein du projet ?

    C’est ce que l’on constate. On distingue notamment deux causes fortes favorisant son adoption : d’une part, les pratiques commerciales d’Oracle (aussi bien les audits que le mode de tarification) et, d’autre part, la montée en maturité des DSI vis‐à‐vis de l’Open Source. Par ailleurs, il est extrêmement rare de voir une start‐up employer des SGBD propriétaires.

    Avez-vous des indicateurs chiffrés spécifiques ?

    On n’a pas de suivi du nombre de téléchargements ou autre et c’est de toute façon assez difficile à suivre, car le projet est vraiment libre. Il y a aussi plusieurs forks dans le Cloud comme Amazon RDS, ou des extensions comme Citus, où je travaille actuellement… L’écosystème est vaste et complexe à cerner.

    Le Groupe de Travail Inter‐Entreprises (PGGTIE) de PostgreSQL-FR réunit des entreprises utilisatrices pour pousser l’adoption de PostgreSQL par les éditeurs et mutualiser des financements pour le développement de PostgreSQL. Tu en penses quoi ?

    C’est une excellente initiative : il y a plusieurs années, certains de nos clients avaient déjà cette démarche individuellement vis‐à‐vis des petits éditeurs. La fédération autour de cette question devrait permettre de toucher des éditeurs plus importants.

    Pourquoi écrire un livre sur PostgreSQL ?

    Il y a des années que j’avais ce livre en tête : je me suis rendu compte que les développeurs gagneraient vraiment à mieux appréhender certaines des idées fondamentales sur les bases de données et en particulier celle‐ci : le rôle principal de la base de données, c’est de gérer la concurrence d’accès aux données. Le stockage et la durabilité, c’est un problème beaucoup plus facile à résoudre, pas besoin de SGBD relationnel pour cela. L’application se concentre typiquement sur le workflow de l’utilisateur, et la base de données maintient une vue globale et cohérente du système d’information. On peut gérer la concurrence d’accès au niveau applicatif, au risque alors de réécrire un SGBD.

    À qui s’adresse ton livre ?

    Aux développeurs d’applications, comme le titre l’indique (Mastering PostgreSQL in Application Development). L’idée est de les accompagner dans l’écriture de SQL de qualité, dans son intégration avec le reste du code, dans l’écriture des tests et dans les processus de revue de code sur du SQL. L’objectif final est de permettre aux développeurs d’applications d’utiliser le langage SQL avec le même niveau de professionnalisme dont ils ont aujourd’hui l’habitude avec leurs autres langages de développement.

    L’écriture a pris longtemps ?

    C’est le fruit d’années de réflexions et de contacts avec les développeurs. L’écriture en elle‐même a été assez rapide : environ trois mois ; il y avait déjà des éléments sur mon blog.

    Tu l’as écrit avec quels outils ?

    Je rédige sous Emacs en Markdown, que je transforme avec Pandoc et des templates Latex ; le tout géré dans un dépôt git.

    Merci Dimitri !

    Lire les commentaires

  • 'Markdown presentation processor' (ou de l'intérêt des fichiers texte). (Journaux LinuxFR)

    Cherchant à réaliser une présentation vidéo, et utilisant déjà par ailleurs Writer de Libre Office, je me suis naturellement tourné vers Impress pour cela. C'est peut-être un très bon logiciel dans le genre, mais, personnellement, le fait de devoir m'occuper, en même temps, et du contenu, et de sa mise en forme, le peu de motivation que je pouvais avoir disparaissait comme neige au soleil. C'est la première fois que je rédigeais une telle présentation, et c'est le genre d'activité qui ne me passionne pas vraiment.

    Les alternatives ne manquent pas. J'en ai passé en revue un grand nombre, des en ligne, des soit-disant révolutionnaires, des gratuits, des payants, des Libre, des propriétaires… et en ai essayé quelques-uns. Sans entrer dans les détails, car je subodore que ce journal va déjà être assez long sans cela, aucune de ces alternatives ne m'a vraiment convaincu. Jusqu'à tomber sur Marp.

    Marp, c'est un Logiciel Libre (licence MIT), dont le principe est de générer des diapositives à partir d'un fichier au format markdown. On écrit ce ficher à l'aide de son éditeur préféré, ou directement dans Marp, pour voir à la volée ce à quoi vont ressembler les diapositives finales. Bref, on peut, dans un premier temps, vraiment se concentrer sur la rédaction du contenu, en gardant cependant à l'esprit de structurer le document en sections pas trop touffues pour ne pas avoir de diapositives trop chargées.

    En incluant dans le document la séquence --- comme séparateur de diapositive, le rendu du document par Marp est déjà visuellement très abouti. Par exemple, avec le thème que j'utilise, si une diapositive ne contient que des headers, il va centrer horizontalement et verticalement tout ce beau monde. Les mises en forme appliquées par Marp en fonction des balises markdown donnent vraiment des diapositives bien lisibles, et l'affichage de code source, pour tout les langages que j'ai essayés, ont vraiment un bon rendu, ce qui tombe bien, puisque ma présentation porte sur des bibliothèques logicielles.

    Étant déjà familiarisé avec markdown (merci Linuxfr et GitHub), j'ai pu réaliser très rapidement une présentation que je trouvais satisfaisante. Il y avait bien quelques rendus par défaut qui ne me convenaient pas tout à fait, mais j'ai pu aisément les modifier à ma convenance en incluant dans le document des balises HTML couplées avec du CSS. Sachant qu'au final Marp produit un fichier PDF, on n'a pas toutes les fonctionnalités, même basiques, de ce genre de logiciels, comme les transitions, mais j'étais d'avis que si je devais recourir à de tels artifices pour ma présentation, c'est qu'elle avait un gros problème de contenu…

    Si vous êtes encore là après cette longue introduction, rassurez-vous : on va entrer dans le vif du sujet :-) !

    Le rendu de Marp me donnant pleinement satisfaction, le point qui me chagrinait était la structuration de la présentation. Elle contenait plusieurs diapositives avec des listes, et j'aurais bien aimé que leurs éléments s'affichent successivement et pas tous à la fois. Impress, et consorts sans doute aussi, permet cela à l'aide d'une transition spéciale. Mais pas Marp. J'aurais pu créer les diapositives adéquates à coups de copier/coller, mais c'est fastidieux et toute modification du contenu d'une liste pouvait nécessiter d'avoir à retoucher un nombre important de diapositives, ou de recommencer toute la procédure de copier/coller.

    L'un des intérêts du format markdown est d'être un format texte, format généralement aisément manipulable. J'ai donc cherché s'il existait des scripts qui permettent de réaliser ce que je voulais, grosso-modo prendre quelques lignes en entrée, et, en sortie, écrire la première de ces lignes, puis les deux premières, puis les trois premières, et ainsi de suite. Je n'en ai trouvé aucun, et mes connaissances en matière de scripts sont telles que j'aurais plus vite fait, grâce aux outils dont je dispose, d'en coder l'équivalent en C++.

    Ainsi fût fait, et voici donc Markdown presentation processor (mppq de son petit nom). Un peu pompeux comme nom, au regard de ce qu'il fait, à savoir éclater une diapositive contenant une liste en plusieurs diapositives affichant un élément de la liste après l'autre. Mais on peut envisager de lui faire ultérieurement prendre en charge des directives inclues dans le fichier markdown pour lui indiquer de laisser certaines diapositives contenant des listes en l'état, de regrouper certains éléments d'une liste pour qu'il les affiche tous ensembles, et non pas l'une après l'autre, ou d'autres fonctionnalités plus évoluées…

    J'ai un moment envisagé de faire un pull request pour inclure cette fonctionnalité dans Marp. Comme Marp s’appuie sur Electron (à l'instar de VSCode), qui lui-même s'appuie sur Node.js, ayant une certaine expérience de l'élaboration d'addons pour Node.js, ce n'aurait techniquement pas posé de problèmes. Mais cela en aurait sans doute posé au responsable du packaging du logiciel. Packager une application Electron/Node.js est relativement facile, tant qu'elle ne contient que du JavaScript. Par contre, dés lors qu'elle contient du code natif, c'est une autre paire de manches, le code natif n'étant pas, par essence, multiplateforme, comme l'est JavaScript

    À noter que Le format ODP, utilisé par Impress, m'aurait également permis d'écrire un tel programme. Ce format est en fait une archive constitué essentiellement de fichiers XML, et j'ai à ma disposition des outils, sous forme de bibliothèques C++, me permettant de manipuler facilement du XML. J'aurais même pu ne pas avoir à recourir au C++, en utilisant uniquement XSL(T).

    Marp, de par son principe de fonctionnement, et par le résultat obtenu, me donne presque entière satisfaction. La seule fonctionnalité que je trouve qu'il lui manque à ce jour, j'ai facilement pu développer l'outil qui la prenait en charge. Et je sais que je pourrais lui adjoindre d'autres fonctionnalités par la suite si nécessaire. Une fois de plus, cela n'est aussi facile que parce qu'il s'appuie sur un format texte (markdown). Et cela n'est pas la première fois que, grâce à cela, j'ai pu développer des outils pour me faciliter l'usage d'un logiciel, comme décris dans ce commentaire.

    Pour ceux que cet utilitaire intéresse, voici le lien vers son repository : http://github.com/epeios-q37/mppq-cli/.

    Lire les commentaires

  • Agenda du Libre pour la semaine 9 de l’année 2018 (Dépêches LinuxFR)

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 37 événements (0 en Belgique, 32 en France, 0 au Luxembourg, 2 au Québec, 3 en Suisse, 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire

    [FR Rennes] Atelier logiciels et oeuvres libres - Le lundi 26 février 2018 de 18h00 à 19h45.

    Gulliver organise un atelier logiciels et oeuvres libres à la MCE (localisation).

    L'ordre du jour est ouvert, suivant les propositions et les disponibilités de chacun. Propositions diverses

    • Utiliser Linux, les commandes de base
    • Administrer un système Linux
    • Programmer en Shell
    • Le réseau sous Linux
    • Préparer une émission radio en vue d'une diffusion sur Radio Laser (FM 95.9)

    Toutes les personnes intéressées sont chaleureusement conviées, on peut participer sans être adhérent. N'hésitez pas à nous rendre visite

    [FR Lyon] Bidouilles et découvertes - Le lundi 26 février 2018 de 19h30 à 21h30.

    Atelier de partage de connaissances et d'entre-aide entre utilisateurs de logiciels libres.

    L'ALDIL et des associations partenaires proposent des rendez-vous réguliers à la MJC de Monchat pour permettre à des utilisateurs de logiciels de se rencontrer.

    L'occasion de découvrir et s'entraider sur différents outils informatiques libres, entre utilisateurs débutants et plus avertis.

    Le moment idéal pour s'initier et libérer votre ordinateur en installant un système GNU/Linux. Des conseils, de l'assistance et un suivi pour le dépannage.
    Menu du jour selon arrivages et pas de thème précis. Au gré des envies et demandes des participants…

    Tout public - Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

    De 19h30 à 21h30 dans l'espace EPN de la MJC de Montchat.

    [FR Quimper] Permanence Linux Quimper - Le mardi 27 février 2018 de 17h00 à 18h00.

    Tous les mardis de 17h à 18h, Linux Quimper vous donne rendez-vous au Centre social des Abeilles, 4 rue Sergent Le Flao à Quimper (entrée libre et gratuite).

    Curieux, déjà utilisateur, expert, vous êtes les bienvenu-e-s pour un dépannage, une installation, un conseil, une aide, discuter, échanger, etc… sur Linux et les logiciels libres.

    N'hésitez pas à venir avec votre PC si vous voulez une installation ou un dépannage de Linux ou avec votre périphérique récalcitrant (imprimante, scanner…).

    Pour les ordinateurs fixes, apportez uniquement votre Unité Centrale, nous avons écrans, claviers, souris.

    Pour une installation d'une distribution GNU/Linux de votre choix sur votre ordinateur, pensez à

    • Sauvegarder vos données personnelles
    • Libérer de la place sur le disque dur (20 Go minimum) et défragmenter Windows si vous voulez le conserver.

    Renseignements 07 68 59 17 32

    [CH Genève] Permanence vie privée et Internet le Cryptobar - Le mardi 27 février 2018 de 18h00 à 20h00.

    Retrouvons-nous le 27 février 2018 pour le premier Cryptobar

    Cette permanence a pour but de répondre à vos questions concernant la protection de la vie privée sur Internet chiffrement des données et des communications, navigation anonyme sur le web, bonnes pratiques informatiques…

    Pour approfondir les sujets abordés pendant les Cryptoparty.

    Le Cryptobar est un moment convivial pour mettre en place les outils sur nos ordinateurs et smartphone, et discuter des actualités de la sécurité informatique.

    Retrouvez toutes les informations concernant les cryptoparty à Genève.

    [FR Saint-Jean-de-Védas] Repair Café - Le mercredi 28 février 2018 de 09h00 à 13h00.

    Nous vous proposons ce rendez-vous, où, bricoleurs, acteurs, bénévoles, associations, vous attendent pour vous aider à donner une deuxième vie à vos objets.

    Réparer ensemble, c’est l’idée des Repair Cafés dont l’entrée est ouverte à tous. Outils et matériel sont disponibles à l’endroit où est organisé le Repair Café, pour faire toutes les réparations possibles et imaginables. Vêtements, meubles, appareils électriques, bicyclettes, vaisselle, objets utiles, jouets, et autres. D’autre part sont présents dans le Repair Café des experts bénévoles, qui ont une connaissance et une compétence de la réparation dans toutes sortes de domaines.

    On y apporte des objets en mauvais état qu’on a chez soi. Et on se met à l’ouvrage avec les gens du métier. Il y a toujours quelque chose à apprendre au Repair Café. Ceux qui n’ont rien à réparer prennent un café ou un thé, ou aident à réparer un objet appartenant à un autre. On peut aussi toujours y trouver des idées à la table de lecture qui propose des ouvrages sur la réparation et le bricolage.

    Repair Café est un atelier consacré à la réparation d’objets et organisé à un niveau local, entre des personnes qui habitent ou fréquentent un même endroit, par exemple un quartier ou un village. Ces personnes se rencontrent périodiquement en un lieu déterminé, dans un café, une salle des fêtes ou un local associatif où des outils sont mis à leur disposition et où ils peuvent réparer un objet qu’ils ont apporté, aidés par des volontaires.

    Les objectifs de cette démarche alternative sont divers

    • réduire les déchets
    • préserver l’art de réparer des objets
    • renforcer la cohésion sociale entre les habitants des environs

    Seront présents

    • Autour.com : On se rend des services entre voisins, on partage des infos, on prête, on loue, on donne…
    • L’Accorderie : Est un système d’échange de services entre habitants d’un même quartier ou d’une même ville.
    • La Gerbe : Contribuer à la formation de citoyens éveillés, engagés et solidaires en offrant aux enfants et aux jeunes un espace privilégié d’expression et d’épanouissement Crèche, Centre de loisirs, Scoutisme, Ateliers, chacun peut y trouver un cadre pour son développement grâce au travail d’une équipe de professionnels et de bénévoles.
    • Les Compagnons Bâtisseurs : Prévoient d’amener des outils
    • Les Petits Débrouillards : est un réseau national de culture scientifique et technique, ils viendront avec pleins de conseils et une imprimante 3D.
    • Le Faubourg : Hébergera le Repear Café.
    • Montpel’libre : Sera là avec des pièces informatiques, pour essayer de reconditionner des ordinateurs, dépanner ceux qui ne fonctionnent plus, expliquer comment ça marche, faire comprendre le choix judicieux du logiciel libre, contourner l’obsolescence programmée grâce à GNU/Linux, comment réparer et entretenir son matériel sois-même, nous porterons un jerry.
    • TechLabLR : Accompagne les projets à composantes technologiques afin de les amener au pré-prototype, puis les guider vers les structures d’accompagnements.
    • Violons Dingues : Passionnés de la vie, des autres, de la culture, de l’art, du sport, de la mécanique, de la moto, de la photo, de la musique, des animaux, des insectes, des plantes, de l’environnement, enfin de tout ce qui circule (au propre comme au figuré) sur notre planète.
    • Zéro Waste Montpellier : La démarche "Zéro Waste" est une démarche positive pour aller vers une société zéro déchet et zéro gaspillage.

    • Maison des Associations, 18 bis rue Fon de l’Hospital, Saint-Jean-de-Védas, Occitanie, France

    • Adresse web http://montpel-libre.fr

    • Tags
      montpel-libre, repair-cafe, atelier

    [CH Bussigny] Séminaire Odoo V11 - Le mercredi 28 février 2018 de 09h00 à 12h00.

    Découvrez comment vous pouvez facilement réaliser les opérations les plus courantes de votre métier avec Odoo

    Cette nouvelle formule vous permet de découvrir rapidement l'ensemble des fonctionnalités d'Odoo V11 et ensuite de parler avec nos experts de vos besoins métier spécifiques.

    [FR Toulouse] Atelier crochetage - Le mercredi 28 février 2018 de 16h00 à 19h00.

    OU: au local du Tetalab à Mix'art Myrys (12 rue Ferdinand Lassalle 31200 TOULOUSE)

    QUAND: mercredi 28 fevrier 2018 de 16H30 à 17H30 puis de 18H00 à 19H00

    QUOI: initiation au crochetage par groupes de 6 personnes en 1 heure

    (je suis limité en matériel et je souhaite etre disponible au maximum pour les participant-e-s durant l'atelier)

    PAR QUI: S, membre du hackerspace Tetalab, amateur de crochetage

    https://www.tetalab.org/fr

    S'inscrire: https://pad.tetalab.org/p/atelier-crochetage-28-fev-2018

    Prix: libre (donne se que tu veux)

    [FR Montpellier] Atelier du Libre Ubuntu et Logiciels Libres - Le mercredi 28 février 2018 de 18h00 à 23h00.

    L’équipe de Montpel’libre vous propose une permanence Logiciels Libres, discussions libres et accompagnements techniques aux systèmes d’exploitation libres, pour vous aider à vous familiariser avec votre système GNU/Linux au quotidien.

    Le contenu de l’atelier s’adapte aux problèmes des personnes présentes et permet ainsi l’acquisition de nouvelles compétences au rythme de chacun.

    Vous pourrez y aborder plusieurs thèmes

    • Discussions conviviales entre utilisateurs autour de Linux en général
    • Préinscription aux prochains Cafés Numériques et Install-Party
    • Premières explorations du système
    • Installations et configurations complémentaires
    • Mise à jour et installation de nouveaux logiciels
    • Prise en main, découverte et approfondissement du système

    Les Ateliers du Libre ont lieu à la Mpt Melina Mercouri de Montpellier, tous les derniers vendredis de chaque mois de 18h00 à 20h00, sauf période de vacances.

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible et auprès de la Mpt.

    Cet événement est proposé par le partenariat qui lie la Mpt Melina Mercouri de Montpellier et Montpel’libre.

    Toute une équipe de passionnés, vous propose l’animation de la l’Atelier du Libre par les membres de Montpel’libre. Permanence Logiciels Libres, discussions libres et accompagnements des utilisateurs aux systèmes exploitation libres, Linux, sur le cyberespace de consultations libres.

    En fin de soirée, l’atelier fera progressivement place à un instant très convivial, les RDVL sont des rendez-vous mensuels de discussions sur le thème des logiciels libres, des arts libres, de l’open source et plus généralement de la culture du libre et du numérique.

    Cette soirée, très conviviale, se passe autour d’un repas partagé, chacun porte un plat, entrée, spécialité, dessert, boisson… Ordinateurs et réseaux disponibles.

    Notre équipe vous attend pour répondre à vos questions et satisfaire votre curiosité.

    Vendredi 29 septembre 2017 de 18h00 à 23h00
    Maison pour tous Mélina Mercouri 842, rue de la vieille poste, 34000 Montpellier

    Bus ligne 9, La Ronde arrêt Pinville
    GPS Latitude 43.61354 Longitude 3.908768
    Carte OpenStreetMap

    Rendez-vous mensuel, tous les derniers vendredis, salle jamais le dimanche

    [FR Montpellier] Rencontres des Groupes OpenStreetMap OSM - Le mercredi 28 février 2018 de 19h00 à 22h00.

    Ces rencontres mensuelles se veulent être des instants conviviaux pour faire un compte-rendu des activités du mois précédent, mais aussi pour présenter les opérations et rendez-vous à venir que proposent les groupes HérOSM et le Collectif des Garrigues. Naturellement, elles sont également ouvertes à tout public.

    Si vous avez des propositions n’hésitez pas à compléter la page dédiée.

     Proposition de programme

    • En première partie de soirée, une initiation pour les débutants est prévue
    • Possibilité d’initiation à la contribution pour les débutants qui le désire
    • Préparation du dossier pour le budget de l’Opération Libre
    • Préparation de l’Opération Libre à Jacou
    • Travail sur les voies manquantes sur (enjeu évident de géocodage d’adresses, comme celles fournies par SIRENE ou FANTOIR par exemple
    • Petit topo sur la saisie des noms de rues à partir des données cadastre/fantoir par département
    • Propositions au sujet du calcul d’itinéraire multimodal (auto, vélo, piéton) dans les futures discussions

      • La pratique des cartoparties
      • Faut-il prioriser la cartographie de certains endroits (gares et arrêts de tram, par exemple) ?
    • Contributions libres

     Déroulement de la rencontre

    Nous vous présenterons les projets en cours, nous vous vous proposerons de contribuer, faire de la production de données, puis nous passerons à un instant convivial sur la terrasse.
    Comme d’habitude, chacun amène ce qu’il veut à manger et à boire pour un repas partagé.
    N’oubliez pas vos ordinateurs portables pour la séance de saisie

    Le dernier mercredi de chaque mois.

    Le Faubourg - 15, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier

    Tramway lignes 1, 2 et 4 arrêt Corum
    GPS Latitude 43.614186 | Longitude 3.881404
    Carte OpenStreetMap

    Le dernier mercredi de chaque mois.

    [FR Clermont-Ferrand] Mapathon Missing Maps - Le mercredi 28 février 2018 de 19h00 à 22h00.

    Venez nous aider à cartographier sur OpenStreetMap, la carte du monde collaborative et libre

    CartONG, et Les Petits Débrouillards vous invitent à un mapathon pour découvrir la cartographie participative et humanitaire dans OpenStreetMap pas besoin d'être un expert, c'est accessible à tout le monde

    Pourquoi

    L’objectif du projet Missing Maps est de créer des cartes pour les zones de crise des pays en voie de développement qui en ont le plus besoin. En effet, on peut penser qu'aujourd'hui toutes les parties du monde sont cartographiées, mais en réalité nombreuses régions ne possèdent encore aucunes cartes. L'objectif de Missing Maps est donc de cartographier toutes ces zones encore invisibles sur les cartes, pour permettre par la suite aux collectivités locales et acteurs de l'humanitaire de pouvoir agir plus efficacement en cas de crise.

    Comment

    Avec la plateforme de cartographie libre et contributive OpenStreetMap (OSM, le Wikipédia des cartes) un outil formidable pour remplir les blancs, n'importe qui peut participer à la cartographie de n'importe quelle zone de la planète il suffit d'un ordinateur, d'une souris et d'une connexion internet Grâce à la couverture globale d'image satellites disponible aujourd'hui, il est possible de tracer facilement routes, bâtiments ou cours d'eau, autant d'informations très utiles pour les organisations humanitaires et de développement sur le terrain.

    Le programme de la soirée

    Nous vous proposons de découvrir comment contribuer à OpenStreetMap durant un mapathon. Cet événement s'inscrit dans le cadre de l'initiative globale Missing Maps, projet humanitaire qui vise à cartographier en amont les parties du mondes vulnérables aux catastrophes naturelles, crises sanitaires, environnementale, aux conflits et à la pauvreté.

    Au programme

    • 19h accueil des participants

    • 19h10 Mots de bienvenue, présentation du projet Missing Maps et du déroulement de la soirée

    • 19h20 Présentation de la contribution dans OSM

    • 19h30 Cartographions

    • 22h00 Fin du mapathon, conclusion sur les contributions de la soirée

    32 rue du Pont Naturel, 63000, Clermont Ferrand, Les Petits Débrouillards

    Entrée gratuite sur inscription

    Venez nombreux, et n'oubliez pas d'apporter votre ordinateur portable, et souri(re)s

    [FR Lyon] Atelier d'Autodéfense numérique / Vie privée - Le mercredi 28 février 2018 de 19h00 à 20h00.

    Tout le monde utilise son ordinateur ou son smartphone pour naviguer sur internet mais on laisse malgré nous de nombreuses traces numériques.

    Ces données sont collectées non seulement sur les réseaux sociaux mais également sur les moteurs de recherches, sites d'informations, etc.

    Pour les plus optimistes, il s'agit uniquement de publicité ciblée (relativement inoffensif) mais d'autres utilisations sont possibles avec des préjudices parfois importants (économiques, professionnelle, sociales, …).
    Dans ce contexte, il est important de mieux comprendre les enjeux et d'apprendre à se protéger.

    Le contrôle de ses données et l'anonymisation peut aussi avoir quelques avantages concrets comme payer moins cher ses achats en ligne ( https://www.quechoisir.org/actualite-achat-en-ligne-comment-payer-moins-cher-n51052/ ).

    Atelier ouvert à tous, tous niveaux.

    [FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 28 février 2018 de 21h00 à 23h00.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    Ouvert au public tous les mercredi soir.

    Venez nombreux.

    [FR Lannion] 3 eme Concours de contribution OpenStreetMap - Du jeudi 1 mars 2018 à 11h00 au vendredi 23 mars 2018 à 12h00.

    La Ville de Lannion et Lannion-Trégor Communauté organisent le 3ème Concours de contributions à OpenStreetMap

    Ouvert à tous, ce concours permet à chacun de participer de façon ludique à la cartographie de notre territoire de vie le Trégor.

    La thématique proposée cette année est « Randonnée et déplacements doux».

    Vous êtes randonneurs, à pied, à vélo, cyclotouristes, utilisateurs de Vélek'tro, vous réalisez tout ou partie de vos déplacements en mode doux (*), vous aimez le Trégor tout simplement, alors partagez vos expériences sur le territoire de Lannion-Trégor Communauté grâce à la cartographie OpenStreetMap.

    Les contributeurs inscrits au concours sont invités à compléter les données OpenStreetMap - routes, chemins, pistes cyclables, cheminements, itinéraires équestres, voies navigables, etc… ainsi que tous les points d’intérêt qui jalonnent vos itinéraires - parking, rack et arceaux à vélos, abris, bancs, bornes, signalétiques, … . Au-delà de ces quelques exemples non exhaustifs, toutes vos contributions seront prises en compte dans le cadre de ce concours.

    Les prix des meilleurs contributeurs seront remis lors de la journée :

    • Prix du contributeur (indépendant),
    • Prix du collectif contributeur,
    • Prix Coup de Coeur,

    Vous retrouverez le formulaire d'inscription et toutes les informations sur la manière de contribuer sur lannion.bzh ou sur lannion-tregor.com

    En tant qu'organisateur de ce concours, la Ville de Lannion et Lannion-Trégor Communauté contribuent également à l'actualisation des données OSM et à la mise en ligne de données Opendata sur différents portails

    (*) mode doux cheminements accessibles par tout moyen autre que motorisé, permettant de se déplacer pour un motif utilitaire ou de loisirs

    [FR Martigues] Comment utiliser LINUX - Le jeudi 1 mars 2018 de 16h30 à 18h30.

    Comment utiliser

    avec l’association des (ULLM)

    Utiliser la console: Les principales commandes LINUX à connaître à la

    Entrée Libre.

    [FR Poitiers] Jeudi du Libre - Le jeudi 1 mars 2018 de 17h30 à 20h30.

    Chaque premier jeudi du mois, les membres de l’APP3L se réunissent au Centre Régional d’Information Jeunesse (CRIJ).

    Ils vous invitent à les rejoindre, de 17h30 à 20h30, afin d’échanger et d’en apprendre plus à propos des logiciels libres.

    Si vous le désirez, vous pouvez venir avec votre ordinateur portable ou fixe (nous prêterons écrans, claviers et souris).

    Cette permanence est l’occasion pour chacun de

    • rencontrer d'autres utilisateurs
    • de discuter ou de s’informer
    • de trouver de l’aide (vous pouvez amener votre machine);
    • ou tout simplement de découvrir des alternatives aux logiciels et services privateurs.

    Vous pourrez aussi échanger et vous faire aider dans votre contribution aux communs numériques (Wikipédia, OpenStreetMap), la protection de votre vie privée et les services en ligne respectueux de votre intimité.

    Entrée Libre. Tout Public.

    Accès 64 rue Léon Gambetta 86000 Poitiers

    [FR Lyon] Permanence Wiktionnaire - Le jeudi 1 mars 2018 de 18h00 à 23h00.

    Découvrez le Wiktionnaire, dictionnaire collaboratif en ligne, et apprenez à diffuser vos connaissances sur les mots

    Que vous soyez amoureux de votre langue maternelle ou apprenants de langues étrangères, le Wiktionnaire vous permet de découvrir et de partager vos savoirs.

    Venez pratiquer et apprendre grâce aux connaissances des participants et aux ressources du KoToPo

    [FR Bordeaux] Jeudi Giroll - Le jeudi 1 mars 2018 de 18h30 à 20h30.

    Les membres du collectif Giroll, GIROnde Logiciels Libres, se retrouvent une fois par semaine, pour partager leurs  savoir-faire et expériences autour des logiciels libres.

    Le collectif réalise aussi une webradio mensuelle, tous les second mardis du mois, à retrouver en direct sur le site de Giroll.

     Ses rencontres sont ouvertes à tous.

    [FR Lyon] Jeudis Bidouille - Le jeudi 1 mars 2018 de 19h00 à 22h00.

    Atelier gratuit - jeudi 19h00 à 22h00

    L’EPN des Rancy (249, rue Vendôme, 69003 Lyon) et (Association Lyonnaise pour le Développement de l'Informatique Libre) vous proposent des rendez-vous mensuels pour accompagner les utilisateurs de logiciel libre dans la résolution de leur problème informatique.

    L'objectif de ces ateliers sont l'entraides et dépannages entre utilisateurs de logiciel libres débutants et plus aguerris. L’occasion de voir comment ça marche, de demander un coup de pouce, de faire découvrir une astuce.

    Avec la participation des bénévoles de l’ALDIL, Illyse et des utilisateurs de GNU/Linux (Ubuntu, Debian, Mageia, LinuxMint…).

    Ces ateliers sont ouverts à tous.

    les dates jeudis 21 septembre, 23 novembre, 21 décembre, 25 janvier, 01 mars, 29 mars, 03 mai, 24 mai, 31 mai, 14 juin, 21 juin

    N'hésitez pas à venir nombreux.

    Rappel aucune installation de logiciel sous licence ne pourra être faite sans présentation de la licence et de sa preuve d’achat. Par défaut, les intervenants proposeront des logiciels libres mais s’adaptent à d’autres demandes.

    [FR Caen] Le First-jeudi Échange dînatoire canneais - Le jeudi 1 mars 2018 de 19h00 à 21h00.

    Tous les premiers jeudis du mois, les membres (et non-membres sont également les bienvenues) se rencontrent pour discuter de l'univers des logiciels libres, tout en dînant (ou juste pour prendre un café). [N.B. le repas n'est pas offert].

    Dans un esprit totalement libre, les sujets vont et viennent en fonction de chacun.

    Venez nombreux.

    [FR Ivry-sur-Seine] Permanence informatique sous logiciels Libres - Le jeudi 1 mars 2018 de 19h00 à 21h00.

    La session graphisme du jeudi est terminée, et laisse place à la nouveauté une permanence chaque jeudi, pour tous coups de main en informatique. Et vous commencez à nous connaître, on vous conseillera forcément des solutions sous logiciels Libres.

    • envie d'apprendre la suite LibreOffice pour vos documents bureautique
    • problèmes d'emails
    • installer son ordi sous GNU Linux (nous ici on est très Debian, on vous prévient-)
    • avoir un petit OS mieux sécurisé sur une clé USB
    • apprendre ou approfondir Gimp / Krita / Scribus / Inkscape
    • un dépannage en ligne de commande
    • autres soucis ou envies…

    ________________________________________

    Quand

    On sera là les jeudis de 19 à 21h

    ________________________________________

    Où ?

    Au Centre Social Autogéré Vaydom
    37 rue Marceau - Ivry sur Seine

    C'est à 5 minutes à pieds des transports
    Ligne 7, arrêt Pierre et Marie Curie
    Tram T3, arrêt Maryse Bastier

    ________________________________________

    Gratuit

    Amener son ordi et son envie d'apprendre. Il y a aussi quelques ordis à disposition.
    Penser à amener un moyen de stockage tel qu'une clé usb, si besoin.
    On fera ce que l'on pourra pour aider, ambiance bon enfant requise, pas taper si on ne peut pas vous dépanner-)

    ________________________________________

    Librement,

    CSA Vaydom / La LibreRie solidaire

    [FR Rennes] Apéro du Libre - Le jeudi 1 mars 2018 de 19h00 à 22h00.

    L'association Actux vous donne rendez-vous pour un nouvel Apéro du Libre, jeudi 1ᵉʳ mars 2018 à partir de 19h, au Papier Timbré, 39 rue de Dinan à Rennes (au croisement de la rue d'Échange).

    Les sont des rencontres conviviales autour d'un verre, pour discuter, échanger et parfois troller entre utilisateurs et curieux de logiciels et culture.

    Pour rappel, cet événement a lieu habituellement tous les premiers jeudi du mois, même heure, même endroit et est ouvert à tous !

    Entrée Libre.

    Plan d'accès http://actux.eu.org/Lieux/PapierTimbre

    [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 1 mars 2018 de 19h30 à 22h30.

    Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

    Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

    Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

    En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

    Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

    On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

    Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

    Programme non exhaustif

    • Fedora (sa traduction)
    • Parinux, ses bugs et son infrastructure
    • April, … y a toujours quelque chose à faire
    • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
    • Schema racktables, son code
    • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
    • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
    • En vente libre, maintenance et commandes
    • Open street map, une fois par mois
    • Linux-Fr sait faire
    • en vente libre

    tout nouveau projet est le bienvenu.

    [CH Carouge] Atelier Qubes, le SE pour les activistes - Le jeudi 1 mars 2018 de 19h30 à 23h30.

    Qubes OS est un système d'exploitation (OS) orienté sécurité, qui vise à fournir la sécurité des systèmes d'information par l'isolement. Qubes est un logiciel open-source gratuit. — Fiche Wikipedia de Qubes OS

    L'association Swisslinux.org organise un atelier ouvert à toutes et à tous autour de ce système d'exploitation. Pour plus d'informations, voir la page de l'événement sur notre wiki.

    [FR Montpellier] Les logiciels libres, parlons-en - Le vendredi 2 mars 2018 de 17h00 à 19h00.

    Le Faubourg Marché, qu’est-ce que c’est

    Le Faubourg Marché est une permanence partagée qui permet aux associations d’accueillir ensemble, les publics de ces associations une fois par semaine, le vendredi entre 17h00 et 19h00, au 19, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier.

    Proposition de programme

    • discussions autour de l’organisation d’événements
    • gestion des groupes de travail
    • propositions diverses
    • présentation de l’asso

    Alors, si vous avez un peu de temps le vendredi soir, voici une occupation qui me semble très intéressante.

    Montpel’libre est une association et un groupe d’utilisateurs (GULL), qui propose une multitude d’activités dans le cadre de la promotion des logiciels libres, et des Communs.

    Depuis longtemps déjà, Montpel’libre participe à l’économie sociale et solidaire en organisant tout un éventail d’ateliers et de manifestations, au développement durable et à l’innovation sociale au travers de permanences et ateliers de présentations des logiciels libres et évidement les cartoparties, véritable actions citoyennes, sur le thème de l’accessibilité des personnes en situation de handicap.

    L’activité économique, l’intérêt collectif, le fonctionnement démocratique, autant d’éléments que porte Montpel’libre, en proposant un accès entièrement libre et gratuit à une éducation populaire, au travers de ses ateliers à destination de tous les publics.

    Les logiciels libres parlons-en Ouvrons le dialogue sur l’ouverture des données Partageons nos expériences pour une meilleure transmission des connaissances.

    Ces permanences sont suivies d’un Apéro refaire le monde convivial et partagé, de 18h30 à 21h30. Elles ont lieu au Faubourg marché, tous les vendredis de 17h00 à 19h00.

    Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

    Cet événement est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le Faubourg Marché et Montpel’libre.

    Le Faubourg - 15, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier

    [FR Mirabel] Hackathon Opendata - Du vendredi 2 mars 2018 à 18h00 au dimanche 4 mars 2018 à 15h00.

    A l'occasion de la journée internationale des données ouvertes (Open Data Day), le Département de l'Ardèche organise les 3 et 4 mars 2018 son premier hackathon Open Data "Tourisme et mobilité" ouvert à tous.

    Ce hackathon est l'occasion de découvrir un concept original de création collective, d'échanges et de partage d'expériences. Nul besoin d'être un spécialiste de l'informatique, l'objectif de cet événement est de favoriser l’émergence d’idées novatrices à partir de données touristiques sur l'Ardèche.

    Pendant ces 2 jours vous serez logés et nourris et pourrez compter sur les conseils de mentors pour vous aider à affiner votre réflexion. Réparti en équipe de 3 à 5 personnes, vous aurez une trentaine d'heures pour proposer des réponses aux enjeux du tourisme en Ardèche grâce à l'utilisation de données mises à votre disposition. A vous de faire preuve d'imagination

    L’inscription est gratuite et comprend l’hébergement et la restauration (nombre de places limitées à 50). Les participants auront accès à un buffet petit-déjeuner de 7h à 10h le samedi et dimanche ainsi qu’un buffet le samedi midi. Data'péro + buffet dînatoire le samedi et buffet de clôture le dimanche à midi.

    [FR Mérignac] Permanences du libre - Le vendredi 2 mars 2018 de 19h00 à 21h00.

    Unbee est une association qui relie entre eux les utilisateurs du monde libre sur Mérignac.

    En partenariat avec le Puzzle, tous les 1er vendredis de chaque mois, l'association Unbee organise un moment d'échange et de discussion autour des logiciels libres Ubuntu, Libre office, Gimp, Inskscape entre autre…

    Sur place, vous pourrez consulter magazines et livres sur la même thématique.

    Nous nous réunissons pour partager nos connaissances techniques et philosophiques du numérique libre, il n'y a pas d'expert, tout le monde participe et enrichit le débat

    Avant de venir nous voir, il vaut mieux vérifier les dates dans le calendrier sur notre site internet.

    [FR Dijon] Atelier de création numérique et électronique - Le vendredi 2 mars 2018 de 20h30 à 23h59.

    Le fablab et hackerspace L'abscisse vous propose comme tous les vendredis soir un atelier de création numérique et électronique.

    L'atelier est équipé de différents outils perceuse, CNC, Arduino, Raspberry Pi, ordinateurs, oscilloscope, multimètre.

    Une ressourcerie est à disposition, vous y trouverez des composants électroniques et des pièces détachées à prix libre.

    Vous pouvez venir découvrir l'atelier et les usagers du fablab à partir de 20h30.

    Vous pouvez aussi venir pour participer aux travaux numériques en cours, partager vos connaissances et vos savoir-faire.

    Tous nos travaux sont libres et documentés sous licence libre.

    [FR Bordeaux] Install-partie GNU-Linux - Le samedi 3 mars 2018 de 10h00 à 13h00.

    Sauvegardez vos données au préalable puis apportez votre PC pour une install-partie GNU-Linux à la bibliothèque municipale Flora-Tristan de Bordeaux (quartier Belcier, derrière la gare Saint-Jean) de 10h à 13h.

    Vous pourrez installer vous-même un système d'exploitation libre sur votre ordinateur, ou en affiner la configuration, avec l'aide si nécessaire de bénévoles associatifs (ABUL, Giroll…).

    [FR Aix-en-Provence] Samedi Libre - Le samedi 3 mars 2018 de 10h00 à 18h00.

    PROGRAMME

    10h00 - 12h30 Interventions sur rendez-vous et démonstrations

    12h30 - 13h30 Déjeuner en commun

    conçu pour rendre l’enseignement et l’apprentissage facile et amusant…

    INFORMATIONS GÉNÉRALES

    Ces Samedis Libres sont organisés par l'Axul en collaboration avec plusieurs associations de logiciels libres des Bouches-du-Rhône.

    Ils proposent des présentations générales et une aide technique pour le dépannage et la mise à jour d'ordinateurs avec des logiciels libres. Ils présentent aussi des démonstrations de matériels libres.

    Des informations sont disponibles sur la Culture Libre (OpenStreetMap, Wikipedia…).

    PRÉSENTATIONS POSSIBLES

    Présentation de livres et de sites Internet consacrés au Libre

    Présentations liées aux nouveaux programmes scolaires sur le codage

    • Présentations de Pygame, Python, Scratch et Snap.
    • Présentations de modèles éducatifs libres écrits en HTML5 pour PC ou tablettes quel que soit le système d'exploitation exemple du site PhET.
    • Présentation du projet 1, 2, 3… codez: Enseigner l'informatique à l'école et au collège (Fondation La main à la pâte).
    • Présentations d'autres logiciels éducatifs et/ou scientifiques…

    Autres présentations

    • Comparaison des environnements Cinnamon, GNOME, KDE, LXDE, Xfce et Unity installés avec la même version d'Ubuntu.
    • Distribution Emmabuntüs pour la rénovation d'ordinateurs anciens.
    • Distribution AbulEdu pour les élèves de l'école primaire.
    • Distribution PrimTux 2 pour les élèves de l'école primaire.
    • Distribution Pure OS associée au projet Librem pour des ordinateurs avec des matériels et des logiciels libres.
    • Distribution Ubuntu 17.10.
    • Distribution Ubuntu Touch sur un téléphone mobile.
    • Distributions Linux installées sur des clefs USB insérées dans des ordinateurs Linux, Windows 7 ou Windows 10.
    • Cohabitation Linux - Windows 10 le cas d'Ubuntu 64 bits.
    • Évolution du projet pédagogique OLPC (One Laptop per Child) : ordinateur XO-4, tablette OLPC partiellement libérée avec F-Droid et différentes machines avec la plate-forme pédagogique Sugarizer.
    • Présentation d'Inkscape, logiciel de dessin vectoriel professionnel pour Windows, Mac OS X et GNU/Linux
    • Présentation de logiciels scientifiques libres (SageMath…)

    NB Certaines démonstrations pédagogiques sont en libre service. Les autres démonstrations seront normalement possibles toute la journée elles seront lancées en fonction des souhaits des visiteurs et des disponibilités des spécialistes.

    Adresse Centre Social et Culturel des Amandiers, 8 allée des Amandiers, Jas-de-Bouffan (cliquer sur ce dernier lien pour avoir un plan détaillé).

    Ces samedis libres et gratuits sont ouverts à toutes et à tous, débutant(e)s ou expert(e)s GNU/Linux, membres ou non d'associations du Libre. Les locaux sont au rez-de chaussée et accessibles par tous.

    Entrée Libre..

    Prochain Samedi Libre

    [FR Orbey] Café informatique - Le samedi 3 mars 2018 de 10h00 à 11h00.

    Venez partager moment d’échange et de pratique autour des outils numériques animé par Ma Vallée Numérique au salon de thé Chocolat'thé.

    • Apprendre à s’en servir et s’en protéger
    • Découvrir les logiciels libres
    • Échanger nos connaissances

    Tous les deux premiers samedis du mois, permanence de 10h00 à 11h00.

    Pour un meilleur accueil, inscrivez-vous en ligne.
    Dates et inscription sur le site.

    [FR Paris] Premier Samedi du Libre - Le samedi 3 mars 2018 de 14h00 à 18h00.

    Chaque premier samedi de chaque mois, de 14h00 à 18h00, des bénévoles passionnés de logiciels libres se retrouvent au Carrefour Numérique² de la Cité des Sciences, pour une install-party de distributions GNU/Linux, ainsi que des ateliers et des conférences.

    Venez aider ou vous faire aider à installer et paramétrer des logiciels libres et toute distribution GNU/Linux avec les associations d'utilisateurs de FedoraMageiaUbuntu ou Debian, sur netbook, portable, ou tour, PC ou Mac, éventuellement à côté de votre système actuel. Idem si vous avez des difficultés avec GNU/Linux, un périphérique, ou un logiciel libre.

    Vous pouvez aussi participer aux ateliers, ou venir échanger des compétences avec le groupe de discussions/découverte/entraide

    • 12h30-13h45 déjeuner à la pizzeria Le Verona, 25 avenue Corentin Cariou
    • 14h00-18h00 salle Classe Numérique install party GNU/Linux, toutes distros
    • 14h00-18h00 salle Atelier atelier Blender3D du BUG (Blender3D Users Group)
    • 14h00-18h00 salle LivingLab atelier Brique Internet/auto-hébergement avec franciliens.net + atelier accessibilité avec des membres de Liberté 0
    • 14h00-18h00 salle Studio wikipermanence de l'association Wikimedia
    • 16h30-18h salle Agora groupe de discussions/découverte/entraide autour des logiciels et distributions libres
    • et après 18h,  on continue à échanger et discuter (généralement dans un bar avenue Corentin Cariou)

    Pour les salles, voir le plan du Carrefour Numérique.

    Nous avons besoin de volontaires pour l'accueil et les installations. Il est utile, mais pas obligatoire, de vous inscrire comme parrainé, parrain, ou visiteur sur le site premier-samedi.org en décrivant votre matériel et vos attentes.

    Parrainé·e·s

    • pour une installation, venez de préférence dès le début (vers 14h30)
    • sauvegardez sur disque externe, clé usb ou DVD vos fichiers importants
    • supprimez les fichiers et logiciels superflus
    • faites un nettoyage de disque et une défragmentation (utilitaires Windows)
    • n'oubliez pas votre chargeur, vos câbles etc.
    • prenez connaissance de la présentation, du code de conduite, du document présentant les liens et infos utiles et de la décharge
    • apportez un disque dur externe ou une clé usb ou un dvd
    • demandez l'autorisation de prendre des photos
    • n'oubliez pas que nous sommes des bénévoles, pas un S.A.V. ;-)

    Parrains et marraines

    • ISOs de nombreuses distros installables par serveur local Parinux et Raspberry-Pi 3
    • apportez une clé usb 3 ou un dvd, des ISOs, de vos distros favorites
    • demandez si l'installé-e a bien sauvegardé ses fichiers
    • demandez si l'installé-e a bien nettoyé, défragmenté, CHKDSKé
    • si possible, autonomisez l'installé-e, expliquez, laissez-lui le clavier
    • prenez connaissance de la présentation, du code de conduite, du document présentant les liens et infos utiles et de la décharge
    • évitez de commencer une installation complète après 16h00
    • préférez une réinstallation propre à une longue mise à jour
    • terminez ce que vous avez commencé ou passez le relais
    • incitez l'installé-e à se rapprocher de l'association dédiée à sa distribution
    • si possible, installez et lancez l'utilitaire Bleachbit.

    Entrée libre et gratuite, pour tout public.

    Transports

    [FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 3 mars 2018 de 14h00 à 18h00.

    Présentation de l'E2L

    Quel est le rôle de l'école du logiciel libre

    Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

    Comme toutes les écoles, son rôle est d'apprendre à ses élèves les logiciels libres, c'est-à-dire

    • comment en trouver de bons parmi les nombreux sites qui en proposent,
    • comment en prendre possession en fonction des licences,
    • comment les installer en fonction de ses besoins,
    • comment les tester et les utiliser,
    • comment en comprendre le fonctionnement pour ensuite les modifier,
    • comment écrire ses propres logiciels libres.

    En fait, l'école du logiciel libre est une université populaire, comme celles qui ont vu le jour en France à partir du 19 ème siècle, et dont le but est de transmettre des connaissances théoriques ou pratiques à tous ceux qui le souhaitent. Et pour atteindre ce but, sa forme juridique est de type " association à but non lucratif ".

    Comment fonctionne l'école

    Cette école étant une association, elle possède, comme toutes les autres, un bureau, élu chaque année en assemblée générale, pour l'administrer. Mais elle a aussi des responsables pédagogiques dont le rôle est essentiel car ce sont eux qui établissent les programmes des cours en fonction des souhaits des adhérents, valident les candidatures des enseignants et affectent les sessions.

    Les membres du bureau et les responsables pédagogiques forment "l'encadrement de l'école ". Tous les membres "encadrants" doivent être membres de l'association.

    Les locaux où se déroulent les cours seront ceux que l'on veut bien nous prêter une salle des fêtes, un théâtre, une salle de réunion publique, un amphi dans une école publique, ou autre.

    Les thèmes des cours sont définis par les adhérents en fonction de leurs envies, de leurs besoins. Les cours sont ensuite décidés par les responsables pédagogiques de l'école en fonction des enseignants disponibles.

    Afin de permettre au plus grand nombre de participer et d'assister aux cours, les sessions se tiennent essentiellement le samedi. Une première de 9h à 12h30, et une autre de 14h à 17h30.

    Programme détaillé sur le site http://e2li.org

    [FR Cognac] Journée découverte - Le samedi 3 mars 2018 de 14h00 à 17h00.

    Ces journées ont pour but de répondre à vos questions, de tester, découvrire, apprendre… tous les détails

    GNU/Linux et les logiciels libres.

    à la Maison du Temps Libre Rue Robert Daugas à Cognac

    Venez nombreux.

    ici http://logicielslibrescognac.org/contact.php

    [FR Juvisy-sur-Orge] Permanence GNU/LINUX - Le samedi 3 mars 2018 de 14h30 à 16h30.

    Permanence GNU/LINUX, installation et maintenance par LINESS en partenariat avec l*e CIJ* (Club informatique de Juvisy-sur-Orge).

    Il s'agit d'une assistance pour vous aider à installer et utiliser LINUX, mais ce n'est pas un cours à proprement parler.

    Aucune inscription préalable n'est nécessaire, aucune assiduité n'est requise.

    Quand vous avez un problème vous passez nous voir.

    C'est un pavillon dans un jardin.

    Attention du fait des travaux de la gare l'accès en voiture peut être difficile.

    Éventuellement stationner parc Danaux (à coté du pont sur la Seine) qui est gratuit le samedi après-midi (3mn à pied après pour aller au CIJ).

    Par contre c'est tout à coté de la gare.

    [FR Nantes] Permanence Linux - Le samedi 3 mars 2018 de 15h00 à 18h22.

    Une permanence de Linux Nantes aura lieu de 15 à 18 heure, dans l’aile du local associatif "B17".

    Au cours de ces permanences, nous proposons des conseils, des installations ou des réparations.

    C'est également la fêtes de B17, nous proposons à ce titre une présentation de nos activités.

    Pour vous rendre au local B17

    http://www.linux-nantes.org/Comment-se-rendre-au-local.html

    [QC Montréal] Journée internationale des données ouvertes - Le samedi 3 mars 2018 de 13h00 à 17h00.

    Dans de nombreuses villes à travers le monde, des citoyens se rassemblent pour développer des applications, libérer des données, créer des visualisations et publier des analyses utilisant des données ouvertes, tout cela pour supporter et encourager l'adoption de politiques de libération des données par les gouvernements locaux, régionaux et nationaux.ParticiperVous avez une idée d'utilisation de données ouvertes, vous souhaitez contribuer à un projet intéressant ou vous voulez simplement voir ce qu'il se passe, alors venez vous joindre à nous. Peu importe vos compétences et vos intérêts, vous aurez de nombreuses opportunités pour apprendre et aider au développement de la communauté mondiale des données ouvertes.Beaucoup de choses vont se produire. Alors… attendez-vous à:* En apprendre plus sur les données ouvertes.* Trouver ce que vos gouvernements locaux et nationaux pourraient faire de plus en matière de données ouvertes.* Discuter avec les organisations sans but lucratif et les compagnies à propos des données ouvertes dans le cadre de leur mission ou de leurs produits.* Rencontrer et vous lier avec des tonnes de personnes intéressantes de votre ville et peut-être à travers le monde.* Faire valoir votre opinion et partager vos idées avec les autres participants et les médias.* Découvrir de nouvelles applications, jouer avec et possiblement les modifier.* Participer à la conceptualisation, à la création, au design, à la communication et au test d'applications.* Organiser des sessions ouvertes d'explication sur les données ouvertes et les outils pertinents.* Avoir beaucoup, beaucoup de plaisir.

    [QC Montreal] Atelier Wikidata - Le dimanche 4 mars 2018 de 13h00 à 16h00.

    Dans le cadre du mois de la contribution, venez découvrir Wikidata, un projet frère de l’encyclopédie Wikipédia. Il s’agit d’une base de données libre, participative et multilingue. Que vous soyez un wikipédien en herbe ou un féru d'informatique, cet atelier vous permettra d’explorer les différentes façons de contribuer au projet Wikidata, tout en apprenant comment exploiter stratégiquement les données qu’il contient.
    Formation et encadrement offerts sur place (Salle 3.120 de la BAnq). Bienvenue aux wikipédiennes et wikipédiens de tous niveaux !
    En collaboration avec Wikimédia Canada

    Lire les commentaires

  • Ultracopier 1.4 (Dépêches LinuxFR)

    Ultracopier 1.4 est sorti. Pour mémoire, il s’agit d’un outil de copie de fichiers à fonctionnalités étendues, comme la limitation de la vitesse de copie ou la reprise sur erreur. Dans cette nouvelle version, la plate‐forme de compilation a changé pour MXE, 80 % du code de Qt a été réécrit vers C++ 11 pour préparer la version 2, et les versions 32 bits et 64 bits ont été fusionnées.

    Les autres changements sont indiqués dans la suite de la dépêche.

    Les autres changements

    La version macOS est abandonnée. Mon Mac n’est pas pris en charge par les dernières versions majeures de macOS, et acheter un Mac juste pour cela est trop lourd économiquement. De plus, la base d’utilisateurs sous Mac est inférieure à 1 %.

    Fruit des efforts pour faciliter l’intégration dans GNU/Linux, maintenant la version 1.2 1.4 est dans Debian.

    Ultracopier sous Debian GNU/Linux

    Supercopier est dorénavant officiellement déconseillé et obsolète ! Adoptez Ultracopier à sa place au plus vite !

    Ultracopier passe maintenant officiellement sous le contrôle de mon entreprise d’hébergement, Confiared. Cela ne change rien à la philosophie, seul le support est payant, toutes les fonctionnalités restent dans la version gratuite. L’entreprise est plus proche d’un fournisseur d’accès à Internet et hébergeur libre qu’autre chose.

    Pour la version 2

    Le principal changement prévu pour la version 2 est un moteur moteur d’événements natif, donc plus de lectures‐écritures bloquantes, et de multiples fils d’exécution.

    Lire les commentaires

  • Appel à participation pour les Journées Perl 2018 (Dépêches LinuxFR)

    Les Mongueurs de Perl, association dédiée à la promotion du langage de programmation du même nom, organise tous les ans une conférence gratuite qui permet de découvrir ou approfondir ses connaissances sur Perl. L’édition 2018 des Journées Perl se tiendra cette année les vendredi 18 et samedi 19 mai à la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris.

    Des conférences et des ateliers auront lieu sur l’ensemble des deux journées, mais cela nécessite que des personnes proposent des conférences ou des sujets d’ateliers.

    L’appel à participation est ouvert à tous et à toutes jusqu’au 18 avril 2018 (inclus), vous pouvez proposer une conférence ou un atelier (ou les deux) sur http://journeesperl.fr/jp2018/newtalk. N’hésitez pas à faire circuler l’information et éventuellement à proposer quelque chose.

    Lire les commentaires

  • Résumé des nouveautés dans LibraZiK-2 depuis fin janvier 2018 (Dépêches LinuxFR)

    LibraZiK studio audio est (toujours) un système audio‐numérique complet et libre pour les ouvrages musicaux. LibraZiK est un projet qui a pour objectif de fournir un système robuste, prêt à l’emploi et avec une documentation à jour, aux francophones souhaitant faire de la musique assistée par ordinateur (MAO).

    Logo LibraZik

    Un mois est passé depuis le résumé des nouveautés dans LibraZiK-2 depuis fin décembre 2017 publié sur LinuxFr.org. Je vous propose dans cette nouvelle de survoler un peu les évolutions ayant eu lieu dans LibraZiK-2.

    Sommaire

    Mises à jour

    Voici la liste des logiciels mis à jour dernièrement :

    Nouveaux logiciels

    Digital-Scratch

    Digital-Scratch est un lecteur audio piloté par une platine vinyle. Il nécessite un disque vinyle avec un time code, comme un disque Serato, FinalScratch ou Mixvibes.
    Présentation de Digital-Scratch

    Solfege

    Solfege est un programme d’entraînement de l’oreille avec lequel il est possible de travailler les intervalles harmoniques et mélodiques, les accords, les gammes et les rythmes, et d’ajouter de nouveaux exercices à l’aide d’un simple fichier au format texte.
    Présentation de Solfege

    TapeuTape

    Tapeutape est un échantillonneur virtuel au format WAV contrôlable par MIDI. Il est hautement configurable et permet de créer des instruments, des kits, des ensembles, des variations. Il est conçu pour les performances en direct.
    Présentation de Tapeutape

    Blop-LV2

    L’ensemble de greffons Blop-lv2, greffons BLOP qui étaient déjà présents en format LADSPA et qui arrivent également au format LV2.

    Ray Session

    Ray Session est un gestionnaire de session compatible NSM. Il est codé par houston4444, un membre de LinuxMAO.org. Bravo à lui !

    Fabla 2

    Fabla 2 est un échantillonneur avancé possédant de multiples couches, banques, pads, effets intégrés, et routage. Il n’est pas encore sorti officiellement car il est encore en phase bêta. Il est une réécriture (avec la volonté d’en faire un échantillonneur plus généraliste) de Fabla, qui est un échantillonneur spécialisé pour la batterie.
    Présentation de Fabla 2

    Distrho-extra

    Distrho-extra est un ensemble de greffons qui apporte plusieurs nouveaux greffons au format LV2 :

    • radium-compressor, un très chouette compresseur qui était déjà présent dans LibraZiK-2 en tant que logiciel autonome, mais qui arrive maintenant en tant que greffon LV2 ;
    • Argotlunar2, un broyeur de son plutôt avancé ;
    • LUA protoplug, un outil permettant de scripter en direct des greffons en langage Lua ;
    • Pd Pulp, un outil permettant de charger des patches pure-data en tant que greffons LV2. Présentation de Distrho-extra

    Mes nouvelles traductions

    N. B. : Toutes ces traductions ont été envoyées en amont pour qu’elles profitent à tout le monde.

    Logiciels spécialisés en musique assistée par ordinateur (MAO)

    • complément de traduction pour le gestionnaire de paquets Synaptic ;
    • mise à jour de la traduction du tracker Tutka pour sa nouvelle version ;
    • mise à jour de la traduction de Qtractor ;
    • améliorations de la traduction de Ray Session.

    Autres (utilisés par le projet LibraZiK)

    Autres (pas utilisés par le projet LibraZiK)

    • traduction complète de nm-tray ;
    • contributions à la traduction du logiciel Cagette.net ;
    • contributions à la traduction du dictionnaire Hunspell.

    Documentation

    Sur la toile

    La page DON a été mise à jour. Le projet LibraZiK possède maintenant une page Liberapay, pour que ce soit plus logique pour les personnes souhaitant donner. Les dons réalisés sur la page LibraZiK de Liberapay sont automatiquement reversés sur mon compte perso (trebmuh). J’en ai profité pour mettre à jour de ma page perso sur Liberapay en y ajoutant plusieurs logiciels que je traduis.

    Un avis (plutôt positif, chouette !) a été déposé sur la page LibraZiK-2 chez Audiofanzine. Merci à son rédacteur, ça fait plaisir de savoir que c’est une affaire qui roule pour lui !

    Flouze

    Il y a maintenant huit mécènes réalisant un don récurrent sur Liberapay, pour un total de 8 € et des brouettes par semaine. C’est chouette, car ça veut dire que huit personnes ont fait l’effort de s’ouvrir un compte sur Liberapay, de le charger en monnaie et d’effectuer un don hebdomadaire pour le boulot fait sur LibraZiK. Merci à elles ! Puissiez‐vous faire des émules ! D’autres types de dons (comme du matériel informatique, par exemple) sont les bienvenus et vous pouvez lire la page DON à ce sujet.

    Post‐scriptum

    Et c’est tout bon pour un résumé des principales nouveautés de ce mois‐ci. Si vous souhaitez davantage d’informations, vous êtes invités à consulter les différents billets du blogue qui comprennent plus de détails, et aussi lire la documentation du projet.

    Bonne Zik à vous !

    Lire les commentaires

  • La communauté Git en deuil de Shawn Pearce (Dépêches LinuxFR)

    Shawn Pearce est mort fin janvier 2018, d’un cancer agressif. Il était « auteur et committer et/ou fondateur de Git, Jgit, libgit et Gerrit ».

    Avatar GitHub de Shawn Pearce  Avatar de Shawn Pearce sur son profil GitHub

    Divers hommages ont été publiés par Chris DiBona, la liste de diffusion Git, la lettre « Git Rev News: Edition 36 » (où je viens de voir passer l’info), le blog du Software Freedom Conservancy, par Luca Milanesio, directeur de GerritForge et l’un des mainteneurs du projet Gerrit, par Dave Borowitz, à la tête du projet Gerrit, LWN, durant la clôture du FOSDEM 2018 et via un fonds mémorial pour sa famille.

      Lire les commentaires

    • Le SILL 2018 est arrivé (Journaux LinuxFR)

      Comme chaque année en plein hiver, le SILL nouveau est arrivé. Autrement dit, le socle interministériel de logiciels libres, un ensemble de logiciels libres préconisés pour le poste de travail, la gestion de parc, l’exploitation de serveurs, les bases de données et les environnements de développement.

      Bref, une liste de logiciels (environ 150) classés par fonctionnalités qui permet des bonnes pioches pour pas cher ou aussi de justifier ses choix puisque Debian, CentOS, LibreOffice, Grammalecte, Firefox ESR et Thunderbird sont recommandés.

      Enfin, pour ma part, j'ai essayé Jitsi - inclus dans le SILL - dernièrement et je le recommande vivement (je l'utilise avec ma ligne SIP de free).

      Étrangement CloneZilla ne fait plus partie de la liste. Dommage que les entrées et sorties du SILL (qui change assez peu d'une année sur l'autre) ne soient pas commentées par les auteurs.

      N.B. : Cette nouvelle récolte a également été abordée dans une dépêche.

      Lire les commentaires

    • Ring, un logiciel de communication universel (Dépêches LinuxFR)

      Ring est un logiciel libre permettant à ses utilisateurs de communiquer de multiples façons. C’est à la fois un téléphone, une station de conférence, une plate‐forme d’échanges et de partage multimédia, un lien vers les objets connectés, le tout dans un univers où la liberté et la sécurité vont de pair. Fonctionnant sur un réseau distribué et chiffré de bout en bout, Ring est distribué sous licence GPL v3.

      Logo de Ring

      Historique rapide

      SFLphone est connu pour être un très bon logiciel de voix sur IP (utilisant le protocole ouvert SIP). Il a tôt pris en charge correctement PulseAudio et a de nombreuses fonctionnalités de conférence et de transfert d’appels très appréciées des entreprises.

      Le projet subit de grosses évolutions pour permettre (en plus) de communiquer sans nécessiter de serveur central. À l’occasion de la sortie de cette nouvelle version en alpha, en mai 2015, le nom du projet devient Ring.

      • juin 2016 : le projet intègre Debian testing ;
      • octobre 2016 : Ring devient un projet GNU à part entière ;
      • 4 novembre 2016 : sortie de la version bêta 2, nommée Gaston Miron ;
      • 21 juillet 2017 : sortie de Ring 1.0 « Liberté, Égalité, Fraternité »

      Fonctionnalités

      Ring est disponible pour GNU/Linux, Android, Windows et macOS. Il permet de passer des appels audio ou vidéo, avec une seule personne ou en mode conférence. Il permet aussi d’envoyer des messages texte pendant un appel ou en dehors, il faut cependant que le correspondant soit connecté (il n’y a pas de possibilité de message hors ligne).

      Ring utilise le protocole OpenDHT pour ne pas dépendre d’un serveur central. Il chiffre les communications de bout en bout via des certificats X.509 et TLS. La communication audio et vidéo est assurée par le protocole SIP (et utilise la bibliothèque PJSIP).

      Lire les commentaires

    • Twitch et copyleft (Journaux LinuxFR)

      Bonjour nal.

      Je ne sais pas si il y a des gens ici qui souhaitent faire un stream sur Twitch de leur session de code, mais si c'est le cas je les invitent à bien y réfléchir.

      Tel que l'indique la section 8.a.License to Twitch, (i) du Twitch Terms of Service:

      […] if you submit, transmit, display, perform, post or store User Content using the Twitch Services, you grant Twitch and its sublicensees an unrestricted, worldwide, perpetual, irrevocable, fully sub-licenseable, nonexclusive, and royalty-free right to (a) use, reproduce, modify, adapt, publish, translate, create derivative works from, distribute, perform and display such User Content (including without limitation for promoting and redistributing part or all of the Twitch Services (and derivative works thereof)) in any form, format, media or media channels now known or later developed or discovered; and (b) use the name, identity, likeness and voice (or other biographical information) that you submit in connection with such User Content.

      Donc si vous faites du logiciel libre avec une licence sous copyleft, ont-ils le droit d'ignorer votre licence et de sortir une version proprio de tout ce que vous avez affiché lors du stream?

      La partie (iii) semble dire qui ce droit est retiré si vous supprimez le contenu, mais mon anglais n'est pas terrible. Quelqu'un a-t-il plus de détails là dessus?

      Lire les commentaires

    • JSON en ligne de commande : jq/pjy (Journaux LinuxFR)

      Salut à toi, Nal,

      Connais tu jq ?

      C'est un outil en ligne de commande bien pratique quand on a des données en JSON et qu'on veut en extraire quelques infos. On lui passe un fichier JSON, une expression bien sentie dans un langage spécifique et concis, et le tour est joué.

      Alors, je sais pas pour toi, Nal, mais je galère quand même pas mal chaque fois pour réussir à écrire l'expression qui va bien, car jq a son langage à lui, et il n'est pas des plus simples. Je trouve que ça devient assez compliqué dès qu'il s'agit de faire une boucle qui fait un peu plus que retourner un champ d'un dictionnaire.

      Ça serait quand même plus pratique si la syntaxe était celle d'un langage que je maitrise déjà, par exemple Python.

      Bon, à ce stade là de mon approche pas très discrète, tu dois te douter que je vais tenter de te vendre ma came. Alors allons-y : j'ai écrit pjy, un outil comme jq, mais qui utilise la syntaxe de Python. Si tu connais Python, tu sais (presque) déjà utiliser pjy.

      pjy 'data["toto"] + 1' fichier.json
      

      Comme pour jq, on passe d'abord l'expression à évaluer (en Python cette fois), et le fichier JSON. data représente le fichier JSON. Ici, le fichier JSON était un dictionnaire avec une clef toto, et j'affiche la valeur associée à cette clef, plus un. Simple.

      Malgré sa syntaxe facétieuse, il faut bien avouer que la notation de jq x.y au lieu de x["y"] est pratique. Je l'ai donc emprunté (et ajouté un alias "d" pour "data") :

      pjy 'd.toto + 1' fichier.json
      

      À ce moment là, j'étais déjà content du résultat, débarrassé de jq, je pouvais enfin écrire une double boucle sans m'arracher les cheveux :

      [[s[:i] for i in range(len(s))] for s in d.chaines]
      

      Mais je me suis dit que jq avait quelques petits trucs sympas, que je pouvais également emprunter, de manière optionnelle bien entendue, pour qu'on puisse toujours revenir à une syntaxe Python, standard et lisible, qui est la raison d'être de pjy.

      J'ai donc emprunté à jq la barre verticale pour réaliser la fonction map, on peut ainsi remplacer :

      map(lambda x: x + 1, data["nombres"])
      

      Par :

      data["nombres"] | lambda x: x + 1
      

      Si tu as tout suivi, tu noteras que l'on peut également écrire :

      d.nombres | lambda x: x + 1
      

      J'avais repéré depuis pas mal de temps le paquet placeholder, qui permet d'écrire des lambdas basiques de manière assez concise. Je l'ai ré-implémenté et rajouté la variable _ qui une fonction spéciale, au début la fonction identité, mais qui absorbe toutes les opérations pour les ré-appliquer plus tard. En reprenant l'exemple précédent, ça donne :

      d.nombres | _ + 1
      

      Il y a quelques petites fonctionnalités en plus (comme plusieurs fichiers en entrée), que tu pourras découvrir.
      Si tu es curieux ou convaincu, je t'invite à tester : https://pypi.python.org/pypi/pjy

      pip3 install pjy
      

      C'est du Python 3, pas de Python 2, et pas de dépendances externes (pygments est optionnel, pour la coloration). C'est sous licence WTFPL.
      À noter ce paquet qu'il peut être intéressant d'utiliser dans pjy : http://0101.github.io/pipetools/doc/

      Que penses-tu de tout ça, Nal ?

      Lire les commentaires

    • Revue de presse de l’April pour la semaine 7 de l’année 2018 (Dépêches LinuxFR)

      La revue de presse de l’April est régulièrement éditée par les membres de l’association. Elle couvre l’actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s’agit donc d’une sélection d’articles de presse et non de prises de position de l’Association de promotion et de défense du logiciel libre.

      Sommaire

      [France Inter] Que reste-t-il de l’Internet libre ?
      Par Christine Siméone, le samedi 17 février 2018. Extrait :

      « John Perry Barlow a défendu l’idée d’un Internet libertaire, utopique. À l’heure des fake news, du Dark Net, et de la censure en Chine ou ailleurs, sa déclaration d’indépendance du cyberespace est réécrite par Olivier Ertzscheid, chercheur français en sciences de l’information. »

      N. D. M. : Voir aussi la dépêche LinuxFr.org sur John Perry Barlow (1947-2018)

      [Numerama] L’État dévoile la liste des logiciels libres qu’il recommande
      Par Julien Lausson, le mardi 13 février 2018. Extrait :

      « Nouvelle année, nouvelle édition des logiciels libres recommandés par les services de l’État. Une liste globalement similaire à celle publiée l’année dernière, mais avec quelques changements. »

      Et aussi :

      [ZDNet France] Les logiciels libres dans l’État, « enjeu de sécurité et de souveraineté » pour la Cour des comptes
      Par Thierry Noisette, le lundi 12 février 2018. Extrait :

      « Le rapport annuel de la Cour des comptes souligne que “le partage de développements libres permet d’étendre la portée des mutualisations” et pointe “un facteur d’efficience et d’influence”. »

      Et aussi :

      [Libération] Données personnelles : défendons nos liens plutôt que des « biens » !
      Par Lionel Maurel, le vendredi 9 février 2018. Extrait :

      « Mettre en place un droit de propriété sur les données produites reviendrait à établir un rapport féodal entre les utilisateurs et les plates‐formes. Il faut au contraire privilégier une approche collective qui puiserait dans le riche héritage des droits sociaux. »

      Lire les commentaires

    • Présentation de CodevTT : suivi d’activité et gestion de projet avec MantisBT (Dépêches LinuxFR)

      CodevTT est un outil libre (GPL v3) de gestion de projet réactif, en lien direct avec le développement, permettant un suivi détaillé de l’avancement des projets et des activités de l’équipe. Sa caractéristique principale est d’être en lien direct avec MantisBT — un système de suivi d’anomalies — dont on étendra le périmètre d’activité.
      logo CodevTT
      En puisant des informations dans la base de données de MantisBT et en proposant un système simple de saisie des comptes‐rendus d’activité aux utilisateurs, CodevTT réduit considérablement le nombre d’opérations manuelles à effectuer pour générer rapports, statistiques, alertes, plannings, diagrammes de Gantt et autres indicateurs de production et de suivi.

      Une petite présentation suit en deuxième partie

      Les données de MantisBT étant tenues à jour en permanence par les développeurs, le chef de projet peut avoir une vue en temps réel de l’avancement du projet, sans créer de surcharge de travail pour l’équipe. Les informations et alertes remontées par CodevTT permettent au chef de projet d’identifier plus rapidement les points durs du projet. La réduction d’un grand nombre de tâches récurrentes lui permet de se concentrer davantage sur les parties nécessitant le plus d’attention et d’analyse.

      Les statistiques aident à identifier les actions à entreprendre pour améliorer la productivité de l’équipe et permettront d’en mesurer l’efficacité à court, moyen et long terme. La section Contrats et Commandes permet d’avoir une vue client de l’avancement et propose des indicateurs qui pourront lui être remontés.

      CodevTT est donc un outil de gestion de projet réactif, en lien direct avec le développement. Il se fixe comme objectif la maîtrise du suivi et la réduction des coûts de gestion de projet par la simplification et l’automatisation des processus.

      CodevTT est un logiciel libre soutenu par AtoS, qui l’utilise en interne pour gérer ses projets (avec une base d’utilisateurs actuelle d’environ 300 personnes).

      Lire les commentaires

    • Un tap tempo en ligne de commande (Journaux LinuxFR)

      Bonjour à tous,

      j'aimerai vous présenter mon dernier petit projet : TapTempo.

      C'est un détecteur de tempo en ligne de commande. L'utilisateur frappe une touche en cadence régulière et le programme en déduit le tempo correspondant. Il est affiché en nombre de battements équivalent par minute (ou BPM en anglais).

      La plupart des logiciels audio-numériques ainsi que beaucoup de d'instruments électroniques ont cette fonctionnalité, mais ça me rebutait de lancer un gros logiciel ou de me déplacer vers mon synthé pour vérifier le tempo d'un morceau. Alors TapTempo est né !

      Le scénario que je me suis fixé est de pourvoir simplement taper taptempo dans un terminal, de frapper une touche régulièrement (tout en écoutant un morceau de musique par exemple) et d'obtenir le tempo correspondant à chaque frappe :

      > taptempo
      Appuyer sur la touche entrée en cadence (q pour quitter).
      
      [Appuyer encore sur la touche entrée pour lancer le calcul du tempo...]
      Tempo : 62 bpm
      Tempo : 71 bpm
      Tempo : 76 bpm
      Tempo : 78 bpm
      Tempo : 80 bpm
      Tempo : 86 bpm
      Tempo : 87 bpm
      Tempo : 80 bpm  q
      Au revoir !
      

      Le calcul s'effectue sur les 5 dernières frappes (ou moins si l'utilisateur n'a pas encore frappé 5 fois la touche entrée) pour limiter l'effet des micro-variations d'une frappe à l'autre. Le nombre de frappes enregistrés est remis à zéro au bout de 5 secondes sans interaction avec l'utilisateur. Ceci permet d'éviter que le premier affichage du tempo ne soit erroné dans le cas où le dernier intervalle de temps est très grand à cause de l'inactivité de l'utilisateur.

      Ces options peuvent être changées via les arguments du programme :

        -h, --help            affiche ce message d'aide
        -p, --precision       changer le nombre de décimale du tempo à afficher
                              la valeur par défaut est 0 décimales, le max est 5 décimales
        -r, --reset-time      changer le temps en seconde de remise à zéro du calcul
                              la valeur par défaut est 5 secondes
        -s, --sample-size     changer le nombre d'échantillons nécessaires au calcul du tempo
                              la valeur par défaut est 5 échantillons
        -v, --version         afficher la version
      

      Concernant le développement à proprement parler, c'est du C++ orienté objet, langage avec lequel je suis le plus à l'aise.
      Lors de mes recherches j'ai hésité à utiliser ncurses mais ça m'a paru trop complexe pour ce que je souhaitais réaliser. J'utilise donc directement le terminal. Ceci a comme inconvénients d'afficher ce que l'utilisateur tape et de forcer l'utilisation de la touche entrée pour frapper le tempo. L'avantage c'est la simplicité, pas de dépendances, principe KISS.

      De plus j'en ai profité pour mettre en place des outils et des bonnes pratiques issues des logiciels libres:
      - licence GPL-3.0+
      - génération du projet avec CMake
      - traduction en français avec gettext, et potentiellement dans d'autres langues.
      - analyse des paramètres d'entrée avec getopt
      - génération d'un paquet pour Debian, avec une page de manuel
      - génération d'un exécutable Windows via MSYS2 avec mingw-bundledlls pour inclure les dépendances

      J'anticipe le seul bémol actuel : le code est hébergé par GitHub, qui n'est pas une forge libre.

      N'hésitez pas à tester et à envoyer vos remarques !

      Lire les commentaires

    • Windows 10 servi pour un plateau (Journaux LinuxFR)

      Bonjour cher journal,

      Oui, le sujet est étonnant à présenter sur linuxfr, mais comme je ne suis pas un grand fan du fait de payer lorsque je suis contraint d'utiliser un Windows, voici de quoi obtenir une VM Windows 10 à moindre frais.

      Il s'agit d'une machine virtuelle fournie officiellement par Microsoft sur son site "modern.ie" pour tester ses navigateurs web. Cette VM existe à la sauce virtualbox, encapsulée dans une box vagrant. La license MS contraint/permet d'utiliser cette VM pendant 90 jours. Si l'on considère qu'il faut 5 minutes pour configurer (montage + approvisionnement) cette machine, le ratio 5 minutes / 90 jours est un ratio intéressant.

      Toute la difficulté est dans les subtilités pour parvenir à ses fins: obtenir une VM prète à l'emploi, configurable à souhait.

      Dit autrement, on s'appuie sur vagrant pour préparer un accès avec le protocole "winrm", et on passe ensuite le relai à ansible, qui depuis sa version 2.4 fait plutôt bien son boulot pour approvisionnner (provisioning) des machines Windows.

      La grande difficultés est de contourner tous les pièges.
      Exemples:
      * Lorsque vagrant se connecte au serveur OpenSSH présent sur la VM Windows 10, il fait appel à "bash" au lieu du "sh" embarqué ave OpenSSH. Or ce bash ne permet même pas de lancer un "export" => tout foire.
      * Pour pouvoir changer les paramètres du réseau de la VM, il faut demander au powershell d'exécuter une commande en faisant fi des contrôles des droits d'accès. Cela fait parti des grands mystères de Windows…

      En bref, voici le lien vers l'article qui donne les détails de mise en oeuvre.

      L'objectif sous-jacent est de pouvoir par la suite monter une ferme de VMs permettant de lancer des tests sur serveurs selenium. La contrainte forte qui me pousse à utiliser une VM Windows est qu'il reste encore de nombreux utilisateurs de IE11/Edge => OS Windows obligatoire. Et tout ce travail peut justement être fait avec ansible.

      Lire les commentaires

    • Agenda du Libre pour la semaine 8 de l’année 2018 (Dépêches LinuxFR)

      Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 35 événements (0 en Belgique, 30 en France, 0 au Luxembourg, 4 au Québec, 1 en Suisse, 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

      Sommaire

      [QC Montréal] (3L)-Logiciels Libres en liberté groupe d’utilisateurs de Logiciels Libres, de niveau débutant - Le lundi 19 février 2018 de 14h00 à 16h30.

      Accueil rencontre:
      (3L)-Logiciels Libres en liberté groupe d’utilisateurs de Logiciels Libres, de niveau débutant qui tiendra sa rencontre régulière mensuelle tout les 3ième lundi de chaque mois.
      En février 2018 se sera, le 19 de 14:00 à 16:30 heures. Au Rond-point café autogéré, 3213 Ontario est, Montréal.

      [FR Rennes] Atelier logiciels et oeuvres libres - Le lundi 19 février 2018 de 18h00 à 19h45.

      Gulliver organise un atelier logiciels et oeuvres libres à la MCE (localisation).

      L'ordre du jour est ouvert, suivant les propositions et les disponibilités de chacun. Propositions diverses

      • Utiliser Linux, les commandes de base
      • Administrer un système Linux
      • Programmer en Shell
      • Le réseau sous Linux
      • Préparer une émission radio en vue d'une diffusion sur Radio Laser (FM 95.9)

      Toutes les personnes intéressées sont chaleureusement conviées, on peut participer sans être adhérent. N'hésitez pas à nous rendre visite

      [FR Grenoble] Atelier Open Street Map – Togo - Le lundi 19 février 2018 de 18h30 à 21h00.

      Le collectif OpenStreetMap Grenoble vous invite à son prochain atelier OSM

      Que vous soyez débutant ou confirmés, cette soirée est ouverte à tous

      Lors de cette soirée, Aimé nous présentera notamment la communauté OSM Togo.

      A partir de 18h30 à La Coop-Infolab. 31 rue Gustave Eiffel – 38000 Grenoble

      Inscription

      C’est quoi OSM

      OpenStreetMap (OSM) est un projet international fondé en 2004 dans le but de créer une carte libre du monde. Nous collectons des données dans le monde entier sur les routes, voies ferrées, les rivières, les forêts, les bâtiments et bien plus encore Les données cartographiques collectées sont ré-utilisables sous licence libre ODbL (depuis le 12 septembre 2012).

      [FR Aix-en-Provence] Developing an embedded video application on dual Linux + FPGA architecture - Le lundi 19 février 2018 de 19h00 à 22h00.

      Le meetup est une reprise de la présentation faite lors d'Embedded Recipes 2017.

      Son descriptif en anglais

      Embedded video tends to be an increasing subject in embedded Linux developments. Even if ARM SOCs provide great resources for video treatment with dedicated IPU, GPU …, a dual approach based on FPGA + general purpose processor is an interesting alternative.

      In this presentation Christian Charreyre will provide a return of experience of a video acquisition and treatment application developed on a Zynq board, with focus on interactions between the FPGA part and Linux. The presentation will also describe the embedded Linux development choices, based on standard meta-xilinx Yocto layer instead of current solutions using PetaLinux or WindRiver Pulsar.

      Les slides présentés sont en anglais mais la présentation sera effectuée en français.

      Après la présentation un temps d'échanges est prévu, puis ce sera place aux victuailles et boissons non alcoolisées.

      Accès gratuit et ouvert à tous, nécessitant une inscription sur la page du meetup.

      [FR Villeurbanne] Cybersécurité en milieu associatif - Le lundi 19 février 2018 de 19h00 à 22h00.

      *Identifier les enjeux de la cybersécurité dans le cadre associatif
      *
      {::}Dans le cadre de WebCome Lyon ("The Web Conference", le OFF), les acteurs et actrices de l'économie sociale et solidaire et des professionnel.le.s de la sécurité informatique engagent la réflexion.

      Sous la forme d'ateliers suivis d'une table ronde, nous aborderons les problématiques suivantes

      • comment sécuriser nos machines, nos communications électroniques et notre navigation sur le web pour faire face aux risques liés à la perte, à la destruction ou au vol de nos données
      • où stocke-t-on nos informations
      • quels outils utilise-t-on
      • comment améliorer nos pratiques numériques pour garantir une plus grande sécurité, ainsi que la confidentialité de nos données comme celles de nos adhérent.e.s

      Des solutions concrètes existent qui ne bouleverseront pas nos habitudes et seront davantage alignées avec nos valeurs et le sens de notre action

      [FR Quimper] Permanence Linux Quimper - Le mardi 20 février 2018 de 17h00 à 18h00.

      Tous les mardis de 17h à 18h, Linux Quimper vous donne rendez-vous au Centre social des Abeilles, 4 rue Sergent Le Flao à Quimper (entrée libre et gratuite).

      Curieux, déjà utilisateur, expert, vous êtes les bienvenu-e-s pour un dépannage, une installation, un conseil, une aide, discuter, échanger, etc… sur Linux et les logiciels libres.

      N'hésitez pas à venir avec votre PC si vous voulez une installation ou un dépannage de Linux ou avec votre périphérique récalcitrant (imprimante, scanner…).

      Pour les ordinateurs fixes, apportez uniquement votre Unité Centrale, nous avons écrans, claviers, souris.

      Pour une installation d'une distribution GNU/Linux de votre choix sur votre ordinateur, pensez à

      • Sauvegarder vos données personnelles
      • Libérer de la place sur le disque dur (20 Go minimum) et défragmenter Windows si vous voulez le conserver.

      Renseignements 07 68 59 17 32

      [FR Lyon] Rencontre wikimédienne - Le mardi 20 février 2018 de 18h30 à 21h00.

      Rencontre mensuelle de la cabale de la quenelle (groupe wikimédien lyonnais).

      Discussion des projets et collaborations en cours ou à venir autour d’une bière.

      Venez nombreux.

      [FR Paris 1er] Certification PGP et CAcert - Le mardi 20 février 2018 de 19h00 à 20h00.

      Vous souhaitez renouveler votre certificat CAcert Augmenter son niveau de confiance Augmenter le niveau de confiance de votre clé publique PGP

      Venez rencontrer des certificateurs autour d'un verre

      En pratique

      Pour votre clef PGP, préparez

      • deux documents d'identité français parmi la carte nationale d'identité, le passeport, la carte d'identité militaire, le permis de conduire, …
      • un petit papier imprimé avec l'identifiant et l'empreinte de votre clef, en autant d'exemplaires que vous espérez rencontrer de gentils autres porteurs de clefs.

      Pour votre certificat CAcert, préparez

      • deux documents d'identité français parmi la carte nationale d'identité, le passeport, la carte d'identité militaire, le permis de conduire
      • des formulaires d'accréditation imprimés, pré-remplis avec vos coordonnées en cliquant ici, ou vierges en cliquant là. Deux exemplaires pour chaque accréditation un pour vous, un pour le gentil accréditeur.

      Tous les détails sur le wiki de CAcert et Meetup

      [FR Le Mans] Permanence Linuxmaine - Le mercredi 21 février 2018 de 12h00 à 13h00.

      ATTTENTION Cet événement est annoncé de façon automatique. Les fermetures exceptionnelles seront annoncée sur notre site internet.

      L'association de promotion et de découverte du en Sarthe, Linuxmaine, tient une permanence les mercredis de 12h00 à 13h00.

      Celle ci est ouverte à tous, membres de l'association ou non.

      On peut s'y informer sur le, les découvrir, en tester, amener sa machine pour une installation ou simplement se retrouver pour discuter.

      Entrée Libre.

      [QC Montréal] Atelier pas-à-pas du débutant de 3L - Le mercredi 21 février 2018 de 16h00 à 18h00.

      En février 2018, ce sera le 19 de 14h00 à 16h30 au Rond-Point café autogéré, 3213, rue Ontario Est, Montréal, ainsi que 2 jours plus tard pour l’atelier de fin de journée sous forme d'un 4 à 6 du libre.

      [FR Caen] Atelier LibreOffice - Tableur - Le mercredi 21 février 2018 de 17h00 à 19h00.

      Atelier LibreOffice Calc: venez découvrir les bases du tableur libre de référence

      Pré-requis savoir manipuler clavier et souris, et ouvrir le logiciel LibreOffice

      Atelier limité à 8 places.

      Inscriptions en vous rendant au local Artifaille (51 quai de Juillet à Caen), en écrivant à contact@artifaille.fr ou en utilisant le formulaire de contact ou au 07.67.17.96.36.

      Infos pratiques

      Réservé aux adhérents Artifaille

      Tarif 10, gratuit avec une nouvelle adhésion annuelle

      Lieu Maison des Solidarités, 51 Quai de Juillet, à Caen

      Intervenant Victorien

      [FR Callian] Linux et les Logiciels Libres - Le mercredi 21 février 2018 de 18h00 à 21h00.

      Venez découvrir Linux et les logiciels libres, mais aussi vous faire aider avec votre matériel informatique quel qu'il soit, imprimante, box, tablette, smartphone y compris.

      Cette année, nos objectifs évoluent, c'est à dire les logiciels libres restent comme l'objectif principal, mais aussi d'aider les gens avec leur matériel informatique quel qu'il soit, imprimante, box, tablette smartphone y compris.

      Venez avec vos machines même sous Windows ou Mac/os, nous ne vous laisserons pas tomber, nous considérons, que vous n'êtes pas responsable de l'hégémonie commerciale des produits non libres.

      Mais pourquoi venir aux réunions
      1°) Découvrir, Essayer, Installer Linux
      2°) Régler vos problèmes Windows ou Mac

      Venez nombreux, même par curiosité Les animateurs seront heureux de vous accueillir et nous insistons.

      L'accès est totalement libre et gratuit

      Merci de vous inscrire par mail et d'indiquer le soucis à régler si besoin.

      [QC Montréal] Soirée Wiki à la Cinémathèque québécoise - Le mercredi 21 février 2018 de 18h00 à 21h00.

      Dans le cadre des Sommets du cinéma d'animation, la Cinémathèque québécoise, le Café des savoirs libres et Wikimedia Canada vous invitent à un atelier contributif le mercredi 21 février de 18h à 21h.
      Venez rencontrer le cinéaste d'animation Pierre Hébert pour ensuite documenter son œuvre sur Wikipédia et ses projets frères ! Vous bénéficierez des précieuses ressources documentaires de la Médiathèque Guy-L.-Coté ainsi que d'un accompagnement pour vous aider à contribuer aux projets Wikimédia.
      Ces soirées se veulent conviviales et stimulantes, tout le monde est bienvenu ! Que vous soyez simplement curieux d'en savoir plus sur les projets Wikimédia ou sur le cinéma d'animation, que vous soyez débutant ou contributeur averti, professionnel, étudiant ou amateur, passionné ou non de cinéma… nous répondons à vos questions !

      [FR Toulouse] Rencontre Tetalab - Le mercredi 21 février 2018 de 21h00 à 23h00.

      Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

      Ouvert au public tous les mercredi soir.

      Venez nombreux.

      [FR Rennes] Forum Numérique - Le jeudi 22 février 2018 de 09h00 à 10h00.

      Le jeudi 22 février 2018, l'OPAR (Observatoire et Pôle d'Animation des Retraités rennais) organise la 5ème édition du Forum Numérique sur le thème Les Séniors et le Numérique.

      Le forum se déroulera à la Maison des Associations qui se situe à Charles de Gaulle en plein centre ville de Rennes.

      L'objectif de ce forum est d'amener les nouvelles technologies aux seniors et de les familiariser à leurs pratiques.

      Il est important pour nous de leur montrer qu'ils ne sont pas détachés de cette société 2.0, une société d'échanges, de partages et d'innovations.

      Les nouvelles technologies sont des outils qui permettent de lutter contre l'isolement, elles renforcent le lien social et peuvent être source d'amélioration du quotidien.

      Gulliver tiendra une conférence et parlera des permanences Gulliver. ACIAH aura un stand pour proposer d'installer Linux Access DV.

      Diaporama de la Conférence https://archive.org/details/LinuxAccessible

      [FR Aix-en-Provence] Journée d'Introduction RUDDER - Le jeudi 22 février 2018 de 09h00 à 17h30.

      Prenez une journée pour en gagner tant d'autres.

      Venez découvrir Rudder outil d’automatisation et de conformité des infrastructures.

      Cette journée démarrera autour d’un petit déjeuner et sera consacrée à la découverte de Rudder (à la fois théorique et pratique).

      Une journée vous suffit pour apprendre les bases de Rudder, ne ratez pas cette occasion

      Le programme

      9h00 - 9h30

      Accueil autour d’un petit-déjeuner.

      9h30 - 10h45

      Présentation du domaine et de Rudder

      • Qu’est ce que l’automatisation des infrastructures du SI Pourquoi en a-t-on besoin
      • Le Continuous Configuration - l’approche Rudder
      • Les concepts fondamentaux architecture réseau, configuration

      10h45 - 11h00

      Pause café

      11h - 12h30

      Faisons connaissance avec Rudder

      • Installation d’un serveur sur Linux dans une machine virtuelle
      • Configuration initiale de l’outil
      • Propriétés des machines - création de groupes

      12h30 - 14h00

      Déjeuner

      14h00 - 15h30

      Tour d’horizon des configurations possibles avec Rudder

      • Techniques pré-installées sur Linux
      • Techniques pré-installées sur Windows

      15h30 - 15h45

      Pause café

      15h45 - 16h30

      Étendre Rudder

      • Comment ajouter une technique

      16h30 - 18h00

      Clôture de la présentation Rudder Questions-Réponses, discussions libres, apéritif,…

      [FR Rennes] Forum Séniors & Numérique 2018 - Le jeudi 22 février 2018 de 10h00 à 17h30.

      Le jeudi 22 février 2018, l'OPAR (Observatoire et Pôle d'Animation des Retraités rennais) organise la 5ème édition du Forum Numérique sur le thème Les Seniors et le Numérique. L’événement se déroulera de 10h à 17h à la Maison des Associations qui se situe à Charles de Gaulle en plein centre ville de Rennes.

      L'objectif de ce forum est de familiariser les seniors aux pratiques numériques et de leurs faire découvrir l’étendue des possibilités technologiques. Il est important pour nous de leur montrer qu'ils ne sont pas délaissés de cette société 2.0, une société d'échanges, de partages et d'innovations. Réduire cette fracture numérique permettrait de lutter contre l'isolement, renforcer le lien social et faciliter le quotidien grâce aux possibilités offertes par de nombreux outils.

      Pour animer ce forum, seront présents des associations et organismes rennais œuvrant autour du numérique et des nouvelles technologies. Différents thèmes seront abordés autour de stands, de démonstrations, de conférences et de tables rondes, tout au long de la journée.

      Bien que ce forum soit à visée des seniors, cet événement est ouvert à tous, en accès libre, et gratuit.

      Les intervenants présents

      • Les Maisons de Quartier de la Bellangerais et La Touche
      • Les 3 Maisons & Repair Café
      • BUG
      • Présence verte
      • Sekkoia
      • ACIAH
      • Doptim
      • l'OPAR
      • Keolis
      • SNCF
      • La Poste
      • Virtual Games
      • Armorhistel
      • MCE (Maison de la Consommation et de l'Environnement)
      • Gulliver

      • Maison des Associations, 6 cours des Alliés, Rennes, Bretagne, France

      • Adresse web https://opar.fr

      • Tags
        forum, conférences, stands, découverte, opar

      [FR Martigues] Comment utiliser LINUX et les logiciels libres - Le jeudi 22 février 2018 de 16h30 à 18h30.

      Comment utiliseret les

      avec l’association des (ULLM)

      Tous les jeudis retrouvez l’

      Jeudi 22 février de 16h30 à 18h30: Posez vos questions,partager vos informations sur l’univers LINUX à la

      Jeudi 29 mars de 16H30 À 18H30: Posez vos questions,partager vos informations sur l’univers à la

      Entrée Libre

      [CH Genève] ATELIER La Liberté, ça vous parle » - Le jeudi 22 février 2018 de 18h00 à 20h00.

      Ou Pourquoi et Comment protéger sa vie privée sur internet

      Un atelier grand public pour montrer que cette intrusion sans limite dans nos vies privées n’est pas anodine et nous touche bien plus profondément que nous aimerions le croire. C’est une question de société inédite qui nous concerne tous personnellement.

      Le but de cet atelier est d’inviter à nous questionner et à nous positionner aujourd’hui pour choisir d’aller vers un monde plus libre et humain…

      Les auteures ne manqueront pas de vous proposer de nombreuses pistes et solutions concrètes, mais aussi humaines…

      Animé par Etikya et Esprit Créateur, co-auteures du e-livre Libre et Humain à l’ère d’internet. Depuis 2 ans, elles ont rencontré et interviewé de nombreux spécialistes.

      Nous vous encourageons à participer à cet atelier Merci d’avance de réserver votre place. La participation est à prix libre.

      [FR Challans] Permanence Linux - Le jeudi 22 février 2018 de 18h00 à 20h00.

      Chaque dernier jeudi du mois, Linux Challans vous donne rendez-vous à l'Albanera Café, 17 rue du Général Leclerc 85300 Challans.

      Nous vous proposons lors de ces rendez-vous mensuels d'échanger autour du Libre, des conseils ou une assistance technique.

      Vous pouvez venir pour vous faire aider, ou aider, à installer et paramétrer une distribution GNU/Linux de votre choix ou des logiciels libres sur votre ordinateur.

      Recommandations

      • Sauvegardez vos données avant de venir.
      • Libérez de la place sur le disque dur (20 Go minimum) et défragmentez Windows si vous voulez le conserver.
      • Nous prévenir de votre passage via la messagerie.

      Vous pouvez aussi venir pour une première prise d'informations et de contacts.

      Nous vous attendons toujours plus nombreux

      [FR Bordeaux] Jeudi Giroll - Le jeudi 22 février 2018 de 18h30 à 20h30.

      Les membres du collectif Giroll, GIROnde Logiciels Libres, se retrouvent une fois par semaine, pour partager leurs  savoir-faire et expériences autour des logiciels libres.

      Le collectif réalise aussi une webradio mensuelle, tous les second mardis du mois, à retrouver en direct sur le site de Giroll.

       Ses rencontres sont ouvertes à tous.

      [FR Peymeinade] Install-Party GNU/Linux - Le jeudi 22 février 2018 de 19h00 à 21h00.

      Désormais tous les 4èmes Mercredi du mois, Clic Ordi et Linux Azur vous proposent une install-party ouverte à tous et gratuite.

      • Découvrez un monde rempli de Papillons, licornes, mais surtout de manchots
      • Plus besoin de se soucier des virus et autres logiciels malveillants.
      • Le support de Windows Vista s'arrête dans un an, et les principaux logiciels ont déjà arrêté leurs mise à jour, réagissez
      • Ramenez vos ordinateurs obsolètes et donnez leur une seconde vie.

      Nous aimerions développer autour de Handy-Linux (et de sa future mouture avec Debian-Facile) afin de répondre à des besoins simples pour des personnes difficiles à former et pouvant se retrouver en fracture numérique).

      Nous sommes ouvert à tout, y compris à la bidouille sur l'atelier avec le fer à souder.

      Organisé conjointement par http://clic-ordi.com/fr et https://www.linux-azur.org

      [FR Ivry-sur-Seine] Permanence informatique sous logiciels Libres - Le jeudi 22 février 2018 de 19h00 à 21h00.

      La session graphisme du jeudi est terminée, et laisse place à la nouveauté une permanence chaque jeudi, pour tous coups de main en informatique. Et vous commencez à nous connaître, on vous conseillera forcément des solutions sous logiciels Libres.

      - envie d'apprendre la suite LibreOffice pour vos documents bureautique
      - problèmes d'emails
      - installer son ordi sous GNU Linux (nous ici on est très Debian, on vous prévient-)
      - avoir un petit OS mieux sécurisé sur une clé USB
      - apprendre ou approfondir Gimp / Krita / Scribus / Inkscape
      - un dépannage en ligne de commande
      - autres soucis ou envies…

      ________________________________________

      Quand

      On sera là les jeudis de 19 à 21h

      ________________________________________

      Où ?

      Au Centre Social Autogéré Vaydom
      37 rue Marceau - Ivry sur Seine

      C'est à 5 minutes à pieds des transports
      Ligne 7, arrêt Pierre et Marie Curie
      Tram T3, arrêt Maryse Bastier

      ________________________________________

      Gratuit

      Amener son ordi et son envie d'apprendre. Il y a aussi quelques ordis à disposition.
      Penser à amener un moyen de stockage tel qu'une clé usb, si besoin.
      On fera ce que l'on pourra pour aider, ambiance bon enfant requise, pas taper si on ne peut pas vous dépanner-)

      ________________________________________

      Librement,

      CSA Vaydom / La LibreRie solidaire

      [FR Paris] Soirée de Contribution au Libre - Le jeudi 22 février 2018 de 19h30 à 22h30.

      Parinux propose aux utilisateurs de logiciels libres de se réunir régulièrement afin de contribuer à des projets libres. En effet, un logiciel libre est souvent porté par une communauté de bénévoles et dépend d'eux pour que le logiciel évolue.

      Nous nous réunissons donc tous les dans un environnement propice au travail (pas de facebook, pas de télé, pas de jeux vidéos, pas de zombies).

      Vous aurez très probablement besoin d'un ordinateur portable, mais électricité et réseau fournis.

      En cas de difficulté, vous pouvez joindre un des responsables de la soirée, Emmanuel Seyman (emmanuel (at) seyman.fr), Paul Marques Mota mota (at) parinux.org, ou Magali Garnero (Bookynette) tresorier (at) parinux.org.

      Pour obtenir le code d'entrée de la porte cochère, envoyez un mail au responsable.

      On peut amener de quoi se restaurer (Franprix, 8 rue du Chemin Vert, ferme à 22h)

      Regazouillez sur Twitter - Wiki des soirées

      Programme non exhaustif

      • Fedora (sa traduction)
      • Parinux, ses bugs et son infrastructure
      • April, … y a toujours quelque chose à faire
      • Open Food Facts/ Open Beauty Facts, sa base de données, ses contributeurs, sa roadmap
      • Schema racktables, son code
      • Agenda du Libre, mise à jour et amélioration du code
      • Ubuntu-Fr, son orga, ses événements
      • En vente libre, maintenance et commandes
      • Open street map, une fois par mois
      • Linux-Fr sait faire
      • en vente libre

      tout nouveau projet est le bienvenu.

      [FR Paris] Rencontres des contributeurs OpenStreetMap - Le jeudi 22 février 2018 de 19h30 à 22h30.

      Le groupe local d'OpenStreetMap (Paris et IdF) se réunit les derniers jeudis de chaque mois.

      C'est à la FPH via Parinux Soirée de Contribution au Libre

      Nous pourrons évidemment faire d'autres choses.

      Amenez votre ordinateur, le courant et Internet sont fournis. Il est de coutume de ramener des choses à manger pour partager avec les autres libristes qui partagent cette soirée.

      Vous pourrez découvrir OSM, avancer sur vos projets, demander de l'aide, discuter avec nous ou d'autres libristes.

      Pour le code d'entrée, merci de me joindre sur l'adresse mail ou 06.06.83.17.00. Le local est au RdC au fond de la cour.

      [QC Coteau du Lac] Émission #147 de bloguelinux - Le jeudi 22 février 2018 de 20h30 à 21h30.

      bloguelinux.ca est un blogue québécois offrant la diffusion d'un podcast qui traite des logiciels libres, du système d'exploitation Linux et de la technologie en général ; il y a un processeur, il y a un système d'exploitation, c'est certain que ça nous intéresse!
      bloguelinux.ca est enregistré le jeudi à 20h30 toutes les deux semaines.
      Vous pouvez nous écouter en direct lors des enregistrements à l'adresse http://live.bloguelinux.ca ou directement sur notre site à http://www.bloguelinux.ca en cliquant sur la radio dans le panneau de gauche du site.

      [FR Chassieu] Espace Numérique Libre - Du vendredi 23 février 2018 à 12h00 au dimanche 25 février 2018 à 18h00.

      L'ALDIL renouvelle sa présence sur le salon Primevère, le salon de l'alter-écologie, et participe à l'animation de l'Espace numérique.

      Sur ces 3 jours, l'ALDIL tient un stand et propose un point de rencontres pour accueillir les visiteurs curieux et passionnés de logiciels libres.

      Autour de l'ALDIL, des EPN de Rhône-Alpes, et des associations qui militent pour l'une ou l'autre facette des biens communs numériques libres.

      [FR Montpellier] Les logiciels libres, parlons-en - Le vendredi 23 février 2018 de 17h00 à 19h00.

      Le Faubourg Marché, qu’est-ce que c’est

      Le Faubourg Marché est une permanence partagée qui permet aux associations d’accueillir ensemble, les publics de ces associations une fois par semaine, le vendredi entre 17h00 et 19h00, au 19, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier.

      Proposition de programme

      • discussions autour de l’organisation d’événements
      • gestion des groupes de travail
      • propositions diverses
      • présentation de l’asso

      Alors, si vous avez un peu de temps le vendredi soir, voici une occupation qui me semble très intéressante.

      Montpel’libre est une association et un groupe d’utilisateurs (GULL), qui propose une multitude d’activités dans le cadre de la promotion des logiciels libres, et des Communs.

      Depuis longtemps déjà, Montpel’libre participe à l’économie sociale et solidaire en organisant tout un éventail d’ateliers et de manifestations, au développement durable et à l’innovation sociale au travers de permanences et ateliers de présentations des logiciels libres et évidement les cartoparties, véritable actions citoyennes, sur le thème de l’accessibilité des personnes en situation de handicap.

      L’activité économique, l’intérêt collectif, le fonctionnement démocratique, autant d’éléments que porte Montpel’libre, en proposant un accès entièrement libre et gratuit à une éducation populaire, au travers de ses ateliers à destination de tous les publics.

      Les logiciels libres parlons-en Ouvrons le dialogue sur l’ouverture des données Partageons nos expériences pour une meilleure transmission des connaissances.

      Ces permanences sont suivies d’un Apéro refaire le monde convivial et partagé, de 18h30 à 21h30. Elles ont lieu au Faubourg marché, tous les vendredis de 17h00 à 19h00.

      Entrée libre et gratuite sur inscription. Une simple adhésion à l’association est possible.

      Cet événement est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le Faubourg Marché et Montpel’libre.

      Le Faubourg - 15, rue du Faubourg de Nîmes, 34000 Montpellier

      [FR Paris] Apéro April - Le vendredi 23 février 2018 de 19h00 à 22h00.

      Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d'échanger, de partager un verre et manger mais aussi de discuter sur le logiciel libre, les libertés informatiques, fondamentales, l'actualité et les actions de l'April…

      Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l'April ou pas.

      N'hésitez pas à venir nous rencontrer.

      Où et quand cela se passe-t-il

      L'apéro parisien aura lieu vendredi 23 février 2018 à partir de 19h00 dans les locaux de l'April.

      L'adresse
      April, 44/46 rue de l'Ouest, bâtiment 8, 75014 Paris (entrée possible par la place de la Catalogne, à gauche de la Biocoop, au niveau des Autolib).
      Métros Gaîté, Pernety, Montparnasse. Sonner à "April" sur l'interphone.
      Le téléphone du local 01 78 76 92 80.

      L'Apéro a lieu à Paris notamment parce que le local s'y trouve ainsi que les permanents et de nombreux actifs. Pour les apéros dans les autres villes voir plus bas.

      En ouverture de l'apéro nous ferons un court point sur les dossiers/actions en cours. 

      Le glou et le miam

      Vous pouvez apporter de quoi boire et manger afin de reprendre des forces régulièrement. Nous prévoirons bien sûr un minimum vital.

      Vous pouvez vous inscrire sur le pad.

      [FR Dijon] Atelier de création numérique et électronique - Le vendredi 23 février 2018 de 20h30 à 23h59.

      Le fablab et hackerspace L'abscisse vous propose comme tous les vendredis soir un atelier de création numérique et électronique.

      L'atelier est équipé de différents outils perceuse, CNC, Arduino, Raspberry Pi, ordinateurs, oscilloscope, multimètre.

      Une ressourcerie est à disposition, vous y trouverez des composants électroniques et des pièces détachées à prix libre.

      Vous pouvez venir découvrir l'atelier et les usagers du fablab à partir de 20h30.

      Vous pouvez aussi venir pour participer aux travaux numériques en cours, partager vos connaissances et vos savoir-faire.

      Tous nos travaux sont libres et documentés sous licence libre.

      [FR Valenciennes] Atelier (wiki) HainautPédi@ - Le samedi 24 février 2018 de 10h00 à 12h00.

      Atelier pour les contributions au wiki territorial HainautPédi@

      http://hainautpedia.vallibre.fr

      Les ateliers HainautPédi@ sont organisés pour que les contributeurs se rencontrent et fassent évoluer ensemble le contenu du wiki.

      Ces séance sont à accès libre, elles permettent également aux personnes intéressées de prendre contact avec la communauté afin d'apprendre concrètement le fonctionnement du projet.

      Lors d'un atelier, des machines sont accessibles pour compléter le wiki ou simplement expérimenter.

      Rendez-vous à l'espace numérique de la bibliothèque municipale de Valenciennes. Dernier samedi du mois.

      [FR Marseille] Install Party GNU/Linux - Le samedi 24 février 2018 de 14h00 à 19h00.

      L’association (CercLL d’Entraide et Réseau Coopératif autour des Logiciels Libres) vous invite à une install party ***{::}GNU/Linux, le, dans la salle du *Foyer du Peuple 50 rue Brandis 13005 Marseille*{::}.*

      Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d’utiliser votre ordinateur.

      Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou et le, les mascottes de

      Au programme

      DÉCOUVERTE de l’univers des logiciels libres.

      INSTALLATION d’un environnement GNU/ Linux, ainsi que le meilleur des logiciels libres.

      Venez avec votre ordinateur, nous installerons ensemble une distribution avec un ensemble de et pour une utilisation quotidienne.

      Ouvert à tous – accessible aux débutant-e-s

      Une participation de 2 euros est demandée.

      L’adhésion à l’association est de 20 euros annuelle.(L’adhésion n’est pas obligatoire).

      Plan d’accés

      [FR Ivry sur Seine] Cours de l'Ecole du Logiciel Libre - Le samedi 24 février 2018 de 14h00 à 18h00.

      Présentation de l'E2L

      Quel est le rôle de l'école du logiciel libre

      Tout d'abord, ce n'est pas une école comme les autres. Elle n'a pas d'établissement fixe, pas de cours de récréation, pas de carte d'étudiant, ni de diplôme de fin d'année.

      Comme toutes les écoles, son rôle est d'apprendre à ses élèves les logiciels libres, c'est-à-dire

      • comment en trouver de bons parmi les nombreux sites qui en proposent,
      • comment en prendre possession en fonction des licences,
      • comment les installer en fonction de ses besoins,
      • comment les tester et les utiliser,
      • comment en comprendre le fonctionnement pour ensuite les modifier,
      • comment écrire ses propres logiciels libres.

      En fait, l'école du logiciel libre est une université populaire, comme celles qui ont vu le jour en France à partir du 19 ème siècle, et dont le but est de transmettre des connaissances théoriques ou pratiques à tous ceux qui le souhaitent. Et pour atteindre ce but, sa forme juridique est de type " association à but non lucratif ".

      Comment fonctionne l'école

      Cette école étant une association, elle possède, comme toutes les autres, un bureau, élu chaque année en assemblée générale, pour l'administrer. Mais elle a aussi des responsables pédagogiques dont le rôle est essentiel car ce sont eux qui établissent les programmes des cours en fonction des souhaits des adhérents, valident les candidatures des enseignants et affectent les sessions.

      Les membres du bureau et les responsables pédagogiques forment "l'encadrement de l'école ". Tous les membres "encadrants" doivent être membres de l'association.

      Les locaux où se déroulent les cours seront ceux que l'on veut bien nous prêter une salle des fêtes, un théâtre, une salle de réunion publique, un amphi dans une école publique, ou autre.

      Les thèmes des cours sont définis par les adhérents en fonction de leurs envies, de leurs besoins. Les cours sont ensuite décidés par les responsables pédagogiques de l'école en fonction des enseignants disponibles.

      Afin de permettre au plus grand nombre de participer et d'assister aux cours, les sessions se tiennent essentiellement le samedi. Une première de 9h à 12h30, et une autre de 14h à 17h30.

      Programme détaillé sur le site http://e2li.org

      [FR Rouen] Journée Mensuelle du Logiciel Libre - Le samedi 24 février 2018 de 14h00 à 18h00.

      Le samedi 24 février 2018, nous organisons notre Journée Mensuelle du Logiciel Libre à la Maison St Sever à Rouen. (Centre Commercial St Sever, 10-12 rue Saint-Julien 76100 Rouen) de 14h00 à 18h00.

      On fera connaissance avec la toute dernière version de openSUSE, la openSUSE Leap 42.3, Gnome 3.20, LibreOffice et beaucoup d’autres distributions Linux.

      SUSE Linux Enterprise 12 SP3 sera aussi de la partie et comme vous le savez est la pièce maitresse de openSUSE Leap 42.3 et qui est maintenue par des ingénieurs SUSE.

      Nous distribuerons gracieusement des DVDs openSUSE 64 Bits à nos visiteurs dans la limite du stock disponible.

      Le Raspberry Pi 3 ainsi que les Raspberry Pi 2 seront aussi à votre disposition pour votre plaisir de coder

      On pourra discuter du Noyau 4.13, si le temps le permet

      Venez aussi découvrir

      Voici une liste des démonstrations de logiciels libres (FOSS) que nous vous proposerons

      https://nui.fr/blog/logiciels-libres-a-vous-proposer-comme-installation/

      Si vous voulez présenter une distribution ou un logiciel libre, téléphonez-moi assez rapidement pour la logistique.

      Nous allons axer des sessions sur l’interopérabilité, de sorte de faire une migration en douceur vers le logiciel libre et qui d’ailleurs a toujours été notre fer de lance.

      [FR Lamastre] Dernier Dimanche du Libre - Le dimanche 25 février 2018 de 13h30 à 19h30.

      Nous (trois passionnés de GNU/Linux) avons envie de créer une rencontre régulière (une fois par mois) autour de GNU/Linux pour faire connaître ses possibilités, l’entraide, partager nos connaissances, aborder des thèmes ( la retouche d’images, la vidéo, le son, la sécurité ou d’autres thèmes selon les désirs de chacun).

      Vous aider à installer une distribution GNU/Linux si vous voulez franchir le pas et à apprendre à utiliser son environnement.

      Pour une installation veuillez lire attentivement la page Install-Party et n’hésitez pas à prévenir à l’avance si vous le pouvez en nous contactant.

      Lire les commentaires

    • LinuxFr.org : seconde quinzaine de janvier et première quinzaine de février 2018 (Journaux LinuxFR)

      Huitante neuvième et nonantième épisode dans la communication entre les différents intervenants autour du site LinuxFr.org : l’idée est tenir tout le monde au courant de ce qui est fait par les rédacteurs, les admins, les modérateurs, les codeurs, les membres de l’association, etc.

      L’actu résumée ([*] signifie une modification du sujet du courriel) :

      Statistiques

      Du 16 au 31 janvier 2018 :

      • 1650 commentaires publiés (dont 6 masqués depuis) ;
      • 246 tags posés ;
      • 115 comptes ouverts (dont 4 fermés depuis) ;
      • 53 entrées de forums publiées (dont 1 masquée depuis) ;
      • 22 dépêches publiées ;
      • 18 journaux publiés (dont 0 masqué depuis) ;
      • 6 entrées dans le système de suivi (dont 0 fermée depuis) ;
      • 1 sondage publié ;
      • 1 page wiki publiée (dont 0 masquée depuis).

      Du 1er au 15 février 2018 :

      • 1462 commentaires publiés (dont 2 masqués depuis) ;
      • 238 tags posés ;
      • 78 comptes ouverts (dont 6 fermés depuis) ;
      • 62 entrées de forums publiées (dont 3 masquées depuis) ;
      • 19 dépêches publiées ;
      • 25 journaux publiés (dont 1 masqué depuis) ;
      • 1 entrée dans le système de suivi (dont 0 fermée depuis) ;
      • 1 sondage publié ;
      • 0 page wiki publiée (dont 0 masquée depuis).

      Listes de diffusion (hors pourriel)

      Liste linuxfr-membres@ — [restreint]

      • [membres linuxfr] Plus d'un an de retard de cotisation pour LINUXFR.ORG

      Liste meta@ - [restreint]

      • R.A.S.

      Liste moderateurs@ - [restreint]

      • [Modérateurs] Pull Request #218 : CSS Steelblue
      • [Modérateurs] Fermer mon compte
      • [Modérateurs] message suspect sur linux fr [*]
      • [Modérateurs] PROGRAM RIGHTS FOR FRENCH TV SERIES
      • [Modérateurs] spam
      • [Modérateurs] Précision importante pour votre site Linux concernant l'Artesi

      Liste prizes@ - [restreint]

      • [Prizes] LinuxFr prizes recap du samedi 3 février 2018, 13:05:25 (UTC+0100)
      • [Prizes] LinuxFr prizes recap du samedi 3 février 2018, 13:03:32 (UTC+0100)

      Liste redacteurs@ - [public]

      • R.A.S.

      Liste team@ - [restreint]

      • [team linuxfr] Pull Request #218 : CSS Steelblue
      • [team linuxfr] Message de service
      • [team linuxfr] Célébrez avec nous le printemps et le Libre : organisez un événement dans le cadre du Libre en Fête 2018 (du samedi 3 mars au dimanche 8 avril inclus)

      Liste webmaster@ — [restreint]

      • R.A.S.

      Canal IRC adminsys (résumé)

      Tribune de rédaction (résumé)

      • Taille max pour les images : limite technique « // The maximal size for an image is 5MB », plus les questions de bande passante et de taille écran pour les visiteurs (source)
      • Des idées de dépêches : VLC 3.0, CoreOS et Red Hat
      • Signalement de spam
      • Avis de grand calme sur la tribune de rédaction

      Tribune de modération (résumé)

      • du spam à gérer
      • un modérateur veut rejoindre l'équipe d'adminsys pour bosser sur les serveurs
      • constat : l'espace de rédaction est en difficulté actuellement: manque ou absence des animateurs, empilement de vieilles dépêches. Du ménage a été fait dans les dépêches en rédaction.
      • les urgences du moment : mises à jour côté serveurs d'une part, et bilans financiers de l'association d'autre part
      • peu de réponses reçues pour les prix
      • demande inhabituelle de consulting pour une série TV
      • un problème de cache entre la version publique et l'édition sur une dépêche, non reproduit.

      Commits/pushs de code https://github.com/linuxfrorg/

      Branche before-redesign

      • Fix display of equations on blink
      • Fix for anonymous
      • Fix the redaction page
      • Merge remote-tracking branch 'origin/pr/218' into before-redesign
      • CSS Steelblue

      Lire les commentaires

    • G’MIC : 2.2, v’là les filtres ! (Dépêches LinuxFR)

      L’équipe IMAGE du laboratoire GREYC (UMR CNRS 6072), situé à Caen, est ravie de vous annoncer la sortie d’une nouvelle version (numérotée 2.2) de G’MIC, son cadriciel libre, générique et extensible pour le traitement des images.
      Comme à notre habitude, nous profitons de cette occasion pour faire un point sur les dernières fonctionnalités notables ajoutées depuis la version majeure précédente (2.0), sortie qui avait fait l’objet d’une dépêche sur LinuxFr.org, en juin 2017.

      Sommaire

      N. D. A. : Cliquez sur les images de la dépêche pour en visualiser des versions à meilleure résolution.

      1. Contexte et évolutions récentes du projet

      G’MIC est un projet libre développé depuis août 2008 (distribué sous licence CeCILL), dans l’équipe IMAGE du laboratoire GREYC, laboratoire de recherche public français localisé à Caen et chapeauté par trois tutelles : le CNRS, l’Université de Caen, et l’ENSICAEN. Cette équipe est composée de chercheurs et d’enseignants‐chercheurs spécialisés dans les domaines de l’algorithmique et des mathématiques du traitement d’images.
      G’MIC logo  Fig. 1.1 : Logo du projet G’MIC, cadriciel libre pour le traitement d’images, et sa mignonne petite mascotte « Gmicky » (élaborée par David Revoy).

      G’MIC est multi‐plate‐forme (GNU/Linux, macOS, Windows…) et fournit un ensemble d’interfaces utilisateur variées pour la manipulation de données images génériques, à savoir des images ou des séquences d’images hyperspectrales 2D ou 3D à valeurs flottantes (ce qui inclut de fait les images couleur « classiques »). Plus de 950 fonctions différentes de traitement d’images sont déjà disponibles dans ce cadriciel, nombre extensible à l’infini puisque les utilisateurs ont la possibilité de développer et d’ajouter leurs propres fonctionnalités via l’utilisation du langage de script intégré, spécifiquement dédié à la réalisation de pipelines de traitement d’images.
      Greffon G’MIC pour GIMP  Fig.1.2 : Le greffon G’MIC-Qt pour GIMP, aujourd’hui l’interface utilisateur de G’MIC la plus populaire.

      Deux événements d’importance dans la vie du projet ont eu lieu, depuis la sortie de la dernière version majeure :

      1.1. Portage du greffon G’MIC-Qt vers Krita

      Lors de la sortie de la version 2.0, nous étions heureux d’annoncer une refonte complète (en Qt) du code du greffon G’MIC pour GIMP, de façon à disposer d’un greffon G’MIC-Qt théoriquement « universel », c’est‐à‐dire déclinable pour fonctionner sur d’autres logiciels hôtes que GIMP. Eh bien, une étape supplémentaire a été franchie, puisque ce greffon a été effectivement étendu pour s’intégrer dans le logiciel libre de peinture numérique Krita.
      Ceci a été rendu possible grâce au travail de développement de Boudewijn Rempt (mainteneur principal de Krita) et de Sébastien Fourey (développeur du greffon). Le greffon G’MIC-Qt est aujourd’hui disponible pour les versions 3.3+ de Krita et, même s’il n’implémente pas encore toutes les fonctionnalités d’entrées‐sorties de son équivalent pour GIMP, les retours d’utilisation que nous avons eu sont plutôt positifs.
      Ce nouveau portage remplace de facto l’ancien greffon G’MIC pour Krita qui n’était plus maintenu depuis quelque temps. La bonne nouvelle pour les utilisateurs et les développeurs de Krita, c’est qu’ils disposent maintenant d’un greffon dont le code est commun avec celui fonctionnant sous GIMP, et dont nous allons pouvoir assurer la plus grosse partie de maintenance et de mise à jour.
      À noter que ce portage a nécessité principalement l’écriture d’un fichier source host_krita.cpp (en C++) permettant la communication entre le logiciel hôte et le greffon, et on peut raisonnablement penser qu’un effort similaire permettrait à d’autres logiciels de disposer eux aussi de leur propre version du greffon G’MIC, et des quelques 500 filtres de traitement d’images livrés avec ! Avis aux développeurs…
      G’MIC pour Krita  Fig. 1.3 : Aperçu du greffon G’MIC-Qt tournant sous Krita.

      1.2. Une licence CeCILL-C, plus permissive

      Seconde nouvelle importante, la licence d’utilisation CeCILL-C (licence dans l’esprit de la LGPL) est maintenant proposée pour certains composants du cadriciel G’MIC. Cette licence est plus permissive que la licence CeCILL (qui, elle, est compatible GPL) qui s’appliquait jusque ici, et plus adaptée à la distribution de bibliothèques logicielles. Cette extension de licence (double licence) concerne justement le cœur de calcul de G’MIC via sa bibliothèque C++ libgmic. Cette nouvelle licence autorise l’intégration des fonctionnalités de la libgmic (donc, de tous ses algorithmes de traitement d’images) dans des logiciels non licenciés en GPL/CeCILL (incluant les logiciels à sources fermées).
      Le code source du greffon G’MIC-Qt, quant à lui, reste distribué sous licence unique CeCILL.

      2. Collaboration féconde avec David Revoy

      Si vous avez suivi nos épisodes précédents, vous avez peut‐être remarqué que nous citons très souvent l’artiste illustrateur David Revoy pour ses contributions multiples à G’MIC : dessin de la mascotte, idées de filtres, tutoriels écrits ou vidéo, tests en tout genre, etc. Plus généralement, David est un contributeur important au monde de l’art numérique libre, autant avec la bande dessinée Pepper & Carrot, qu’il élabore (distribuée sous licence libre CC-BY), qu’avec ses suggestions et rapports de bogues continuels pour les logiciels libres qu’il utilise.
      Il paraît donc tout naturel de lui consacrer une section spéciale dans cette dépêche, relatant les différentes idées, contributions et expérimentations qu’il a apportées à G’MIC tout récemment. Un grand merci à lui pour sa disponibilité, le partage de ses idées, et tant qu’on y est, l’ensemble de son œuvre.

      2.1. Perfectionnement du filtre de colorisation de dessins au trait

      Évoquons tout d’abord les progrès apportés au filtre Black & White / Colorize lineart [smart-coloring], filtre qui était apparu lors de la sortie de la version 2.0 de G’MIC. C’est un filtre d’aide à la colorisation en aplats de dessins au trait (également dénommés line art), qui avait été élaboré en collaboration avec David. Le principe de ce filtre était de générer automatiquement un calque de colorisation aléatoire pour un dessin donné, à partir de l’analyse fine des contours présents dans le calque d’entrée contenant le dessin au trait.
      En suivant les suggestions de David, nous avons pu ajouter un nouveau mode de colorisation : le mode Autoclean. Ce dernier permet de « nettoyer » automatiquement un calque de coloriage (réalisé grossièrement) fourni par l’utilisateur en plus du line art, en utilisant la même analyse géométrique des contours que pour les modes de colorisation précédents. L’utilisation de ce nouveau mode est illustré ci‐dessous, où un dessin donné (à gauche) a été colorisé de manière approximative par l’utilisateur. À partir des deux calques line art + colorisation grossière, le mode Autoclean du filtre de colorisation va générer l’image (de droite), où les couleurs ne débordent plus des contours (même des contours « virtuels » non fermés !). Le résultat n’est pas toujours parfait, mais permet néanmoins de réduire le temps passé au processus fastidieux de colorisation.
      gmic_autoclean|690x302  Fig. 2.1 : Le nouveau mode Autoclean du filtre de colorisation de dessin au trait permet de nettoyer automatiquement un calque d’aplats de couleurs peint approximativement.

      À noter que ce même filtre se dote également d’un nouveau module de détection de hachures, qui permet de ne pas générer trop de petites régions en utilisant l’ancien mode de colorisation aléatoire, lorsque le dessin au trait comporte un nombre important de hachures (résultat de droite sur la figure ci‐dessous). Assurément du temps gagné pour l’assignation des couleurs finales par l’artiste !
      gmic_hatch_detect|690x187  Fig. 2.2 : Le nouveau module de détection de hachures limite le nombre de petites zones de couleurs inutiles générées par le mode de colorisation aléatoire automatique.

      2.2. Égaliseur dans les espaces colorimétriques HSI, HSL et HSV

      Plus récemment, David nous a suggéré l’idée d’un filtre permettant de faire varier séparément les teintes et les saturations des couleurs possédant certains niveaux de luminosité. L’idée sous‐jacente est de donner à l’artiste la possibilité de dessiner ou peindre numériquement en utilisant seulement des niveaux de gris, puis de coloriser après coup son chef d’œuvre simplement en assignant des couleurs particulières aux différentes valeurs de gris de l’image. La version couleur obtenue possède une palette certes limitée, mais dont l’ambiance colorimétrique globale est déjà en place. L’artiste n’a plus qu’à retoucher localement les couleurs plutôt que d’avoir à coloriser l’ensemble du dessin à la main.
      La figure ci‐dessous illustre l’utilisation de ce nouveau filtre égaliseur Colors / Equalize HSI/HSL/HSV via le greffon G’MIC : chaque catégorie de valeurs peut être ajustée finement, avec pour résultats des colorisations préliminaires de dessins en noir et blanc assez bluffants ! On reconnaît dans tous ces exemples la patte artistique de David, qui a lui‐même effectué les tests de ce filtre.
      Equalize HSI1
      Equalize HSI2
      Equalize HSI3  Fig. 2.3 : Le filtre Equalize HSI/HSL/HSV permet d’assigner des teintes quelconques à des pixels de différentes valeurs de gris.

      Notons que dans le cas d’une image d’entrée en niveaux de gris, l’effet est équivalent à appliquer un gradient de couleurs aux différentes valeurs de l’image, ce qui pouvait déjà se faire assez facilement dans GIMP. Mais l’intérêt ici est de s’assurer que la luminosité des pixels reste inchangée lors de la transformation couleur appliquée, ce qui n’est pas une propriété évidente à préserver lorsqu’on effectue ce type de traitement manuellement via la définition d’un gradient couleurs.

      Et ce qui est sympa avec ce filtre, c’est qu’il peut aussi s’appliquer aux photographies déjà en couleurs. On peut ainsi modifier la teinte et la saturation de couleurs possédant une certaine luminosité, avec un effet pouvant être parfois surprenant, comme celui obtenu sur la photographie de paysage ci‐dessous.
      Equalize HSI4  Fig. 2.4 : Le filtre Equalize HSI/HSL/HSV appliqué sur une photographie couleur permet de changer son ambiance colorimétrique, ici de manière assez extrême.

      2.3. Déformations anguleuses

      Une autre demande de David a concerné l’élaboration d’un filtre de déformation locale aléatoire d’image, ayant la particularité de générer des déformations anguleuses. D’un point de vue algorithmique, ça semblait relativement simple à réaliser.
      Notons qu’une fois l’implémentation effectuée (en style concis : 12 lignes !) et intégrée dans les mises à jour officielles, David a juste eu à appuyer sur le bouton Mettre les filtres à jour de son greffon G’MIC pour Krita et le nouvel effet Deformations / Crease est apparu dans sa liste de filtres, avec la possibilité pour lui de le tester immédiatement. C’est aussi ça le côté pratique de G’MIC !
      G’MIC Crease  Fig. 2.5 : Nouvel effet Crease pour des déformations locales anguleuses.

      En revanche, on ne savait pas franchement à quoi ce truc pouvait bien servir en pratique. Mais ce qui est bien quand on coopère avec David, c’est que, lui, il sait très bien ce qu’il va en faire ! Et sur ses expérimentations à lui, ça a tout de suite plus d’allure. En témoigne les deux utilisations qu’il en a fait ci‐dessous, d’une part pour donner un aspect crénelé aux bords de certaines de ses cases de BD, et d’autre part pour améliorer le rendu d’un « rayon alien de la mort ».
      G’MIC Crease 2
      G’MIC Crease 3  Fig. 2.6 : Utilisation du filtre Crease pour deux cas concrets de création artistique.

      3. Toujours plus de filtres…

      David Revoy n’est a priori pas le seul utilisateur de G’MIC, nous observons en effet entre 600 et 900 téléchargements quotidiens depuis le site principal du projet. Et il arrive, bien sûr, que d’autres utilisateurs emballés inspirent de nouveaux effets à ajouter, en particulier lors des discussions qui ont lieu sur notre forum principal, aimablement mis à disposition par la communauté PIXLS.US.

      3.1. Faire ressortir les détails sans créer de « halos »

      Beaucoup de photographes vous le diront : il n’est pas toujours évident de rehausser les détails dans des photographies numériques sans créer par ailleurs de vilains artéfacts qu’il faut souvent remasquer « à la main » après coup.
      Il faut savoir que les algorithmes de rehaussement de contraste classiques se basent le plus souvent sur l’augmentation de la variance locale des intensités lumineuses des pixels, voire sur l’égalisation de leurs histogrammes locaux. Malheureusement, ces opérations se font généralement en considérant des voisinages à taille et géométrie fixées, où chaque pixel d’un voisinage est toujours considéré avec le même poids dans les calculs statistiques liés à ces algorithmes.
      C’est plus simple et plus rapide, mais d’un point de vue qualitatif ce n’est pas une excellente idée : on se retrouve couramment avec des effets de « halos » autour des contours qui étaient déjà très contrastés dans l’image. Ce phénomène classique est illustré par le cas d’école ci‐dessous avec l’application du filtre Unsharp mask (présent par défaut dans GIMP) sur une partie d’image de paysage montagneux, et qui génère un « halo » indésirable à la frontière entre montagne et ciel (particulièrement visible sur les images en pleine résolution).
      G’MIC details filters  Fig. 3.1 : Des effets de « halos » indésirables apparaissent souvent avec les filtres usuels de rehaussement de contraste.

      Tout l’enjeu des algorithmes de rehaussement de détails est donc d’être capable d’analyser la géométrie locale des structures dans les images de manière plus fine, pour prendre en compte des « poids » locaux plus adaptés pour chaque pixel des voisinages considérés. Pour simplifier, on veut rendre anisotropes ces méthodes de rehaussement, en les orientant par les contours présents dans les images.
      C’est en suivant cette voie que deux nouveaux filtres G’MIC ont fait leur apparition récemment, à savoir Details / Magic details et Details / Equalize local histograms, qui essayent de mieux prendre en compte le contenu géométrique de l’image pour ce travail de rehaussement local, grâce à l’utilisation du filtre bilatéral.
      G’MIC magic details
      G’MIC equalize local histograms
      G’MIC equalize local histograms  Fig. 3.2 : Les nouveaux filtres de rehaussement de détails de G’MIC.

      Ainsi, l’application du nouveau filtre d’égalisation locale d’histogrammes de G’MIC sur l’image de paysage montagneux donne un résultat plus contrasté en détails géométriques et en couleurs, et ne fait plus apparaître de halos.
      G’MIC details filters
      G’MIC magic details
      G’MIC magic details  Fig. 3.3 : Différences de résultats entre le filtre Unsharp Mask classique et l’égalisation locale d’histogrammes de G’MIC, pour le rehaussement de détails.

      3.2. Des déformations en tout genre

      Régulièrement, de nouveaux filtres permettant de réaliser des déformations géométriques sur les images sont ajoutés à G’MIC, et cette nouvelle version majeure 2.2 ne déroge pas à cette règle.
      Commençons donc par le filtre Deformations / Spherize, qui permet de déformer localement l’image pour donner l’impression que celle‐ci est projetée sur une sphère ou un ellipsoïde 3D. C’est le filtre idéal pour transformer votre odieux collègue de bureau en Monsieur Patate !
      G’MIC spherize
      G’MIC spherize  Fig .3.4 : Deux exemples de déformations sphériques 3D réalisées avec le filtre Spherize de G’MIC.

      Le filtre Deformations / Square to circle, quant à lui, implémente des transformations directes et inverses d’un domaine carré (ou d’un rectangle) vers un disque (ainsi que décrit mathématiquement sur cette page), ce qui permet de générer ce type de déformations.
      G’MIC square to circle  Fig. 3.5 : Transformations directes et inverses d’un carré vers un disque.

      L’effet Degradations / Streak remplace une zone d’image masquée par l’utilisateur (remplie par une couleur uniforme) par une ou plusieurs copies d’une zone voisine. Il fonctionne principalement comme l’outil de clonage de GIMP mais évite à l’utilisateur de réaliser le remplissage de tout le masque à la main.
      G’MIC streak  Fig. 3.6 : Le filtre Streak recopie une partie de l’image dans une zone masquée définie par l’utilisateur.

      3.3. Abstractions artistiques

      Vous allez me dire que les déformations c’est sympathique, mais qu’on désire parfois transformer une image de façon plus radicale. Tournons‐nous donc maintenant vers les nouveaux effets qui transforment une image en une version plus abstraite (simplifiée ou redessinée). Ces filtres ont en commun une analyse de la géométrie des structures de l’image, suivie d’une étape de re‐synthèse — avec plus ou moins de bonheur.
      Par exemple, le filtre Contours / Super‐pixels tente de regrouper localement les pixels de même couleur pour former une image partitionnée, façon puzzle, par des formes géométriques qui collent aux contours. Cette partition est obtenue via la méthode SLIC (Simple Linear Iterative Clustering), un algorithme classique de partitionnement d’images, qui a l’avantage d’être relativement rapide en temps de calcul.
      G’MIC super pixels 1
      G’MIC super pixels 2  Fig. 3.7 : Décomposition d’une image en super‐pixels, par l’algorithme SLIC (Simple Linear Iterative Clustering).

      Le filtre Artistic / Linify tente quant à lui de redessiner une image d’entrée en superposant des droites colorées semi‐transparentes sur un canevas initialement blanc, comme le montre la figure ci‐dessous. Cet effet est la ré‐implémentation d’un algorithme ingénieux initialement proposé sur le site http://linify.me/ (implémenté en JavaScript).
      G’MIC linify 1
      G’MIC linify 2  Fig. 3.8 : L’effet « Linify » cherche à redessiner une image en superposant uniquement des droites colorées semi‐transparentes sur un canevas blanc.

      L’effet Artistic / Quadtree variations va pour sa part décomposer une image dans un premier temps en quadtree (arbre quaternaire), puis la re‐synthésiser en dessinant des ellipses orientées sur un canevas initialement vide, pour chaque feuille du quadtree ainsi obtenu, ce qui donne un petit effet « peinture » assez intéressant. Il est probable qu’avec des formes plus complexes que des ellipses pleines, on puisse synthétiser des rendus encore plus attrayants. Sûrement une idée à garder dans un coin du cerveau pour une prochaine mise à jour des filtres.
      G’MIC quadtree 1
      G’MIC quadtree 2  Fig. 3.9 : La décomposition d’image en quadtree permet par la suite de la re‐synthétiser en superposant uniquement des ellipses orientées et colorées.

      3.4. « Y en a un peu plus, je vous le mets quand même ? »

      Et maintenant que vous avez traité pleins de belles images, pourquoi ne pas les exposer sous la forme d’un superbe montage photo ? C’est précisément le rôle du filtre Arrays & tiles / Drawn montage, qui permet de créer très rapidement une juxtaposition de photographies en épousant des formes quelconques. L’idée est de fournir au filtre un patron (template) coloré en plus de l’ensemble des photographies (fig. 3.10a), puis d’associer chaque photographie à chaque couleur différente du patron (fig. 3.10b). L’incrustation se fait alors automatiquement par G’MIC, qui redimensionne les images de telle sorte qu’elles apparaissent le mieux cadré possible à l’intérieur des formes définies par le patron (fig. 3.10c).
      Nous avons réalisé une vidéo tutorielle montrant l’utilisation de ce filtre particulier.

      G’MIC drawn montage  Fig. 3.10a : Étape 1 : l’utilisateur dessine l’organisation désirée du montage avec des formes de différentes couleurs.

      G’MIC drawn montage  Fig. 3.10b : Étape 2 : le filtre Drawn montage de G’MIC permet ensuite d’associer une photographie à chaque couleur.

      G’MIC drawn montage  Fig. 3.10c : Étape 3 : le montage est finalement créé de manière automatique par le filtre, qui insère les photographies dans chaque forme de couleur en adaptant la résolution de chaque photographie.

      Mais revenons en à des questions plus essentielles : avez vous déjà eu besoin de dessiner des rouages ? Non ?! C’est normal, ce n’est pas quelque chose que l’on fait tous les jours ! Mais, au cas où, le filtre Rendering / Gear se propose de le faire pour vous, avec différents réglages pour régler taille, couleurs et nombre de dents. Parfaitement inutile, donc totalement indispensable !
      G’MIC drawn montage  Fig. 3.11 : Le filtre Gear tournant à plein régime.

      Besoin rapide d’une texture de satin ? Non plus ?! Dommage, car le filtre Patterns / Satin aurait pu vous être d’un grand secours !
      G’MIC satin  Fig. 3.12 : Le filtre Satin de G’MIC vous rend la vie plus soyeuse.

      Et pour finir la série de ces « effets qui ne servent à rien sauf le jour où on en a besoin », notons la venue du filtre Degradations / JPEG artefacts qui simule l’apparition d’artefacts de compression JPEG due à la quantification des coefficients DCT encodant les blocs 8 × 8 composant l’image (oui, vous obtiendrez quasiment la même chose en sauvant votre image sous forme d’un fichier JPEG de la qualité désirée).
      Simulate JPEG artefacts
      Simulate JPEG artefacts  Fig. 3.13 : L’effet JPEG artefacts simule une dégradation d’image due à la compression DCT par bloc 8 × 8.

      4. Autres améliorations notables

      Cette revue des nouveaux filtres disponibles ne doit pas faire oublier les diverses améliorations qui ont également été apportées « sous le capot » et qui sont toutes aussi importantes, même si elles sont moins visibles en pratique.

      4.1. Amélioration de l’interface du greffon G’MIC-Qt

      Un gros effort de nettoyage et de restructuration du code du greffon G’MIC-Qt a été réalisé, avec pour conséquence pas mal de petits soucis réglés dans l’utilisation de l’interface graphique (GUI). Citons également en vrac quelques nouvelles fonctionnalités ayant fait leur apparition dans ce greffon : la possibilité de régler un délai d’expiration (timeout) lors de la prévisualisation du résultat de filtres un peu longs à calculer, une meilleure prise en compte des paramètres d’entrées‐sorties pour chaque filtre (persistance, meilleure localisation, bouton de réinitialisation), des facilités pour maximiser la taille de la fenêtre de prévisualisation, pour éditer à la main son coefficient d’agrandissement (zoom), ou encore pour choisir la langue de l’interface (indépendamment de la langue du système), etc. Au final, plein de petites choses qui, additionnées, améliorent progressivement l’expérience utilisateur.
      Préférences de G’MIC  Fig. 4.1 : Aperçu de l’interface du greffon G’MIC-Qt dans sa dernière mouture 2.2.

      4.2. Améliorations apportées au cœur de calcul

      Encore moins visible, mais tout aussi important, beaucoup d’améliorations sont apparues dans le code du cœur de calcul de G’MIC et son interpréteur de langage de script associé. Il faut savoir que tous les filtres proposés dans le greffon sont écrits sous forme de scripts en langage G’MIC, et chaque petite amélioration apportée à l’interpréteur a donc une conséquence bénéfique pour l’ensemble des filtres proposés. Sans rentrer dans les détails techniques de ces améliorations internes, on peut citer pêle‐mêle :

      • des améliorations notables en ce qui concerne la syntaxe même du langage, allant de pair avec une meilleure performance d’analyse de cette syntaxe et, in fine, un temps d’exécution amélioré des scripts, pour une utilisation mémoire qui, elle, devient plus réduite ;
      • l’évaluateur d’expressions mathématiques intégré à G’MIC connaît lui aussi quelques améliorations et nouvelles fonctionnalités, pour envisager encore plus de possibilités de codage d’algorithmes réalisant des opérations non triviales au niveau pixel ;
      • une meilleure prise en charge des entrées‐sorties de séquences vidéo brutes en format .yuv avec la prise en charge des formats 4:2:2 et 4:4:4, en plus du format 4:2:0 qui était le seul géré auparavant ;
      • enfin, deux nouvelles animations ont été ajoutées au menu des démonstrations de G’MIC (qui s’affiche par exemple lorsque l’on lance l’interface CLI — gmic sans arguments, depuis la ligne de commande) :
        • tout d’abord, un effet de champ d’étoiles en 3D : Starfield demo  Fig. 4.2 : Nouvelle animation 3D Starfield ajoutée au menu de démonstration.
        • mais aussi une version 3D jouable des Tours de Hanoï : Démo Hanoi  Fig. 4.3 : La version 3D jouable des « Tours de Hanoï », disponible dans G’MIC.
      • pour finir, signalons l’apparition de la commande tensors3d dédiée à la représentation 3D d’un champ tensoriel d’ordre 2. Et, en pratique, ça ne sert pas qu’à donner envie de manger des Smarties® ! On peut par exemple l’utiliser pour visualiser certaines régions de volumes IRM de tenseurs de diffusion : tensors3d  Fig. 4.4 : La commande tensors3d permet la visualisation 3D de champs tensoriels d’ordre 2.

      4.3. Nouveau design pour G’MIC Online

      Pour en finir avec le rayon des nouveautés, mentionnons également la refonte complète du service en ligne G’MIC Online durant l’année 2017, réalisée par Christophe Couronne et Véronique Robert du service développement du laboratoire GREYC.
      G’MIC Online est un service Web, qui propose d’appliquer un sous‐ensemble des filtres de G’MIC sur vos images, via un navigateur Web. Ces pages ont maintenant un design adaptatif, ce qui les rend utilisables de manière plus agréable qu’auparavant sur les appareils mobiles (smartphones et tablettes), comme illustré ci‐dessous avec une copie d’écran du service lancé depuis un navigateur Chrome tournant sous Android, le tout sur une tablette de 10 pouces de diagonale.
      G’MICol  Fig. 4.5 : Nouvelle version adaptative du service Web G’MIC Online, tournant ici sur une tablette 10”.

      5. Conclusion et perspectives

      Voilà, le tour d’horizon de cette nouvelle version 2.2 de G’MIC est terminé. Une conclusion pourrait être : « Il y a plein de perspectives ! ». G’MIC est un projet libre que l’on peut qualifier de mature : les premières lignes de code ont été composées il y a presque dix ans, et l’on a aujourd’hui une bonne idée des possibilités (et des limites) de la bête. Nous espérons rencontrer toujours plus d’intérêt de la part des utilisateurs et développeurs libres, par exemple pour l’intégration du greffon générique G’MIC-Qt dans des logiciels divers et variés de traitement d’images ou de vidéos.
      La possibilité d’utiliser le cœur de G’MIC sous une licence CeCILL-C — plus permissive — peut également être source de collaborations intéressantes dans le futur (certaines entreprises nous ont déjà approché à ce sujet).

      Tout en étant à l’affût de collaborations potentielles, nous allons continuer à développer G’MIC dans la mesure de nos moyens et l’alimenter avec de nouveaux filtres et effets, au gré des suggestions de nos utilisateurs enthousiastes. Merci à eux pour leur aide et leurs encouragements constants (la motivation pour écrire du code ou des articles, passé 23 h, ne serait pas la même).

      Et en attendant une prochaine dépêche sur G’MIC… « Vive le traitement d'images et la création artistique libre ! »

      Lire les commentaires

    • Installer lineage os sur son smartphone. (Journaux LinuxFR)

      http://lelibreauquotidien.fr/2018/02/14/installer-lineage-os-sur-votre-smartphone/

      Bonjour a tous je vais vous montrer comment installer lineage os sur votre smartphone android.

      /!\ Ces manipulations comportent des risques je ne serai en aucun cas responsable en cas de mauvaise manipulation.

      On commence tout de suite.

      Il faut d’abord vous rendre sur les sites suivants:

      /!\ Le logiciel odin est compatible uniquement avec les smartphones samsung,le logiciel diffère selon les constructeurs.

      Sur les sites de lineage et de twrp,choisissez les fichiers correspondant à votre smartphone,tous les téléphones ne sont pas compatibles.

      Je vous invite à choisir le même nom de code pour lineage os et twrp(Pour mon Samsung galaxy s4 mini i9195 c’est seranoltexx).

      Téléchargez tous les fichiers nécessaires et disposez les dans un dossier dédié.

      Pour ces étapes, j’utilise un ordinateur sous Windows.
      Ouvrez odin en tant qu’administrateur.
      Cliquez sur le boutton « AP » et sélectionnez le fichier de twrp, passez votre téléphone en mode download(cherchez sur internet « mode download‘ avec le modele de votre smartphone).
      Ensuite, connectez le téléphone a votre pc avec le cable usb.
      Le logiciel doit passer une des cases en haut de la fenêtre en bleu avec le texte »ID:COMx ». Vous pouvez maintenant cliquer sur « Start » et patienter jusqu’à ce que la fenêtre affiche « PASS », votre téléphone va rebooter.
      A présent, débranchez votre téléphone et redémarrez le en mode recovery(cherchez sur internet la combinaison de touche).
      Vous arrivez sur twrp.Je vous invite à aller dans l’onglet « Settings », à cliquer sur la petite mapemonde en haut à droite puis sur « Français ». Maintenant, validez en cliquant sur « Set Language ».Vous voilà dans la langue de molière.
      Retournez à l’accueil en cliquant sur la maison, en bas au milieu de l’écran.

      Cliquez à présent sur « Sauvegarder »,Sélectionnez Cache,Data,Système,Amorçable,EFS.

      Glissez l’ interrupteur pour sauvegarder.

      Attendez…

      Maintenant démarrez sur le système et transférez sur un ordi le dossier du nom de votre sauvegarde qui se trouve dans le dossier /TWRP/Bakcups/undossier/

      Une fois que c’est fait ,transférez les fichiers supersu et lineage sur une carte microsd que vous allez insérer dans votre téléphone.

      Démarrez sur twrp, sélectionnez « Installer »,cliquez sur « Sélectionner l’emplacement« ,puis sélectionnez « carte microSD ».

      Sélectionnez le fichier de supersu,et glissez interrupteur pour flasher le zip.

      N.B :Chez moi il ne rootait pas avec le flashage de supersu,j’ai donc utilisé cf auto-root.

      Il est intéressant d’aller dans « Formater » et de cliquer sur « Formatage avancé » puis de sélectionner Système,Cache et Data.Faîtes glisser l’ interrupteur et patientez.

      Maintenant, rendez vous dans« installer« , sélectionnez le fichier de lineage et swippez interrupteur.

      Après ça, l’installation doit être terminée.Retournez à l’accueil.Dans l’onglet « redémarrer«  ,cliquez sur « Système ».

      Le téléphone va redémarrer sur lineage(le premier démarrage peut prendre beaucoup de temps)

      Configurez le.

      Vous arrivez sur l’écran d’accueil de lineage.Content ? vous venez de degoogliser votre smartphone.

      Maintenant que l’installation est finie, vous pouvez personnaliser lineage os.Moi, j’ai installé f-droid,ce n’est pas très compliqué et je vous recommande ce store alternatif.

      Si vous avez des retours d’experiance ,des remarques ou des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

      Lire les commentaires

    • Acheter un Thinkpad moddé, seconde partie - Installation et premiers usages (Journaux LinuxFR)

      Cher journal,

      Il y a quelque mois, j'avais parlé de ma commande d'un Thinkpad moddé. L'ordinateur est arrivé début février, et j'ai pu cette semaine commencer à jouer avec et même casser des choses ! C'est excitant.

      Comme prévu, le x210 est arrivé sans RAM, ni disque dur ou SSD, ni batterie, et moi, je n'avais pas fait mes emplettes. Je me suis donc dépêché d'aller chopper un chargeur, je lui ai collé une barrette de RAM qui trainait par là dans l'écoutille, une clef USB avec Arch, et c'est parti, j'ai démarré l'engin.

      Petit passage par le BIOS qui semble très complet et que j'étudierai plus en détails une autre fois afin de le comprendre.

      Arch boot impeccablement, le wifi est reconnu sans problème, tout est correctement détecté, mais apparait un premier défaut. L'écran dépasse légèrement du cadre de chaque côté. Du coup, je décide de passer à l'étape suivante, à savoir acheter un SSD et une batterie.

      Cadre dépassant

      Pour le SSD, je rappelle que la carte mère dispose d'un port SATA 3 (qui peut être mis en mode SSD dans le BIOS) ainsi que d'un port nvme M.2. Il est donc temps d'ouvrir la bête (en vrai, je l'ai fait avant parce que je voulais voir comment c'était dedans), et donc de casser quelque chose : quelques vis à ôter, le clavier s'enlève facilement, puis je débranche la prise du touchpad, je tire comme pour le clavier, sauf que ce coup ci vient aussi la partie de la prise soudée à la carte mère. Pas de touchpad pour moi du coup, mais ce n'est pas grave c'est un thinkpad, on a le petit bitoniau rouge et des boutons sur le clavier. Et puis la cassure s'est faite nette, alors un coup de pistolet à chaleur devrait suffire à le réparer.

      On remarque aussi que le port nvme M.2 est sous le repose poignet (je me demande ce que ça va donner niveau température) et que la protection contre les liquides des claviers Thinkpad semble inexistante.
      Intérieur du x210
      A pu touchpad

      Le SSD que j'ai choisi est un Samsung EVO 960 et je laisse de côté la baie SATA3 qui est hot swapable ce que je trouve trokool (notez que je n'ai pas dit utile). La batterie est, elle, une 11 cellules de marque AVACOM qui coute largement moins chère que les Lenovo, j'espère ne pas regretter.

      L'installation d'Arch se passe sans le moindre soucis, mis à part que pour avoir accès au changement de luminosité il faut ajouter acpi_backlight=video au paramètres du noyau et qu'il ne faut pas oublier d'installer le bon paquet pour la carte wifi (r8168).

      Le clavier est très agréable à utiliser si ce n'est que je n'arrive pas encore à faire marcher les boutons pour le son. Ceci dit, le problème vient très probablement de moi puisqu'un autre utilisateur a dit que sous Gnome les boutons sont détectés immédiatement. Si quelqu'un à un suggestion, j'utilise i3 comme WM.

      Quant au problème de l'écran trop large, je l'ai résolu pour l'instant grâce aux bords de fenêtre d'i3 qui sont largement assez gros pour corriger le dépassement, en attendant de poncer les bords du cadre. Les ports testés marchent (DVI, carte SD, baie SATA, sortie audio, ports USB bien que certains soient à l'envers).

      Comme aucun des problèmes que j'ai remarqué jusqu'à présent ne me semble particulièrement embêtant, j'ai décidé d'utiliser cette machine comme machine principale. Il ne me reste qu'à lui donner plus de RAM et à voir si dans un mois je ne serai pas en train de m'arracher les cheveux.

      Si vous avez des questions ou que vous voulez plus de photos, n'hésitez pas.

      Lire les commentaires

    • Quel IDE pour quel langage (Journaux LinuxFR)

      Il y a trop longtemps, le débat sur les IDE se cristallisait entre VI et EMACS. Sur l'un, il fallait appuyer sur 3 touche en même temps, l'autre l'une à la suite de l'autre.

      Par hasard, j'ai appris Emacs, et changer de réflexe sur les raccourcis est très compliqué (genre ctrl-x rt). J'ai beaucoup codé en C, et ocaml et perl dessus avec succès.

      Puis j'ai fait du Java avec Eclipse. Il me manquait une tonne de fonctionnalité d'édition de base par rapport à Emacs, mais se rajoutait un des fonctions nouvelles très puissantes, comme l'auto-complétion depuis les library, qui suivait le typage et la syntaxe, la documentation par le survol (pas besoin d'aller chercher un fichier particuliers), le reformatage de code (factorisation de fonction depuis un bout de code). De retour sous Emacs, tout cela me manque.

      J'ai fais aussi un détour sous Visual Studio pour le C++, où la navigation entre fichier (clic d'une fonction pour avoir sa déclaration), et le debuging visuelle était vraiment agréable.

      Depuis que je code en go, j'aime de moins en moins Emacs, et sa tonne de fonction dont il faut se rappeler le nom pour les utiliser, si encore on sait qu'elle existe genre "global-auto-revert-mode".

      Dans la grande étude de codingame, il parle des IDE préférés de leur codeur. cf : http://publications.codingame.com/codingame-2018-developer-survey/what-developers-want

      J'ai du mal à imaginer un IDE sans associer le langage qui va avec. Le support de C++ dans Eclipse n'est pas du tout au même niveau que le Java, par exemple.

      Visual Studio 42% Univers Microsoft
      IntelliJ 30% Java
      Visual Studio Code 27% de tout
      Eclipse 25% Java
      Atom 16% de tout
      PyCharm 15% Python
      NetBeans 9% Java ?
      PhpStorm 7% PHP
      Code::Blocks 7% C/C++/fortran
      Xcode 6% Univers Apple
      Cloud9 3% de tout dans le cloud
      Other 16%

      (désolé pour le vrac mais linuxfr ne supporte pas le fait d'embarquer des bouts de code externe :/)

      Pour vous quel sont les couples "ultimes" IDE-langage ? Qu'est-ce que vous conseillez ? Qu'est-ce que vous déconseillez formellement ?

      Lire les commentaires

    • On ne contribue pas que du code (Journaux LinuxFR)

      Comme vous le savez, le logiciel libre vit essentiellement de contributions, grandes ou petites. Et comme le code source est ce qui fabrique le logiciel, on a souvent tendance à penser que la contribution doit forcément passer par le code. Mais vous n'êtes pas dupes, et puis vous avez lu le titre de ce journal…

      Je suis contributeur dans plusieurs projets : j'aide à créer une carte du monde avec openstreetmap. J'aide à rendre les emballages plus simples à lire avec openfoodfacts. J'aide à créer une liste complète des livres ayant jamais été publiés sur openlibrary. J'aide à rendre le logiciel libre plus facile à installer en contribuant des « recettes » de paquets et de services pour ma distribution favorite. Enfin, j'aide à rendre le logiciel plus simple à comprendre en le traduisant.

      Vous avez remarqué ? Pas de code, ou en tout cas très peu.

      Le sujet qui m'intéresse aujourd'hui, c'est la traduction. En effet, J'aimerais que le logiciel libre soit utilisé partout et par tout le monde. Mais pour certains ce n'est simplement pas une option : si on ne parle pas un mot d'anglais, comment utiliser un logiciel dans cette langue ? Comment utiliser un logiciel en français si son manuel est en anglais ? Si tous les tutoriaux sont en anglais ? Si tout le support n'est qu'en anglais ?

      Bref, on a compris : c'est important d'avoir des logiciels dans la langue de ses utilisateurs. Et si on parle anglais, ça reste agréable d'avoir des interfaces dans sa langue maternelle. Je constate aussi que la régionalisation est une priorité de la FSF. C'est génial ! Mais en parle-t-on ? Je n'en ai pas l'impression. J'aimerais que la traduction soit un sujet plus visible, que les traducteurs se regroupent et communiquent entre eux, qu'une dynamique se crée.

      Actuellement, on constate qu'il est possible de traduire beaucoup de logiciels, surtout les plus gros. Mais certains projets continuent d'être créés sans que leurs auteurs ne pensent à la régionalisation. C'est terrible, car cela donne plus de travail aux contributeurs (de code) ensuite. Si vous êtes créateur de logiciels libres, par pitié pensez à rendre vos chaînes traduisibles par exemple avec gettext. Lorsque le code de l'application peut être traduit, c'est son manuel ou sa documentation qui ne peut pas l'être. Vous me diriez, si ce n'est que ça, vas-y toi, traduit-le, le manuel. Sauf que voilà : une fois que vous avez traduit une version du manuel, une nouvelle version du logiciel sort, qui change une partie des fonctionnalités et on se retrouve avec des utilisateurs qui ne comprennent pas pourquoi ça marche pas. La traduction d'un logiciel comme d'un document ne se fait pas sans les développeurs. Il faut un moyen de savoir quand une partie de la traduction est devenue obsolète et pouvoir la corriger de manière ciblée. C'est d'autant plus simple quand cela est intégré au dépôt en amont. Si vous êtes vous-même traducteur de logiciels libres, j'aimerais beaucoup savoir ce que vous traduisez exactement (logiciel, documentation, tutoriaux, autre) et sur quels projets. Pour ma part, je travaille sur Linux from scratch, le projet de traduction de GNU, et certaines applications android : dns66 et stringlate.

      Je voudrais aussi savoir quelles plates-formes sont utilisées pour vos traductions. En effet, chaque projet a tendance à choisir une plate-forme différente : certains n'en choisissent même pas, ce qui oblige le traducteur à connaître git, savoir ce qu'est une pull request et le faire. D'autres utilisent des plates-formes auto-hébergées (pootle ou weblate, essentiellement). D'autres encore utilisent des solutions non-libres toutes prêtes (transifex est l'exemple le plus connu). Certains utilisent des plates-formes ad hoc: le projet de traduction de gnu ou le site de traduction de weekly OSM par exemple. Cela coupe la communauté francophone en autant de petits groupes indépendants qui ne se connaissent pas. Et ce n'est pas évident pour un nouveau contributeur de savoir où trouver des projets qui ont besoin d'aide.

      Enfin, je m'intéresse à la manière dont vous travaillez. Moi, je travaille avec un dictionnaire bilingue (et parfois uniquement en français), j'essaye de me servir des lexiques des projets (quand ils existent) et de la mémoire de traduction (quand ça veut bien marcher). Et vous ? Est-ce que cela correspond à vos besoins en tant que traducteur ?

      Lire les commentaires

    • Framasoft annonce la sortie de Framasite (Journaux LinuxFR)

      Framasoft a annoncé la sortie d'un nouveau service : Framasite. Il s'agit d'un nouveau service d'hébergement et de création de site web monopage. NextInpact a publié un article sur le sujet (article dont la lecture en entier est réservée aux abonnés) en en faisant un très bon retour.
      L'idée derrière ce nouveau service, c'est de fournir simplement au micro-entreprise, aux petites associations et autres petites organisations un moyen d'être présent sur le Web de manière très simplifiée (l'autre moyen répandue actuellement est la création d'une page Facebook).

      Comme indiqué dans le billet de blog, le site a initialement été développé durant un mois par un stagiaire de Framasoft à partir du logiciel Grav. Bien que le site soit déjà utilisable, il souffre encore de défaut de jeunesse et Framasoft en appelle à la communauté pour améliorer le logiciel ; Framasoft qui maintient déjà 32 autres services ne souhaitent pas maintenir celui-ci en plus.

      Pour ceux qui sont intéressés, le nouveau logiciel s'appelle PrettyNoemieCMS et son code est disponible sur Framagit.

      Lire les commentaires

    • Agilité et développement logiciel : ateliers et retours d’expérience à la TuleapCon 2018 (Dépêches LinuxFR)

      L’équipe de Tuleap, l’outil libre de développement logiciel agile, vous invite à la TuleapCon 2018 qui aura lieu les 27 et 28 mars à Lyon. Organisé et sponsorisé par la société Enalean, éditeur de Tuleap, cet évènement gratuit est ouvert à tous ceux qui s’intéressent à cette solution libre d’ingénierie logicielle.

      TuleapCon 2018

      Que vous soyez développeur, PO, chef de projet ou directeur technique, vous rencontrerez vos pairs. Vous pourrez échanger sur vos expériences de déploiement de Tuleap, d’architecture, vous apprendrez comment utiliser l’outil encore mieux et découvrirez les nouvelles fonctionnalités comme la recherche multi‐trackers, les étiquettes sur les demandes d’intégration (pull requests) et l’outil de gestion de tests manuels.

      Vous découvriez les coulisses des développements de Tuleap, on parlera sécurité et infrastructure dans le cloud (Docker Swarm, Vault, Ansible), automatisation des tests, gestion de projet agile, etc.

      Kanban de Tuleap

      Pour rappel, Tuleap c’est une forge logicielle, autrement dit une solution de gestion de projet et de développement, libre et tout‐en‐un. C’est une alternative libre, d’origine française, à Jira, GitLab et d’autres.

      Tuleap regroupe :

      • des outils agiles : Scrum et Kanban ;
      • un système de suivi (tracker) configurable par chaque équipe projet ;
      • une intégration poussée avec Git et Subversion ;
      • des demandes d’intégration Git (pull requests) et Gerrit pour la revue de code ;
      • un gestionnaire de documents et MediaWiki ;
      • une connexion à Mattermost pour la messagerie instantanée ;
      • une API REST pour connecter tout autre outil.

      Une mise à jour avec de nouvelles fonctionnalités et des corrections d’anomalies vous est proposée chaque mois.

      Lire les commentaires

    • Publication de bibliothèques c++ sous licence libre (Journaux LinuxFR)

      Je travaille chez IsCool Entertainement en tant que développeur C++ sur des jeux pour téléphones portables. Aujourd'hui nous publions une partie de notre code en open source sur GitHub, ce qui est une bien bonne chose à mes yeux. La licence utilisée est Apache 2.

      Au risque d'apparaître banal, nous essayons de partager autant de code que possible entre nos jeux sous la forme de divers modules plus ou moins indépendants et plus ou moins spécifiques au domaine. Ceux libérés sont les modules les plus généraux, les utilitaires. Parmi ces 35 modules vous trouverez des choses relatives aux plates-formes mobiles telles que l'émission de notifications, de quoi partager des fichiers nativement ou encore des facilités pour appeler du code Java depuis le C++ et inversement.

      Dans les modules destinés à toutes les plates-formes vous trouverez de quoi émettre et gérer des erreurs, construire des factories, un itérateur qui boucle, de quoi écrire des logs, faciliter l'usage de pimpl et bien d'autres choses encore.

      Certains modules se présentent comment des interfaces pour un sous-système qui doit être défini avant utilisation. Par exemple le module audio contient des fonctions permettant d'émettre des sons ou de jouer des musiques en relayant l'appel à un sous-système à définir. De même pour le module http qui gère les requêtes mais laisse la gestion de la connexion à un tiers. Ainsi nous gardons une interface unique cohérente sans trop lier nos applications à un outil spécifique.

      Certains modules dépendent de bibliothèques tierces. Boost est notamment beaucoup utilisé. Le module Json s'appuie sur JsonCpp et offre de nombreuses fonctions pour manipuler des instances de Json::Value, notamment un json_cast< T > pour transtyper vers des types du C++. Le module i18n, en particulier la fonction ic_gettext, s'appuie sur moFileReader, qui était l'outil le plus simple pour charger des fichiers .mo sur mobile.

      Certains modules vous apparaîtront comme des redites d'autres bibliothèques, notamment any, optional et signals qui ressemblent à Boost.Any, Boost.Optional / std::optional et Boost.Signals respectivement. Nous avions initialement utilisé les versions de Boost pour cela, pendant un long moment, jusqu'à ce que nous nous penchions sur les problèmes de temps de compilation de nos jeux. Il s'est avéré que l'inclusion d'entêtes de Boost jouait beaucoup sur le temps de compilation et lors de l'édition des liens. À titre d'exemple, la compilation d'un fichier ne contenant que l'inclusion de boost/optional.hpp prend 300 ms. sur ma machine contre 30 ms. pour iscool/optional.hpp. Le même exercice avec boost/signals2/signal.hpp prend 1500 ms. contre 600 ms. pour iscool/signals/signal.h. Quand les entêtes sont inclus dans plusieurs centaines de fichiers l'impact est flagrant. En réécrivant une version épurée de ces bibliothèques nous avons gagné plusieurs minutes sur le temps de build.

      Il n'y a volontairement pas de fichiers de système de build pour l'instant, ce qui implique que celui qui souhaite utiliser un module devra gérer le build lui-même. La raison à cela est que nos fichiers de builds (en premake) sont trop liés à nos jeux pour pouvoir être simplement extraits et je ne souhaite pas attendre d'avoir écrit tous les nouveaux scripts CMake avant de diffuser le code.

      En navigant dans le dépôt vous remarquerez que le code est exempt de documentation. C'est aussi volontaire. Après avoir remarqué que nous lisions le code même quand une documentation était disponible, juste pour être sûr au cas où la doc serait erronée ou devenue obsolète, nous avons choisi de tout supprimer. Ainsi nous ne perdons plus de temps à lire la doc avant de lire le code, les fichiers sont épurés et clairs, et nous n'avons plus à maintenir maladroitement la doc en même temps que le code. Je suis bien conscient que cela n'aide pas à comprendre les modules pour un nouveau venu, c'est pourquoi je cherche une solution pour faciliter la compréhension du dépôt sans pour autant rédiger deux cent pages de doc. En attendant, les tests unitaires présents dans le dépôt sont vos amis.

      Pour finir je vous invite à regarder nos jeux sortis (non libres) desquels est extrait ce code : Bazoo et Jardin des Mots (iOS, Android). Si vous vous intéressez à la création de jeu vidéo vous pouvez aussi lire les détails du développement de Bazoo dans un billet que j'avais rédigé lors de sa sortie.

      Lire les commentaires

    • DTrace est passé en licence GPL (Journaux LinuxFR)

      Dtrace est un outil de tracing intégré dans le système d'exploitation Solaris. Pendant longtemps il a été présenté comme étant en avance par rapport aux outils disponibles sous Linux et c'était, avec ZFS, un des arguments des promoteurs de Solaris.

      Oracle, l'entreprise qui possède Solaris, a décidé de porter DTrace sous Linux et a donc changé la licence de cet outil. On passe ainsi de la CDDL à la GPLv2.

      Ce changement est intervenu au milieu de l'année 2017 mais c'est seulement maintenant que la nouvelle s'est répandue par l'intermédiaire d'un post de Mark Wielaard.

      Attention : ce changement de licence ne signifie PAS que DTrace va être automatiquement intégré dans le noyau Linux. Il faut encore que les mainteneurs de la partie Tracing (et Linus) acceptent ce nouvel outil. Selon Brendan Gregg, un ancien développeur DTrace qui travaille maintenant chez Netflix sur l'optimisation des performances du noyau Linux, l'avance technique que pouvait avoir DTrace n'est plus d'actualité.

      J'avais déjà parlé de l'article très détaillé posté par Brendan et qui expliquait comment migrer de Solaris vers Linux. Dans cet article il était écrit que l'intégration de eBPF avait comblé un manque dans le noyau et que cet outil permettait d'offrir des fonctionnalités équivalentes à DTrace.

      C'est pour cette raison que l'annonce du passage de Dtrace en GPLv2 n'a pas soulevé son enthousiasme. Sur Hacker News il commente :

      Unfortunately for DTrace, this is too late. Oracle should have done this years ago. Now Linux has a more powerful tracer builtin, eBPF, and it would be a backwards step to switch the kernel code to DTrace (assuming the DTrace port is completed, which it is not). I'm sure this will not be lost on the maintainers, who have the ultimate say as to what is included in Linux mainline.
      The only hope for DTrace is to have the frontend emit BPF bytecode. The bulk of this GPL DTrace code is no longer needed, only the user-level front end.

      Son pronostic est donc que Dtrace ne sera pas intégré dans le noyau mais que les outils en espace utilisateur (comme dtrace-utils) sont de bonne qualité et pourront être utilisés pour générer du code à destination d'eBPF.

      eBPF lacks a high level front end, in part because that's optional. Engineering effort has gone into the essentials first: kernel development of eBPF, basic user-level frameworks to use it (bcc), and lots and lots of testing and bug fixes to make that rock solid. bcc is not as easy to code in, but I've been able to port over many of my DTraceToolkit scripts already.
      We're only more recently looking at higher level languages (…) We can look at taking the /usr/sbin/dtrace code (licenses permitting), and calling into libbcc and emitting BPF bytecode. That'd give us a D language front-end to BPF.

      Lire les commentaires

    • Aider les associations du Libre en achetant leurs goodies (Dépêches LinuxFR)

      Au fil du temps, les associations du monde du Libre ont créé un certain nombre de produits numériques (CD, DVD, clés USB, etc.) téléchargeables gratuitement et librement. Ces produits sont souvent proposés lors de manifestations. La vente de ces objets permet de participer au financement des associations et de poursuivre leur mission associative.

      L’association En Vente Libre a été créée en 2009 afin de mettre à disposition des associations du logiciel libre un moyen de vendre leurs différents produits de manière mutualisée et de récupérer des dons. Permettre la diffusion de la culture libre à travers le monde est un peu prétentieux, mais c’est notre objectif !

      En Vente Libre a pour but de faciliter l’accès à ces produits qui assurent la promotion des logiciels libres. Les associations qui en bénéficient depuis plusieurs années maintenant sont : Debian, Ubuntu-Fr, l’April, La Mouette (qui fait de belles promotions en ce moment !), Framasoft, Multisystème, EduNathon. La force de la plate‐forme est de proposer de faire des dons ou d’acheter des articles de plusieurs associations en même temps. Mutualisation des coûts bancaires et des frais divers !

      En juin 2017, l’équipe a quasiment entièrement changé pour repartir d’un nouvel élan. De nouvelles associations devraient bientôt pouvoir profiter de la plate‐forme (Mageia, Borsalinux, OCS Inventory, etc.).

      Donc :

      • si vous faites partie d’une association et que vous voulez vendre vos produits ou obtenir des dons sur la plate‐forme EVL, n’hésitez pas à demander notre convention par courriel à bureau@enventelibre.org ;
      • si vous voulez participer au projet et devenir bénévoles, contactez‐nous par courriel à association@enventelibre.org ;
      • si vous avez des compétences sur PrestaShop, faites‐vous connaître, nous avons toujours besoin d’aide et de formation pour améliorer notre service !

      Lire les commentaires

    • Retour sur le CfgMgmtCamp - la conférence de la gestion de configuration serveur (Dépêches LinuxFR)

      Les 5 et 6 février 2018 se tenait, à Gand en Belgique, le CfgMgmtCamp, pour sa cinquième édition qui a réuni plus de 700 personnes.

      Ce nom, quelque peu barbare pour nous francophones, est une abbréviation de Configuration Management Camp. C’est un événement communautaire dédié aux solutions libres autour de la gestion de configuration : CFEngine, Puppet, Chef, Rudder, Ansible, Salt, bien sûr, mais aussi Foreman, mgmt, Augeas, Terraform, Kubernete…

      L’événement est déjà passé, mais cela n’empêche pas de partager un rapide résumé ici ! Les vidéos de plusieurs présentations ayant été publiées (en anglais), c’est une bonne occasion d’en profiter.

      À l’instar du FOSDEM, le CfgMgmtCamp, qui est toujours les lundi et mardi qui suit, est organisé avec une session principale et des devroom, salles dédiées à la communauté de chaque outil représenté.

      Session principale

      Cette session a ouvert la conférence, lundi matin, et a démarré très fort avec des interventions des créateurs des trois premiers outils libre du domaine, CFEngine, Puppet et Chef. Ces interventions ne parlent pas tellement des outils, mais sont plutôt une vision d’ensemble de l’évolution passée et à venir du domaine — passionnants, en tout cas :

      Dès le lundi après‐midi, les devroom ont démarré, ainsi la session principale était moins peuplée, mais a bel et bien continué. Vous pouvez retrouver toutes les interventions dans cette liste de lecture.

      Mention spéciale à la première session de l’après‐midi — le témoignage de BMW sur leur approche de la gestion de configuration sur leurs plus de 11 000 serveurs — When Production means building Premium Cars, de Janos Mattyasovszky (BMW) (en anglais). En toute transparence, ils ont fini par choisir Rudder pour lequel votre serviteur a un certain parti pris, mais la session est intéressante à bien plus que ce titre, notamment par l’enjeu d’une transformation à grande échelle, dans l’industrie, et à l’international !

      Les devroom

      Différentes communautés se sont retrouvées le temps d’une ou deux demi‐journées, selon la taille de la communauté en question : Ansible, CFEngine, Chef, Foreman, Kubernetes, Mgmt, Puppet, Rudder, Salt et Terraform.

      Il est intéressant de consulter la répartition des intérêts des participants par outil et son évolution sur cinq ans :
      Evolution des intérêts des participants par technologie sur 5 ans

      Les sujets abordés dans les devrooms varient de simples introductions aux outils, aux présentations en profondeur orientées développeurs, en passant par des sessions ouvertes de questions‐réponses et des annonces d’outils tiers.

      L’événement permet et encourage la « pollinisation croisée » entre devrooms, c’est‐à‐dire qu’il est facile et encouragé d’aller rencontrer d’autres communautés en se déplaçant de salle en salle.

      Malheureusement, la majorité des devrooms n’a pas été filmée, mais on retrouve bon nombre des présentations sur les réseaux sociaux — ici, par exemple.

      devroom Rudder

      Nous y étant rendus en équipe pour Rudder (solution libre et française de « configuration & audit continus », qui a déjà fait l’objet de plusieurs dépêches dans ces pages), nous avons passé le plus clair de notre temps dans notre propre devroom qui, elle, a été filmée.

      Quatre présentations étaient au programme :

      Et maintenant ?

      Alors maintenant, rendez‐vous dans un an… Le CfgMgmtCamp revient, les dates seront connues dès les dates du FOSDEM annoncées, puisque ça démarre toujours le lendemain !

      En attendant, il y a quelques rendez‐vous sur le sujet en français et plus proches de chez nous, même s’ils n’ont pas la même envergure ! Par exemple :

      Lire les commentaires

    Je repose une question qui était restée sans réponse (qui sait,
    l'espèce humaine évoluant sans cesse, peut-être que quelqu'un aura la
    réponse maintenant)
    -+- JG sur debian-french: "" -+-